Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le Bloc national lance officiellement sa campagne pour les législatives

Le parti d’opposition a présenté ses candidats dans quatre circonscriptions : Baabda, le Kesrouan, Tripoli et Zghorta.

Le Bloc national lance officiellement sa campagne pour les législatives

Camille Mourani, candidat du Bloc national à Tripoli (Nord) en vue des législatives du 15 mai. Photo Laure-Maïssa Farjallah

A l'entrée de ce qui ressemble à un musée futuriste, un bus décharge ses passagers, aussitôt suivi d'une file de voitures. Des hommes en costume discutent dans le hall, les femmes se font plus visibles dans la salle de réception, qui accueille les participants au rythme de Mashrou' Leila. Ce n'est pas un événement mondain, mais le lancement officiel, samedi, de la campagne du Bloc national (BN) pour les élections législatives prévues en mai prochain.

La pièce se remplit au fur et à mesure que les chaises s'ajoutent à l'arrière des derniers rangs. Si la gente masculine domine, les femmes ne sont pas en reste et les jeunes assistent en nombre. Ils sont venus écouter les candidats qui se présentent sous la bannière du parti restructuré en 2018. Sur les 15 circonscriptions du Liban, le Bloc national présente quatre candidats couvrant Baabda, le Kesrouan, Tripoli et Zghorta. Sous le slogan "Reconstruire notre État, du tout au tout", le programme du BN se base sur neuf piliers : le redressement du pays, la création de l'économie de demain, un renforcement du pouvoir judiciaire, une amélioration des conditions de vie pour les plus vulnérables, un programme d'infrastructures durables, une participation citoyenne à la vie politique, le développement d'un sentiment d'appartenance libanais, un État souverain fort ayant le monopole des armes, et une représentativité accrue des femmes. Le parti n’a pas toutefois précisé comment il comptait réaliser ces différents objectifs.

Lire aussi

La plateforme « Wassil Sawtak », trait d’union entre les partis d’opposition et les électeurs

Le secrétaire général du Bloc national, Pierre Issa, a insisté sur le changement opéré dans le pays lors de la révolution du 17 octobre 2019 et l'union nécessaire du peuple pour construire une nation souveraine dans le respect de la Constitution, "contre la mafia et la corruption". Premier candidat à prendre la parole, Camille Mourani, qui se présente à Tripoli, a réclamé "la fin du règne des milices, notamment du Hezbollah", tout en pointant du doigt la pauvreté qui prévaut dans la grande ville du Nord.

Lire aussi

25 % des Libanais envisageraient de voter pour une figure indépendante en mai

Pour le caza de Zghorta, Gistelle Semaan représente le parti dans la coalition d’opposition Chamalouna. Elle a souhaité axer son discours sur les ambitions futures tout en reconnaissant que le chemin sera difficile pour revenir au Liban d'avant. "Le retour de la confiance est la clé pour surmonter la crise", a-t-elle résumé. Particulièrement bien accueilli, le candidat pour le Kesrouan, Wajdi Tabet, a critiqué la corruption en insistant sur la responsabilité des dirigeants, notamment dans "le crime du 4 août 2020". Finalement, Michel Hélou (ancien directeur exécutif de L'Orient-Le Jour), qui se présente à Baabda, a mis l’accent sur "la souveraineté véritable" qui signifie "l’État de droit sur tout le territoire libanais".

Michel Helou, ancien directeur exécutif de L'Orient-Le Jour et candidat du Bloc National à Baabda pour les législatives du 15 mai. Photo Laure-Maïssa Farjallah

Après les discours des candidats, une partie de l'audience a commencé à s'éclipser, tandis que la grande majorité est restée pour écouter les responsables pour les expatriés et les jeunes au sein du Bloc national. "Aujourd'hui, notre rôle est de rendre l'espoir à ceux qui ont émigré, pour qu'ils puissent revenir dans leur pays avec dignité", a martelé Kinda Ghadiya, représentant les jeunes et étudiants.

