Rechercher
Rechercher
}

Direct Liban

Législatives libanaises : retrouvez ici notre couverture de la journée électorale

Ce qu’il faut retenir

Quelque 3,9 millions de Libanais étaient appelés aux urnes aujourd'hui, pour les premières législatives depuis le mouvement de contestation d'octobre 2019.

Le taux de participation pour l'ensemble du territoire s'élève à 41,04 % contre 48,68 % en 2018.

L'un des enjeux de ce scrutin est la performance des mouvements d'opposition, dans un contexte d'effondrement de l'économie libanaise, depuis plus de deux ans.


00:19 heure de Beyrouth

Nous allons interrompre cette couverture en direct pendant quelques heures. Retrouvez-nous demain matin. Merci de nous avoir suivis.

00:02 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban III, vers 23H11, sur un total de 22.517 voix dépouillées.


Pierre Bou Assi (FL), liste soutenue par le PSP et els FL « Baabda la souveraineté et la décision » : 6.966 voix


Alain Aoun, (CPL), liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 4.393 voix


Chadi Waked, liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 1.330 voix


Alexandre Karam, liste "Baabda la souveraineté et la décision", soutenue par le PSP et les Forces libanaises : 840 voix


Camille Dory Chamoun, liste "Baabda la souveraineté et la décision", soutenue par le PSP et les Forces libanaises. : 790 voix

23:50 heure de Beyrouth

"Il est clair que le Courant patriotique libre (CPL) aura un grand groupe au Parlement", a déclaré son chef Gebran Bassil, lors d'un point de presse, alors que le décompte des voix n'est pas terminé. "Il faut évidemment attendre les chiffres définitifs avant de commenter les résultats, mais il est certain que le CPL est sorti vainqueur de la bataille et aura des députés à travers le Liban", a affirmé le candidat du CPL à Batroun.

Le chef du CPL a également répondu aux déclarations faites ce soir par le chef des Forces Libanaises Samir Geagea et selon qui les FL progressent dans toutes les régions face au CPL. "Le chef des FL a affirmé que son parti est devenu le premier sur la scène chrétienne. Il est vrai qu'il est devenu le premier dans l'achat des consciences, et il en est fier", a fustigé M. Bassil, qui avait déjà par le passé dénoncé des achats de voix par le parti de Samir Geagea. "Le CPL n'était pas en guerre avec les FL, le Parti socialiste progressiste, les Kataëb, ou encore Amal. Il était en guerre contre les Etats-Unis, Israël, et leurs alliés, depuis le 17 octobre" 2019, a-t-il ajouté.

Après son discours, les partisans du CPL réunis au QG de Batroun ne sont pas rassurés. "Ils auront tout fait pour l’enterrer à Batroun, lance Ralph Rizk, 32 ans. Tous, les ennemis à l'extérieur et à l'intérieur".

23:39 heure de Beyrouth

Ambiance : 250 partisans du CPL sont réunis dans le QG du parti à Batroun. Ils ont transformé le chant insultant envers leur chef qui avait marqué la révolte d'octobre 2019, en : "Hela Hela Ho, Gebran Bassil nous l'aimons". "Je suis sur les nerfs, je n’arrive toujours pas à croire que Bassil l'emporte à Batroun", affirme à L'Orient-Le Jour Rita*, la quarantaine. "Je n'en reviens pas, il y a encore plein de aounistes dans ce pays ! On se sent mieux ce soir", lance une femme qui regarde la chaîne du parti, OTV.

Photo prise par notre journaliste sur place, Caroline Hayek

23:15 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus sur le site des Forces libanaises, dans la circonscription de Beyrouth I, vers 22h40, sur un total de 1.148 voix dépouillées.


La liste "Nous sommes pour Beyrouth", soutenue par les Forces libanaises : 356 voix


La liste "Le Liban de la souveraineté", soutenue par les Kataëb et Jean Talouzian (proche de Antoun Sehnaoui) : 269 voix


La liste "Nous étions et nous resterons à Beyrouth", soutenue par le Courant patriotique libre et le Tachnag : 232 voix


La liste "Ma patrie", soutenue par la société civile et par le parti "Tahalof Watani" (Paula Yacoubian) : 206 voix

23:14 heure de Beyrouth

Ambiance : Vers 22h30, des partisans des Forces libanaises sillonnaient la place Sassine, à Beyrouth, en brandissant les drapeaux du parti. "C’est un jour historique. Ça va être un tsunami", assure à L’Orient-Le Jour Georges Yaacoub, 27 ans. C’est la première fois que le jeune homme vote lors de législatives, mais il assure avoir toujours soutenu les FL. "Des membres de ma famille sont morts en martyr avec les FL", lance un jeune homme à ces cotés. Pour eux, les FL changeront les choses. Ils en sont certains.

Photo prise par notre journaliste sur place, Lyana Alameddine. 

22:58 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus sur le site des Forces libanaises, à Baabda, dans la circonscription du Mont-Liban III, vers 22h50, sur un total de 1.223 voix dépouillées.


Baabda la souveraineté et la décision (FL): 500 voix


La liste de l'accord national (CPL, tandem chiite): 434 voix


Baabda le changement (Michel Hélou, Wassef Haraké): 226 voix


Baabda se révolte (Khalil Hélou et indépendants): 178 voix

22:58 heure de Beyrouth

Peu avant 23h, le ministère de l'Intérieur a diffusé les derniers taux de participations. Le taux de participation pour l'ensemble du territoire s'élève à 41,04 % contre 48,68 % en 2018. Ces taux, ne prennent pas en compte 60 bureaux de vote et ne sont donc pas définitifs.

Voici les taux par circonscription :

- Beyrouth I : 28,50 % (contre 33,19 % en 2018)

- Beyrouth II : 38,33 % (41,82 % en 2018)

- Mont-Liban I : 55,93 % (68,55 % en 2018) - Jbeil : 55,40 % et Kesrouan : 56,40 %

- Mont-Liban II (Metn) : 42,70 % (51,38 % en 2018)

- Mont-Liban III (Baabda) : 43,44 % (48,18 % en 2018)

- Mont-Liban IV : 44,49 % (52,54 % en 2018) - Chouf : 45,80 % et Aley : 43,44 %

- Liban-Sud I : 42,30 % (54,97 % en 2018) - Jezzine : 44,90 % et Saïda : 39,85 %

- Liban-Sud II : 42,77 % (49,40 % en 2018) - Tyr : 39,97 % et Zahrani : 44,77 %

- Liban-Sud III : 41,76 % (49,63 % en 2018) - Marejyoun-Hasbaya : 37,34 %, Nabatiyé : 50,95 % et Bent Jbeil : 37,50 %

- Liban-Nord I (Akkar) : 40,73 % (48,26 % en 2018)

- Liban-Nord II : 30,60 % (43,34 % en 2018) - Minié : 35,11 %, Denniyé : 35,80 % et Tripoli : 28,22 %

- Liban-Nord III : 38,45 % (47,23% en 2018) - Koura : 35,30 %, Batroun : 47,12 %, Becharré : 35,36 % et Zghorta : 36,16 %

- Békaa I (Zahlé) : 43,02 % (53,57 % en 2018)

- Békaa II (Rachaya-Békaa-Ouest) : 34,20 % (47,44 % en 2018)

- Békaa III (Baalbeck-Hermel) :48,90 % (60,28 % en 2018)

22:54 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Liban-nord III, vers 22h30, sur un total de 22.634 voix dépouillées.


Ghayath Yazbeck (FL), liste soutenue par les FL « Le pouls de la république forte » : 6.006 voix


Gebran Bassil (CPL), liste soutenue par le CPL « Nous resterons ici » : 5.325 voix


Majd Harb (indépendant), liste soutenue par les Kataëb et Michel Moawad « Le Nord de la confrontation » : 4.036 voix


Fadi Karam (FL), liste soutenue par les FL « Le pouls de la république forte » : 1.526 voix


Jospeh Najm, liste soutenue par les Marada et le PSNS « Unité du nord » : 1.109 voix


Rabih el-Chaër, liste soutenue par les groupes d'opposition proches du mouvement de contestation et le Bloc national « Notre Nord » : 1.024 voix


Georges Attalah (CPL), liste soutenue par le CPL « Nous resterons ici » : 689 voix

22:50 heure de Beyrouth

Cette vidéo fait le tour de des réseaux sociaux : dans un bureau de vote de la Békaa, des hommes et des femmes, portant des casquettes ou des drapeaux jaunes du Hezbollah, ouvrent fébrilement des enveloppes électorales pour y insérer rapidement des bulletins et détourner les voix. L'infraction a été confirmée à notre publication anglophone L'Orient-Today par Ali Slim, membre de l'Association libanaise pour la démocratie des élections (LADE).


La séquence, qui semble être filmée discrètement sans que les auteurs de l'infraction en aient conscience, a fait le tour des réseaux sociaux et s'est déroulée à Jouar el-Hachich, une localité de la région de Baalbeck-Hermel (Békaa III). Elle a notamment été relayée par Antoine Habchi, candidat des Forces libanaises (FL) de Samir Geagea dans la circonscription.

22:36 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban II, peu après 22h, sur un total de 33.508 voix dépouillées.


Melhem Riachi (FL), liste soutenue par les FL « Le Metn libre » : 5.564 voix


Eddy Maalouf (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 3.725 voix


Samy Gemayel, Kataeb, liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 3.710 voix


Michel el-Murr (indépendant), liste soutenue par Michel Murr et le Tachnag « Ensemble nous sommes plus forts » : 2.884 voix


Elias Hankache, Kataeb, liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 2.524 voix


Ibrahim Kanaan (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 2.169 voix


Elias Bou Saab, liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.931 voix


Hagop Pakradounian (Tachnag), liste soutenue par Michel Murr et le Tachnag « Ensemble nous sommes plus forts » : 1.573 voix


Razi el-Hajj (indépendant), liste soutenue par les FL « Metn la liberté » : 1.334 voix


Samir Saliba , liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.147 voix


(Photo REUTERS/Mohamed Azakir)

22:29 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale de la liste "Chamalouna" (Notre Nord), soutenue par les groupes d'opposition proches du mouvement de contestation et le Bloc national, peu après 22h, sur un total de 44.921 voix dépouillées.


La liste soutenue par les Forces libanaises : 12.978 voix.


La liste soutenue par les Marada et le PSNS : 10.212 voix


La liste soutenue par Michel Moawad et les Kataëb : 8.568 voix


La liste soutenue par le Courant patriotique libre : 6.231 voix


La liste "Chamalouna" : 5.112 voix


La liste soutenue par le Parti communiste et Citoyens et Citoyennes dans un État : 271 voix


La liste Réveillez vos voix : 65 voix


Votes blancs : 318


Votes disqualifiés : 1.166

22:28 heure de Beyrouth

Les derniers taux de participation ayant été diffusés à 18h30, et alors que le ministre de l'Intérieur Bassam Maoulaoui avait promis des taux définitifs à 22h, ce dernier indique dans un communiqué avoir du retard "parce que le vote se poursuit dans plusieurs bureaux dans le Akkar et deux bureaux dans le Mont-Liban". Les bureaux de vote qui devaient fermer à 19h sont restés ouverts pour les citoyens qui se trouvaient à l'intérieur.

(Photo Ibrahim Chalhoub / AFP) 

22:07 heure de Beyrouth

Ambiance: Au Palais de justice où sont décomptés les voix de Beyrouth II, les militaires attendent de pied ferme les assesseurs. La personne en charge des scanners de sécurité étant absente, leurs effets personnels sont fouillés à la main. Dans l’imposante pièce principale la tension est palpable, des candidats accompagnés de leurs équipes sont sur place. Certains, assis sur des bancs métalliques, tirent sur leur cigarette. Dans les minuscules salles des étages supérieurs, fauteuils et chaises en plastique accueillent les assesseurs entassés les uns sur les autres. Armés d’un stylo, feuilles A3 sur les genoux, ils écoutent avec attention le décompte des voix annoncé par le chef de salle comme pour un bingo du dimanche. Devant eux, des militaires armés tuent l’ennui en pianotant sur leur téléphone. De l’autre côté du couloir, des gros sacs de toile flanqués du logo du ministère des Affaires étrangères attendent d’être déballés. "Ya ein!". Des cris fusent soudainement entre les équipes, à bout de nerfs.

Photo de notre journaliste sur place, Julie Kebbi. 

21:58 heure de Beyrouth

Le chef des Forces libanaises (FL) Samir Geagea a affirmé, dans une interview à la chaîne al-Arabiya, que "les premiers chiffres dans toutes les régions chrétiennes montrent un progrès des FL face au Courant patriotique libre (CPL, aouniste)". "Cela signifie que l'opinion publique chrétienne qui était restée dominée par le Hezbollah pendant 17 ans a changé de bord", a-t-il poursuivi.

Il a également estimé que "le pari" du Premier ministre Nagib Mikati et de son ministre de l'Intérieur Bassam Maoulaoui sur la bonne tenue des élections "a réussi, malgré tous les obstacles que le CPL et le Hezbollah ont essayé de dresser". Samir Geagea a ensuite souligné que "les élections se sont déroulées avec facilité dans toutes les régions, sauf dans celles où le Hezbollah est présent".

Alors que les résultats sont en train d'être annoncés par plusieurs machines électorales, M. Geagea a affirmé qu'il "préfère attendre quelques heures encore" pour parler des résultats. "Même si, à mon avis, le résultat de ces élections est bien meilleur que celui des précédentes", a-t-il déclaré. 

(Photo : Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Crédit : Archives/Chamoun Daher).

21:50 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale de la liste Ensemble vers le changement, soutenue par les groupes d’opposition proches du mouvement de contestation, dans la circonscription du Liban-sud III, vers 21h30, sur un total de 8.702 voix dépouillées.


Listes « espoir et loyauté » soutenue par le tandem chiite Amal-Hezbollah : 5.041 voix


Liste Ensemble vers le changement, soutenue par les groupes d’opposition proches du mouvement de contestation : 3.581 voix


Listes « La voix du sud » : 29 voix

21:45 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban III, vers 21h18, sur un total de 17.000 voix dépouillées.


Alain Aoun, (CPL), liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 3.398 voix


Chadi Waked, liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 1.192 voix


Camille Chamoun, liste « nous sommes le changement » : 598 voix


Pierre Bou Assi (FL), liste soutenue par le PSP et els FL « Baabda la souveraineté et la décision » : 5.196 voix

21:43 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre dans la circonscription du Mont-Liban II, vers 21h15, sur un total de 25.337 voix dépouillées.


Melhem Riachi (FL), liste soutenue par les FL « Le Metn libre » : 4.274 voix


Eddy Maalouf (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 2.851 voix


Samy Gemayel, Kataeb, liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 2.758 voix


Michel el-Murr (indépendant), liste soutenue par Michel Murr et le Tachnag « Ensemble nous sommes plus forts » : 2.135 voix


Elias Hankache, Kataeb, liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.803 voix


Elias Bou Saab, liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.527 voix


Ibrahim Kanaan (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.445 voix


Hagop Pakradounian (Tachnag), liste soutenue par Michel Murr et le Tachnag « Ensemble nous sommes plus forts » : 1.408 voix


Razi el-Hajj (indépendant), liste soutenue par les FL « Metn la liberté » : 1.042 voix

21:42 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban I, peu après 21h, sur un total de 42.624 voix dépouillées.


Nada Boustani, CPL, liste CPL « Nous étions et nous resterons » : 6.347 voix


Nehmat Frem, indépendant, liste soutenue par Nehmat Frem et des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation « Le cri d'une nation » : 5.727 voix


Farid Heykal el-Khazen, Formée par Farid Haykal el-Khazen et Chamel Roukoz, soutenue par des indépendants et le bloc des Marada « Le coeur indépendant du Liban » : 5.223 voix


Chaouki Daccache, FL, liste soutenue par les Forces libanaises « Avec vous nous pouvons jusqu'à la fin » : 4.809 voix


Ziad Hawat (FL), liste soutenue par les Forces libanaises « Avec vous nous pouvons jusqu'à la fin » : 2.254 voix


Salim Sayegh (Kataëb), liste soutenue par Nehmat Frem et des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation « Le cri d'une nation » : 1.836 voix


Simon Abi Ramia (CPL), liste CPL « Nous étions et nous resterons » : 1.383 voix

21:29 heure de Beyrouth

Dans un entretien accordé à la MTV une heure après la fermeture des bureaux de vote, le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui a assuré que le décompte des voix se déroule "en toute transparence" et appelé les citoyens à être patients en attendant la publication des résultats.

"La publication des résultats est une opération un peu complexe, et les citoyens doivent être patients", a-t-il déclaré. "Je tranquillise les gens et leur dis que l'opération (le décompte de voix, ndlr) se déroule en toute transparence". Concernant le taux de participation, qui selon les derniers chiffres officiels publiés à 18h30 est de 32,04%, M. Maoulaoui a affirmé : "le taux de participation n'est pas haut, et je ne sais pas s'il relève du choix des électeurs ou s'il sert les bords politiques qui ont appelé à boycotter le scrutin", en référence notamment à l'ancien Premier ministre Saad Hariri.

De manière plus générale, M. Maoulaoui a jugé que "cette longue journée électorale fut acceptable au vu des circonstances que nous vivons", affirmant "avoir relevé les défis" du point de vue sécuritaire. "Les élections ont eu lieu comme nous l'avions promis", a-t-il poursuivi. "Quelles que soient les infractions, elles restent préférables à la situation actuelle", a également estimé le ministre de l'Intérieur alors que plusieurs incidents ont été signalés, comme à Baalbeck-Hermel. Sur les débordements signalés dans cette région, il a indiqué avoir entrepris les contacts nécessaires. "Je ne cache pas le fait que l'opération n'est pas parfaite, mais nous avons fait notre devoir", a estimé Bassam Maoulaoui, qui juge les violations et infractions "peu nombreuses".

Interrogé au sujet du courant électrique dans les bureaux de votes, M. Maoulaoui a assuré qu'il "ne sera pas coupé jusqu'à la fin de l'opération de décompte des voix". L'Association libanaise pour la démocratie des élections (LADE) a toutefois publié sur son compte Twitter une photo où le décompte de voix se fait dans l'obscurité. "Dans un centre à Beyrouth I, le décompte de voix se fait dans l'obscurité malgré les promesses du ministre de l'Intérieur", a écrit l'organisation. 

(Photo AFP/Joseph Eid)

21:29 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban II, vers 21h, sur un total de 19.655 voix dépouillées.


Melhem Riachi (FL), liste soutenue par les FL « Le Metn libre » : 3.396 voix


Eddy Maalouf (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 2.275 voix


Samy Gemayel (Kataeb), liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.943 voix


Elias Hankache (Kataeb), liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.471 voix


Elias Bou Saab, liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.227 voix


Ibrahim Kanaan (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.167 voix

21:27 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre dans la circonscription du Mont-Liban I, peu avant 21h, sur un total de 35.000 voix dépouillées.


Nada Boustani (CPL), liste CPL "Nous étions et nous resterons" : 5.063 voix


Nehmat Frem, indépendant, liste soutenue par Nehmat Frem et des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation « Le cri d'une nation » : 4.597 voix


Farid Heykal el-Khazen, Formée par Farid Haykal el-Khazen et Chamel Roukoz, soutenue par des indépendants et le bloc des Marada « Le coeur indépendant du Liban » : 4.192 voix


Chaouki Daccache (FL), liste soutenue par les Forces libanaises « Avec vous nous pouvons jusqu'à la fin » : 3.850 voix

21:10 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban III, peu après 20h30.


Alain Aoun, (CPL), liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 2.614 voix


Chadi Waked, liste soutenue par le CPL et le tandem chiite Amal-Hezbollah « La liste de l'accord national » : 836 voix

(Photo ANWAR AMRO / AFP)

21:01 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban II, vers 20h30.


Eddy Maalouf (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 1.728 voix

Samy Gemayel (Kataeb), liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.535 voix

Elias Hankache (Kataeb), liste soutenue par les Kataëb, « Metn le changement » : 1.244

Elias Bou Saab (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 991 voix

Ibrahim Kanaan (CPL), liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 953 voix

Nasri Lahoud, liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn »: 100 voix

Ricardo Malakian, liste soutenue par le CPL, « Nous étions et nous resterons au Metn » : 16 voix

(Photo ANWAR AMRO / AFP)

20:44 heure de Beyrouth

Voici des résultats préliminaires obtenus par la machine électorale de Nehmat Frem, dans la circonscription du Mont-Liban I, peu avant 20h.


Nada Boustani (CPL), liste CPL "Nous étions et nous resterons" : 3.500 voix

Nehmat Frem (indépendant), liste soutenue par Nehmat Frem et des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation "Le cri d'une nation" : 3.400 voix

Chaouki Daccache (FL), liste soutenue par les Forces libanaises "Avec vous nous pouvons jusqu'à la fin" : 2006 voix

Salim Sayegh (Kataëb), liste soutenue par Nehmat Frem et des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation "Le cri d'une nation" : 1.037 voix

Mansour el-Bone, liste soutenue par Farès Souhaid "La liberté est un choix" : 1.007 voix

Chadi Fayad, liste soutenue par les Forces libanaises "Avec vous nous pouvons jusqu'à la fin" : 680 voix

Photo (Ibrahim Chalhoub / AFP)

20:04 heure de Beyrouth

A 18h30, le taux de participation s'élevait à 37,52 %, selon le ministère de l'Intérieur. Les taux définitifs devraient être annoncés à 22h.

Voici les taux par circonscription :

- Beyrouth I : 27,24 %

- Beyrouth II : 31,15 %

- Mont-Liban I : 50,11 % - Jbeil : 50,63 % et Kesrouan : 49,66 %

- Mont-Liban II (Metn) : 40,74 %

- Mont-Liban III (Baabda) : 41,15 %

- Mont-Liban IV : 41,29 % - Chouf : 41,73 % et Aley : 40,59 %

- Liban-Sud I : 36,70 % - Jezzine : 41,19 % et Saïda : 32,55%

- Liban-Sud II : 37,47 % - Tyr : 36,05 % et Zahrani : 39,85 %

- Liban-Sud III : 38,08 % - Marejyoun-Hasbaya : 36,30 %, Nabatiyé :42,81 % et Bent Jbeil : 35,36 %

- Liban-Nord I (Akkar) : 30,97 %

- Liban-Nord II : 25,85 % - Minié : 28,84 %, Denniyé : 30,12 % et Tripoli : 23,92 %

- Liban-Nord III : 33,70 % - Koura : 30,55 %, Batroun : 41,81 %, Becharré : 33,07 % et Zghorta : 30,34 %

- Békaa I (Zahlé) : 38 %

- Békaa II (Rachaya-Békaa-Ouest) : 30,12 %

- Békaa III (Baalbeck-Hermel) : 45,50 %

(Photo : Des fonctionnaires vidant une urne remplie de bulletins de vote, dans un bureau à Beyrouth. Crédit : REUTERS/Mohamed Azakir)

19:34 heure de Beyrouth

Devant un bureau de vote à Beyrouth, la capitale meurtrie le 4 août 2020 par l'immense explosion au port, des familles de victimes de ce drame se sont rassemblées en silence, dimanche, en tenant des portraits de leurs proches tués dans cette catastrophe qui a fait plus de 220 victimes et 6.500 blessés, et dévasté plusieurs quartiers. Depuis des mois, et face à de flagrantes ingérences politiques de toutes parts, l'enquête du juge Tarek Bitar est paralysée, alors que plusieurs responsables politiques et sécuritaires sont poursuivis par la justice. Certains d'entre eux étaient candidats aux législatives de ce dimanche...

(Photo : LOUAI BESHARA / AFP)

19:27 heure de Beyrouth

"Les élections d'aujourd'hui sont une victoire pour les Libanais, la démocratie et l'État", a déclaré le Premier ministre Nagib Mikati, lors d'un point de presse au ministère de l'Intérieur. "L'extension de l'ouverture des bureaux de vote jusqu'à 21h est illégale, mais toute personne qui se trouve dans les locaux d'un bureau à 7h peut encore voter", a-t-il précisé.

Il a ensuite jugé le taux de participation "peu élevé" de manière générale, les chiffres officiels à 17h faisant état de 32,04% de participation. "Les infractions qui ont eu lieu aujourd'hui sont banales jusqu'à présent", a estimé le Premier ministre. Il a reconnu qu'il y avait eu des "dépenses électorales très importantes". "Mais je ne peux pas les qualifier de pots-de-vin", a-t-il souligné.

Nagib Mikati a également parlé de la participation sunnite, alors que le leader Saad Hariri avait boycotté les élections tout en se retirant de la vie politique en janvier dernier. "La représentation sunnite dans le Parlement de 2022 sera variée, sous le signe de l'identité du Liban et de Taëf", a-t-il affirmé, dénonçant toute insulte visant M. Hariri.

(Photo : Le Premier ministre, Nagib Mikati (g), lors d'une conférence de presse avec le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, au siège du ministère. Crédit : Zeina Antonios)

19:11 heure de Beyrouth

Plusieurs personnes blessées devant un bureau de vote à Bhannine (Nord) suite à une bagarre. L'armée est intervenue, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

19:07 heure de Beyrouth

Liban, 19h : les bureaux de vote doivent fermer. C'est le moment idéal pour vous plonger dans l’explication du processus de décompte de voix en cliquant ici

19:04 heure de Beyrouth

Voilà, c'est fini : les bureaux de vote à travers le territoire doivent fermer leurs portes à 19h, alors que les derniers chiffres des autorités font état d'un taux de participation peu élevé, avec 32,04% à 17h. Certains bureaux resteront probablement ouverts afin de permettre aux électeurs qui se trouvaient déjà à l'intérieur des bureaux de vote à 19h de glisser leur bulletin dans l'urne.

(Photo : Une femme qui s'apprête à voter dans un bureau à Beyrouth. Photo REUTERS/Mohamed Azakir)

18:43 heure de Beyrouth

Une bagarre a éclaté dans un bureau de vote à Chekka faisant trois blessés, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Selon l'agence des "bâtons et des couteaux" ont été utilisés et les blessés ont été transportés à l'hôpital. Selon notre journaliste sur place, la dispute a opposé des partisans des Forces libanaises à d'autres du Courant patriotique libre avant une visite du chef du CPL, Gebran Bassil, également candidat à un siège maronite à Batroun.

Dans une déclaration à L'Orient-Le Jour, Fares Sarkis, partisan des FL raconte que "les tensions avaient commencé ce matin, parce que les aounistes ont planté leur tente au début de la rue, pour intimider les électeurs". "La bagarre a éclaté à l'arrivée de M. Bassil", ajoute-t-il précisant que cinq personnes ont été blessées au couteau. Il assure aussi que "les FL n’avaient pas d'armes blanches". L'armée est intervenue pour ramener le calme. 

"Les FL essaient de nous intimider depuis ce matin", accuse de son côté Raymond Nehmé, partisan aouniste. "Ils sont très nombreux alors que nous n'avons qu'une petite tente", ajoute-t-il. Selon lui, lorsque le chef du CPL est arrivé, les partisans des FL ont "foncé sur son convoi en hurlant : partez vers la banlieue sud de Beyrouth !", fief du Hezbollah.

(Photo : des partisans FL à Chekka. Crédit : Caroline Hayek)

18:30 heure de Beyrouth

Un homme de 45 ans est décédé d'une crise cardiaque à Hrajel, alors qu'il patientait devant un bureau de vote situé sur la route qui mène à Faraya, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

18:17 heure de Beyrouth

Kamal*, la soixantaine, fonctionnaire à Batroun, a voté pour la "thaoura" sans préciser pour qui, lui qui votait pour les Forces libanaises (FL) de Samir Geagea avant. "Gebran Bassil n’est pas si aimé ici, les gens sont justes intéressés. Il va perdre beaucoup cette fois-ci", espère Kamal.

*Le prénom a été modifié à la demande de l'interviewé.

(Photo : un convoi avec des drapeaux du CPL et un portrait de son chef, Gebran Bassil, à Batroun. Crédit : Caroline Hayek)

17:51 heure de Beyrouth

A 17h00, le taux de participation s'élevait, selon le ministère de l'Intérieur, à 32,04 %.

Voici les taux par circonscription :

- Beyrouth I : 26,53 %

- Beyrouth II : 28,21 %

- Mont-Liban I : 44,71 % - Jbeil : 44,66 % et Kesrouan : 44,74 %

- Mont-Liban II (Metn) : 33,48 %

- Mont-Liban III (Baabda) : 29,70 %

- Mont-Liban IV : 35,77 % - Chouf : 35,92 % et Aley : 35,51 %

- Liban-Sud I : 32,45 % - Jezzine : 34,85 % et Saïda : 30,20 %

- Liban-Sud II : 31,72 % - Tyr : 31 % et Zahrani : 32,90 %

- Liban-Sud III : 32,98 % - Marejyoun-Hasbaya : 29,43 %, Nabatiyé : 37,55 % et Bent Jbeil : 32,30 %

- Liban-Nord I (Akkar) : 26,80 %

- Liban-Nord II : 22,09 % - Minié : 23,76 %, Denniyé : 25,01 % et Tripoli : 20,92 %

- Liban-Nord III : 31, 70 % - Koura : 27,71 %, Batroun : 39,62 %, Becharré : 32,25 % et Zghorta : 28,37 %

- Békaa I (Zahlé) : 31,20 %

- Békaa II (Rachaya-Békaa-Ouest) : 26 %

- Békaa III (Baalbeck-Hermel) : 39,83 %

(Photo : Une femme votant dans un bureau à Batroun. Crédit : Ibrahim Chalhoub / AFP)

17:42 heure de Beyrouth

Dans un bureau de vote à Beyrouth, en fin de journée, c'est à la lumière de la torche d'un téléphone portable qu'une Libanaise a pu glisser son bulletin dans l'urne. Le ministre de l'Intérieur avait promis que tous les bureaux de vote seraient alimentés en courant électrique le jour du vote. Une promesse qui n'a -clairement- pas été tenue.

(Photo : REUTERS/Mohamed Azakir)

17:17 heure de Beyrouth

Ce qu'il faudra regarder de près, dans les heures à venir : Législatives libanaises : les 10 principales batailles à suivre

16:57 heure de Beyrouth

"On a organisé une kermesse pour se changer les idées des élections. C’est pour ça, la piscine", déclare Randa, 42 ans et sans emploi, près d'une piscine gonflable installée samedi dans une rue de Tarik Jdidé et occupant toute la largeur de la rue. Au-dessus de la piscine flotte un grand portrait de Saad Hariri. "Si cheikh Saad était encore là, bien sûr que j’aurais voté pour lui, comme en 2018", déclare Randa. Tarik Jdidé est un quartier à majorité sunnite de Beyrouth.

Saad Hariri a annoncé, il y a quelques mois, son retrait de la vie politique, et donc sa non participation, ainsi que celle de son parti, le courant du Futur, aux législatives. Son retrait a ouvert la question de la participation sunnite au scrutin.

Deux piscines ont été installées samedi dans le quartier populaire de Tarik Jdidé. Nombreux sont ceux qui y ont vu le symbole du refus des partisans de Hariri de participer au scrutin.


"Saad Hariri est l’homme politique le plus honnête, on le respecte, comme son père. Durant la crise, il n’a rien pu faire car il n’avait pas la majorité", poursuit-elle, en référence à la crise économique dans laquelle s'enfonce le Liban depuis plus de deux ans et demi. "Je suis pour le boycott (des élections) et je ne veux pas cautionner tous ces corrompus qui nous ont mené à cette situation. Au moins, j’aurai l’esprit tranquille au lendemain des élections", affirme Randa, qui ne s'est donc pas rendue aux urnes dimanche. Elle reconnaît toutefois que "les Libanais sont divisés, ma sœur à voté pour la thaoura par exemple", ajoute-t-elle.

Dans la rue Berjaoui, non loin de là, Nadim Habli, assis sur une chaise en plastique, explique que lui aussi boycotte des élections, "conformément à la décision de Saad Hariri". "Une fois que l'on a voté pour Hariri, il nous est impossible de donner notre voix à quelqu'un d'autre, ce serait comme passer du septième étage d'un immeuble à la cave. Nous nous moquons de savoir qui va gagner, dans tous les cas nous sommes gouvernés par le Hezbollah".

(Crédit photo : Joao Sousa)

Un peu de lecture, pour aller plus : Le jour J, que fera l’électorat sunnite ?

16:43 heure de Beyrouth

Commentant le taux de participation à la mi-journée, Rabih Habr, expert électoral, a expliqué à L'Orient-Le Jour que, selon lui, la faible affluence des électeurs est due à l'atmosphère de crainte qui a régné ces derniers jours au Liban. "Certains candidats ont tellement haussé le ton qu'ils ont poussé certains électeurs à ne pas se rendre aux urnes", estime-t-il. "Il y a aussi le déploiement massif de l'armée dans la journée de samedi. Cela a effrayé les gens encore plus", analyse l'expert.
Le dernier chiffre de participation livré par le ministère de l’Intérieur, fait état d’une participation de 25,26 % à 15h. Les bureaux de vote sont censés fermer à 19h.
Selon Rabih Habr, le taux final de participation ne va pas atteindre les 50% cette année. En 2018, le taux de participation était de 48,68%. Cette année, le taux de participation des émigrés a atteint 63,05%.

16:37 heure de Beyrouth

Une bagarre a éclaté dans un bureau de vote à Mechmech, dans le Akkar, rapporte notre correspondant dans la région Michel Hallak. L'armée est intervenue et le processus de vote a été interrompu.

A Hoch el-Oumara, une autre bagarre a éclaté entre partisans de partis politiques rivaux, ce qui a provoqué l'arrêt du vote dans l'école où le scrutin se tient, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).
(Photo : capture d'écran d'une vidéo envoyée à notre correspondant) 

16:34 heure de Beyrouth

Rizkallah Hayek, 31 ans, et son frère ont voté à Amchit. Rizkallah Hayek qui travaille dans le domaine de la communication a un foulard orange noué au poignet. "La révolution passe par les urnes, pour reprendre la phrase du président (fondateur du CPL), dit-il. Je veux rappeler que notre parti existe plus que jamais et qu’on en a marre d’être harcelés". "A Amchit c’est bon enfant, mais parfois ailleurs c’est dur d’afficher qu’on est aouniste", ajoute-t-il.

(Photo : Rizkallah Hayek et son frère, à Jbeil. Crédit : Caroline Hayek)

16:33 heure de Beyrouth

Fadi, 65 ans, et ses trois enfants trentenaires, attendent leur tour devant le bureau de vote de l'école technique d'Ajaltoun. "Nous avons décidé de répartir nos voix entre quatre candidats : tout d'abord Farid el-Khazen, qui m'a rendu un grand service ; ensuite, un ami m'a demandé de voter pour Nada Boustani (candidate sur la liste aouniste, ndlr). Sur la liste de Neemat Frem, un candidat que je ne connaissais pas est venu me rendre visite à la maison et nous allons donc voter pour lui, et enfin, je suis un ami de longue date d'un autre candidat de cette même liste, pour qui nous allons donc également voter". A la question de savoir où se trouve, dans ce type de pratique, l'intérêt du Liban, l'électeur élude : "Nous ferons comme cela cette fois-ci, et verrons aux prochaines élections". 


