Rechercher
Rechercher

Monde - Contestation

Cinquième jour consécutif de sit-in contre le pouvoir militaire au Soudan

Des centaines de Soudanais ont maintenu lundi pour le cinquième jour d’affilée leurs sit-in à Khartoum et ses banlieues, décidés à en finir avec le pouvoir militaire, et sa répression qui a déjà fait plus de 110 morts. Si depuis le putsch le 25 octobre 2021 du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, les prodémocratie manifestent chaque semaine, leur mouvement qui s’était essoufflé il y a plusieurs mois a semblé repartir jeudi dernier. Ce jour-là – anniversaire symbolique d’un autre coup d’État, celui d’Omar el-Bachir, et de la « révolution » qui le renversa –, des dizaines de milliers de Soudanais ont manifesté. Face à eux, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles. Bilan : neuf manifestants tués, des centaines de blessés et autant d’arrestations, selon des médecins prodémocratie qui recensent depuis octobre 114 morts et des milliers de blessés. Depuis vendredi, les manifestants ne quittent plus leurs trois sit-in à Khartoum, dans sa banlieue nord-ouest Omdourman et dans sa banlieue nord-est Khartoum-Nord. Décidés à durcir leur bras de fer avec les généraux qui tiennent désormais seuls le pouvoir et dominent de longue date l’économie, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), colonne vertébrale du gouvernement civil limogé lors du putsch, ont appelé à « une coordination unifiée » des sit-in et des manifestations « partout au Soudan ».


Des centaines de Soudanais ont maintenu lundi pour le cinquième jour d’affilée leurs sit-in à Khartoum et ses banlieues, décidés à en finir avec le pouvoir militaire, et sa répression qui a déjà fait plus de 110 morts. Si depuis le putsch le 25 octobre 2021 du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, les prodémocratie manifestent chaque semaine, leur mouvement qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut