Rechercher
Rechercher

Culture - Conférence de presse

Le pari de faire de Beyrouth le lieu « d’un très grand rendez-vous culturel »

Du 19 au 30 octobre, la capitale libanaise va battre au rythme de son premier festival littéraire « Beyrouth Livres ». 116 auteurs de 18 nationalités participent à 100 événements – dont 12 performances et 11 expositions – répartis sur 43 lieux, bénéficiant de l’appui de 70 partenaires. Oui, le pari de l’ambassade de France au Liban avec son Institut français et ses partenaires est ambitieux, à la mesure de son très noble objectif : permettre à la ville de retrouver sa vocation de capitale littéraire, intellectuelle et culturelle dans la région. A vos marque-(pages) ! Prêts ?

Le pari de faire de Beyrouth le lieu « d’un très grand rendez-vous culturel »

L’ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo, lors de l’annonce du festival Beyrouth Livres à la salle Montaigne de l’IFL. Photo Michel Sayegh

« Nous sommes tous réunis pour vous présenter un projet qui nous tient à cœur et sur lequel nous travaillons depuis des mois, a lancé d’emblée l’ambassadrice de France Anne Grillo dont les mots ont résonné fort dans la salle Montaigne de l’Institut français du Liban, rue de Damas, lors de l’annonce du premier festival Beyrouth Livres qui se tient du 19 au 30 octobre avec 116 auteurs qui participent à 100 événements. » C’est un pari que nous avons voulu concrétiser maintenant, a martelé la diplomate. Le pari de faire de Beyrouth le lieu d’un très grand rendez-vous culturel, avec un festival littéraire inédit.

Pourquoi maintenant ? Et quel est le sens de toutes ces rencontres qui vont émailler 10 jours de débats ? a-t-elle demandé avant d’enchaîner avec la réponse : « Il était temps de lancer cette initiative, il était temps d’écrire une nouvelle page dans le domaine culturel et littéraire après tout ce que le Liban a enduré. »

Après les drames qui ont meurtri Beyrouth, la double explosion du port, la crise, la pandémie, où tout convergeait vers un enfermement, « malgré tout cela et peut être à cause de tout cela », la diplomate estimait le moment opportun d’envoyer « un signal d’espoir, de confiance et d’encouragement à toutes les forces vives de ce pays, estime Mme Grillo. Un signal que nous voulions envoyer parce que nous croyons en vous et nous sommes à vos côtés. Et si le pays a subi des séismes effroyables à tous les niveaux, je reste convaincue, a-t-elle ajouté, qu’il y a quelque chose qui reste au Liban et c’est vous ! Vous et le courage, la détermination, l’engagement, la volonté d’aller de l’avant et de vouloir construire le futur de votre pays... » Pour Sabine Sciortino, qui vient de prendre ses fonctions de conseillère de coopération et d’action culturelle et de directrice l’Institut français du Liban, les mots-clés qui décrivent parfaitement le festival sont : « Éclectisme », parce que ce festival veut toucher tous les genres littéraires ; « proximité » parce que le festival va investir une quarantaine de lieux divers et « accessibilité » car les échanges seront traduits en arabe pour convaincre ceux qui ont envie d’approcher la francophonie et permettre à tous de participer.

Photo Michel Sayegh

Mathieu Diez, attaché pour le livre et le débat d’idées à l’IFL et commissaire général de Beyrouth Livres, a pour sa part présenté les différentes séquences du festival et son ossature.

Il a d’abord rappelé que ce premier festival littéraire survient quatre ans après le dernier grand rendez-vous littéraire à Beyrouth. « La formule actuelle est complètement inédite et adaptée aux nouveaux besoins des citadins. Elle offre une programmation entièrement gratuite disséminée à Beyrouth et aux quatre coins du Liban. » Afin de rendre le festival accessible au plus grand nombre, plusieurs rendez-vous (rencontres, tables rondes, concerts littéraires ou dessinés, expositions) seront proposés à Tripoli, Saïda, Baalbeck, Zahlé, Tibnine, Baskinta, Jounieh, et Beyrouth, a déclaré Mathieu Diez en soulignant que plus de 30 auteurs se déplaceront dans les écoles et les universités à travers tout le pays.

Le livre à l’honneur

Le festival a ainsi été conçu comme autant de promenades littéraires et artistiques à Beyrouth et dans les régions. Parmi la centaine d’auteurs et autrices francophones (18 nationalités représentées) attendus, les membres de l’Académie Goncourt (Éric-Emmanuel Schmitt, Camille Laurens, Didier Decoin, Tahar Ben Jelloun) qui viennent par esprit de solidarité avec les Libanais. Ils seront rejoints par Fawzia Zouari, Fabien Toulmé, Marie Darrieussecq, Clara Dupont-Monod, Serge Bloch ou encore Ryoko Sekiguchi. L’un des points forts de ce festival aura ainsi lieu le mardi 25 octobre, à la Résidence des Pins, où se tiendront les délibérations à huis clos du jury du Goncourt au cours desquelles les 4 finalistes du prestigieux prix seront choisis et annoncés. Le lundi 24 octobre, le public aura la chance de rencontrer Wajdi Mouawad qui montera sur scène accompagné de ses comédiens pour lire un extrait de sa dernière pièce, Mère. Les visiteurs pourront aussi assister à un grand atelier de dessin, animé par le dessinateur Serge Bloch. C’est un événement riche et innovant que ce festival où la littérature sous toutes ses formes dialoguera avec les autres arts. De nombreux auteurs libanais tels que Charif Majdalani, Camille Ammoun, Diane Mazloum, Sabyl Ghoussoub (dans la course au Goncourt) et Hyam Yared s’associeront à des réalisateurs, musiciens, philosophes, dessinateurs de renom.

Lire aussi

Sabyl Ghoussoub : Ce livre est une sorte de revanche face à la guerre

Du 22 au 28 octobre les visiteurs pourront déambuler de Gemmayzé à Mar Mikhaël où plus de 20 auteurs et autrices signeront leurs ouvrages dans les galeries des quartiers ou dans des demeures anciennes. Le 30 octobre, le choix Goncourt de l’Orient se tiendra en présence de Clara Dupont-Monod et d’Olivier Rolin. Un concours de lecture à voix haute aura lieu le dimanche 30 octobre sur la grande scène de l’Institut français. La huitième édition du prix littéraire Ziryab, qui récompense chaque année un ouvrage francophone consacré à la gastronomie, se tiendra à Beyrouth le vendredi 21 octobre. La nouveauté est une opération lecture à une heure précise (11h15, le 24 octobre) dans tout le Liban et surtout dans les écoles. Et le concours de lecture à voix haute.

Performances artistiques

Plusieurs performances vivantes émaillent la programmation du festival. Signalons le spectacle phénomène Zaï Zaï Zaï Zaï qui s’exporte au Liban à cette occasion (vendredi 28 octobre) ainsi que le Parlement des écrivaines francophones pour son grand procès des écrivaines (vendredi 28 octobre). Le musicien et compositeur Bachar Mar-Khalifé proposera le samedi 29 octobre, sur la grande scène du campus de l’IF de Beyrouth, le concert de sa nouvelle tournée. L’artiste hip-hop Webster donnera vie à l’histoire d’Olivier Le Jeune à travers une lecture performée originale du roman graphique Le Grain de sable (les 28 et 29 octobre). Le Bal littéraire proposera pendant la soirée des textes et chansons qui s’alterneront, chaque chapitre se terminant par le titre du morceau suivant pour danser sur des rythmes endiablés. Le théâtre al-Madina accueillera une programmation exceptionnelle et mettra en lumière les auteurs et autrices invités du festival dans une double performance de Mazen Kerbaj, Charles Berberian, et Charbel Haber. Une poète, un conteur et un slameur déambuleront dans les quartiers de Monnot et de Mathaf vêtus de dossards et brandissant des arrêts littéraires pour déclamer des textes de leur invention aux passants. Ils demanderont aux passants les thèmes sur lesquels ils aimeraient accueillir une lecture, un conte ou une performance.

Diverses expositions prendront place de Beyrouth à Tripoli en passant par Baskinta. Signalons l’exposition autour du bicentenaire de la naissance d’Edmond de Goncourt à la Fondation Corm, celle qui présente les nouvelles héroïnes de la bande dessinée jeunesse, mais aussi les accrochages « Ruines modernes » à Beit Tabaris, « BD vs Manga » à Baskinta, « Héroïnes » à Tibnine, « Dans l’atelier d’Aurélie Neyret » à Jounieh, « Mon Histoire » ou « 40 portraits de femmes » à l’hôtel Palmyra, et « Autour de Lamia Ziadé » à Dar el-Nimer.

Une finale en beauté

Le week-end du samedi 29 octobre sera festif sur le campus de l’Institut français de Beyrouth où de nombreux événements seront organisés, s’adressant à tous les publics : enfants et adultes, amateurs et professionnels. Le Café des lettres se transformera en café littéraire du festival. Tout au long des deux jours, de nombreuses performances, lectures à voix haute, ateliers et autres seront rendez-vous. Des libraires proposeront les ouvrages des auteurs invités et plusieurs expositions. La jeunesse fera l’objet d’une attention particulière avec une exposition dédiée, des ateliers et des projections de films d’animation adaptés au jeune public.


Tous les détails sont ici


« Nous sommes tous réunis pour vous présenter un projet qui nous tient à cœur et sur lequel nous travaillons depuis des mois, a lancé d’emblée l’ambassadrice de France Anne Grillo dont les mots ont résonné fort dans la salle Montaigne de l’Institut français du Liban, rue de Damas, lors de l’annonce du premier festival Beyrouth Livres qui se tient du 19 au 30 octobre avec 116...
commentaires (7)

toujours des lueurs d'espoir dans ce monde accablant et éprouvant

Riman Karim

12 h 22, le 25 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • toujours des lueurs d'espoir dans ce monde accablant et éprouvant

    Riman Karim

    12 h 22, le 25 septembre 2022

  • Des livres mais pas d’électricité pour lire et pas d argent pour les acheter….

    Robert Moumdjian

    06 h 06, le 25 septembre 2022

  • Nous sommes désabusés. C'est trop pour un pays dans une telle tragédie. Il y-aura toujours deux Liban. Donne- t -on du champagne à une personne qui meurt de soif? Veut-t-on nous droguer?

    Massabki Alice

    11 h 01, le 22 septembre 2022

  • Et Amin Maalouf ?

    Saidah Nagi

    10 h 16, le 22 septembre 2022

  • Merci la France ! PAula

    GANEVAL Paula

    09 h 30, le 22 septembre 2022

  • Excellente initiative qui souligne la volonté imbattable du Liban d'exister. Grand Merci aux organisateurs et participants.

    Wlek Sanferlou

    22 h 56, le 21 septembre 2022

  • Excellente initiative

    Tabet Ibrahim

    19 h 42, le 21 septembre 2022

Retour en haut