(Photo : un bureau de vote de Jounieh, au nord de Beyrouth. Crédit Joseph EID / AFP)

16:19 heure de Beyrouth

Peu avant 16h, le taux de participation s'élevait à 25,26 %.

Voici les taux par circonscription, selon le ministère de l'Intérieur :

- Beyrouth I : 17,53 %

- Beyrouth II : 22,81 %

- Mont-Liban I : Jbeil : 38,56 % et Kesrouan : 42,04 %

- Mont-Liban II (Metn) : 27,99 %

- Mont-Liban III (Baabda) : 27,73 %

- Mont-Liban IV : Chouf : 27,97 % et Aley : 29,56 %

- Liban-Sud I : Jezzine : 26,17 % et Saïda : 26,11 %

- Liban-Sud II : Tyr : 25,44 % et Zahrani : 23,35 %

- Liban-Sud III : - Marejyoun-Hasbaya : 26,80 %, Nabatiyé : 31,36 % et Bent Jbeil : 28,85 %

- Liban-Nord I (Akkar) : 21,77 %

- Liban-Nord II : Minié : 15,70 %, Denniyé : 17,12 % et Tripoli : 12,55 %

- Liban-Nord III : Koura : 20,01 %, Batroun : 37,50 %, Becharré : 26,54 % et Zghorta : 21,64 %

- Békaa I (Zahlé) : 25,70 %

- Békaa II (Rachaya-Békaa-Ouest) : 18,07 %

- Békaa III (Baalbeck-Hermel) : 32,14 %


(Photo : une femme vote dans une école de Beyrouth. Crédit JOSEPH EID / AFP) 

16:10 heure de Beyrouth

A Ras Osta, village chiite au dessus de Jbeil, on aide les vieux surtout à "ne pas se tromper". Manale*, 32 ans vote pour la seconde fois. Pour le "Hezb (Hezbollah, NDLR) akid, on n’a pas trop le choix ici", dit elle alors qu’une femme voilée de noir interrompt l’interview. Amer* vient d’avoir 21 ans, il est "fier de voter pour la résistance". "On doit se protéger, le changement c’est nous pas les autres", dit-il.

"J’ai voté pour le tandem chiite, Amal ou Hezbollah, c’est kif kif, on vote pour la résistance. On leur fait confiance pour redresser le pays", affirme un membre d'une famille dont chaque membre est coiffé d'une casquette verte aux couleurs d'Amal.

(Photo: dans un bureau de vote à Ras Osta, sur les hauteurs de Jbeil. Crédit : Caroline Hayek)

15:50 heure de Beyrouth

Alors que depuis 11h, le ministère de l’Intérieur n’a plus fourni de taux de participation, une source du ministère a déclaré à L’Orient-Le Jour, pour expliquer le retard dans la diffusion de nouveaux taux : "C’est la direction générale des FSI qui fournit ces chiffres. Les membres des FSI tournent dans les bureaux et inscrivent tout à la main. Ce procédé prend du temps".

15:48 heure de Beyrouth

Comme cela a déjà été le cas dans plusieurs localités, notamment de la Békaa et de Baalbeck-Hermel, de nouvelles tensions ont opposé des partisans des Forces libanaises et du Hezbollah dans le quartier à majorité chiite de Karak à Zahlé. Les membres des deux partis s'accusent mutuellement de provocations. Les FL affirment en outre que du matériel électoral leur appartenant a été détruit. L'armée a dû intervenir de manière musclée pour calmer la situation. 


(Photo : du matériel de campagne des FL détruit à Zahlé. Crédit Anne-Marie el-Hage)

15:45 heure de Beyrouth

Rouba Ahmad Taha, partisane du soulèvement populaire du 17 Octobre, estime qu'"il est du devoir de tout Libanais de voter parce que ce sont les électeurs qui construisent le pays". "Ces législatives sont importantes parce que de nouveaux candidats se présentent contre la classe au pouvoir", ajoute l'électrice de 44 ans, qui a voté à Baalbeck. "Nous sommes toujours dans le premier round de la lutte contre la corruption. Je m'attends à un changement même si le chemin reste long. Des partisans de la révolte populaire accéderont au Parlement. Le changement a débuté le 17 octobre 2019 et se poursuivra afin de construire l'Etat", espère-telle.

(Photo fournie par notre correspondante Sarah Abdallah).

15:44 heure de Beyrouth

Farid Nasser, membre du Parti socialiste progressiste (PSP, joumblattiste) rencontré à Fardis (Hasbaya, Liban-Sud III), estime que "son parti est en faveur du changement, d’autant plus qu’il se fonde sur les principes d’équité sociale de Kamal Joumblatt". "Malheureusement, les candidats sur les listes du changement refusent de s’allier avec nous, nous considérant comme un des partis au pouvoir. Pourtant, il n'y a pas de doute sur le fait de savoir qui dirige vraiment le pays actuellement et où se trouvent les foyers de corruption".

15:42 heure de Beyrouth

Elias*, 32 ans, cinéaste, vote pour la seconde fois, aujourd’hui plus que jamais parce qu’il veut que ça change. 90% de ses amis ont quitté le pays. "Moi je reste tant qu’il y a internet pour travailler", affirme-t-il. Le jeune homme a voté à Jbeil pour une liste de l’opposition mais n’a accordé son vote préférentiel à personne. "Pour chaque candidat, j'ai trouvé quelque chose à redire, soit en raison de leurs discours, de leur passé ou encore de leurs activités", explique-t-il.

(Photo : Dans un bureau de vote à Jbeil. Crédit : Caroline Hayek)

15:39 heure de Beyrouth

Fathia Tleiss, 52 ans, a voté dans une école publique à Denniyé (Liban-Nord II). "On doit changer les choses", plaide-t-elle. En 2018, elle avait voté pour Sami Fatfat mais estime que ce dernier "n'a rien fait". Cette fois-ci, c’est Ali Abdel Aziz de la liste Pour le peuple (soutenue par le Premier ministre Nagib Mikati) qui a obtenu son suffrage.

Également présent sur les lieux, Toufic Tleiss, 47 ans, qui a voté pour Jihad el-Samad de la liste "La volonté du peuple", soutenue par le camp pro-Hezbollah. "Depuis que je suis né, je suis partisan de cette ligne politique. Je veux le changement mais je ne pense pas que les autres pourront le faire. Lui (Jihad el-Samad), on le connaît au moins".

Toufic n’arrête pas de taquiner son cousin, Omar Warwar, un avocat âge de 33 ans, qui a décidé de voter pour Abdelaziz el-Samad de la liste “Le Liban est à nous”, soutenue par d’anciens haririens. "Je suis avec le courant du Futur. Ce n’est pas parce que Saad Hariri s’est retiré de la vie politique que je vais faire de même. On doit rester sur le chemin de Rafic Hariri". 

15:20 heure de Beyrouth

Wassef Haraké, candidat au siège chiite de Baabda sur la liste "Baabda le changement", composée de personnalités issues de l'opposition, a été agressé à Bourj el-Barajné, dans la banlieue sud de Beyrouth, par des éléments proches du Hezbollah, a confirmé une source proche de M. Haraké à L'Orient-Le Jour.

Selon cette source, des hommes ont pris à partie Wassef Haraké alors qu'il effectuait une tournée à Bourj el-Barajné. Ils ont notamment lancé des bouteilles contre lui, et l'ont insulté.

Wassef Haraké, avocat, est l'une des figures de la contestation populaire déclenchée le 17 octobre 2019 contre la classe politique. Connu pour ses positions hostiles au Hezbollah et ses alliés, M. Haraké a déjà été agressé à plusieurs reprises par des partisans du parti chiite par le passé.

(Photo : Le candidat Wassef Haraké. Crédit Twitter/@WasefHarake)

15:16 heure de Beyrouth

Vous avez voté? Il vous reste quelques heures pour potasser cet article dans lequel nous vous expliquons comment se déroule le comptage des voix. (C'est un peu costaud, mais accrochez-vous)

14:47 heure de Beyrouth

A Tariq el-Jdidé, quartier de Beyrouth, Amina, une veuve de 65 ans, vient de voter. Son choix, elle ne l'a pas fait sur des critères relevant d'un programme ou d'un engagement, mais parce que ledit candidat l'a payée. "Il nous a tous payés ! Je n'aurais pas voté autrement, je n'ai confiance en personne", indique-t-elle. "Ce sont tous des escrocs. Ils devraient nous rendre une partie de l'argent qu'ils nous ont pris", critique-t-elle, alors que le Liban poursuit son effondrement économique depuis bientôt trois ans. "J'aurais aimé déménager à Tripoli (Liban-Nord II) pour les élections afin de recevoir 100 dollars", ajoute-t-elle, alors que le candidat pour qui elle a voté paie, selon elle, 1.500.000 LL à chaque électeur qui lui accorde son suffrage.

Photo d'archives ANWAR AMRO / AFP

14:47 heure de Beyrouth

"La situation est très bonne, elle est sous contrôle et s'avère bien meilleure que lors des élections précédentes. Dans tous les pays, les scrutins sont marqués par des incidents. Nous avons pris les mesures nécessaire à Baalbeck, Biré et Ram et les problèmes ont vite été résolus", a affirmé le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, lors d'un point de presse vers 14h30 au ministère de l'Intérieur.

Le déroulement du scrutin a été marqué par plusieurs incidents entre partisans, dans différentes régions du Liban.

A Biré (Nord), un homme a du être évacué par la Croix rouge libanaise et hospitalisé suite à une dispute, qui a provoqué un arrêt temporaire du vote. L'armée a tiré en l'air pour disperser des personnes qui s'en prenaient au bureau de vote.

Dans un bureau de vote de Ram (Baalbeck, Békaa III), le vote a été suspendu suite à une dispute entre électeurs au cours de laquelle les listes des électeurs des registres 34 à 50 ont été détériorées, rapporte la LADE.

A Kfarhouné (Jezzine, Liban-Sud I), des partisans du tandem chiite s'en sont pris à une tente des Forces libanaises, selon le site d'informations el-Nashra. Cette attaque a été dénoncée par le chef des FL, Samir Geagea, qui a appelé les forces de sécurité et l'armée à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire.

Devant l'école des Saints-Cœurs, à Zahlé (Békaa I), l'armée s'est déployée pour régler une dispute entre deux groupes de partisans, rapporte de son côté l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Un incident similaire est survenu à Kfarzabad, également dans le caza de Zahlé.

A Fneïdeq, dans le Akkar, le scrutin a été suspendu dans deux bureaux de vote en raison du "chaos" de l'opération électorale et de nombreuses infractions et disputes entre délégués et partisans.

(Photo : Le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, le 15 mai dans un bureau de vote à Beyrouth, lors des législatives. Crédit : Joseph EID / AFP)

14:44 heure de Beyrouth

Devant la tour Murr à Zalka, fief de la famille homonyme, Hussein Mahmoud Safwan, un chiite du Hermel, qui vote à Bourj Hammoud (Metn), affirme "être pour les Murr depuis longtemps" et qu'une "amitié de longue date" lie sa famille à celle du candidat Michel el-Murr, qui espère être élu au siège occupé par son grand-père avant son décès en janvier dernier.

M. Safwan dit être venu avec une vingtaine de cartes d'identité de personnes de sa famille, qui compte au moins 300 électeurs dans cette circonscription, afin "de couvrir ne serait-ce que le coût du transport". Non loin, un van avec à son bord une quinzaine de personnes s'arrête et ses passagers s'engouffrent dans l'immeuble...


