Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

À Baabda, Boukhari insiste sur l'aide saoudienne "au peuple libanais"

Le président Aoun insiste auprès de l'ambassadeur saoudien sur la "nécessité de renforcer les relations bilatérales et de les activer à tous les niveaux".

À Baabda, Boukhari insiste sur l'aide saoudienne

Le président libanais, Michel Aoun, s'entretenant avec l'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, le 13 avril 2022 au palais de Baabda. Photo Twitter/Présidence libanaise

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé mercredi, lors d'un entretien avec le président de la République Michel Aoun, au palais de Baabda, que le royaume wahhabite "tient à aider le peuple libanais". Cette visite intervient cinq jours après le retour de l'ambassadeur à Beyrouth, signant ainsi la fin d'une grave crise diplomatique qui oppose le pays du Cèdre à plusieurs monarchies du Golfe depuis octobre 2021.

"L'Arabie saoudite tient à aider le peuple libanais dans les circonstances difficiles que traverse le Liban", a déclaré M. Boukhari dans des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Depuis le soulèvement populaire d'octobre 2019 contre la classe politique accusée de corruption et d'incompétence, plusieurs pays de la communauté internationale affirment vouloir aider directement la population libanaise, sans passer par les institutions étatiques.

Fonds franco-saoudien

L'ambassadeur d'Arabie a également informé le président Aoun du "mécanisme du fonds franco-saoudien consacré au soutien humanitaire, pour œuvrer à la stabilité et au développement du Liban", toujours selon l'Ani. Pour sa part, le chef de l'Etat a insisté sur la "nécessité de renforcer les relations bilatérales et de les activer à tous les niveaux".

Walid Boukhari était retourné à Beyrouth vendredi dernier, quelques heures après l’ambassadeur du Koweït, Abdel Aal al-Kinaï, alors que plusieurs monarchies du Golfe avaient rappelé leurs ambassadeurs en octobre dernier.

L'ambassadeur saoudien prévoit également de se réunir aujourd'hui avec le Premier ministre, Nagib Mikati, et le président du Parlement, Nabih Berry. La veille, le diplomate saoudien s'était entretenu avec le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui. Il avait entamé lundi une tournée auprès de plusieurs responsables religieux ainsi qu'auprès du chef du gouvernement. Walid Boukhari avait ensuite réuni autour d’un iftar plusieurs responsables politiques ainsi qu’un grand nombre d’ambassadeurs.

Lire aussi

Boukhari officialise le retour de Riyad au Liban

"Les relations n’ont jamais été rompues avec le Liban, (notre rappel) était une mesure diplomatique visant à exprimer un certain mécontentement après des prises de position portant atteinte à l’Arabie saoudite et aux pays du Golfe", avait alors affirmé M. Boukhari, en faisant référence aux positions de l'ex-ministre de l'Information Georges Cordahi sur le rôle de Riyad dans la guerre au Yémen. Ces déclarations avaient entraîné le rappel de l'ambassadeur par le royaume wahhabite, qui voit aussi d'un mauvais œil l'influence grandissante du Hezbollah pro-iranien au Liban. Les diplomates d'autres monarchies du Golfe avaient ensuite emboîté le pas à Riyad. Le pays du Cèdre tente depuis de rétablir ses relations avec les monarchies du Golfe.

Selon le ministère saoudien des Affaires étrangères, le retour de Walid Boukhari intervenait en "réponse aux appels des forces politiques modérées au Liban, et à l’engagement du gouvernement libanais à prendre les mesures nécessaires pour cesser toutes les activités (...) portant atteinte au royaume", en référence notamment au Hezbollah.

L'ambassadeur du Koweït chez Mikati

Le Koweït avait transmis à Beyrouth, en janvier, une feuille de route arabe pour une sortie de crise, dans laquelle une série de conditions étaient énumérées. Le Liban avait ensuite transmis aux parties concernées sa réponse à ces demandes, exprimant toutefois ses réserves sur une clause sensible portant sur le désarmement du Hezbollah.

L'ambassadeur du Koweït a dans ce contexte été reçu mercredi au Grand sérail par le Premier ministre, Nagib Mikati. Le chef du gouvernement a remercié le diplomate pour les efforts déployés par son pays et a insisté sur la solidité des relations entre le Koweït et le Liban. Quant à Abdel Aal al-Kinaï, il a estimé que le retour des ambassadeurs arabes au Liban "est une preuve du succès de l'initiative" entreprise par son pays afin de résoudre la crise diplomatique avec Beyrouth.


L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé mercredi, lors d'un entretien avec le président de la République Michel Aoun, au palais de Baabda, que le royaume wahhabite "tient à aider le peuple libanais". Cette visite intervient cinq jours après le retour de l'ambassadeur à Beyrouth, signant ainsi la fin d'une grave crise diplomatique qui oppose le pays du Cèdre à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut