Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

Les prix des carburants revus à la hausse, le ratio de dollars à Sayrafa pour l’essence passe à 70%

Nouvelles files d'attente devant des stations-service dans le Sud et la Békaa. 

Les prix des carburants revus à la hausse, le ratio de dollars à Sayrafa pour l’essence passe à 70%

File d'attente devant une station-service à Saïda, au Liban-Sud, le 16 août 2022. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Les prix des carburants ont été revus à la hausse mardi au Liban, après que la Banque du Liban (BDL) a modifié les modalités de paiement des importations de ces produits, faisant passer le ratio de dollars pour les importations d'essence sur la plateforme Sayrafa à 70% et celui du marché parallèle à 30%. Des files d'attente s'allongeaient à nouveau devant des stations-services dans le Sud et la Békaa, les importateurs ayant rationné les quantités de carburants livrées. 

Selon le dernier barème publié par le ministère de l’Énergie, le prix des bidons de 20 litres d'essence à 95 et 98 octane ont augmenté de 16.000 LL, passant respectivement à 568.000 livres libanaises et 580.000 LL. Le prix du diesel a augmenté de 26.000 LL pour atteindre 663.000 LL. La bonbonne de gaz, elle, a vu son prix augmenter de 9.000 LL, et se vend à 321.000 LL. Le kilolitre de mazout utilisé par les générateurs privés passe à 975 dollars, après une baisse de trois dollars. 

Lire aussi

Au Liban, les 20 litres d’essence ont augmenté de 1 489 % en un an

Commentant les nouveaux tarifs, le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service, Gorges Brax a affirmé que la BDL a fixé à 70% le paiement des importations au taux de la plateforme Sayrafa qui est actuellement de 26.200 LL, alors que ce ratio était de 85%. Les 30% restant sont réglés au taux du marché parallèle, où la livre est très volatile dernièrement. Le dollar valait 32.100 LL lors des importations, contre 30.775 au préalable, indique M. Brax. Auparavant, les importations de carburants étaient réglées entièrement au taux de Sayrafa.

Retour des files d'attente

Sur le terrain, des files d'automobilistes ont fait leur réapparition à Saïda (Liban-Sud) devant les stations-service encore ouvertes, selon notre correspondant Mountasser Abdallah. Un propriétaire d'une station-service a confié à notre correspondant que les importateurs rationnent la quantité de carburants livrée, ce qui risque d'engendrer des pénuries sur le marché. A Rachaya, dans la Békaa, des automobilistes se sont également rués vers les pompes dès les premières heures du matin, selon notre correspondante Sarah Abdallah.

Lire aussi

Adaptée par son conducteur, une voiture électro-solaire sillonne les rues de Saïda

Dans un Liban en pleine crise, les frais de transports pèsent lourd sur les Libanais, dont plus des trois quarts vivent sous le seuil de pauvreté. Le décret de majoration des indemnités de transport quotidiennes dans le secteur privé, de 65.000 livres à 95.000 LL (environ 3 dollars au taux du marché parallèle), a été signé vendredi par le chef de l'État, Michel Aoun, le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, et le ministre sortant du Travail, Moustapha Bayram.

En un an, le prix des 20 litres d'essence à 95 octane a augmenté de 1.489 %, selon le centre de recherches libanais Information International, un chiffre qui reflète l’ampleur de la crise sans précédent que traverse le pays depuis 2019, anéantissant quasiment le pouvoir d'achat des habitants et bouleversant leur mode de vie.


Les prix des carburants ont été revus à la hausse mardi au Liban, après que la Banque du Liban (BDL) a modifié les modalités de paiement des importations de ces produits, faisant passer le ratio de dollars pour les importations d'essence sur la plateforme Sayrafa à 70% et celui du marché parallèle à 30%. Des files d'attente s'allongeaient à nouveau devant des stations-services dans le...

commentaires (3)

A dollar constant corrigé de l'inflation le prix de l'essence aujourd'hui est inférieur à celui de 2018 avant la crise. Arrêtons avec les articles démagogiques...

K1000

15 h 39, le 16 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • A dollar constant corrigé de l'inflation le prix de l'essence aujourd'hui est inférieur à celui de 2018 avant la crise. Arrêtons avec les articles démagogiques...

    K1000

    15 h 39, le 16 août 2022

  • "... En un an, le prix des 20 litres d'essence à 95 octane a augmenté de 1.489 % ..." - Non! C'est la valeur de la livre qui a chuté. C'est pas pareil...

    Gros Gnon

    14 h 32, le 16 août 2022

  • LES MAFIEUX DE L,ETAT ET DE SES INSTITUTIONS TOUT COMME LEURS CAMARADES DE LA COSA NOSTRA PRIVEE SONT PARTOUT ET DANS TOUT TOUJOURS A L,OEUVRE POUR SUCER JUSQU,A LA DERNIERE GOUTTE LE SANG DE LA SUEUR DES CITOYENS DE TOUS LES CITOYENS MEME DU BETAIL QUI A VOTE LE RETOUR DE LA MAFIOSITE CRIMINELLE QUI ESSAIE DE LUI SOUSTRAIRE MEME LA DERNIERE PORTION D,AVOINE DONT IL SE NOURRIT. HAYDA L,ATOLL LEBNEN. L,ETABLE PAR EXCELLENCE.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    13 h 11, le 16 août 2022

Retour en haut