(Photo : les portraits de Michel el-Murr et de son petit-fils, qui porte le même nom,  à l'entrée de la tour Murr à Zalka. Crédit Jeanine Jalkh)

14:28 heure de Beyrouth

Mansour Qawato, 60 ans, ancien combattant des Forces libanaises, arrive avec ses béquilles à un bureau de vote à Jbeil. "Je veux préserver notre cause, je vote Ziad Hawat, parce que c’est le seul qui a bossé pour la municipalité, il a fait de Jbeil un paradis". Mansour a dû marcher, les forces de l'ordre ne l'ayant pas laissé arriver avec sa voiture, alors que d'autres personnes en véhicules blindés ont débarqué devant le bureau de vote, coupant les files.

Les problèmes d'accès aux bureaux de vote pour les personnes à mobilité réduite ont été pointés du doigt par nombre d'observateurs, notamment ceux de l'Union européenne. Deux tiers des bureaux sont "inaccessibles ou très difficiles d'accès pour les personnes à mobilité réduite", a dénoncé dans la journée le chef de la mission d'observation de l'Union européenne György Hölvényi.

(Photo : Une dame âgée, en fauteuil roulant, est aidée par des secouristes dans un bureau de vote à Saïda, au Liban-sud. Crédit : MAHMOUD ZAYYAT / AFP)

14:12 heure de Beyrouth

Plusieurs leaders politiques ont voté dans l'après-midi. Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a participé au scrutin à Bickfaya, dans le Metn (Mont-Liban II). Le secrétaire général du parti Citoyens et citoyennes dans un État, Charbel Nahas, a lui, voté à Achrafieh (Beyrouth I). A Beyrouth II, le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a glissé son bulletin de vote dans une urne d'un bureau de vote de Bachoura. 


(Photo : Charbel Nahas dans un bureau de vote de Beyrouth I. Crédit Michel Sayegh)

14:03 heure de Beyrouth

Malgré les problèmes logistiques et tensions observées dans certaines régions, le chef de la mission d'observation de l'Union européenne György Hölvényi relève, après une tournée dans le bureau de vote de l'école mixte Al Amir Chakib Arslane à Verdun, "l'atmosphère calme dans et à l'extérieur des bureaux de vote", avec seulement "des problèmes mineurs". Il souligne le fait que le vote a commencé "à l'heure ou avec de petits retards" en début de journée, mais que deux tiers des bureaux sont "inaccessibles ou très difficiles d'accès pour les personnes à mobilité réduite". Dans de nombreux bureaux de vote difficiles d'accès, des membres de la Défense civile ou des forces de sécurité ont dû porter les électeurs âgés ou ayant des problèmes de mobilité, une situation contre laquelle Human Rights Watch avait mis en garde cette semaine.

Un rapport détaillé des violations observées tout au long de la journée sera publié mardi par la mission d'observation de l'UE. 


(Photo : une personne âgée portée par des agents des forces de l'ordre dans un bureau de vote de Hadath. Crédit Matthieu Karam)

13:41 heure de Beyrouth

Le déroulement du scrutin a été marqué par plusieurs incidents entre partisans, dans différentes régions du Liban.

A Biré (Nord), un homme a du être évacué par la Croix rouge libanaise et hospitalisé suite à une dispute, qui a provoqué un arrêt temporaire du vote. L'armée a tiré en l'air pour disperser des personnes qui s'en prenaient au bureau de vote. 

Dans un bureau de vote de Ram (Baalbeck, Békaa III), le vote a été suspendu suite à une dispute entre électeurs au cours de laquelle les listes des électeurs des registres 34 à 50 ont été détériorées, rapporte la LADE.

A Kfarhouné (Jezzine, Liban-Sud I), des partisans du tandem chiite s'en sont pris à une tente des Forces libanaises, selon le site d'informations el-Nashra. Cette attaque a été dénoncée par le chef des FL, Samir Geagea, qui a appelé les forces de sécurité et l'armée à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire.

Devant l'école des Saints-Cœurs, à Zahlé (Békaa I), l'armée s'est déployée pour régler une dispute entre deux groupes de partisans, rapporte de son côté l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Un incident similaire est survenu à Kfarzabad, également dans le caza de Zahlé.

A Fneïdeq, dans le Akkar, le scrutin a été suspendu dans deux bureaux de vote en raison du "chaos" de l'opération électorale et de nombreuses infractions et disputes entre délégués et partisans. 


(Photo : des soldats déployés sur la place al-Nour de Tripoli (Nord) pendant les législatives. Crédit Ibrahim CHALHOUB / AFP) 

13:30 heure de Beyrouth

"Gebran Bassil, c'est le fils de Batroun. Il a toujours agi comme il l'a promis et maintenant il y a de la vie et des magasins à Batroun. Il a accompli son devoir au moins", estime Layla Issa Khabbaz, la soixantaine, qui a voté pour la liste aouniste. "Les élections sont toujours importantes pour moi. Je suis très triste que les gens mettent tout le monde dans le même sac", ajoute cette électrice dans la circonscription du Liban-Nord III. 


(Crédit photo : Marie Jo Sader)

13:15 heure de Beyrouth

Profitons de la pause déjeuner pour une deuxième séance de rattrapage : Vous êtes perdus entre les différentes listes de la contestation ? Quelques clés pour y voir plus clair

13:01 heure de Beyrouth

Le député Amal et ex-ministre Ali Hassan Khalil, poursuivi par le juge Tarek Bitar dans le cadre de l'enquête sur l'explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth, glisse son bulletin de vote dans l'urne, dans un bureau à Khiam, près de la frontière sud avec Israël. Ali Hassan Khalil a toujours refusé de se présenter devant le juge dans le cadre de l'enquête.

(Crédit photo : REUTERS/Aziz Taher)

12:46 heure de Beyrouth

Session de rattrapage, au cas où : Voici les dix principales batailles à suivre aujourd'hui


12:43 heure de Beyrouth

Pour Rabih Abou Rabiha, enseignant dans le secondaire rencontré dans un bureau de vote à Hasbaya, "tous les partis au pouvoir sont de mèche". "Ils font semblant d’avoir des différends mais s’entendent très bien sur le fond", estime-t-il. "Je suis pour les forces du changement qui militent pour un véritable État de droit", ajoute-t-il. Il préférerait que cette très grande circonscription, qui comporte également Nabatiyé, soit divisée en deux pour que les voix de Marjeyoun-Hasbaya ne soient plus minoritaires.


Mohammad Mansour, un habitant de Khiam de 39 ans, est affilié au Hezbollah. "Nous vivons dans une région qui était sous occupation israélienne, nos parents ont toujours souffert, dit-il. Voilà pourquoi le choix évident pour moi est celui de la Résistance. Si nous vivons en sécurité dans nos villages depuis la libération en 2000, c’est bien en raison de la force de dissuasion de la Résistance contre Israël". Interrogé sur la crise économique et la lassitude de la population, il estime que "le camp de la Résistance est le premier soutien au changement et aux réformes". "Malheureusement, aucune autre force politique ne veut ouvrir les dossiers de corruption à part nous", dit-il encore.


(Photo : un délégué du Hezbollah devant un bureau de vote du Liban-Sud III. Crédit Mohammad Yassine)

12:39 heure de Beyrouth

Tout un symbole : dans une rue de Beyrouth, un véhicule du Hezbollah parade, pendant que les Libanais votent... Sur son toit, de faux-missiles ont été installés, avec des drapeaux du parti chiite et un portrait de son chef, Hassan Nasrallah.

(Crédit photo : IBRAHIM AMRO / AFP)

12:32 heure de Beyrouth

Édouard Torikian, 70 ans, professeur de musique à L’Université Saint Esprit de Kaslik, vote avec sa femme à Achrafieh (Beyrouth I) pour le Tachnag. Ce parti représente à leurs yeux la garantie de la protection de la communauté arménienne. "Notre pays est confessionnel, il faut le préserver. Les gens sont mauvais, pas le système", estime-t-il.


(Crédit photo : Stéphanie Khouri)

12:25 heure de Beyrouth

Edouard Ghazoul, entrepreneur de 40 ans, originaire de Zghorta, vote pour Tony Frangié, fils du chef des Marada Sleiman Frangié. "C'est le seul politicien qui se soucie de son peuple à Zghorta. Le pays a traversé de nombreuses crises. La famille des Marada est la seule à être restée présente et active. (Tony est) le seul qui répond à nos besoins", explique ce père de famille. "Le changement n'aura lieu que si davantage de politiciens adoptent la mentalité et l'esprit jeune de Tony", estime-t-il.

(Crédit photo : Kim Makhlouf) 

12:22 heure de Beyrouth

Karam Imad, 22 ans, vote pour Farid el-Khazen (Kesrouan, Mont-Liban I) parce qu'"il s'est toujours tenu aux côtés des Kesrouanais, et n'a fermé sa porte à personne, que l'on soit pour ou contre lui". "Tant qu'il est avec Bkerké (le siège du patriarcat maronite, ndlr) nous continuerons de le soutenir. Ses alliances sont politiques", ajoute-t-il, dans une allusion à son alliance avec le chef des Marada Sleiman Frangié.


(Photo : Farid el-Khazen dans un bureau de vote du Kesrouan. Crédit Claude Assaf)

12:20 heure de Beyrouth

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a voté dans la circonscription du Mont-Liban IV. 

12:18 heure de Beyrouth

Mooji Labaki, mère de famille de 67 ans, a voté dans un bureau de vote à Baabdate (Mont-Liban II) pour sa belle-fille, Mona Succar Labaki, candidate sur la liste des Kataëb. "Je suis aouniste mais aujourd'hui nous avons voté pour la famille, même si nous aurions préféré voter pour Nasri Lahoud sur la liste du Courant patriotique libre. J'aurais bien sûr choisi les deux si la loi électorale nous permettait encore de faire un panachage", explique-t-elle.


(Photo : des électeurs devant un bureau de vote installé au siège de la municipalité de Baabdate (Metn). Crédit Jeanine Jalkh)

12:16 heure de Beyrouth

A Tyr (Liban-Sud II), Malak Nassour, un photographe âgé de 28 ans, estime que "voter est important parce que c'est une façon d'exprimer son opinion politique". "Beaucoup de gens ne veulent pas voter parce qu'ils croient que leur voix ne fera pas de différence dans ce caza où la compétition n'est, selon eux, pas possible. Mais si tout le monde dit cela, aucun changement n'aura lieu. J'aurais aimé pouvoir voter dans un autre caza pour que mon vote fasse une plus grande différence. Mais aujourd'hui, j'ai tout de même voté pour le changement", confie Mme Nassour, sans toutefois préciser à qui elle a accordé sa voix.

Seuls des délégués du Hezbollah et du mouvement Amal étaient présents dans les bureaux de vote situés à l'École élémentaire de Abbasiyé, à Tyr. 


(Photo : un bureau de vote à Abbasiyé (Tyr). Crédit Wael Taleb)

12:12 heure de Beyrouth

Un délégué d'une liste à Hareit Hreik, dans la banlieue-sud de Beyrouth, a été arrêté par des membres de la garde présidentielle et des militaires déployés sur les lieux, après qu'il ait insulté le président de la République, Michel Aoun, lorsque ce dernier votait sur place, selon l'Association libanaise pour des élections démocratiques (LADE).

Sur les images d'une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on voit un homme malmené à terre par un groupe de militaires et d'hommes en civil, alors qu'au moins un soldat lui assène des coups. Il n'est pas clair où l'individu arrêté a été emmené. Selon certains témoignages rapportés par les médias, l'individu a été arrêté après avoir continué à insulter le président Aoun, en sortant du bureau de vote.

