Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Au pays des merveilles et délices...

Depuis que le monde est monde, depuis que la vie est vie... il y a un Petit Prince de pays, un rêve à la Saint Exupéry... Venu du fond des âges, mille et mille paysages échoués sur un petit rivage d’une nature inouïe... Le pays aux grands éclats, détruit mille et mille fois, mais qui meurt puis naît à chaque fois… Éternel comme le Christ, quand on l’enterre, il ressuscite, revient vite, bénit et persiste !

Séismes, tremblements, sièges, invasions, famines, disette et dettes… Jamais rien n’y a fait et jamais la vie ne quitte !

Dans le noir, sortant le soir d’un centre médical du quartier de Hamra, j’ai longé par hasard le quartier de Aïn Mreissé pour regagner Zaytouna Bay, question de retrouver la nostalgie des bons vieux jours d’avant octobre 2019...

Arrivé à hauteur du Four Seasons, la voiture bifurque vers le Métropole... Et là, miracle des miracles : on a du mal à croire qu’on est toujours à Beyrouth !

La lumière, ça alors ! « Awiha, awiha » ! La lumière est partout... On se croirait sur la Lune ! Les bolides Porsche, Ferrari, BMW et Mercedes se disputent les valets et les parkings ! Le Métropole est bondé, la Cuccina plein à craquer et chez Em Shérif, il n’y a plus de tables...

« Non, mais vous n’avez pas de réservation ? Il reste une place debout là-bas, au bar... Pour une bière ? C’est tout ? Libanaise ou “ajnabi” ? » « La moins chère ! » « C’est 90 mille, Almaza... et sans service ! Ya habibi, Almaza veut dire diamant bil fransaoui! »... N’empêche, c’est et ça restera de l’eau d’orge fermentée...

Quelques photos envoyées sur WhatsApp à mes amis parisiens et puis les coups de fil fusent : « C’est pas vrai, mais t’es où ? Il y a du monde? 400 mille livres la pizza ? Euh... 15 euros ! C’est encore moins cher que Pizza Pino sur les Champs... » « Tu veux venir quelques jours ? À ces prix-là, c’est pas cher ! » « Comment? Le smic libanais est à 750 mille livres? Ah oui ! Mais il n’y a pas eu d’attaques, d’émeutes de gens affamés furibonds, la foule, quoi ! » « Rien... Par contre, on a eu du très bon foul vert (fèves) pas cher cette année ! »

« Ah bon, curieux ! Y a rien du tout, c’est bizarre... Ils font comment, les pauvres, alors ? Aux infos, ils nous disent qu’y a plus de farine pour le pain... Ah, c’est ça ! Là, tu es au carré d’or ! L’avenue Montaigne, quoi... »

« Et y a pas de gilets jaunes là-bas? » « Non ! Que des gilets pare-balles pour les gardes du corps... des affameurs ! Je ne sais pas d’ailleurs s’ils sont jaunes ! »

« Mais c’est un curieux pays tout de même ! Tu ne penses pas qu’il est né avant les pu... , ton Liban ? »

« Ah ça... Peut-être ! Mon ami, avant ou après, peu importe. De toute façon, il faut bien naître un jour un endroit et quelque part... Et je ne suis pas sûr que, malgré tout ce qui se passe, ce soit un mauvais endroit ! Tu veux dire qu’on est des fils et des filles de pu… ? Non, tu exagères tout de même ! »

La preuve ? En quittant l’eldorado éclairé du carré d’or, cinquante mètres à peine plus loin, je dois rouler des kilomètres et des kilomètres à 700 mille livres les 20 litres dans un noir macabre de cimetière total et complet en priant pour arriver sain et sauf sans vol ni racket, et sans qu’une épave roulante venant en face sans feux ni phares ne me rentre dedans, car invisible comme Simon Templar... ! Tu ne sais pas qui c’est ? Ah ! C’était l’homme invisible surnommé « Le Saint » dans ma jeunesse, du temps de la télé blanc et noir… Sir Roger Moore anobli par sa très gracieuse majesté la reine, car devenu par la suite l’espion 007 James Bond !

Mais ce qui est terrible, c’est que, maintenant, je n’ai plus peur de rentrer dans le noir !

Par les temps qui courent, le temps très court des cerises fut un soulagement immense, car les cerises sont devenues plus chères qu’à la cour des marquises... Nous voilà revenus, que veux-tu, à la cour de la « labné et du khiar », mais vendus au prix du caviar!

Bienvenue nombreux... À Montparnasse ? Déjà !? Bienvenue au Liban. Bienvenue Montparnasse, il nous manque un métro, toi le spécialiste, car on n’arrive plus à payer les services et les taxis, ni même les bus... du moment que tu passes... ou repasses !

Et n’oublie pas : on est aussi un pays de parnasse... avec une bonne petite dose de sacrés bons vivants garantis, frime et classe !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Depuis que le monde est monde, depuis que la vie est vie... il y a un Petit Prince de pays, un rêve à la Saint Exupéry... Venu du fond des âges, mille et mille paysages échoués sur un petit rivage d’une nature inouïe... Le pays aux grands éclats, détruit mille et mille fois, mais qui meurt puis naît à chaque fois… Éternel comme le Christ, quand on l’enterre, il ressuscite,...

commentaires (1)

Excellent véridique et combien reel

Carole Chelhot

09 h 58, le 18 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Excellent véridique et combien reel

    Carole Chelhot

    09 h 58, le 18 juin 2022

Retour en haut