Rechercher
Rechercher

Monde - CONFLIT

Nouvelles frappes de missiles sur Kiev, le maire dénonce une « tentative d’intimidation »

Kiev s’est de nouveau réveillée hier à l’aube avec des bombardements sur un quartier comprenant des immeubles résidentiels et une usine d’armement déjà touchée ces dernières semaines, au jour de l’ouverture d’un sommet du G7 en Bavière. « Il y a eu quatre missiles à partir de 06h30 », a indiqué Édouard Chkouta, un habitant de ce quartier aisé du nord-ouest de la capitale ukrainienne. Un immeuble d’habitations « a été touché directement dans les derniers étages, et j’ai vu de mes propres yeux des blessés sortir », a-t-il raconté. C’est la troisième fois depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine que ce quartier situé non loin du centre historique est visé par des missiles. Il avait d’abord été touché mi-mars puis le 28 avril, lors de la visite à Kiev du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Une journaliste ukrainienne de Radio Liberty avait trouvé la mort.

L’usine d’armement du quartier, dénommée Artem, fondée à la fin du XIXe siècle, produit notamment des roquettes air-air et antichars, et des missiles de gros calibre, selon un site militaire spécialisé ukrainien.

Peu après les frappes, des dizaines de résidents se massaient sur les trottoirs situés en face de l’immeuble touché, certains en pleurs, d’autres en peignoir ou accompagnés de leur chien, alors que les secours commençaient à évacuer. Les trois derniers étages de l’immeuble, qui en compte une dizaine, ont été entièrement détruits. Plusieurs incendies se sont déclarés, dégageant une épaisse fumée brune. Les pompiers ont lutté plusieurs heures durant pour maitriser deux foyers d’incendie. Une personne habitant dans un autre immeuble du même complexe résidentiel a entendu un puissant bourdonnement précédant les explosions, typique des attaques de missiles. Un porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne a indiqué que les frappes avaient été portées par des missiles, « probablement des X101 », tirés par des bombardiers TU-95 et TU-160 depuis la mer Caspienne. Moscou n’a pas immédiatement confirmé ces informations.

Un missile sur un jardin d’enfants

« Je suis allé au balcon, j’ai vu des missiles tomber et entendu une explosion énorme, tout a vibré », a raconté Iouri, 38 ans, qui habite lui aussi ce complexe. Quatre blessés ont été hospitalisés, dont une petite fille de sept ans qui résidait au neuvième étage de l’immeuble touché. Elle a été « extraite des décombres », a expliqué le maire de Kiev Vitaly Klitschko, arrivé rapidement sur le site. Le bilan pourrait encore évoluer. Un autre missile s’est abattu sur un jardin d’enfants à proximité, apparemment sans faire de victimes.

Selon M. Klitschko, les Russes ont voulu « intimider les Ukrainiens (...) à l’approche du sommet de l’OTAN » et de celui du G7, les deux événements s’enchaînant en Bavière puis en Espagne depuis hier et jusqu’à jeudi.

Irena, 32 ans, est sortie sur le trottoir avec son fils Makar âgé de 17 mois. « On est descendus avec notre baluchon d’urgence qui est près de la porte depuis le début de la guerre parce qu’on a dû évacuer », a-t-elle dit. La dernière frappe russe sur la capitale remontait au 5 juin et avait visé une usine à la périphérie sud-est, faisant un blessé. Les sirènes d’alertes aériennes retentissent néanmoins quasi quotidiennement, invitant les habitants à aller aux abris. Hier matin, les alertes ont duré plus de cinq heures.

Source : AFP


Kiev s’est de nouveau réveillée hier à l’aube avec des bombardements sur un quartier comprenant des immeubles résidentiels et une usine d’armement déjà touchée ces dernières semaines, au jour de l’ouverture d’un sommet du G7 en Bavière. « Il y a eu quatre missiles à partir de 06h30 », a indiqué Édouard Chkouta, un habitant de ce quartier aisé du nord-ouest de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut