Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Nostalgie

Chez Hashim, à Bab Idriss, il y avait foule pour les chaussures blanches des Rameaux

Établi en 1905 dans un atelier du Mont-Liban, le label Hashim est devenu avec le temps une enseigne classique et une signature incontournable de l’industrie libanaise.

Chez Hashim, à Bab Idriss, il y avait foule pour les chaussures blanches des Rameaux

Les modèles de chaussures Hashim tirés du catalogue sorti à l’occasion de leur jubilé en 1955. Photo DR

Quand les rues de Beyrouth étaient encore en terre battue, le grand-père de Sami Hashim chaussait déjà les Libanais. L’histoire de la marque de chaussures libanaises familiale débute en 1905, quand Samuel Hashim, qui travaillait dans la fabrication...
Quand les rues de Beyrouth étaient encore en terre battue, le grand-père de Sami Hashim chaussait déjà les Libanais. L’histoire de la marque de chaussures libanaises familiale débute en 1905, quand Samuel Hashim, qui travaillait dans la fabrication...
commentaires (8)

Oh que j'ai apprécié cet article ! J'étais élève à la Sainte Famille et une petite pimbêche avait critiqué mes souliers de "Française" en se vantant de choisir les siens chez Hashim. Et maman, du coup, m'en avait acheté deux paires!!!

Lilou BOISSÉ

13 h 02, le 08 avril 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Oh que j'ai apprécié cet article ! J'étais élève à la Sainte Famille et une petite pimbêche avait critiqué mes souliers de "Française" en se vantant de choisir les siens chez Hashim. Et maman, du coup, m'en avait acheté deux paires!!!

    Lilou BOISSÉ

    13 h 02, le 08 avril 2022

  • Tout le monde a besoin de chaussures, il doit y avoir un moyen de continuer la production locale. Surtout des beaux produits de qualite comme ca. Pourtant la difficulte c'est de trouver un bon modele de vente avec la competion mondiale feroce (globalization).

    Stes David

    14 h 42, le 04 mars 2022

  • Tout le monde a besoin de chaussures, il doit y avoir un moyen de continuer la production locale. Surtout des beaux produits de qualite comme ca. Pourtant la difficulte c'est de trouver un bon modele de vente avec la competion mondiale feroce (globalization).

    Stes David

    14 h 42, le 04 mars 2022

  • Nostalgie, nostalgie du bon vieux temps! Du temps ou le Liban etait encore un paradis, du temps ou tout le monde se respectait.....

    IMB a SPO

    14 h 18, le 04 mars 2022

  • Je me souviens encore de plusieurs de leurs boutiques ainsi que du confort de leurs chaussures: imbattables!! Et pourtant? Je trouve l’idée d’un musée excellente!! Pourquoi ne pas le faire? Ça ferait partie du patrimoine du Liban et pourrait occasionner même des sorties éducatives scolaires… pensez y !!

    T Myriam

    16 h 02, le 03 mars 2022

  • Good old time !

    Wow

    13 h 02, le 03 mars 2022

  • Quelle bonne idée que ce papier qui réveillent tant de souvenirs d’enfant. Hashem et Red shoe, les deux chausseurs chez qui nous faisions des descentes 3 ou 4 fois dans l’année. Chaussures blanches pour les rameaux, mocassins vernis à Noël, sandales à brides l’été… je me souviens de la bousculade en période de fêtes, où les dames s’arrachaient les boîtes à chaussures des mains quand les pointures venaient à manquer. Et là, à l’instant, je m’aperçois que je n’ai plus retrouvé le même confort dans des chaussures depuis.

    Marionet

    08 h 23, le 03 mars 2022

  • On était tous chausses en famille,enfants et adultes,chez HACHIM et Red shoe! super...

    Marie Claude

    08 h 04, le 03 mars 2022

Retour en haut