Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Beyrouth signe un accord avec le Caire et Damas pour importer du gaz égyptien via la Syrie

"Cet accord permettra de fournir quatre heures supplémentaires d'approvisionnement en électricité par jour", assure le ministre libanais de l'Énergie.

Beyrouth signe un accord avec le Caire et Damas pour importer du gaz égyptien via la Syrie

La directrice générale du pétrole au ministère libanais de l'Énergie, Aurore Feghali, saluant le président de la compagnie gazière publique égyptienne EGAS Magdy Galal (d) en présence du directeur général du pétrole au ministère syrien de l'Énergie, Nabih Khrestine et du ministre libanais de l'Énergie, Walid Fayad, au siège du ministère à Beyrouth, le 21 juin 2022. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban a signé mardi un contrat avec l'Égypte et la Syrie pour importer du gaz égyptien via la Syrie, ce qui permettra au pays d'augmenter son approvisionnement en courant de quatre heures par jour, alors qu'il subit depuis des années des pénuries de courant, qui se sont aggravées ces derniers mois sur fond d'effondrement pluridimensionnel.

L'accord a été scellé au siège du ministère libanais de l'Énergie, entre la directrice générale du pétrole au ministère, Aurore Feghali, le directeur général du pétrole au ministère syrien de l'Énergie, Nabih Khrestine, et le président de la compagnie gazière publique égyptienne EGAS Magdy Galal.

"Cet accord permettra de fournir quatre heures supplémentaires d'approvisionnement en électricité par jour" via la centrale de Deir Ammar qui fonctionnera alors à capacité totale, a assuré le ministre de l'Énergie, Walid Fayad, lors d'une conférence de presse. "L'importation de gaz égyptien via la Syrie, d'électricité jordanienne et du fuel irakien permettront d'assurer entre huit et dix heures de courant par jour", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Tirer les leçons de l’âge d’or pétrolier libanais

"Après la signature de tous les accords, les garanties américaines demeurent requises afin d'exécuter le projet", a-t-il ajouté, Washington devant exempter le Liban des sanctions de la loi César visant tout pays, toute entité ou tout individu collaborant avec le régime du président syrien Bachar el-Assad. "Le soutien des Etats-Unis et de la communauté internationale sera essentiel pour assurer (...) la mise en œuvre de ce projet", a-t-il souligné.

Lors d'une discussion avec des journalistes suite à sa conférence de presse, le ministre a indiqué que l'accord signé porte sur une durée de dix ans renouvelables, et prévoit que l'Egypte exportera 700 millions de mètres cubes par an. Le dossier sera par la suite transmis à la Banque mondiale (BM) pour assurer le financement nécessaire et aux États-Unis pour aménager ponctuellement son régime de sanctions.

La signature de cet accord intervient quelques jours après des assurances relayées par l’administration américaine aux autorités libanaises. En début de semaine dernière, le ministre Fayad s’était réuni avec le médiateur américain Amos Hochstein, en visite au Liban dans le cadre du dossier de la délimitation de la frontière maritime entre le Liban et Israël. Lors de cette réunion, l’émissaire lui aurait fait part de son "enthousiasme pour la mise en œuvre de l'accord avec l'Egypte dans les meilleurs délais, si possible dans les deux prochains mois", et qu’il serait prêt à "coopérer et aider" aussi bien pour le volet des sanctions que pour celui du financement de la BM.

Pour mémoire

Initiative américaine pour l’électricité : Amos Hochstein « prêt à aider »

Évoqué pour la première fois au cours de l’été 2021, ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative soutenue par les États-Unis visant à remédier à la pénurie d’électricité au Liban en utilisant du gaz égyptien qui lui sera fourni par gazoduc via la Jordanie et la Syrie. Second volet de cette initiative : l’acheminement de courant électrique en provenance de Jordanie vers le Liban via la Syrie et pour lequel les contrats avec ces pays ont été signés le 26 janvier 2022. 


Le Liban a signé mardi un contrat avec l'Égypte et la Syrie pour importer du gaz égyptien via la Syrie, ce qui permettra au pays d'augmenter son approvisionnement en courant de quatre heures par jour, alors qu'il subit depuis des années des pénuries de courant, qui se sont aggravées ces derniers mois sur fond d'effondrement pluridimensionnel. L'accord a été scellé au siège du...

commentaires (2)

La facilité avec laquelle les syriens ont accepté cet accord me laisse perplexe. Il y a anguille sous roche, je vous le dis. Ils prennent un billet sur notre dos.

Jacques d

23 h 59, le 21 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • La facilité avec laquelle les syriens ont accepté cet accord me laisse perplexe. Il y a anguille sous roche, je vous le dis. Ils prennent un billet sur notre dos.

    Jacques d

    23 h 59, le 21 juin 2022

  • Au lieu de régler les frontières maritimes pour profiter de notre gaz, ces hurluberlus préfèrent payer ce que nous pouvons avoir au delà de nos côtes du Sud Liban! Faut-il être assez TARLA pour être Député ou ministre et surtout président de la République au Liban ?

    Marwan Takchi

    19 h 13, le 21 juin 2022

Retour en haut