Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Qui sont les huit femmes élues au Parlement libanais

Non seulement les nouvelles députées représentent la diversité géographique et politique, mais elles viennent également de divers horizons professionnels.

Qui sont les huit femmes élues au Parlement libanais

De gauche à droite, de haut en bas : les députées Nada Boustany, Inaya Ezzedine, Ghada Ayoub, Sethrida Geagea, Najat Saliba, Cynthia Zarazir, Halima Qaaqour et Paula Yacoubian. Photos prises des comptes Twitter des candidates. Montage : Mohamad El Chamaa

A l'issue des législatives libanaises de dimanche, un nombre record de huit femmes, originaires des quatre coins du pays, ont été élues au Parlement. Non seulement les députées représentent la diversité géographique et politique du pays, mais elles viennent également de divers horizons professionnels. Elles viennent du monde universitaire, médical ou encore de celui du divertissement. Certaines d'entre elles étaient également mobilisées, sur le terrain, lors des mouvements de protestation. En termes de chiffres, les circonscriptions de Beyrouth I et Mont-Liban IV comptent le plus grand nombre de femmes, toutes candidates de mouvements liés à la contestation. Les candidates élues liées à des groupes politiques traditionnels sont réparties dans quatre circonscriptions différentes.


Partis politiques traditionnels

Ghada Ayoub est la nouvelle députée de la circonscription Liban-Sud I pour les Forces libanaises. Elle est conseillère juridique auprès de la Commission libanaise de l'énergie atomique au Centre national de recherche scientifique du Liban. Mme Ayoub est également professeure associée à la faculté de droit et de sciences politiques de l'Université libanaise, et présidente du département de droit public. Elle est titulaire d'un doctorat en droit international nucléaire à l'Université de Montpellier.

Nada Boustany est la nouvelle députée du Courant patriotique libre dans la circonscription du Mont-Liban I. Elle a été conseillère du ministre de l'Energie avant d'occuper elle-même ce poste en 2018. Son mandat a pris fin lorsque l'ancien Premier ministre Saad Hariri a démissionné et dissous son cabinet à la suite du soulèvement populaire du 17 octobre 2019.

Inaya Ezzedine est une ancienne ministre et députée sortante de la circonscription Liban-Sud II pour le mouvement Amal du président du Parlement Nabih Berry. Elle est titulaire d'un doctorat en médecine de l'Université américaine de Beyrouth et est la directrice fondatrice de M.A.P. Medical Testing and Laboratories à Hamra, à Beyrouth. Elle a occupé le poste de ministre de la Réforme administrative de 2016 à 2019. Elle était alors la seule femme du deuxième cabinet de Saad Hariri. Elle est également à la tête de la commission parlementaire des femmes et des enfants. En 2020, elle a reçu la Légion d'honneur française, en reconnaissance de ses services au public. Elle est la sœur de Hassan Ezzedine, membre du mouvement Amal, qui a été tué lors de l'invasion israélienne de 1982.

Sethrida Geagea est députée sortante de la circonscription Liban-Nord III pour les Forces libanaises. Elle est l'épouse du leader du parti, Samir Geagea. Pendant les 11 années d'emprisonnement de ce dernier, elle a été cheffe par intérim des Forces libanaises. Elle a été élue pour la première fois au Parlement en 2005, après la révolution du Cèdre et peu avant la libération de son mari.


Contestation

Halimé Kaakour est la nouvelle députée de la circonscription de Mont-Liban IV pour le mouvement politique Lana. Elle est professeure de droit des affaires et d'éthique commerciale à l'Université libanaise. Mme Kaakour a également enseigné à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth et à l'Université internationale libanaise. Elle est titulaire d'un doctorat en droit international public et droits de l'Homme de l'Université de Montpellier.

Najat Saliba est la nouvelle députée de la circonscription du Mont-Liban IV pour le mouvement indépendant Taqqadom. Elle est professeure de chimie et ancienne directrice du Centre de conservation de la nature à l'Université américaine de Beyrouth. Elle est également cofondatrice et directrice exécutive de l'incubateur d'entreprises locales Khaddit Beirut. Najat Saliba est lauréate du Prix international L'Oréal-UNESCO 2019 pour les femmes de science, de l'Ordre national du Cèdre et a été nommée parmi les 100 femmes les plus influentes par la BBC en 2019. Elle est titulaire d'un doctorat en science des surfaces de l'Université de Californie du Sud.

Paula Yaacoubian est pour la seconde fois consécutive élue députée dans la circonscription de Beyrouth I. Cette année, elle se présentait sur la liste du parti indépendant Li Watani. En 2018, elle avait remporté le même siège en se présentant sur la liste Tahalof Watani, devenant ainsi la première candidate indépendante à gagner un siège à l'Hémicycle. Mme Yaacoubian a démissionné à la suite de l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Elle s'est fait connaître du public en 1995 en tant qu'animatrice de télévision sur plusieurs chaînes internationales et libanaises, dont la Future TV.

Cynthia Zarazir est la nouvelle députée de la circonscription de Beyrouth I. Elle s'est présentée sur la liste du parti indépendant Li Watani. Elle est bien connue pour sa présence lors du soulèvement du 17 octobre et pour les efforts qu'elle a déployés pour aider les personnes touchées par l'explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020.


Cet article est une version traduite de l'anglais d'une information parue sur le site de L'Orient Today


A l'issue des législatives libanaises de dimanche, un nombre record de huit femmes, originaires des quatre coins du pays, ont été élues au Parlement. Non seulement les députées représentent la diversité géographique et politique du pays, mais elles viennent également de divers horizons professionnels. Elles viennent du monde universitaire, médical ou encore de celui du divertissement....

commentaires (9)

Pas glorieux pour notre pays j'entends.

Haddad François

18 h 41, le 20 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Pas glorieux pour notre pays j'entends.

    Haddad François

    18 h 41, le 20 mai 2022

  • Pas glorieux...seulement huit femmes!

    Haddad François

    14 h 53, le 20 mai 2022

  • C'est etonant de savoir que le Liban a une commission de l'energie atomique. Ca doit y tavailler aussi dur que dans notre direction des chemins de fer. Quand a l'ancienne ministre de l'energie, on sait avec quelle energie (sic) elle a reussi a donner du courant a tous les Libanais.... On elit vraiment n'importe quoi dans ce pays....

    Michel Trad

    20 h 10, le 19 mai 2022

  • Et pourquoi pas une femme comme Madame Ezzedine, présidente du Parlement.

    Achkar Carlos

    19 h 37, le 19 mai 2022

  • Merci pour la censure. BRAVO

    Sissi zayyat

    19 h 35, le 19 mai 2022

  • Dans l'espoir qu'elles puissent s'exprimer et qu'elles puissent aller au bout dans le cadre de leurs missions. Que l'expertise soit au service de l'ensemble des députés. Un grand bravo à l'auteur de l'article de ne pas avoir précisé les sectes auxquelles appartiennent les familles de ces députées.

    Georges Olivier

    19 h 09, le 19 mai 2022

  • Un pas en avant. Bravo! Meme si il y en a qui ont eu un parcours douteux suivant des partis qui on mene le Liban a la ruine.

    Sabri

    17 h 20, le 19 mai 2022

  • Y’en a deux qui ne sont pas crédibles dont une orange pressée. Dommage et welcome to Najat , Cynthia et Ghada Ayoub .

    Wow

    14 h 10, le 19 mai 2022

  • Sur les huit, une seule a fait partie du gouvernement, et est liée aux scandales (pourquoi pas scandaux?) de EDL…

    Gros Gnon

    13 h 40, le 19 mai 2022

Retour en haut