Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Frangié : Il n'y aura pas de président de la République hostile au Hezbollah

"Je ne vais mendier auprès de personne la présidence", affirme le leader maronite de Zghorta, candidat potentiel à la première magistrature en octobre.

Frangié : Il n'y aura pas de président de la République hostile au Hezbollah

Le chef du courant Marada Sleiman Frangié, s’exprimant au palais présidentiel de Baabda, le 11 janvier 2022. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le chef du courant Marada Sleiman Frangié, l'un des candidats probables à la présidentielle qui doit se tenir en octobre après la fin du mandat du chef de l’État Michel Aoun, a estimé qu'il n'y aura pas de président qui serait hostile au Hezbollah, son allié chiite et poids lourd politique et militaire.

Au cours d'un entretien télévisé jeudi soir sur la chaîne MTV, le leader chrétien de Zghorta a critiqué le président Aoun et son gendre, le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, à qui l'on prête également des ambitions présidentielles et avec qui M. Frangié entretient des liens détestables.

Critique à l'adresse de Aoun

"Je ne vais mendier la présidence auprès de personne et je maintiens mes convictions", a lancé M. Frangié durant son intervention lors de l'émission Sar el-Wa't, animée par le journaliste Marcel Ghanem. "Je crois en l'entente et je refuse d'éliminer (les autres)", a ajouté le chef des Marada, dans une critique à peine voilée au président Aoun et son camp, accusés par leurs détracteurs, notamment M. Frangié, de vouloir éliminer de l'échiquier politique leurs rivaux chrétiens.

"Le paysage électoral présidentiel en octobre sera différent de celui qui prévaut en ce moment. Il pourrait être mieux ou pire", a estimé M. Frangié, sans élaborer davantage sur ce plan. "Si l'échéance arrive et que les circonstances nous sont favorables, alors nous verrons à ce moment-là", a-t-il ajouté, entretenant le flou sur sa propre candidature. Il a toutefois été plus clair concernant le profil du prochain chef de l’État : "Il n'y aura pas de président de la République au Liban hostile au Hezbollah".

Lire aussi

Quand les calculs électoraux contraignent le CPL à se séparer des « mauvais » élèves

Pour Sleiman Frangié, il y aura "une nouvelle étape après Michel Aoun, et la population libanaise est optimiste". Des propos tenus alors que le Liban poursuit son effondrement socio-économique depuis 2019. "Je ne peux pas faire porter à Aoun toute la responsabilité de ce qui s'est passé durant son mandat, mais c'est lui qui l'a fait, lorsqu'il s'est présenté comme l'homme du mandat fort et a tenté d'éliminer les autres. Le régime a promis plus que ce qu'il pouvait faire. Il aurait pu ne pas assumer la responsabilité de la situation actuelle, alors qu'il y a des causes accumulées depuis 1992", a estimé l'ex-ministre, candidat malheureux face à Michel Aoun, lors de la présidentielle de 2016.

Le pire allié et le rival stratégique

Le zaïm de Zghorta a en outre abordé la question épineuse des élections législatives qui doivent avoir lieu le 15 mai. Il a dans ce contexte exprimé la crainte de la "possibilité d'un report du scrutin en raison de détails techniques". "Je ne serais pas triste de voir Gebran Bassil échouer à Batroun, mais l'intérêt de mon pire allié vaut mieux que celui de mon rival stratégique", a aussitôt tempéré M. Frangié. "Mon projet politique est celui du camp du 8 Mars (pro-régime syrien et Hezbollah, NDLR) et de ses alliés, et notre but est d'obtenir le plus grand groupe au sein du Parlement", a clairement fait savoir le chef des Marada. "Il m'importe peu de protéger Gebran Bassil ou de l'éliminer", a-t-il ajouté, laissant ainsi la porte ouverte à une alliance électorale avec le chef du CPL.

Sleiman Frangié a enfin estimé qu'il était "peu probable qu'un changement stratégique intervienne après les législatives". "Les changements stratégiques dans le pays n'auront pas lieu, et la thaoura (révolte populaire du 17 octobre 2019) n'a pas permis de créer un système alternatif", a-t-il affirmé. Il a dans ce cadre estimé que "selon les statistiques, ceux qui sont donnés vainqueurs sont ceux qui ont surfé sur la vague de la thaoura, comme Samy Gemayel, Michel Moawad, Nehmat Frem, et d'autres figures de la classe politique".

Lire aussi

L’opposition conclut sa primaire au Nord III

Les législatives du 15 mai sont vues par nombre de Libanais comme une opportunité de changer la classe politique au pouvoir, accusée de corruption et de clientélisme. La communauté internationale ainsi que plusieurs protagonistes locaux redoutent un report des législatives sous le prétexte d’un problème de financement. Mais le Conseil des ministres a tenté de donner un signal positif sur ce plan en assurant une partie des fonds. Et le Hezbollah, allié chiite de M. Frangié et accusé par ses détracteurs de vouloir repousser cette échéance, affirme régulièrement qu'il est en faveur de la tenue du scrutin. Il a même lancé sa campagne électorale et annoncé ses candidats.


Le chef du courant Marada Sleiman Frangié, l'un des candidats probables à la présidentielle qui doit se tenir en octobre après la fin du mandat du chef de l’État Michel Aoun, a estimé qu'il n'y aura pas de président qui serait hostile au Hezbollah, son allié chiite et poids lourd politique et militaire.Au cours d'un entretien télévisé jeudi soir sur la chaîne MTV, le leader...

commentaires (22)

C’est dommage que l’histoire de notre pays n’est pas enseignée dans les écoles privées et publiques. Les jeunes libanais verront ainsi la putréfaction du monde politique et des gens qui le gouvernement actuellement alors que nous avions eu la crème de la crème avec des président tels que Camille Chamoun, Charles Helou, Elias Sarkis et Bachir El Gemayel qui malheureusement n’a pu gouverner pour sauver notre pays parce que trop patriotique aux yeux des vendus. On se retrouve avec des illettrés animés par le culte de l’argent et, du pouvoir usurpé, parce qu’ils savent qu’ils ne valent rien en temps de paix et dans un pays démocratique d’où leur alliance avec les obscurantistes et les fossoyeurs de notre démocratie.

Sissi zayyat

13 h 09, le 08 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • C’est dommage que l’histoire de notre pays n’est pas enseignée dans les écoles privées et publiques. Les jeunes libanais verront ainsi la putréfaction du monde politique et des gens qui le gouvernement actuellement alors que nous avions eu la crème de la crème avec des président tels que Camille Chamoun, Charles Helou, Elias Sarkis et Bachir El Gemayel qui malheureusement n’a pu gouverner pour sauver notre pays parce que trop patriotique aux yeux des vendus. On se retrouve avec des illettrés animés par le culte de l’argent et, du pouvoir usurpé, parce qu’ils savent qu’ils ne valent rien en temps de paix et dans un pays démocratique d’où leur alliance avec les obscurantistes et les fossoyeurs de notre démocratie.

    Sissi zayyat

    13 h 09, le 08 mars 2022

  • Oui: le 'votez pour moi' regurgitation brillantissime: 'je suis un intellectuel noble, et pas le domestique d'un regime sanguinaire et chouchou d'un parti mercenaire': Voixci notre niveau: des predentiables primitifs, homme tribal sans vision, ni envergure ou profondeur intellectuelle ou politique, ni culture! Ou sont les hommes d'etat?

    Sabri

    14 h 56, le 05 mars 2022

  • Malheureusement, je ne vois aucun leader chrétien fiable. Des chefs de clan, oui, pas des présidentiables dans toute la noblesse de la fonction. Et quand on téléporte un militaire censé etre au moins nationaliste à défaut d'etre honnete, il s'en met plein les poches , voir ses bagnoles très haut de gamme pour faire joujou, sauf que ce n'est pas le meme prix que des matchbox, et que c'est notre pognon. Fouad Chehab, au secours

    Mouawad Robert

    09 h 16, le 05 mars 2022

  • Tout ces idiots de polichinelles nous font vomir... rien ne peut plus exprimer notre dégoût...

    Wlek Sanferlou

    03 h 42, le 05 mars 2022

  • Monsieur frangié le zaïm de zghorta Celui qui reste clouer dans un rhétorique des ruminations politiques invariables et n’évolue pas avec les circonstances sa fin est l’extinction

    william semaan

    01 h 34, le 05 mars 2022

  • Quand M Frangieh fixe les caracteristiques du prochain president (qui ne devra pas etre hostile au Hezb) il devrait egalement aborder la question du QI de ce prochain president. ????

    Michel Trad

    23 h 11, le 04 mars 2022

  • "… Il n'y aura pas de président de la République hostile au Hezbollah …" - Il n’y aura pas non-plus de président de la République qui mange dans la main de Bashar, si tu vois qui je veux dire… Et pour ta gouverne, nous ne sommes pas hostiles au Hezbollah, mais à ses armes et à son arrogance. Nuance…

    Gros Gnon

    21 h 21, le 04 mars 2022

  • "Il n'y aura pas de président de la République hostile au Hezbollah". C'est effectivement peu probable ... malheureusement !

