Rechercher
Rechercher

Économie - Conseil des ministres

Le gouvernement demande à la BDL 35 millions de dollars pour acheter des médicaments

Le Liban "n'a d'autre choix que le Fonds monétaire international", prévient le Premier ministre Nagib Mikati.

Le gouvernement demande à la BDL 35 millions de dollars pour acheter des médicaments

Le Premier ministre libanais Nagib Mikati, le 5 mai 2022 au Grand Sérail, lors de la réunion du Conseil des ministres. Photo Dalati et Nohra

Dans un Liban en plein effondrement économique depuis trois ans et frappé de graves pénuries en tous genres, le gouvernement de Nagib Mikati, qui s'est réuni jeudi en Conseil des ministres au Grand Sérail, a demandé à la Banque du Liban de transférer un montant de 35 millions de dollars au ministère de la Santé afin d'acheter des médicaments, notamment ceux pour les traitements des cancers et les maladies chroniques.

"L'un des points les plus importants que le gouvernement a approuvé est celui concernant la demande formulée par le ministère de la Santé à la Banque du Liban pour qu'elle débloque un montant de 35 millions de dollars, afin d'importer des médicaments pour acheter des médicaments aux patients souffrant de cancer et de maladies chroniques, mais aussi du lait infantile et des matières premières pour fabriquer des médicaments", a annoncé le ministre de l'Information Ziad Makari, en lisant le communiqué final à l'issue de la réunion du gouvernement. Le ministre a confirmé que ce montant devrait être déduit des droits de tirage spéciaux (DTS) que le Fonds monétaire international consacre au Liban.

Exploration offshore et frais de santé pour les FSI

En outre, le gouvernement a approuvé une demande de prolongation de la durée de l'exploration offshore au niveau des blocs maritimes 4 et 9 pour une période de trois ans, alors que le processus est au point mort en raison de négociations houleuses avec Israël sur la délimitation de la frontière maritime.

Le cabinet a parallèlement approuvé la nomination du général Mounir Schéhadé en tant qu'officier de liaison du gouvernement auprès de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL). Il a aussi approuvé un projet de loi portant sur la préservation de l'énergie.

Pour sa part, le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a annoncé que le gouvernement a approuvé le transfert d'un crédit d'un montant de 20 milliards de livres libanaises mensuellement, et des réserves du budget sur base du douzième provisoire, afin d'assurer les frais d'hospitalisation des agents des Forces de sécurité intérieure. Ces agents réclament régulièrement que l’État leur assure une couverture de santé, alors que la valeur de leurs salaires s'est effondrée depuis trois ans en raison d'une dépréciation record de la livre.

Le cabinet n'a pas toutefois tranché la question d'une demande de construction de centrales électriques opérationnelles à partir de l'énergie solaire, avancée par le ministre de l’Énergie Walid Fayad et le ministre des Finances Youssef Khalil. Il n'a pas approuvé non plus une demande visant à imposer une tarification des frais scolaires et universitaires en livre libanaise uniquement, alors que plusieurs établissements réclament que les montants soient payées en dollars bancaires ou "frais" au vu de la dépréciation de la monnaie nationale.

Le ministre de l'Information a enfin indiqué que le gouvernement se réunira encore en Conseil des ministres les 12 et 19 mai, alors que les élections législatives sont prévues le 15 mai, et qu'après cette date, le cabinet sera uniquement chargé d'expédier les affaires courantes.

Pas d'autre choix que le FMI

En début de réunion, le Premier ministre Nagib Mikati a pris la parole, abordant plusieurs dossiers épineux.

"A la veille des législatives, je suis confiant à la lumière de la coopération qui prévaut", a fait savoir M. Mikati. "Nous travaillons comme une famille unie, mais je constate une certaine tendance à la négativité, comme si le gouvernement était responsable du chaos", a-t-il déploré, sans toutefois spécifier ceux qu'il vise par ses critiques. Il a ensuite félicité le ministre de l'Intérieur pour les efforts qu'il déploie en vue du vote des Libanais de l'étranger qui se tient vendredi et dimanche.

Sur un autre plan, Nagib Mikati a critiqué "le populisme dans l'approche de certains dossiers, notamment celui du contrôle des capitaux" qui, selon lui, "a pour but de protéger les avoirs et les droits des déposants", alors que le projet de loi en question est critiqué par une large partie de la population et de nombreux observateurs. "Le projet de loi sur le contrôle des capitaux est susceptible d'être modifié et peut faire l'objet de débats", a cependant concédé le Premier ministre. Il a en outre affirmé que le Liban "n'a d'autre choix que le Fonds monétaire international" pour obtenir une assistance financière afin de tenter de sortir de la grave crise qui le frappe depuis 2019.

Beyrouth a signé un accord préliminaire avec l'institution financière, en vue de la signature de l'accord final qui prévoit toutefois une série de conditions à respecter, notamment des réformes draconiennes qui doivent toucher le secteur bancaire. Jusqu'à présent, les autorités libanaises n'ont toujours pas réussi à respecter ces conditions.


Dans un Liban en plein effondrement économique depuis trois ans et frappé de graves pénuries en tous genres, le gouvernement de Nagib Mikati, qui s'est réuni jeudi en Conseil des ministres au Grand Sérail, a demandé à la Banque du Liban de transférer un montant de 35 millions de dollars au ministère de la Santé afin d'acheter des médicaments, notamment ceux pour les traitements des...

commentaires (5)

Si il y a une formule, on lui fait un haircut de 5 milliards de dollars sur sa fortune personnelle, il lui restera 1 milliard, ça devrait lui suffire, non ?

Liberté de penser et d’écrire

17 h 38, le 10 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Si il y a une formule, on lui fait un haircut de 5 milliards de dollars sur sa fortune personnelle, il lui restera 1 milliard, ça devrait lui suffire, non ?

    Liberté de penser et d’écrire

    17 h 38, le 10 mai 2022

  • Mikati devrait organiser une conférence expliquant en quoi le capital control va être bénéfique nous concernant alors qu’il a compartimenté nos économies sans scrupules. Au lieu de semer la zizanie partout, qu’il prenne le temps de démystifier son plan aux libanais et qu’il mette sa main dans sa poche pour une fois au lieu de la fourrer non stop dans la nôtre.

    Wow

    11 h 26, le 09 mai 2022

  • Ils ne veulent pas comprendre que l'une des conditions du FMI est de ne plus abuser des réserves de la BDL, qui sont l'argent des déposants ! Et celui-là parle encorequ'il n'y a pas de choix que le FMI ! Contre quelle garantie cet état voleur veut mettre la main encore à ce qui reste à la BDL ? Ils ne veulent pas que soit un prêt comme le requiert la BDL, donc à rembourser avec intérêts,comme il faut. Bande de voleurs sans scrupules.

    Esber

    21 h 15, le 05 mai 2022

  • C’est quoi 35 millions pour la fratrie Mikati ?

    TrucMuche

    20 h 49, le 05 mai 2022

  • MED IDAK 3A JEYBETAK YIA MIKATI POUR UNE FOIS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    20 h 36, le 05 mai 2022

Retour en haut