En outre, plusieurs délégués de la liste "Baabda le changement", issue des groupes de l'opposition, ont été empêchés d'accéder aux bureaux de vote pour surveiller le scrutin, alors même qu'ils avaient obtenu les accréditations nécessaires, selon une source au sein de la liste en question.

(Crédit photo : capture d'écran d'une vidéo envoyée par la LADE)

12:07 heure de Beyrouth

Un incident est survenu dans un bureau de vote à Zahlé Maallaka, entre le Hezbollah et les Forces libanaises. Selon un membre des FL, des éléments de son parti ont vu des membres du parti chiite en flagrant délit d’achat de voix et ont voulu les en empêcher. Une rixe s'en est suivie et des partisans du Hezbollah ont tiré en l'air. L’armée est intervenue rapidement pour ramener le calme.


(Photo: des partisans rassemblés devant l'entrée de l'hôpital gouvernemental Elias Hraoui de Zahlé après un incident survenu en marge du vote. Capture d'écran)

12:05 heure de Beyrouth

George Mrad, 41 ans, travaille dans la finance. Cet électeur de la circonscription de Beyrouth I est venu voter pour exprimer son refus de la situation actuelle. Il accordera sa voix à Charbel Nahhas (secrétaire général du parti Citoyens et Citoyennes dans un État), le seul selon lui à avoir une vision et un programme d’action clairs. "Je ne m’attends pas à grand chose, mais ce vote est un message adressé à la classe politique traditionnelle", indique-t-il.

12:02 heure de Beyrouth

A 11h, 14,6 % des Libanais à l'échelle nationale ont déjà exprimé leur suffrage.

Ce taux s'élève, en fonction des circonscriptions à :

- Beyrouth I : 9,78 %

- Beyrouth II : 12,8 %

- Mont-Liban I (Kesrouan-Jbeil) : 13,23 %

- Mont-Liban II (Metn) : 18,28 %

- Mont-Liban III (Baabda) : 18,12 %

- Mont-Liban IV (Chouf-Aley) : 18,02 %

- Liban-Sud I (Saïda-Jezzine) : 15,65 %

- Liban-Sud II (Tyr) : 13,13 %

- Liban-Sud III (Hasbaya-Marjeyoun-Nabatiyé-Bent Jbeil) : 16,08 %

- Liban-Nord I (Akkar) : 10,04 %

- Liban-Nord II (Minié-Denniyé-Tripoli) : 10,22 %

- Liban-Nord III (Zghorta, Becharré, Koura, Batroun) : 20,60 %

- Békaa I (Zahlé) : 12,57 %

- Békaa II (Rachaya-Békaa-Ouest) : 12,70 %

- Békaa III (Baalbeck-Hermel) : 15,77 %


(Photo : un écran au ministère de l'Intérieur affichant les taux de participation par circonscription à 11h. Crédit : Bureau de presse du ministère de l'Intérieur)

11:57 heure de Beyrouth

Deux sœurs, âgées de 22 et 26 ans, ont voté pour des indépendants à Mtein, dans le Metn (Mont-Liban II). "Nous espérons qu'ils gagneront dans le cadre de ce scrutin ou du prochain", a espéré la plus jeune. "Je pouvais voter en 2018, mais je ne l'ai pas fait parce que nous ne faisions pas face aux problèmes auxquels nous sommes confrontés depuis deux ans, depuis le début de la crise économique dans le pays. La crise nous motive à voter pour des personnes qui feront avancer le pays", explique la sœur aînée.


(Crédit photo Richard Salamé)

11:41 heure de Beyrouth

A Saïda, Souad, 60 ans, femme au foyer, a voté "pour ceux qui n’ont pas volé le pays". "J’ai beaucoup de remords d’avoir un jour accordé ma voix aux partis au pouvoir, il est temps de livrer le pays aux gens honnêtes", martèle-t-elle.

En compagnie de ses parents retraités et de son fils, Mahmoud, 50 ans, avocat, dit "avoir attendu cette occasion de voter durant quatre longues années, parce que je veux faire éclater ma colère contre cette classe dirigeante corrompue, qu’il faut remplacer". Il n'a pas précisé pour qui il a voté.

Un peu plus loin, Moustapha, enseignant dans le public de 55 ans, dit "avoir voté en toute conscience pour Oussama Saad, parce qu’il a su tenir tête aux partis au pouvoir, dont il ne fait pas partie".


(Photo : un bureau de vote de Saïda. Crédit MAHMOUD ZAYYAT / AFP)

11:34 heure de Beyrouth

Devant l’une des écoles de Tripoli, Bassem Rawda, un ingénieur de 27 ans, affirme clairement qu’il vote contre les listes du pouvoir, et qu’il a donné sa voix à une liste issue du soulèvement du 17 octobre, qui a des chances de percer, selon lui. "Pour les habitants de Tripoli, c’est l’occasion de dire que le changement n’est pas impossible tant que la volonté populaire est là, dit-il. Le vote-sanction aura son mot à dire dans la ville".


Najat Kabbara, 56 ans, enseignante dans un lycée officiel, dit, elle, avoir voté pour la liste du (général Achraf) Rifi et des Forces libanaises, parce que c’est la liste qui fait face au projet du Hezbollah et du Courant patriotique libre. "Je refuse qu’il y ait un vide que les alliés du Hezbollah viendraient combler, poursuit-elle, surtout par Fayçal Karamé (un candidat) et les Ahbache (courant islamiste), qui livreraient le pays au (secrétaire général du Hezbollah) Hassan Nasrallah et (au président syrien) Bachar Assad".


(Photo : des électeurs massés devant un bureau de vote dans une école de Tripoli. Crédit Souhayb Jawhar)

11:24 heure de Beyrouth

Les responsables politiques continuent de se présenter dans les bureaux de vote de leur circonscription. Le président du Parlement Nabih Berry a ainsi voté à Tebnine (Liban-Sud II), tandis que le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane a, lui, participé au scrutin à Choueifate (Mont-Liban IV).


(Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah : Nabih Berry vote à Tebnine). 

11:22 heure de Beyrouth

Non loin d’une piscine gonflable installée samedi dans une rue de Tarik Jdidé, Hassan, un électeur d’une quarantaine d’années inscrit à Beyrouth II, affirme qu’il ne va pas voter parce que "le changement est impossible à travers les urnes, tant que le Hezbollah a ses armes". Pour lui, Fouad Siniora et les Forces libanaises ont trahi Saad Hariri, qui a annoncé, il y a quelques mois, son retrait de la vie politique et donc sa non-participation et que celle de son parti, le courant du Futur, aux législatives d'aujourd'hui.
Sur un mur, au dessus de la piscine où s'ébattent des jeunes du quartier, trône un portrait de Saad Hariri.

A relire, sur ce sujet : Le jour J, que fera l’électorat sunnite ?

11:20 heure de Beyrouth

Joe Sawaya, 61 ans, vice président de la municipalité de Dhour Choueir et membre actif du PSNS : " J'ai voté pour celui qui est originaire de ma localité, mon voisin et ami d'enfance Elias Bou Saab. C'est pour lui également que j'avais voté en 2018. Selon moi la dynamique du changement est plutôt faible ici".

11:20 heure de Beyrouth

Samira, 62 ans, ne travaille plus depuis trois ans. Elle dit avoir voté à Achrafieh (Beyrouth I) pour la liste des Forces Libanaises, "la seule à lui avoir apporté de l'aide" en ces temps de crise. 


(Photo Stéphanie Khouri)

11:18 heure de Beyrouth

"Je suis venue de Dubaï pour voter pour le changement, pour une personne qui œuvre pour la souveraineté du Liban et n'accepte pas de recevoir des ordres de l'étranger", affirme Gretta Habib, 38 ans, présente dans un bureau de vote à Haret Sakhr, (Kesrouan, Mont-Liban I), sans toutefois dévoiler l'identité du candidat auquel elle a accordé son vote préférentiel. L'avocate sait que son "vote, à lui seul, ne suffit pas pour parvenir au changement", mais espère que "main dans la main, les Libanais parviendront à évincer les parties responsables de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays".


(Photo : Une Libanaise votant à Jounieh. Crédit Joseph EID / AFP) 

11:13 heure de Beyrouth

Farida, 81 ans, comptable à temps partiel, a voté à Baabda. "Je vote pour les gens bien. J’espère qu’il y aura un changement. Je ne pense pas que cela se fera à travers ces élections, mais peut-être plus tard, dans l’avenir. Je veux juste pouvoir vivre dans ce pays et que nos enfants n’aient pas à s’expatrier alors que nous agonisons ici", déplore-t-elle.

11:10 heure de Beyrouth

Dans le quartier de Rassiyé el-Tahta, à Zahlé (Békaa I), Youssef Ghantous, 26 ans, attend son tour pour voter. Ce basketteur professionnel et habitant de Beyrouth veut voter pour le nouveau Liban auquel il aspire. "Je vote pour Georges Okais parce que je suis la ligne politique des Forces libanaises contre le projet iranien et je veux une équipe parlementaire capable d'atteindre cet objectif", dit-il. "Ces élections vont me permettre de décider si je reste ou non dans ce pays", ajoute-t-il, alors que le Liban a connu une importante vague d'émigration depuis le début de la crise en 2019. 


(Photo Anne-Marie el-Hage)

11:07 heure de Beyrouth

Plusieurs infractions à la loi électorale ont été relevées en matinée dans de nombreuses régions du pays, principalement liées à la présence derrière l'isoloir, avec les électeurs, de délégués de partis. Ainsi, dans la Békaa-Ouest, des personnes clairement identifiées comme délégués du Hezbollah ou du Parti socialiste progressiste (joumblattiste) ont enfreint la loi en disant "aider" des électeurs à voter.

A Remmadiyé (Tyr, Liban-Sud), les observateurs de la LADE ont été obligés de quitter un bureau de vote "après avoir fait l'objet de menaces", rapporte la chaîne locale LBC.

En plus de la LADE, des observateurs de l'Union européenne et de la Ligue arabe sont déployés dans tout le pays. 

11:05 heure de Beyrouth

" Je suis venue avec ma famille de Jbeil pour voter en faveur du changement et non des partis traditionnels. Je n'avais jamais voté auparavant, et ma famille non pus, mais cette fois-ci nous nous sommes déplacés, parce qu'il s'agit d'une bonne cause", affirme, de Dhour el-Choueir, dans le Metn, Rosemary Mjaeiss, 55 ans. Elle ne précise toutefois pas pour qui elle a voté. 


(Photo : des électeurs devant un bureau de vote de Dhour el-Choueir, dans le Metn. Crédit Jeanine Jalkh)

11:01 heure de Beyrouth

Boulos Saadé, électeur à Dahr el-Ahmar, à Baalbeck (Békaa III), affirme voter pour le candidat des Forces libanaises Antoine Habchi. "Nous maintenons la coexistence à Baalbeck-Hermel, et nous ne considérons pas qu'il y a une bataille électorale, mais plutôt une entente avec nos partenaires de la patrie. Nous voulons voir de nouveaux visages au Parlement", assure cet agriculteur de 60 ans. Pour rappel, plus tôt dans la journée, des délégués de la liste des FL à Baalbeck avaient été expulsés de bureaux de vote de villages de la région. 

10:54 heure de Beyrouth

Johnny Nasrallah, 50 ans, chef pâtissier, vote à Hadath (Baabda). "Je participe au scrutin parce que c’est mon devoir. J’espère le changement, bien sûr. Mais je crois que les mêmes têtes seront élues", estime-t-il.