    Yves Prevost

    18 h 42, le 04 mars 2022

  • Dans tous les cas Sleiman Frangie ou un autre c’est toujours Hassouna qui commande

    Eleni Caridopoulou

    18 h 20, le 04 mars 2022

  • Dans ce cas la il vaut mieux ne pas avoir de président du tout et de trouver une formule qui corresponde à chacun car nous on en a marre de voir notre pays sombrer à cause justement du Hezb et de ses suiveurs. Changer cet état de fait n’est pas suffisant mais il est nécessaire. Le dernier vrai président reste A Gemayel avec tout de même une petite pensée pour Suleiman pour avoir essayé pendant la seconde moitié de son mandat., pour le reste, ça va de mal en pire et il est temps d’arrêter les frais.

    Liban Libre

    16 h 52, le 04 mars 2022

  • Mais Monsieur Frangié, vous ne parlez qu’en votre nom. J’espère qu’il vous reste un minimum de lucidité pour deviner qu’il reste (encore et heureusement) des libanais ne partageant pas votre amour irraisonné, inconditionnel et aveugle des syriens, iraniens et autres milices hezbollesques. J’espère qu’il vous reste également un minimum de neurones en bon état de marche pour comprendre que les temps ont changé et que l’aplatissement, l’asservissement et l’embrigadement que vous prônez au niveau de vos affidés ne sont plus de mise pour un grand nombre de libanais. Une plus ou moins belle carrière vous attend sans doute en Syrie ou en Iran, allez-y, présentez-vous y aux élections locales puisque, là-bas, tout (et tous) s’achètent mais, de grâce, fichez la paix aux libanais et surtout, surtout, arrêtez de les prendre pour des c… avec vos « déclarations » aussi fausses qu’irresponsables.

    DC

    16 h 33, le 04 mars 2022

  • Ce type est pire que Aoun et Bassil. Certains sont des corrompus mais lui c’est un traître.

    Achkar Carlos

    13 h 39, le 04 mars 2022

  • Dans quel monde vie ce zaïm?! A part d’assassiner et détruire la moitié de Beyrouth, le Hizb n’exécute que l’agenda de ses financiers étrangers. Quelle honte de voir des libanais de cette gamme. Une loi de retrait de nationalité doit être mise en place contre toute personne au solde d’un pays tiers.

    Georges S.

    13 h 33, le 04 mars 2022

  • Nous voulons des candidats indépendants. Un point un trait

    Khalil Mteini

    13 h 32, le 04 mars 2022

  • Et c'est un soi-disant Libanais qui dit cela ? Vendu jusque dans la moelle, va !

    Remy Martin

    13 h 19, le 04 mars 2022

  • Ce type est dans un déni total car vendu au syrien + l’iranien par excellence !

    Wow

    12 h 43, le 04 mars 2022

  • Manquerait plus que cet analphabete !

    Robert Moumdjian

    12 h 02, le 04 mars 2022

  • D'emblée, il signe son obéissance au parti iranien. Les libanais ne sont pas fous pour accepter une telle marionnette. Il ferait mieux de rêver ailleurs.

    Esber

    11 h 51, le 04 mars 2022

  • IL N,Y AURA QUE DES TRAITRES VENDUS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    11 h 48, le 04 mars 2022

  • ""Il n'y aura pas de président de la République au Liban hostile au Hezbollah"." Ah! Quelle découverte majeure! C'est aussi génial que de dire qu'en géométrie euclidienne, il n'y a pas de triangle dont la somme des angles est supérieure à 180 degrés

    Georges MELKI

    11 h 34, le 04 mars 2022

  • Des traitres à la solde de l'Iran et de la Syrie ... le jour ou cette milice mafieuse rentre dans le giron de l'état nous en reparlerons ...

    Zeidan

    11 h 19, le 04 mars 2022

  • Et il n’y aura pas de république avec la milice mafieuse ! Une milice au dessus des lois. ,qui assassine, complote, explose la moitié de la v ille , pompe les ressources de l’Etat, concurrence les services de l’Etat, ne paie pas d’impôts , ne paie pas l’électricité, et bien non, non, Et non ! Qu’ils restent dans leur canton, et que les 80 pct du Liban qui restent , fondent leur république !!

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 57, le 04 mars 2022

Retour en haut