Rechercher
Rechercher

Économie - Transparence

Gaz offshore : la société civile désigne ses représentants au sein du conseil de l’EITI

Gaz offshore : la société civile désigne ses représentants au sein du conseil de l’EITI

Les six représentants de la société civile élus au sein du conseil de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI). Photo DR

La Coalition pour la gouvernance dans le domaine de l’énergie (CEG) a organisé hier une conférence de presse à Beyrouth pour annoncer les représentants de la société civile qui siégeront au conseil de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI).

Maroun Khaouli, Joséphine Zoughaib et Nabil Awad ont été désignés membres représentants de la société civile au sein de ce conseil pour un mandat de quatre ans, alors que Walid Seifeddine, Fadwa Nassif et Rami Salem ont, eux, été désignés membres suppléants pour un mandat d’une même durée.

Selon Maroun Khaouli, qui a pris la parole lors de cette conférence, « l’ITIE constitue une norme mondiale appliquée dans plus de 50 pays, qui encourage la bonne gouvernance dans le secteur des industries extractives et exige à la base la divulgation systématique d’informations » en ce qui concerne toute la chaîne de valeur de ce secteur. Dans ce cadre, il a souligné qu’avec la nomination de ces membres, « nous avons achevé ce que le Conseil des ministres dirigé par Saad Hariri avait entamé le 25 janvier 2017 en décidant que le Liban rejoigne l’EITI ».

Lire aussi

Gaz offshore : les ONG rappellent les bases de la bonne gouvernance aux futurs élus

« L’élection de représentants de la société civile au conseil de l’EITI établit les bases d’un véritable partenariat entre le pouvoir exécutif et la société civile, ce qui représente une rupture positive et historique (…) », a-t-il conclu.

Le groupement CEG, fondé en juillet 2020 grâce au soutien de l’ONG internationale Publish What You Pay (PWYP), rassemble pas moins de 15 organisations locales : Diaries of the Ocean, Arc-en-ciel, Cedars for Care, Developpement for People and Nature Association, Green Community, I’mpossible, Justice Withoutout Frontiers, Kulluna Irada, Learning Through Action, Operation Big Blue, Organization for Petroleum & Energy Sustainability (OPES), Publish What You Pay NDU Society (PNS), Sustainable Waste Intercity Marathon (SWIM), l’Association libanaise pour les droits et l’information des contribuables (Aldic) et la Lebanese Oil and Gas Initiative (LOGI, un groupe de pression spécialisé sur les enjeux de gouvernance dans le secteur des hydrocarbures libanais).

Ces désignations ont lieu alors que les négociations entre le Liban et Israël concernant leurs zones économiques exclusives (ZEE) n’ont toujours pas abouti et que le ministère de l’Énergie et de l’Eau annonçait hier que le Liban allait récupérer les parts détenues par la société russe Novatek suite à son retrait du consortium formé avec le géant français Total et l’italien Eni. Ce dernier avait remporté le premier round d’attribution de licences d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures offshore lancé par le Liban et portant sur les blocs 4 et 9 de la ZEE libanaise.


La Coalition pour la gouvernance dans le domaine de l’énergie (CEG) a organisé hier une conférence de presse à Beyrouth pour annoncer les représentants de la société civile qui siégeront au conseil de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI). Maroun Khaouli, Joséphine Zoughaib et Nabil Awad ont été désignés membres représentants de la société...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut