Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Le secteur de l'énergie au Liban est au bord de l'effondrement, met en garde Washington

Aucune mesure n'a encore été prise par les Etats-Unis concernant une éventuelle exemption des projets énergétiques de sanctions américaines, étant donné qu'aucun contrat n'a été signé avec la Syrie, affirme la nouvelle sous-secrétaire d'État américaine pour les Affaires du Proche-Orient.

Le secteur de l'énergie au Liban est au bord de l'effondrement, met en garde Washington

La centrale électrique de Zouk, au nord de Beyrouth. Photo Philippe Hage Boutros

"Le secteur de l'énergie au Liban est au bord de l'effondrement", a déclaré Barbara Leaf, la nouvelle sous-secrétaire d'État américaine pour les Affaires du Proche-Orient, mettant en garde contre l'impact que pourrait avoir un effondrement total de "l'Etat et la société" du pays, notamment sur la région. 

Lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain sur la situation en Syrie, Mme Leaf est revenue sur les projets d'acheminement de gaz égyptien et d'électricité jordanienne au Liban via la Syrie, des plans parrainés par Washington pour faire face aux pénuries d'électricité, mais qui n'ont pas encore été concrétisés. Elle a souligné à ce propos qu'aucune mesure n'avait encore été prise par les Etats-Unis concernant une éventuelle exemption de ces projets des sanctions américaines prises contre le régime syrien, étant donné qu'aucun contrat n'avait encore été officiellement signé entre les différents partenaires et la Syrie, bien qu'"une procédure soit en cours" pour la signature d'un tel acte. Lorsque cela sera effectué, Washington "se penchera sur les détails du contrat et prendra une décision concernant les sanctions", a précisé Mme Leaf, qui a été confirmée au poste de sous-secrétaire il y a moins d'un mois.  "Le secteur de l'électricité au Liban est au bord de l'effondrement", a-t-elle encore déclaré, soulignant que l'objectif principal des projets énergétiques soutenus par l'administration américaine était "d'aider le peuple libanais", qui ne dispose "que de deux heures d'électricité par jour pour le moment". 

Répercussions régionales
"Le Liban souffre depuis des années et son Etat et sa société sont aujourd'hui au bord de l'effondrement. Nous essayons donc par de nombreux moyens d'éviter cette éventualité, parce qu'elle aurait non seulement des répercussions sur les Libanais mais également dans la région, de manière plus large, notamment sur Israël, la Jordanie et d'autres pays", a ajouté la haute responsable US. "Le roi de Jordanie est, parmi nos partenaires, le plus inquiet sur un éventuel effondrement du Liban et il veut faire tout son possible pour contrer cette éventualité", a-t-elle indiqué. 

Lire aussi

Transition énergétique : ce que l’exécutif libanais a prévu

Ces déclarations ont été faites par la sous-secrétaire d'Etat alors que le ministre libanais sortant de l'Energie, Walid Fayad, avait affirmé mercredi à l'agence Reuters que l'adoption du plan pour l'approvisionnement du Liban en électricité parrainé par les Etats-Unis est retardé "pour des raisons politiques". Dans des propos confiés à Reuters, M. Fayad avait indiqué que la Banque Mondiale lie le financement du projet "à une sorte d'engagement politique", sans plus de précisions. Cela semble toutefois faire référence à un engagement des autorités à effectuer des réformes sérieuses dans les administrations publiques, une condition souvent mise en avant par la communauté internationale en préalable de l'octroi d'aides au Liban. Walid Fayad avait également mis en garde contre une hausse des heures de rationnement de courant quotidien si l'adoption du plan était davantage retardée, surtout avec l'arrivée prochaine des touristes pour la saison d'été durant laquelle la demande en électricité augmente fortement.

À l’issue de la dernière séance de son cabinet, avant qu’il ne devienne chargé d'expédier les affaires courantes, consécutivement aux élections législatives du 15 mai, le Premier ministre, Nagib Mikati, avait annoncé que Siemens et General Electric avaient fait une offre au Liban visant à fournir au pays 24 heures d’électricité par jour. Il avait accusé le ministre de l’Énergie, proche du Courant patriotique libre de Gebran Bassil, d’avoir retiré la veille les termes de l’accord qui avaient été préparés pour l’offre – après les avoir soumis au gouvernement – sous prétexte de vouloir "l’étudier davantage".

M. Fayad devait demander en Conseil des ministres l’autorisation de signer deux contrats avec l’Égypte et la Jordanie pour assurer l’approvisionnement du Liban en électricité. Mais ces deux contrats ont été retirés de l’ordre du jour sur décision du ministre. Un comportement que M. Mikati a expliqué par des pressions exercées sur Walid Fayad par "un camp politique", en allusion au CPL. S’en est suivie une guerre de communiqués entre les deux parties.


"Le secteur de l'énergie au Liban est au bord de l'effondrement", a déclaré Barbara Leaf, la nouvelle sous-secrétaire d'État américaine pour les Affaires du Proche-Orient, mettant en garde contre l'impact que pourrait avoir un effondrement total de "l'Etat et la société" du pays, notamment sur la région. Lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères du Sénat...

commentaires (5)

MON DIEU, GARDEZ NOUS DE NOS AMIS LES AMERLOQUES, NOS ENNEMIS NOUS NOUS EN CHARGEONS, BIEN SUR APRES LES AVOIR ETIQUeTE COMME TELS , car trop nombreux ceux la !

Gaby SIOUFI

16 h 32, le 10 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • MON DIEU, GARDEZ NOUS DE NOS AMIS LES AMERLOQUES, NOS ENNEMIS NOUS NOUS EN CHARGEONS, BIEN SUR APRES LES AVOIR ETIQUeTE COMME TELS , car trop nombreux ceux la !

    Gaby SIOUFI

    16 h 32, le 10 juin 2022

  • Le secteur de l’énergie au Liran était au bord du gouffre. Le CPL lui a fait faire un grand bond en avant…

    Gros Gnon

    21 h 48, le 09 juin 2022

  • Ne JAMAIS faire confiance aux américains : La déclaration de cette ministre est en elle même la meilleure preuve de la partialité de l'administration US qui a l'air de frétiller de plaisir en remarquant avec satisfaction que leur plan visant à mettre le Liban à genoux ( juste à l'heure où les convoitises d'Israel sur nos gisements sous-.marins se précisent et sont prêtes à être mises en pratique ) est en train de réussir . Un pays à plat n'a plus ls capacité de négocier en position de force avec l'ennemi et c'est ce qu'ils ont voulu nous imposer avec l'arrivée de la plateforme isrsélienne au-dessus des lits marins encore sous discussions !

    Chucri Abboud

    17 h 58, le 09 juin 2022

  • "Le secteur de l'électricité au Liban est au bord de l'effondrement", a déclaré Mme Leaf de l'administration US. Elle est plutot en retard la brave dame. Il s'est effondre depuis longtemps.....

    Michel Trad

    14 h 42, le 09 juin 2022

  • Voilà où nous mènent les valses-hésitation de nos "dirigeants", seule chose qu'ils savent faire...en plus des déclarations optimistes mais hautement ridicules qu'ils nous débitent sans arrêt devant tous les médias ! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 40, le 09 juin 2022

Retour en haut