(Photo Matthieu Karam)

10:53 heure de Beyrouth

"Je travaille dans un hôtel en France, je suis venu au Liban pour voter", affirme Ramzi Moawad, qui se trouve dans un bureau de vote à Beit el-Chaar, dans le Metn (Mont-Liban II). "J'ai voté pour le Courant patriotique libre lors des deux derniers scrutins et je vote aujourd'hui pour Samy Gemayel (chef des Kataëb, ndlr). Le CPL s'est avéré inefficace dans la lutte pour l'avenir du pays et je pense que des candidats comme M. Gemayel nous permettront de sortir de ce pétrin", estime-t-il.


(Photo : des électeurs dans un bureau de vote du Metn. Crédit Jeanine Jalkh)

10:48 heure de Beyrouth

D'autres responsables ont également participé au scrutin, comme l'ancien Premier ministre Tamam Salam à Beyrouth II, peu après 10h. "Un parti a décidé de ne pas participer au scrutin, mais personne n'appelé au boycott des élections", souligne-t-il, alors que plusieurs observateurs craignent un boycott sunnite du scrutin suite au retrait du chef du Courant du Futur Saad Hariri de la scène politique.

Le chef du Courant des Marada Sleiman Frangié a également voté dans la matinée, dans un bureau de vote à Zghorta, dans la circonscription du Liban-Nord III.


(Photo : Sleiman Frangié votant à Zghorta. Crédit ANI)

10:42 heure de Beyrouth

A Bhersaf, dans le Metn (Mont-Liban II), Jean Jalkh, un avocat de 74 ans, assure soutenir ceux qui "ne sont pas asservis aux puissances extérieures, quelles qu'elles soient". "Nous sommes en faveur de la libre expression du peuple libanais et avons confiance dans sa capacité de renaître", ajoute-t-il, sans préciser pour quelle liste il a voté. 

10:40 heure de Beyrouth

Sélim Melhem, 67 ans, ancien fonctionnaire universitaire et électeur dans le village de Qelya (Békaa II), dit avoir voté pour Kabalan Kabalan (Amal, chiite). "Tant que le système sectaire existe au Liban, rien ne changera et chaque secte continuera d'élire ses candidats. Il n'y a pas de changement possible à moins que le sectarisme politique ne soit aboli dans le pays. C'est alors que chaque citoyen pourra élire le candidat de son choix". 


(Crédit photo : Sarah Abdallah)

10:37 heure de Beyrouth

A l'école du Sacré Cœur de Gemmayzé (Beyrouth I), Natasha, 29 ans, est venue voter pour les Forces libanaises afin de faire barrage au CPL. Pour cette comptable, les forces du changement sont trop éclatées et fragiles, contrairement aux FL qui ont une assise nationale. "Il faut leur donner une chance", lance-t-elle, soulignant que c'est le seul parti qui a été "jugé pour sa participation à la guerre" civile (1975-1990). Le chef des FL, Samir Geagea, a fait onze ans de prison, de 1994 à 2005, après avoir été jugé pour des crimes qu'il était accusé d'avoir commis pendant la guerre.


(Crédit photo : Stéphanie Khouri)

10:35 heure de Beyrouth

À Zghorta (Liban-Nord III), Sarah el-Kareh, traductrice de 33 ans, a voté en toute sérénité pour la liste "Notre Nord", soutenue par des groupes d'opposition proches du mouvement de contestation et du Bloc national. "Ca fait vraiment plaisir de voir un changement et non plus les mêmes personnes qu'avant", souligne-t-elle. "Nous avons de l'espoir. Nous voulons le meilleur". 


(Photo : Sarah el-Kareh a voté à Zghorta. Crédit Kim Makhlouf)

10:21 heure de Beyrouth

A Dik el-Mehdi, dans le Metn (Mont-Liban II), Wejdan Breikeh, ingénieur mécanique, affirme "voter pour Jad Ghosn". "Nous voulons le changement, même si cela ne se produira pas du jour au lendemain". "Nous devons montrer que la vieille garde doit partir et donner une chance aux nouveaux visages qui ne sont pas salis par tout ce qui a affecté le Liban au cours des 30 dernières années". 

10:19 heure de Beyrouth

À Saïda (Liban-Sud I), Noel Sahyouni, 25 ans, qui travaille dans le domaine de l'informatique, vient de voter pour Oussama Saad. "J'ai participé au scrutin cette année parce que je voulais que ma voix et mon opinion soient entendues". "Oussama Saad a toujours été loyal et digne de confiance, je lui ai donné mon vote préférentiel parce qu'il peut prendre soin de nous", affirme le jeune électeur.


(Photo : un portrait d'Oussama Saad à Saïda. Crédit Mohamad El Chamaa)

10:17 heure de Beyrouth

Dans le bureau de vote installé à l’Institut technique public à Hazerta-Zahlé (Békaa I), plusieurs infractions ont été signalées. Des déléguées de partis politiques ont notamment accompagné certaines femmes jusque dans l’isoloir pour les "aider" à voter, sous le prétexte que ces électrices sont analphabètes. Un responsable de ce bureau de vote a confirmé ces infractions à L'OLJ, sans préciser si des mesures avaient été prises pour éviter qu'elles ne se répètent.


(Photo : à Hazerta, une représentante du Hezbollah derrière l’isoloir avec une électrice. Photo Anne-Marie el-Hage)

10:15 heure de Beyrouth

A Hazerta-Zahlé (Békaa I), à l’Institut technique public, on plébiscite le candidat chiite Rami Abou Hamdane, originaire du village. Dès 9h, les files d’attente étaient déjà longues devant le bureau de vote.

"Je vote pour la résistance, pour le Hezbollah qui a protégé le Liban contre Israël", indique Bassam Abou Hamdane, un soldat retraité de 52 ans. La pension de ce père de famille, qui ne vaut plus que l’équivalent de 70 dollars par mois en raison de la violente dépréciation de la livre libanaise, ne lui suffit plus, mais "le Hezbollah nous aide à nous approvisionner en mazout en hiver, il soutient l’éducation de nos enfants, et nous aide à boucler nos fins de mois, alors que l’Etat est absent". Cet électeur assure également vouloir l’ouverture du Liban sur le monde, et tous les pays susceptible de l’aider, qu'il s'agisse de l'Iran, de la Russie ou des États-Unis.


(Photo : Bassam Abou Hamdane dans un bureau de vote de Hazerta. Crédit Anne-Marie el-Hage)

10:12 heure de Beyrouth

A Machghara, dans la Békaa II, un partisan du Hezbollah ayant requis l'anonymat explique voter pour ce parti parce qu'il "protège le pays grâce à ses armes"." Il doit rester fort pour nous protéger d'Israël", indique cet homme. "Le Hezbollah protège tout le monde, aussi bien les chrétiens que les musulmans", ajoute-t-il, estimant qu'il n'y a jamais de problèmes entre les différentes communautés dans cette région.


Une partisane du Courant Patriotique Libre (CPL), Ghada Haddad, accompagnée de son fils Joseph Chalabi, et de deux autres partisans, Georges el-Debs et Ibrahim Abou Zeid, assure également que dans cette région de la Békaa-Ouest, tout le monde se respecte, indépendamment des croyances ou des orientations politiques. Expliquant son vote pour la liste aouniste, elle laisse entendre qu'elle soutient le chef du CPL, Gebran Bassil, parce que "si tout le monde se ligue contre un seul homme", cela veut dire qu'il fait quelque chose de bien, c'est à dire "qui n'est pas dans l'intérêt" des autres parties.


(Photo : Ghada Haddad, accompagnée de son fils Joseph Chalabi et d'autres partisans aounistes à Machghara. Crédit Magaly Abboud)

10:09 heure de Beyrouth

Manal el-Kheir, 35 ans, électrice à Minié (Liban-Nord II), compte voter pour faire "entendre" sa voix. Pour ces législatives, elle a choisi Kazem Kheir de la liste "Pour le peuple", soutenue le Premier ministre par Nagib Mikati. "Kazem est un indépendant, contrairement aux autres. Il pourra changer les choses", estime-t-elle.


Ahmad Moustapha Alameddine, 33 ans, affirme, lui, qu'il compte voter pour Osman Alameddine (candidat sur la liste "Le sauvetage d’une nation" soutenue par Achraf Rifi et les Forces libanaises). "Il est de notre famille et il pourra changer les choses. On a besoin d’hommes comme lui". Pour lui, M. Alameddine n’a pas pu travailler correctement lors de son précédent mandat à cause du soulèvement populaire d'octobre 2019, de la pandémie de coronavirus et de la dépréciation de la livre libanaise. Pour lui, il faut surtout "changer le mandat présidentiel actuel pour que les choses puissent changer".


(Photo : des électeurs dans un bureau de vote de Minié. Crédit Lyana Alameddine)

09:58 heure de Beyrouth

À Machghara, dans la Békaa II, le vote se déroulait dans une atmosphère calme ce matin, selon notre correspondante sur place. Plusieurs organisateurs interrogés ont indiqué à L'Orient-Le Jour qu'il y aurait plus de monde vers midi, le temps que la majorité des électeurs arrivent de Beyrouth.


Carole* et Pierre*, la cinquantaine, ont voté pour une candidate sur l'une des listes de la contestation. "Les partis traditionnels sont là depuis la guerre libanaise (1975-1990, ndlr). Ils sont responsables de la situation économique actuelle", explique Pierre avec amertume. "Nous voulons de nouvelles figures au Parlement et plus de diversité. Cela passe par la présence de femmes et de jeunes au Parlement", renchérit Carole, également déçue par la classe politique au pouvoir.


De son côté Joëlle, 22 ans, vote pour la première fois. "C'est avant tout un devoir. Je n'aurais plus le droit de me plaindre de la situation si je ne votais pas", a estimé la jeune électrice, qui n'a pas souhaité dire à qui elle a accordé son suffrage. Celle-ci a uniquement indiqué avoir choisi une liste de la contestation et voté pour "un homme ou une femme capable de contribuer au redressement du Liban".


*Les prénoms ont été modifiés.


(Photo : Joëlle, 22 ans, électrice à Machghara (Békaa II). Crédit Magaly Abboud)

09:49 heure de Beyrouth

Des médias, notamment la chaîne locale MTV, rapportent que des délégués des Forces libanaises ont été expulsés des bureaux de vote de certaines localités de la région de Baalbeck-Hermel (Békaa III), considérée comme un bastion du Hezbollah, où se présente notamment le député sortant Antoine Habchi. Une des déléguées a affirmé à la presse avoir été agressée physiquement et insultée, sans que l'armée présente sur les lieux ne la protège. 

09:36 heure de Beyrouth

Plusieurs hauts responsables ont voté dès les premières heures du matin.

Le chef de l'Etat Michel Aoun a glissé son bulletin dans l'urne d'un bureau de Haret Hreik, dans le caza de Baabda (Mont-Liban III). "Le vote est un devoir que doivent assumer tous les citoyens", a-t-il souligné, appelant les Libanais à inciter leur entourage à participer au scrutin.

Le mufti de la République Abdellatif Deriane, qui a voté à Tripoli au Liban-Nord, a également appelé les Libanais à voter durant "cette journée historique et décisive afin de sauver ce qui reste du Liban".

Le chef du Courant patriotique libre et gendre du président Aoun, Gebran Bassil, a lui accompli son devoir électoral dans un centre de vote de Batroun, dans la circonscription du Liban-Nord III.

(Le chef de l'Etat, Michel Aoun, glissant son bulletin de vote dans l'urne, le 15 mai à Haret Hreik. Crédit photo : AFP / HO / DALATI AND NOHRA)

09:31 heure de Beyrouth

Une électrice en chaise roulante sortant d'un bureau de vote de Saïda (Liban-Sud I), accessible pour les personnes à mobilité réduite grâce à une rampe.

Mardi, Human Rights Watch (HRW) avait interpellé les autorités libanaises sur l'accessibilité des bureaux de vote par les électeurs à mobilité réduite, les appelant à "faire plus pour s'assurer que les personnes en situation de handicap et celles qui sont âgées puissent voter librement et en toute dignité".

