Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

L’arc-en-ciel parlementaire

Qu’il est beau, l’arc-en-ciel parlementaire version 2022 ! On y voit de toutes les couleurs... traditionnelles avec, comme seule nouveauté, la tranche grisâtre des groupes de la contestation, réformistes mais pas nécessairement souverainistes. La montagne du 17 octobre a accouché d’un bloc de 13 sièges qui est venu s’ajouter aux autres blocs fondus dans le ciment confessionnel. La révolution est en pleine jubilation ! Son « poing levé » a pointé du majeur, malgré sa minorité. Mais le cri de sa victoire se perd dans les ululements de joie des forces apparemment libanaises, mais effectivement chrétiennes, qui exultent d’allégresse sur la première marche du podium communautaire. Geagea brandit le trophée de sa victoire, la médaille d’or au cou, fier de ses 19 points, 4 de plus gagnés à la faveur des incidents de Tayouné. À ses côtés, juste en dessous sur la deuxième marche, le médaillé d’argent Bassil. Eh oui, il est toujours là, bien portant, avec ses 17 points. Il a terminé la course sur les talons de son rival. On le donnait pour mort, mais il est miraculeusement vivant, malgré les « hela hela ho » de la contestation, les sanctions américaines, sa diabolisation pour son alliance avec l’ange des ténèbres et son animosité avec la moitié locale du tandem chiite. Il serait même en droit de revendiquer la médaille d’or et la première marche du podium avec le ralliement du Tachnag et d’un élu du Akkar, sans compter les accusations de dopage qui visent le nouveau champion des chrétiens pour dépassement du plafond des dépenses électorales. La bipolarité antagonique chrétienne FL-CPL est donc là pour démeubler notre quotidien pour les années à venir !

Quelle chance d’avoir ces mêmes visages dans le paysage ! Un vrai signe de changement !

Mais pourquoi se désillusionner ? Pourquoi gâcher la fête ? Pourquoi se faire du mauvais sang ? Pourquoi se dire que la voix du peuple est plutôt la voix du diable ? Pourquoi bouder le grand bal ? Joignons-nous à la fiesta des uns et des autres ! Puisque la tête nous tourne, entrons dans la danse folle ! Prenons la folie pour cavalière ! Allons nous pâmer avec les idolâtres aux pieds du veau d’or ! Rendons-nous à l’évidence de la fatalité, ou à la déraison puisqu’à Meerab, à Aïn el-Remmané, dans les rues, sur les ondes, dans les salles de presse, dans les émissions-débats, dans les éditoriaux, dans les journaux en ligne, etc., on parle de victoire, de reconquête, de libération du Libanais otage, de résurrection du Liban-message !

Et pour cause : le tsunami en sens inverse a déferlé ! Il a envoyé en l’air la caisse d’orange et il n’en reste plus que 17 dans le nouveau camembert parlementaire. Ils sont loin derrière ! Entre 19 et 17, il y a un abîme ! Comptez les décimales !

Le aounisme a été anéanti ! Pour les pauvres hères, c’est une nouvelle ère qui commence dans un Parlement new-look aux couleurs bigarrées. Fini le temps des hémicycles bicolores 14 et 8 Mars ! Ce temps révolu où même un 14 Mars deux fois majoritaire n’a rien pu faire ! Une Assemblée arc-en-ciel pourra mieux faire : bander son arc et décocher les flèches de la souveraineté. Maintenant, c’est le temps de l’éclatement ! On va bien s’éclater dans la Chambre ! On va chercher des partenaires pour jouir d’un bloc plus important, le temps d’une passade, puis on fera des échanges. Le parti de Dieu, quant à lui, observera de haut les orgies. Il laissera faire tant que son arme illégale jouira de la même couverture chrétienne ou crétine. En effet, une couverture raccourcie d’un centimètre ne va pas lui donner froid. Et si, d’aventure, on lui retire la couverture... il dégainera son index !

Désolé de jouer les rabat-joie, mais on n’est pas sorti du bois ! Ce n’est pas un bloc de quelques pouces qui va débloquer la situation ! Surtout dans une Assemblée hétéroclite qui ressemble à une tour de Babel, où les soi-disant constructeurs, qui furent des destructeurs, ne parlent pas un même langage, où l’opposition, jadis unie, est plurielle, disparate, aux différentes orientations et priorités. Maintenant que la légitimité de nos anciens est renouvelée au Parlement, nous les reverrons au prochain gouvernement qui ne sera pas un de technocrates ! Et la thaoura y sera volontiers assimilée !

Bref, cet arc-en-ciel bariolé, sous lequel on est en liesse, n’augure rien de bon. Les couleurs de l’opposition, indépendantes, civiles et partisanes, sont trop frappantes pour se fondre en une seule, nationale. Mieux vaut attendre un peu pour fêter. Attendre et voir si, cette fois, les promesses électorales seront tenues, si une stratégie unifiée sera adoptée pour sceller la « stratégie de défense », s’il y aura un changement à la tête chenue du Parlement ou encore une soumission et une énième reconduction, si l’enquête sur la double explosion du port sera remise sur les rails ou mise en bière, si les réformes seront enfin mises en place, si les corrompus resteront à leur place (à la banque centrale et ailleurs), si la « reddition des comptes » aura lieu, si les fonds, l’honneur et la souveraineté volés seront restitués...

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Qu’il est beau, l’arc-en-ciel parlementaire version 2022 ! On y voit de toutes les couleurs... traditionnelles avec, comme seule nouveauté, la tranche grisâtre des groupes de la contestation, réformistes mais pas nécessairement souverainistes. La montagne du 17 octobre a accouché d’un bloc de 13 sièges qui est venu s’ajouter aux autres blocs fondus dans le ciment confessionnel. La...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut