Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Aoun évoque avec l'ambassadrice de France les efforts de Paris et du Golfe pour aider le Liban

Aoun évoque avec l'ambassadrice de France les efforts de Paris et du Golfe pour aider le Liban

Photo Twitter/@LBpresidency

Le président libanais, Michel Aoun, s'est entretenu jeudi au palais de Baabda avec l'ambassadrice de France, Anne Grillo, évoquant avec elle plusieurs dossiers, notamment l'aide conjointe de Paris et des pays du Golfe pour le pays du Cèdre, en plein effondrement socio-économique depuis 2019.

Selon un tweet de la présidence libanaise, M. Aoun et Mme Grillo ont évoqué "les relations bilatérales, les développements en Ukraine, et les efforts de la France et du Golfe pour aider le Liban, ainsi que le cours des négociations avec le Fonds monétaire international" (FMI).

Début mars, l'Arabie saoudite avait affirmé vouloir financer avec la France des projets dans les domaines médical, éducatif, social et humanitaire au Liban. Une coopération confirmée par Paris.

Le président français et le prince héritien saoudien Mohammad ben Salmane (MBS) avaient annoncé le 4 décembre depuis Djeddah vouloir "s'engager pleinement" en vue d'une relance des liens entre Beyrouth et le royaume wahhabite, mis à mal par la puissance grandissante du Hezbollah, bête noire de Riyad. Ces relations s'étaient tendues davantage après des propos hostiles de l'ancien ministre de l'Information Georges Cordahi sur le rôle de la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen. M. Macron et MBS avaient toutefois conditionné leur aide à la limitation de la possession des armes à l’État, dans une référence claire au Hezbollah. Cette requête avait également été réclamée par les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG). La France et l'Arabie saoudite avaient annoncé, en outre, la création d'un "mécanisme de soutien humanitaire franco-saoudien" au Liban, auquel les Émirats arabes unis se sont joints en janvier.

À l’approche des élections législatives libanaises du 15 mai, et à la suite d'une intense activité de lobbying de la part de la France, l’Arabie saoudite et les autres pays du Golfe semblent dernièrement prêts à revenir dans le jeu politique libanais. En témoigne le communiqué publié mardi soir par le ministère koweïtien des Affaires étrangères, qui a salué les déclarations du Premier ministre Nagib Mikati dans lesquelles il avait renouvelé l’engagement de son gouvernement à prendre les mesures nécessaires afin que le Liban rétablisse ses liens avec le CCG. Le Premier ministre a confirmé hier cette atmosphère positive, estimant que "le nuage dans les relations du Liban et du CCG va bientôt se dissiper".


Le président libanais, Michel Aoun, s'est entretenu jeudi au palais de Baabda avec l'ambassadrice de France, Anne Grillo, évoquant avec elle plusieurs dossiers, notamment l'aide conjointe de Paris et des pays du Golfe pour le pays du Cèdre, en plein effondrement socio-économique depuis 2019.Selon un tweet de la présidence libanaise, M. Aoun et Mme Grillo ont évoqué "les relations...