Rechercher
Rechercher

Économie - Le chiffre de la semaine

Les envois de fonds des expatriés au Liban ont baissé de 5,6 % en 2021

Les envois de fonds des expatriés au Liban ont baissé de 5,6 % en 2021

5,6% : c’est la baisse en glissement annuel des envois de fonds des expatriés au Liban en 2021, atteignant alors 6,61 milliards de dollars. Cela représente la seconde baisse consécutive, les transferts d’argent ayant déjà connu une diminution de 5,4 % en 2020 (7 milliards de dollars). À noter que ce dernier chiffre a été révisé à la hausse, alors que la Banque mondiale, et plus particulièrement son département du Partenariat mondial pour les connaissances sur les migrations et le développement (Knomad), l’avait estimé à 6,63 milliards de dollars dans sa 34e édition (en 2021) du rapport « Migration et développement ».

Ces baisses consécutives ont lieu suite à la hausse de 6,2 % des fonds transférés par les Libanais de l’étranger, passant de 6,97 milliards en 2018 à 7,4 milliards en 2019. Deux raisons expliquent cet envoi d’argent : l’aide à la famille restée au pays et la sauvegarde de l’épargne pour leurs vieux jours. En effet, le système bancaire libanais offrait des taux d’intérêt élevés pour attirer les dépôts, grâce aux importants taux offerts par l’État à travers les bons du Trésor et les eurobonds (les titres de dette en devises). Toutefois, depuis la fin de l’été 2019, les banques ont commencé à appliquer des restrictions bancaires illégales sur les comptes en devises de leurs clients, les décourageant alors de transférer leur épargne vers le Liban et les poussant à ne plus faire confiance au secteur bancaire. Cette situation a d’ailleurs poussé de nombreux déposants à intenter des procès contre les banques libanaises, au Liban comme à l’étranger.

Concernant les envois de fonds destinés à des proches, la Banque mondiale avait indiqué dans son édition de 2021 qu’en raison de la crise sanitaire qui avait impacté le travail de nombreux individus résidant dans des pays en développement, les transferts vers ces pays allaient augmenter. Au niveau mondial, les remises de fonds ont augmenté de 8,6 % en 2021 à destination des pays en développement, et de 7,7 % à destination des pays arabes.

Dans ce cadre, le Liban se positionne en 31e place au niveau des pays ayant reçus le plus de fonds de la part de leurs expatriés en 2021, indique la Banque mondiale. Au niveau des pays de la zone MENA, il obtient la palme de bronze. C’est l’Égypte qui rafle la première place, avec 31,5 milliards de dollars reçus, suivie par le Maroc (10,4 milliards de dollars). Dans le monde, c’est l’Inde qui reçoit le plus de remises de fonds de l’étranger (89 milliards de dollars), suivie par le Mexique (54 milliards de dollars) puis la Chine (53 milliards de dollars). L’Égypte se hisse à la cinquième position.

Les transferts de fonds vers le Liban n’ont représenté que 0,9 % de la valeur totale de ces envois, qui s’élèvent à 773 milliards de dollars.


5,6% : c’est la baisse en glissement annuel des envois de fonds des expatriés au Liban en 2021, atteignant alors 6,61 milliards de dollars. Cela représente la seconde baisse consécutive, les transferts d’argent ayant déjà connu une diminution de 5,4 % en 2020 (7 milliards de dollars). À noter que ce dernier chiffre a été révisé à la hausse, alors que la Banque mondiale, et...

commentaires (3)

A noter que la hausse du dollar à 32000 livres, est une manipulation politico mafieuse qui ne tardera pas à s'inverser avec l'élection du chef du Législatif, avec cumuls de gains chez les spectateurs.

Esber

18 h 24, le 23 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • A noter que la hausse du dollar à 32000 livres, est une manipulation politico mafieuse qui ne tardera pas à s'inverser avec l'élection du chef du Législatif, avec cumuls de gains chez les spectateurs.

    Esber

    18 h 24, le 23 mai 2022

  • Il faut avouer que les 6 ou 7 milliards de dollars dont on parle, sont un soutien non seulement aux parents des expatriés, mais, aussi permettent d'éviter le chaos total du pays.

    Esber

    18 h 13, le 23 mai 2022

  • Les libanais expatriés n’ont pas cessé d’envoyer de l’argent à leurs familles, seulement ils préfèrent les envoyer en mains propres pour ne pas passer par les banques qui se servent copieusement à chaque transfert ou parce qu’ils ont peur que les banques décident du jour au lendemain que cet argent est confisqué. Les banques, en jouant le jeu des malfrats qui tiennent le pouvoir se sont tirés une balle dans leur pied. Toujours est il, l’argent continue d’arriver au Liban pour subvenir aux besoins des libanais qui ont été volé par leurs dirigeants qui pour certains ont été réélus grâce à des demeurés qui se plaisent dans leur enfer et ne veulent pas changer leur sort.

    Sissi zayyat

    15 h 59, le 23 mai 2022

Retour en haut