Rechercher
Rechercher

Société - Départs clandestins

Les candidats à la migration à partir du Liban ont plus que doublé en 2022

Selon le HCR, la principale raison pour laquelle les migrants tentent la dangereuse traversée maritime est « l’incapacité de survivre au Liban en raison de la détérioration de la situation économique ».

Les candidats à la migration à partir du Liban ont plus que doublé en 2022

Un bateau avec des candidats à l’émigration à six milles de la côte de Arida, au Akkar. Photo tirée du compte Twitter de l’armée libanaise

Le nombre de personnes qui entreprennent des voyages périlleux depuis le Liban à travers la Méditerranée vers l’Europe a plus que doublé en 2022, pour la deuxième année consécutive, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Chypre est devenue la destination principale des bateaux de passeurs en lieu et place de l’Italie.

« Après avoir presque doublé en 2021 par rapport à 2020, cette tendance à la hausse s’est poursuivie en 2022, parallèlement à la détérioration de la situation socioéconomique au Liban, avec une augmentation de 135 % du nombre de passagers ayant l’intention d’entreprendre de telles traversées », explique Dalal Harb, porte-parole de l’UNHCR, à L’Orient Today.

Le Haut-Commissariat indique qu’au cours des neuf premiers mois de 2022, 2 670 personnes « ont quitté ou tenté de quitter irrégulièrement le Liban » par bateau. À titre comparatif, en 2021 à la même période, 1 137 personnes en avaient fait de même. « Parmi ces bateaux, six avaient l’intention de rejoindre Chypre et 26 l’Italie, un changement de tendance par rapport aux années précédentes, quand Chypre était la principale destination prévue », précise l’agence.

Lire aussi

Au moins 34 migrants qui seraient partis du Liban retrouvés morts au large de la Syrie

Alors que l’attention du public se concentre sur le nombre croissant de Libanais qui tentent ce dangereux voyage, l’agence de l’ONU note que « les Syriens constituent la grande majorité des personnes entreprenant des voyages irréguliers en bateau », tandis que « le nombre de passagers libanais reste minoritaire (24 % jusqu’à présent en 2022, 12 % en 2021 et 18 % en 2020) ».

L’UNHCR révèle que les principales raisons invoquées par les migrants qui tentent cette traversée maritime sont « l’incapacité de survivre au Liban en raison de la détérioration de la situation économique », le manque de services de base et d’emplois et « le fait d’avoir des parents ou des membres de la communauté dans les pays de destination ».

Selon l’ONG Agenda légal, une organisation de recherche et d’activisme à but non lucratif basée à Beyrouth, un à quatre bateaux de migrants partent quotidiennement des côtes de Tripoli et de Arida, dans le nord du Liban, avec à leur bord 60 à 220 passagers, selon la taille du bateau.

Dans le cadre d’une enquête menée en compilant les données d’experts, l’Agenda légal a détaillé les coûts du voyage des personnes qui s’apprêtent à entreprendre la traversée en mer : cela fait une moyenne de 5 000 dollars par passager, les familles de cinq membres ou plus bénéficiant de réductions pour les enfants. Les coûts de fonctionnement du bateau se situent entre 30 000 et 50 000 dollars par voyage et les revenus du capitaine varient entre 30 000 et 40 000 dollars, a constaté l’ONG.

Quatorze appels d’urgence rien qu’en 2022

Ces dernières semaines, un certain nombre de bateaux en provenance du Liban ont connu des problèmes en mer aux conséquences tragiques. Au début du mois, par exemple, au moins six personnes, dont des enfants, ont trouvé la mort lorsqu’un bateau en provenance du Liban et à destination de l’Europe a coulé au large de la Turquie. Une bénévole d’Alarm Phone*, un réseau militant qui alerte et incite les autorités à secourir les migrants en détresse en Méditerranée et en mer Égée, indique à L’Orient Today que le groupe a constaté une forte augmentation des appels reçus de bateaux partis du Liban. Corinna Zeitz ne peut pas confirmer si cette hausse est due à une augmentation réelle du nombre de bateaux de migrants en provenance du Liban ou au fait que le numéro d’appel d’Alarm Phone circule davantage parmi les migrants quittant ce pays.

