Rechercher
Rechercher

Société - Immigration clandestine

Appels à sauver des migrants partis du Liban et à la dérive au large de la Grèce

Appels à sauver des migrants partis du Liban et à la dérive au large de la Grèce

L’armée poursuivant un bateau de migrants avec 55 personnes à bord, parti de la ville de Arida, au Akkar, au nord du Liban, hier. Photo Twitter/@LebarmyOfficial

Plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux afin de sauver des migrants partis du Liban la semaine dernière à bord d’une embarcation clandestine et avec qui le contact a été perdu il y a 48 heures, alors qu’ils étaient au large de l’île grecque de Crète, rapporte notre correspondant Michel Hallak.

« Le contact a été perdu depuis 48h avec une embarcation de migration clandestine au large de l’île de Crète, partie jeudi dernier du Liban », rapporte notre correspondant. Les garde-côtes grecs ont été contactés ainsi que la Croix-Rouge, mais les migrants n’ont toujours pas été secourus. L’embarcation de fortune compte à son bord des femmes et des enfants, et ne dispose plus de nourriture ni d’eau.

« Nous demandons à l’État libanais d’agir en leur faveur à travers l’ambassade en faisant pression sur les autorités grecques afin de les sauver », peut-on lire dans l’un de ces appels sur les réseaux sociaux.

Ces dernières semaines, des dizaines d’embarcations de fortune ont quitté les côtes libanaises vers l’Europe en tentant de fuir un Liban qui s’enfonce toujours plus dans la crise. Lorsque ces tentatives d’émigration ne sont pas empêchées par l’armée, la plupart de ces bateaux – souvent surchargés et en mauvais état – n’atteignent pas leur destination prévue et doivent être secourus en mer.

Des migrants à bord d’une embarcation de fortune, tentant de rejoindre l’Europe par la mer. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

À ce sujet, l’armée a arrêté hier un bateau d’émigrants clandestins avec 55 personnes à bord, parti de la ville de Arida, dans le Akkar, a annoncé l’armée dans un tweet. Le porte-parole de la troupe, le colonel Fadi Abou Eid, a confirmé l’incident à notre journaliste Sally Abou AlJoud, de L’Orient Today.L’armée a déclaré avoir trouvé le bateau à six milles nautiques (environ 11 kilomètres) de la côte libanaise. L’embarcation était apparemment en mauvais état et transportait 55 personnes à bord, dont deux femmes enceintes et deux enfants. Le capitaine avait réussi à s’échapper avant l’arrivée de l’armée. La marine militaire a remorqué le bateau vers le rivage et une enquête a été ouverte.

Le Centre conjoint de coordination des secours de Chypre (JRCC) a déclaré mardi avoir secouru des centaines de personnes qui avaient quitté le Liban et étaient bloquées au large des côtes de l’île lors de deux tentatives distinctes d’émigration illégale. Le JRCC est intervenu par voies maritime et aérienne lundi soir pour sauver, selon les informations recueillies, plus de 300 personnes à bord d’un bateau. Quelques heures plus tard, le JRCC a escorté vers la côte 177 personnes qui se trouvaient à bord d’un autre navire.

Déjà, lundi soir, l’armée avait déjoué une autre tentative d’émigration irrégulière par la mer depuis Arida au Liban.


Plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux afin de sauver des migrants partis du Liban la semaine dernière à bord d’une embarcation clandestine et avec qui le contact a été perdu il y a 48 heures, alors qu’ils étaient au large de l’île grecque de Crète, rapporte notre correspondant Michel Hallak. « Le contact a été perdu depuis 48h avec une embarcation de...

commentaires (1)

On se croirait l’Afrique, et pourquoi les grecs n’ont pas sauvé ces pauvres personnes, c’est une honte

Eleni Caridopoulou

17 h 33, le 22 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • On se croirait l’Afrique, et pourquoi les grecs n’ont pas sauvé ces pauvres personnes, c’est une honte

    Eleni Caridopoulou

    17 h 33, le 22 septembre 2022

Retour en haut