Rechercher
Rechercher

Économie - Transport maritime

CMA CGM dévoile ses projets, pour un investissement de 33 millions USD, pour le terminal de conteneurs de Beyrouth

Le transporteur et logisticien français a remporté l’appel d’offres remettant en jeu la gestion de cette infrastructure.

CMA CGM dévoile ses projets, pour un investissement de 33 millions USD, pour le terminal de conteneurs de Beyrouth

Le port de Beyrouth, avant le 4 août 2020. JOSEPH BARRAK - AFP

Comme attendu depuis mercredi, le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé a annoncé lors d’une conférence de presse à Beyrouth en fin de matinée jeudi, le résultat de la procédure d’attribution du contrat de gestion du terminal de conteneurs du port de Beyrouth et de ses 16 grues géantes.

Ce marché public a été remporté par le transporteur et logisticien français CMA CGM, dirigé par le franco-libanais Rodolphe Saadé, face au tandem formé par l’émirati Gulftainer associé à l’entrepreneur libanais Antoine E. Amatoury. Le contrat démarrera en mars 2022 et s’étendra sur 10 ans, une période au cours de laquelle le groupe prévoit d’investir 33 millions de dollars pour "assurer la réhabilitation et la modernisation du terminal", selon un communiqué publié par CMA CGM dans la foulée de l’annonce.

CMA CGM prévoit d’investir 19 millions de dollars de ce total au cours des deux premières années afin de réhabiliter et/ou remplacer les équipements du terminal, relativement épargné par la double explosion qui a soufflé la zone portuaire et les quartiers environnant le 4 août 2020, ainsi que pour acquérir de nouveaux équipements. Le groupe a aussi annoncé "la construction d’un nouveau hangar technique pour la maintenance et le stockage des pièces détachées", "la transformation numérique du terminal, à travers l’implémentation des systèmes les plus avancés en matière de gestion, d’optimisation et d’interconnexion des opérations et des différents opérateurs de la communauté portuaire", ainsi que "la recherche de performance environnementale, notamment par l’acquisition d’équipements moins polluants".

"Afin de mener à bien l’ensemble de son projet de développement pour le terminal, CMA CGM s’appuiera sur son expertise et celle des équipes de l’opérateur sortant (BCTC, un consortium composé de Portia Ports Limited, International Port Management Beirut SAL et Logistics and Port Management Americas, en place depuis 2005, Ndlr)", a encore précisé le groupe, qui a fixé à 1,4 million son objectif annuel de conteneur équivalent vingt pieds (EVP) - au-dessus de la capacité moyenne actuelle qui dépasse déjà le million.

CMA CGM a été sélectionné par le comité temporaire de gestion et d’exploitation du port de Beyrouth (GEPB), à l’issue d’un appel d’offres lancé en novembre 2021, et dont le délai initial fixé au 11 janvier dernier avait été prolongé jusqu’au 31 du même mois. Selon nos informations, GEPB aurait pris sa décision entre vendredi et mardi (lundi étant férié) tandis qu’une ultime réunion impliquant le ministère s’est tenue mercredi pour finaliser le processus. A noter que CMA CGM ne s’est finalement pas allié avec un autre poids lourd du transport, l’italo-suisse MSC (Mediterranean Shipping Company) pour présenter son offre, comme le groupe envisageait de la faire début 2020, lorsque les premières étapes de la procédure ont été engagées par l’Etat et GEPB, ce dernier ayant piloté l’appel d’offres.

Via ce marché, CMA CGM renforce un peu plus sa position au Liban, où le groupe a multiplié les investissements ces dernières années, avec l’acquisition en 2021 de l’intégralité des actions de l’opérateur du terminal de Tripoli, deuxième port commercial du pays et seule infrastructure avec Beyrouth à être équipée de grues géantes, entre autres projets.

Le port de Beyrouth est considéré par la Banque mondiale comme l’un des plus importants actifs de l’Etat. Son rendement, qui dépend en très grande majorité de l’activité de conteneurs, a été fortement impacté par la crise que traverse le pays depuis plus de deux ans ainsi que par la double du 4 août. CMA CGM et l’entrepreneur Antoine E. Amatoury ont également manifesté leur intérêt à participer à la reconstruction de la zone portuaire, un autre chantier laissé en suspens.

Comme attendu depuis mercredi, le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé a annoncé lors d’une conférence de presse à Beyrouth en fin de matinée jeudi, le résultat de la procédure d’attribution du contrat de gestion du terminal de conteneurs du port de Beyrouth et de ses 16 grues géantes.Ce marché public a été remporté par le transporteur et logisticien...
commentaires (6)

Ça a l’air très bien à priori, mais … le Liban n’exporte rien ou si peu, le Liban n’a plus les moyens d’importer ou si peu, et tous les transits vers les pays du Golfe passent pu vont passer par Haifa. Alors, c’est quoi ça comme investissement?

Gros Gnon

21 h 47, le 17 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Ça a l’air très bien à priori, mais … le Liban n’exporte rien ou si peu, le Liban n’a plus les moyens d’importer ou si peu, et tous les transits vers les pays du Golfe passent pu vont passer par Haifa. Alors, c’est quoi ça comme investissement?

    Gros Gnon

    21 h 47, le 17 février 2022

  • Un pas de plus vers cette "privatisation" dont ils ont tellement peur au Liban. Il s'agit à vrai dire d'une délégation à ce stade, il faudra vérifier la marge de manœuvre de la société car on ne sait jamais avec nos "agents" administratifs...

    Georges Olivier

    20 h 30, le 17 février 2022

  • POUR LA PREMIERE FOIS LE LIBAN CHOSIT UN PROFFETIONEL POUR UNE ADJUDICATION ,ET PAS UNE PERSONNE QUI DONNERA DES COMMISSIONS DURANT 10 ANS. PROBABLEMENT QUE L'AUTRE CANDIDAT ETAIT AUSSI PROPRE ET IL N'Y A AVAIT PAS UNE TROISIEME OFFRE EMISE PAR LES CORROMPEURS HABITUELS UN BON DEBUT

    LA VERITE

    12 h 50, le 17 février 2022

  • Bravo !

    Wow

    10 h 39, le 17 février 2022

  • please take over all the Lebanese administrations

    Abdallah Barakat

    10 h 33, le 17 février 2022

  • BRAVO! yalla, prenez la présidence et la gérance de la plateforme commerciale phénicienne, LIBAN sal. ! please.

    Marie Claude

    09 h 08, le 17 février 2022

Retour en haut