Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

Une partie des propriétaires de générateurs privés au Liban crient à la pénurie, d’autres non

L'Association des sociétés importatrices d’hydrocarbures dément à L’Orient-Le Jour avoir réduit les quantités livrées à un niveau pouvant poser problème.

Une partie des propriétaires de générateurs privés au Liban crient à la pénurie, d’autres non

Une personne entretenant un générateur privé au Liban. Photo d'archives Marc Fayad

Une partie des propriétaires de générateurs qui fournissent du courant aux foyers libanais pendant les nombreuses heures de coupures du fournisseur public Electricité du Liban (EDL) se sont plaints, vendredi, d’être quasiment à court de mazout suite à la baisse des quantités livrées par les distributeurs, et ont dénoncé une situation qui les contraint à rationner davantage leur propre production, voire à éteindre leurs générateurs au courant du week-end.

Tous les exploitants, qui sont en principe illégaux mais tolérés en raison du déficit chronique de production d’EDL, ne s’associent pas à ces griefs, tandis que l’Association des sociétés importatrices d’hydrocarbures au Liban (APIC), a démenti à L’Orient-Le Jour avoir réduit les quantités livrées à un niveau pouvant poser problème, et juge qu’il n’y a pas de question de disponibilité sur le marché. Interrogé suite à sa visite au palais présidentiel de Baabda, le ministre sortant de l’Énergie, Walid Fayad, a lié les éventuels ratés dans le processus d’approvisionnement à un problème ponctuel de "logistique". Selon nos informations, des navires-citernes destinés au marché libanais ont déchargé leur cargaison avec du retard cette semaine, suite à des délais dans le processus de paiement.

Hausse probable des cours du brut
Du côté des exploitants mécontents, le président du rassemblement des propriétaires de générateurs privés à Saïda, Ali Bawji, a assuré à L’OLJ que "le stock de carburants des propriétaires de générateurs privés suffit pour deux à trois jours". Il a accusé les distributeurs de "rationner la livraison de carburants aux propriétaires de générateurs privés à travers le territoire en attendant le nouveau barème du ministère de l'Énergie", s'attendant à ce qu'il y ait "une augmentation du prix du mazout, au vu de l'augmentation du prix du baril de pétrole sur le marché mondial". M. Bawji a ajouté craindre que le problème ne devienne récurrent. "Même si du mazout nous est livré lundi, nous serons confrontés au même problème deux jours plus tard", a-t-il prévenu.

Un propriétaire de générateur de la région du Metn, contacté à ce sujet et s’exprimant sous couvert d’anonymat, a toutefois relativisé ces griefs, indiquant que tous ses confrères ne rencontraient pas les mêmes problèmes. "Il y a une semaine, certains propriétaires ont éteint leurs générateurs en assurant ne pas avoir pu se fournir en carburant, mais c’était seulement localisé dans certaines régions", a-t-il précisé citant les quartiers de Dekwané, Sin-el Fil et Zalka dans la banlieue de Beyrouth, Bouar et Safra dans le Kesrouan ».

Lire aussi

Vendredi après-midi, il n’y aura plus d’électricité publique au Liban

Les prix du mazout, mis à jour vendredi (1.003 dollars le kilolitre, en hausse de 19 dollars par rapport à mardi) sont fixés par le ministère de l'Énergie en fonction d’un indice spécifique mesurant l’évolution moyenne des cours du brut. Or, si ceux-ci sont globalement en baisse depuis les pics atteints en juin, plusieurs analystes s’attendent à ce qu’ils repartent à la hausse, portés par une hausse de la demande mondiale et par des spéculations sur une possible réduction de la production pétrolière que préparerait l’OPEP. A noter que le mazout destiné aux générateurs privés n’est plus subventionné par la Banque du Liban depuis plusieurs mois et que le rationnement d’EDL évolue à un niveau extrême depuis plus d’un an, en moyenne une à deux heures par jour avec d’importantes disparités entre les régions, voire certains quartiers.

C’est à la fin du mois que le ministère publie les tarifs au kilowatt-heure en livres libanaises que doivent appliquer les propriétaires de générateurs privés pour les factures du mois précédent, lesquelles doivent se baser sur la consommation personnelle des ménages, mesurée par des compteurs installés par les exploitants. Tous ne respectent pas ces obligations, et certains d’entre eux appliquent encore des forfaits, parfois exigés en dollars dits frais.

Il n’est pas inhabituel que certains propriétaires de générateurs qui appliquent les tarifs du ministère fassent subitement état de problèmes d’approvisionnement en mazout avant cette échéance, pour faire pression.

Une partie des propriétaires de générateurs qui fournissent du courant aux foyers libanais pendant les nombreuses heures de coupures du fournisseur public Electricité du Liban (EDL) se sont plaints, vendredi, d’être quasiment à court de mazout suite à la baisse des quantités livrées par les distributeurs, et ont dénoncé une situation qui les contraint à rationner davantage leur...
commentaires (2)

la mafia partout...

Marie Claude

07 h 46, le 29 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • la mafia partout...

    Marie Claude

    07 h 46, le 29 août 2022

  • Les propriétaires de générateurs n’ont qu’à faire profil bas. Ils se sont bien sucrés, et continuent à le faire !

    Citoyen Lambda

    21 h 53, le 26 août 2022

Retour en haut