Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Procréation versus création... et la ligne 29 !

« La ligne 29 est une ligne rouge », peut-on lire sur des pancartes brandies à Naqoura. Oui, la ligne 29 est une ligne rouge, mais dans quelle mesure est-elle rouge ?

Nous sommes face à ce problème de limite, à une époque où certains meurent de faim, et beaucoup n’ont pas les ressources élémentaires pour vivre. Comment peut-on interpréter la question qui surgit alors ?

Tout appel de cet ordre n’est-il pas de la fantasmagorie ? « Cette cause doit préoccuper tous les Libanais », a affirmé un haut dirigeant libanais. Personnellement, je ne vois pas comment cela peut me préoccuper. Alors que je n’arrive pas « sur terre » à approvisionner les pommiers en eau, après un hiver si abondant. Comment cette cause de la « mer » peut-elle me préoccuper, alors que la terre nous quitte et me rend étrangère à moi-même ?

Allons donc ! Nous n’avons pas réussi à gérer le territoire, comment allons-nous gérer la mer ? Pire, certains Libanais pensent déjà que nous parcourons le ciel avec le parti de Dieu !

Qu’en est-il de nos eaux et de nos fleuves intérieurs ? Qu’en est-il du Litani, du Jaouz, de Nahr Ibrahim, de Rachine… ? Est-il nécessaire de rendre compte du nombre de décès chaque année en raison des « eaux » polluées ? Qu’en est-il du bord de mer pollué par nos eaux usées ?

Assez de discours fantasmagorique !

Que se cache-t-il dans cette « mer » à la limite de la ligne 29 ? Venons-en au fait. Cette ligne rouge est vraiment rouge parce que c’est une limite symbolique qui ne peut pas être maîtrisée par nos élites parlementaires et politiques. Ce n’est pas accidentel, mais de l’ordre du structurel. Ce redoutable adversaire qu’est Israël sort sa mâchoire. Et si nous l’avons vraiment vaincu, alors pourquoi entendons-nous dans le jargon de nos politiciens qu’il est la cause de tous nos malheurs ?

Plus profondément, que se cache-t-il dans cette « mer » à la limite de la ligne 29 ? « Demande-moi et je te donne les nations comme patrimoine, en propriété les extrémités de la terre », dit la Bible.

Afin de conduire les négociations avec succès pour la ligne rouge, laissons-nous d’abord instruire du concept de la limite.

1. Nous ne nous approprions pas un pays ou des terrains pour la simple raison que nous y vivons. Au contraire, nous « méritons » un pays comme donation. Si au moins nous ne le détruisons pas ou ne le pervertissons pas par nos sales possessions. Il ne s’agit pas d’un « droit » mais d’un don reçu.

2- On ne passe pas notre vie dans la « procréation » et la répétition. Nous sommes appelés à la « création ». Un peuple n’est pas muselé au prix de sa nourriture et de sa boisson ! La vie, c’est bien autre chose.

Qu’est-ce que les gouvernants du Liban, de la Syrie, de l’Irak et autres pays voisins, dans l’histoire moderne, ont donné à l’humanité, en termes de création et de messages ? Faisons voler un drone au-dessus de la Syrie, de l’Irak et du Liban. Qu’allons-nous voir ? Des immeubles, des bidonvilles, des taudis chaotiques qui défient l’espace, la terre et la mer ! Un drame qui fait peur.

Et en fait, beaucoup d’entre nous se sont évertués à effacer toutes les traces. Et voilà la trace rouge dans la ligne 29 !

Enfin, ce n’est pas avec les armes d’autrui qu’on pourra vaincre l’ennemi. L’ennemi est notre partie adverse dans laquelle on est obligé, voire forcé, de lutter, partie de nous-mêmes, autrement autres nous-mêmes.

Cet ennemi s’offre à nous pour nous permettre une fois pour toutes de prendre les choses au sérieux et d’affronter la réalité, et d’arrêter nos « vols célestes » !

La notion de limite se pose à nous cette fois-ci avec une chance de comprendre, de laquelle nous avons été privés lors de l’explosion du port de Beyrouth.

Et au fait, beaucoup d’entre nous se sont évertués à effacer toutes les traces. Et voilà la trace rouge dans la ligne 29 !

Qui parmi nos leaders pourrait être à la hauteur des négociations ?

Ce « pays qui pleure et languit, confus et dépéri », implore son salut. Mais quelqu’un a dit : « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. » Et c’est la division qui arrive. De plus, dans les « gématries », le nombre 29 signifie division qui mène au nombre 2 en calculant les nombres : 2 + 9 = 11... 1 + 1 = 2. Le 2 représente une division.

« Je suis venu apporter un feu sur la terre... Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli! » Et quelle angoisse est la nôtre de n’avoir eu qu’un baptême d’eau dans cette « mer » si obscure.

Est-ce qu’on est prêts à recevoir ce feu ? Séparer, c’est probablement la meilleure façon de se rassembler.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


« La ligne 29 est une ligne rouge », peut-on lire sur des pancartes brandies à Naqoura. Oui, la ligne 29 est une ligne rouge, mais dans quelle mesure est-elle rouge ? Nous sommes face à ce problème de limite, à une époque où certains meurent de faim, et beaucoup n’ont pas les ressources élémentaires pour vivre. Comment peut-on interpréter la question qui surgit alors ?...

commentaires (1)

Pas mal puis déjanté. Vous vous êtes bien amusée ?

M.E

23 h 44, le 21 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pas mal puis déjanté. Vous vous êtes bien amusée ?

    M.E

    23 h 44, le 21 juin 2022

Retour en haut