(Photo Mohamad El Chamaa)

09:27 heure de Beyrouth

"Les élections sont très importantes et tout le monde devrait voter", a confié Hussein Jaafar*, un électeur de 46 ans présent dans un bureau de vote de Tyr (Liban-Sud II). "Nous vivons dans un pays sectaire et nous devons donc d'élire des personnes qui défendent notre secte", a estimé ce plombier, qui a voté pour la liste Espoir et loyauté du tandem chiite Amal-Hezbollah.

*Le nom a été modifié 


(Photo : un bureau de vote situé dans l'école publique pour filles de Tyr. Crédit Wael Taleb)

09:19 heure de Beyrouth

Dans un tweet, l'ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo, appelle les Libanais à la "mobilisation" : "Amis libanais, en ce jour d'élections importantes pour l'avenir de votre pays, vous avez l'occasion de voter pour celles et ceux qui vous représenteront au Parlement et auront à défendre vos droits et aspirations pour bâtir le Liban que vous souhaitez. Votre mobilisation compte".

 

09:16 heure de Beyrouth

A Minié (Liban-Nord II), Amira Wehbé, 38 ans, a voté "pour le changement" sans vouloir révéler son vote : "Je n’ai pas voté pour les mêmes qu'avant, mais pour un nouveau visage. J’espère qu’il pourra changer la situation. Ici, tout le monde veut le changement.


(Photo : Des électeurs devant une école de Minié. Photo Lyana Alameddine)


09:14 heure de Beyrouth

Nous vous avions demandé, dans un sondage publié sur notre mini site dédié aux législatives, si vous comptiez voter aujourd'hui.

Vous avez répondu oui à 91,3% !

Le taux de participation est un des enjeux centraux de ces législatives.

08:53 heure de Beyrouth

De Tripoli, où il a voté, le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a appelé à une participation massive au scrutin, ce qui est selon lui "la seule façon d'édifier le Liban de demain". "Le boycott ne mènera à rien", a-t-il ajouté, promettant de résoudre rapidement les problèmes liés à l'approvisionnement en électricité et en matériel dans certains bureaux, ainsi que la publication de résultats "transparents". 

08:52 heure de Beyrouth

Le Premier ministre Nagib Mikati a indiqué que "le taux de participation était bon le matin" peu après avoir voté dans un bureau de vote de Tripoli, au Liban-Nord. "Toutes les institutions de l'Etat sont prêtes pour veiller au bon déroulement du scrutin", a-t-il assuré, appelant les Libanais "à choisir les candidats convenables". 

(Photo Dalati et Nohra)

08:40 heure de Beyrouth

L'ancien Premier ministre Fouad Siniora a accompli son devoir électoral dans un bureau de vote de Saïda. "Nous espérons que cette journée se déroulera suivant les aspirations des Libanais et que les élections auront lieu sous le signe du changement", a-t-il déclaré.

Après la décision du chef du Courant du Futur Saad Hariri de suspendre son activité politique et de ne présenter aucun candidat de sa formation aux élections, certains observateurs craignaient un boycottage du scrutin par la communauté sunnite.

08:18 heure de Beyrouth

L'Association libanaise pour des élections démocratiques (Lebanese Association for Democratic Elections - LADE) rapporte quelques infractions survenues à l'ouverture des bureaux, relatives notamment à l'organisation logistique, à un manque de matériel à certains endroits ou encore à l'interdiction de certains journalistes de couvrir le scrutin malgré l'obtention des autorisations nécessaires. Dans la région de Ghabate à Jbeil, un bureau de vote n'avait pas encore ouvert à 8h, son président étant arrivé en retard sur les lieux.


(Photo : un électeur dans un bureau de vote de Halba, au Akkar. Crédit Michel Hallak)

08:04 heure de Beyrouth

Il est toujours temps de vous plonger dans notre mini site dédié aux législatives, pour y retrouver nos décryptages, analyses, opinions, reportages et infos pratiques, en cliquant ici

07:59 heure de Beyrouth

Des électeurs dans un bureau de vote à Zouk. Ce scrutin représente un premier test pour les groupes d'opposition qui ont émergé à la suite d'un soulèvement populaire déclenché en octobre 2019 pour exiger le départ d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

(Photo Michel Sayegh)

07:40 heure de Beyrouth

Le scrutin se déroule dans un contexte bien particulier : l'effondrement économique du Liban. Selon un de nos correspondants sur le terrain, ce matin à 7h, c'est en l'absence d'électricité, donc sans lumière et sans ascenseurs pour atteindre les étages supérieurs, que les électeurs votaient ainsi dans une école du quartier de Aïn el-Mreissé, à Beyrouth...

07:36 heure de Beyrouth

Différentes mesures de sécurité sont entrées en vigueur samedi avant les élections. L'armée s'est déployée dans plusieurs régions du Liban "afin de maintenir la sécurité du processus électoral et assurer l'intégrité de son déroulement", a annoncé un communiqué de l’institution militaire. "Le commandement de l'armée appelle les citoyens à coopérer et à se conformer aux instructions des forces armées et de sécurité", poursuit le texte. Les détails sur ce déploiement sont ici.

(Photo Joao Sousa)

07:32 heure de Beyrouth

En images : Dans un bureau de vote, à Basta, quartier de Beyrouth, des électeurs bien matinaux. (Photo Joao Sousa)

07:22 heure de Beyrouth

Si, en prenant votre café, vous vous demandez encore pour qui vous allez voter, nous vous invitons à relire nos différentes analyses sur ces élections. Elle devraient vous aider à y voir plus clair

Vous retrouverez ces articles en cliquant ici

07:17 heure de Beyrouth

Aujourd'hui, quelque 3,9 millions d'électeurs sont appelés aux urnes jusqu'à 19h00 (16H00 GMT) pour renouveler les 128 membres du Parlement. Les résultats définitifs sont attendus lundi.

07:16 heure de Beyrouth

Si vous allez voter aujourd'hui, jetez un oeil à notre guide en cliquant ici. Nous vous y expliquons tout ce qu'il faut savoir sur la procédure.

07:12 heure de Beyrouth

Les bureaux de vote ont ouvert pour ce premier scrutin depuis la révolte populaire d'octobre 2019, depuis la double explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth et depuis le début de la crise économique qui ravage le Liban.

07:10 heure de Beyrouth

Bonjour à tous,

Merci de nous avoir rejoint. Nous allons suivre en direct, ici, le déroulement de cette journée électorale au Liban.

commentaires (12)

Permettez moi de ne pas être politique ent correcte et d’envoyer un bras d’honneur à tous ceux qui ont voté leurs tortionnaire pour prolonger le calvaire de notre pays.

Sissi zayyat

16 h 47, le 16 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Permettez moi de ne pas être politique ent correcte et d’envoyer un bras d’honneur à tous ceux qui ont voté leurs tortionnaire pour prolonger le calvaire de notre pays.

    Sissi zayyat

    16 h 47, le 16 mai 2022

  • Longue attente en ce milieu de nuit ! A moins d’une mauvaise surprise de dernière minute le Hezb et ses alliés sont bien partis pour perdre leur majorité. Le vote souverainiste se concentre à priori davantage sur les FL voire les Kataëb que sur les égos bobos dits du 17 octobre.

    Citoyen libanais

    03 h 29, le 16 mai 2022

  • Quelle honte, l’état n’est même pas capable de fournir les résultats. Machine électorale de un tel et machine de tel autre…sans oublier les FSI qui font la tournée des bureaux électoraux pour relever les résultats à la main…

    Karam Georges

    22 h 52, le 15 mai 2022

  • Il faudrait que l'on m'explique pourquoi les résultats préliminaires obtenus, émanent de la machine électorale du Courant patriotique libre, dans la circonscription du Mont-Liban III ? Seraient ils les seuls habilités à fournir ces éléments ?

    C…

    21 h 51, le 15 mai 2022

  • M. Mikati vous devriez avoir honte de ce résultat: 37,52% ont voté. 2 personnes sur 3 ont boycotté vos élections... N'est-ce pas là un désaveu plus que flagrant que tout cela n'était que pure mascarade, que bien peu ont cru à votre cirque électoral (à moins des vendu corps et âme à leurs zaïms respectifs)? Vous-même, vous demanderez-vos pourquoi Tripoli a voté aussi bas? Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi vos concitoyens tripolitains vous désavouent? N'aurais-vous eu l'audace, la sagesse, de vous sacrifier de quelques pliions de votre fortune familiale au bénéfice de ces moins que rien à vos yeux? Honte à vous, honte au président de la république, honte à toute la classe politique... Et j'espère de tout coeur qu'en dépit du faible taux de participation, les candidates et candidats de la Thaoura (sous toute ses coutures) donnera une petite leçon de démocratie à vous politiciens et à ce pays en panne justement de démocratie, à cause de vous... Et je souhaite que L'Orient-Lejour ne mesurera pas mon message, car souvent hélas vous le faites!

    Christian Samman

    21 h 26, le 15 mai 2022

  • Les libanais sont des veaux comme disait Charles de Gaule à propos des français…ils sont avachis et n’ont aucune volonté de conquérir une certaine liberté. Pour que les choses changent il faut de la lutte, de l’action et de la révolte. On en est loin et j’ai peur pour mon pays

    Karam Georges

    21 h 26, le 15 mai 2022

  • Aucun changement en vue, le taux de participation indécemment bas montre que les Libanais n’ont rien appris de ces 3 dernières années. Grosse déception !

    JoNad

    20 h 35, le 15 mai 2022

  • Si les libanais ont voté finalement pour la même équipe ils ne sont plus á plaindre qu’ils se débrouillent seuls dorénavent même les expatriés ne les aideront plus.

    Staub Grace

    19 h 14, le 15 mai 2022

  • UN VEHICULE DE HEZBOLLAH PARADE DANS LES RUES DE BEYROUTH AVEC DES FAUX MISSILES ET LES SOLDATS LIBANAIS APPLAUDISSENT POUR LA PARADE. QUI VOUS A ASSURÉ QUE CES MISSILES SONT FAUX ? VIVE LE LIBAN LIBRE.

    Gebran Eid

    17 h 14, le 15 mai 2022

  • Où sont les forces de sécurité pour protéger les citoyens au lieu de le tabasser et les traîner comme des assassins alors que des fraudes en veux tu en voila sont pointés partout et des exactions à la démocratie sont commises sont les yeux de ces mêmes forces honteuses qui n’agissent que sur ordre des vendus. Sans parler des violences partout où le HB est pour dissuader les gens d’aller voter lorsque ces derniers ne sont pas accompagnés dans leurs isoloirs pour être sûrs qu’ils ne voteront pas pas le sauvetage du pays? Honte à vous tous, armée, force de sécurité , président, ministres et députés d’accepter cette mascarade. Et pour finir ont sont les contrôleurs étrangers? Ils nous avaient promis de veiller à la bonne marche des élections sous leur contrôle non?

    Sissi zayyat

    12 h 59, le 15 mai 2022

  • QU,EN VA-T-IL EN SORTIR ? PROBABLEMENT DU VENT ! AVEC L,UNE DES COMMUNAUTES ARMEE LES LEGISLATIVES SONT DE LA BLAGUE. JE N,AI PAS VOTE LA OU JE SUIS. JE N,AI PAS VOYAGE AU LIBAN POUR VOTER. POUR MOI SEUL LE PEUPLE... NON PAR LES URNES CAR LES MERCENAIRES ET LEURS PARAVENTS VOTENT AUSSI... LE PEUPLE SEUL DIS-JE PEUT S,IL S,UNIT CHANGER LA DONNE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    12 h 06, le 15 mai 2022

  • C’est fait. On a voté. Avec le majeur. A votre tour! Kelna ya3ni kelna!

    Gros Gnon

    08 h 43, le 15 mai 2022

Retour en haut