A l'entrée de ce qui ressemble à un musée futuriste, un bus décharge ses passagers, aussitôt suivi d'une file de voitures. Des hommes en costume discutent dans le hall, les femmes se font plus visibles dans la salle de réception, qui accueille les participants au rythme de Mashrou' Leila. Ce n'est pas un événement mondain, mais le lancement officiel, samedi, de la campagne du Bloc...
commentaires (7)

Tout ce qui se dit n’est que du vent, sans projet, sans but sans une vision pour l’avenir ni pour le peuple et encore moins pour le pays. Bravo à Laure-Maïssa Farjallah qui a écrit « Le parti n’a pas toutefois précisé comment il comptait réaliser ces différents objectifs. » La réplique du bloc National à cette interrogation très opportune de la part de la journaliste, est tout simplement simplète, c’est la même rhétorique que les Zaïms et les politicards de tout poil ont dit à chaque élection depuis l’indépendance. Autrement dit, faites nous entrer au parlement pour avoir le détail de ce nous ferons. Apparemment le Bloc National n’a rien compris aux élections ou alors il prend les Libanais pour des imbéciles ? Au pire, ils ne sont pas capables d’établir un état des lieux, et de prendre à contre-pied toutes les initiatives que la caste politique a pris sans réussir. Un programme ça se détail point par point poste par poste, ça se chiffre. Mais là nous avons l’impression que l’annonce le B.N. c’est à la pesée, de la peu près. Bref c’est à la bonheur la chance. Si c’est cela que le B.N. propose il fonce directement dans le mur ! Raymond Eddé doit se retourner dans sa tombe en observant son parti entre les mains d’amateurs. Bien cordialement.

Le Point du Jour.

00 h 48, le 21 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Tout ce qui se dit n’est que du vent, sans projet, sans but sans une vision pour l’avenir ni pour le peuple et encore moins pour le pays. Bravo à Laure-Maïssa Farjallah qui a écrit « Le parti n’a pas toutefois précisé comment il comptait réaliser ces différents objectifs. » La réplique du bloc National à cette interrogation très opportune de la part de la journaliste, est tout simplement simplète, c’est la même rhétorique que les Zaïms et les politicards de tout poil ont dit à chaque élection depuis l’indépendance. Autrement dit, faites nous entrer au parlement pour avoir le détail de ce nous ferons. Apparemment le Bloc National n’a rien compris aux élections ou alors il prend les Libanais pour des imbéciles ? Au pire, ils ne sont pas capables d’établir un état des lieux, et de prendre à contre-pied toutes les initiatives que la caste politique a pris sans réussir. Un programme ça se détail point par point poste par poste, ça se chiffre. Mais là nous avons l’impression que l’annonce le B.N. c’est à la pesée, de la peu près. Bref c’est à la bonheur la chance. Si c’est cela que le B.N. propose il fonce directement dans le mur ! Raymond Eddé doit se retourner dans sa tombe en observant son parti entre les mains d’amateurs. Bien cordialement.

    Le Point du Jour.

    00 h 48, le 21 février 2022

  • Zut alors ! Nous votons dans le Chouf et vous n'avez aucun candidat

    Georges Caralli

    10 h 49, le 20 février 2022

  • pour le moins, tout candidat et/ou formation doivent imperativement formuler leur projet comme jad dagher l'a fait. point par point, en precisant la solution a chaque plaie , la maniere d'y remedier et pas seulement en claironnant les maux.

    Gaby SIOUFI

    10 h 36, le 20 février 2022

  • Bonne Chance à tous s'ils sont à l'image de Raymond Eddé.

    Aref El Yafi

    09 h 47, le 20 février 2022

  • et le Metn?!

    Marie Claude

    09 h 37, le 20 février 2022

  • Laure-Maïssa Farjallah écrit « Le parti n’a pas toutefois précisé comment il comptait réaliser ces différents objectifs. » Mais tout simplement en accédant au parlement la ou les lois sont faites, et au gouvernement pour les appliquer ! Y a-t-il un autre moyen ?

    Bloc National Libanais

    09 h 29, le 20 février 2022

  • La gent masculine

    M.E

    20 h 37, le 19 février 2022

Retour en haut