Pour mémoire

Mise en échec d'une nouvelle tentative d'émigration clandestine depuis le Liban

Mme Zeitz précise qu’Alarm Phone avait reçu quelque huit appels de détresse de bateaux libanais entre 2018 et 2021, qui se dirigeaient tous vers Chypre, alors que le réseau a reçu environ 14 appels rien qu’en 2022 jusqu’à présent, la plupart de bateaux se dirigeant vers l’Italie, l’appel le plus récent datant de lundi.

Les autorités libanaises ont signé un accord bilatéral avec Chypre depuis 2002 concernant le renvoi de migrants irréguliers, mais les autorités chypriotes ont été plus agressives ces dernières années dans le refoulement des migrants et des demandeurs d’asile venant du Liban par la mer. En conséquence, selon des organisations de défense des droits qui ont publié une lettre ouverte à ce propos le mois dernier, les migrants tentent des itinéraires plus longs et plus périlleux, principalement en direction de l’Italie, ce qui entraîne une augmentation des risques et donc un nombre accru de bateaux échoués ou en détresse. D’autres migrants se rendent en Turquie par voie terrestre en passant par le nord de la Syrie, une aventure risquée, en particulier pour les réfugiés syriens qui ont des problèmes politiques avec le gouvernement de Bachar el-Assad. Certains ont été arrêtés et détenus en Syrie alors qu’ils tentaient d’emprunter cette route.

*Réseau transnational créé en 2014, avec 200 volontaires couvrant la Méditerranée occidentale, la Méditerranée centrale, la mer Égée, l’océan Atlantique et la Manche entre la France et l’Angleterre, et dont la ligne d’urgence est le +334 86 51 71 61.


Le nombre de personnes qui entreprennent des voyages périlleux depuis le Liban à travers la Méditerranée vers l’Europe a plus que doublé en 2022, pour la deuxième année consécutive, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Chypre est devenue la destination principale des bateaux de passeurs en lieu et place de l’Italie.« Après avoir presque...

commentaires (1)

CHERCHEZ LA TURQUIE - ERDO - QUI SE CACHE DERRIERE. IL A SES HOMMES AU NORD A QUI IL A DISTRIBUE LA NATIONALITE TURQUE. ET PUISQUE LES EUROPEENS L,ACCUSENT D,ENVOYER LES MIGRANTS DES RIVAGES DE LA TURQUIE ET D,EN ETRE L,INSTIGATEUR IL A CHOISI DE MANIPULER SES NOUVEAUX CITOYENS ET DE FAIRE PARTIR LES BARQUES FERRAILLES DE LA MORT CERTAINE PAR NOYADE DES RIVAGES DU LIBAN NORD AVEC LIBANAIS, SYRIENS REFUGIES AU LIBAN ET PALESTINIENS.C,EST PILATE QUI ENVOIE LES GENS A LA MORT CERTAINE PAR NOYADE ET QUI SE LAVE LES MAINS POUR EN LAISSER LA CHARGE SUR LE DOS DU LIBAN.

LA LIBRE EXPRESSION.

00 h 48, le 23 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • CHERCHEZ LA TURQUIE - ERDO - QUI SE CACHE DERRIERE. IL A SES HOMMES AU NORD A QUI IL A DISTRIBUE LA NATIONALITE TURQUE. ET PUISQUE LES EUROPEENS L,ACCUSENT D,ENVOYER LES MIGRANTS DES RIVAGES DE LA TURQUIE ET D,EN ETRE L,INSTIGATEUR IL A CHOISI DE MANIPULER SES NOUVEAUX CITOYENS ET DE FAIRE PARTIR LES BARQUES FERRAILLES DE LA MORT CERTAINE PAR NOYADE DES RIVAGES DU LIBAN NORD AVEC LIBANAIS, SYRIENS REFUGIES AU LIBAN ET PALESTINIENS.C,EST PILATE QUI ENVOIE LES GENS A LA MORT CERTAINE PAR NOYADE ET QUI SE LAVE LES MAINS POUR EN LAISSER LA CHARGE SUR LE DOS DU LIBAN.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    00 h 48, le 23 septembre 2022

Retour en haut