Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Honte à toi et « facharet »


Honte à toi citoyen libanais si tu ne vas pas voter ce 15 mai et si tu ne vas pas exercer ton devoir civique !

Honte à toi si tu vas considérer que ton vote ne fera pas la différence et « facharet » si après ça si tu oses critiquer ce pays que tu as déserté de ton plein gré par ton laxisme, ton absentéisme lâche et ton préjugé qui stipule que le pays ne changera pas. Change toi-même ton attitude pour changer, par ton vote, l’avenir de ta patrie !

Benjamin Constant l’avait bien dit dans son livre écrit en 1819 De la liberté des anciens comparée à celle des modernes, une minorité jadis avait des droits civiques et pouvait participer à la tâche publique, mais cette minorité avait une vive conscience de ses devoirs civiques et sa liberté était active même si elle était réservée à une élite, alors qu’aujourd’hui tous les citoyens sont égaux et ont des libertés civiles égales, mais les citoyens modernes ont une liberté passive et préfèrent ne pas participer à la chose publique – la Res publica. Platon avait ouvertement critiqué la démocratie laquelle avait condamné un homme sage et juste – son maître Socrate –, à mort en affirmant dans sa république qu’elle ne génère que l’inversion de toutes les valeurs et permet aux sophistes de manipuler la foule ignorante et inculte ! Devrions-nous revenir à la cité des plus nobles, des aristocrates au sens des meilleurs des hommes pour avoir une vie politique juste ou devrions-nous travailler à construire une belle éducation civile pour rendre le peuple meilleur et la cité plus juste ? Alors, qu’attends-tu pour aller voter pour ton pays au lieu de laisser les politiciens, ces sophistes des temps modernes, te manipuler encore et confisquer ta voix ? Honte à toi lâche et paresseux !

Honte à vous aussi Libanais de toutes confessions si vous continuez à cultiver le culte du chef dans un temps où les régimes totalitaires sont dénoncés et considérés comme dégradants et « facharto » vous n’allez pas confisquer nos voix libres et notre liberté de pensée ! Dans un monde politique édifié sur les droits internationaux des hommes et sur les bases d’un État de droit, défendre encore un Léviathan et proclamer haut et fort qu’il nous représente et qu’il détient entre ses mains tous nos droits, c’est non seulement un acte avilissant et aliénant, mais un crime contre sa propre destinée, celle d’un être raisonnable capable de penser par soi-même sans la direction d’un autre !

Enfin, honte à toi aussi, dirigeant libanais de mon pays, toi le Léviathan proclamé de chaque partie de mes concitoyens libanais, honte à toi si tu continues à traiter ton pays, le Liban, comme une province d’un autre pays ou comme un butin à partager avec les autres dirigeants ! Honte à toi si tu continues à intimider toute tentative d’affranchissement de ton peuple comme s’il était un traître, parce qu’il ose s’opposer à ta tutelle infantilisante! Et bien sûr « facharet », tu ne peux plus espérer que le peuple donne la même légitimité à ton pouvoir désuet et corrompu !

Alors, vous, oui vous tous, qu’attendez-vous pour dire non ? Non à une tutelle ancestrale, non à un régime féodal, non à une liberté passive et non à tous ceux qui ont pris par la force, la ruse, la trahison et la corruption votre avenir et celui de vos enfants ! Qu’attendez-vous pour leur dire à tous ceux-là honte à vous et « facharto », aujourd’hui et maintenant ! Sinon vraiment honte à vous !

Une citoyenne libre

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Honte à toi citoyen libanais si tu ne vas pas voter ce 15 mai et si tu ne vas pas exercer ton devoir civique !Honte à toi si tu vas considérer que ton vote ne fera pas la différence et « facharet » si après ça si tu oses critiquer ce pays que tu as déserté de ton plein gré par ton laxisme, ton absentéisme lâche et ton préjugé qui stipule que le pays ne changera pas....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut