Rechercher
Rechercher

Environnement - Intempéries

Le Liban toujours sous l’influence d’une forte tempête

Le Liban toujours sous l’influence d’une forte tempête

Un bulldozer dégage la neige accumulée sur une route du Akkar, au Liban-Nord, le 26 janvier 2022. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

Des pluies torrentielles, des orages et des vents violents ont marqué la journée d’hier au Liban, avec des vagues de trois mètres en bord de mer. Comme d’habitude, les intempéries ont laissé une série de dégâts au niveau des infrastructures, dont l’entretien est encore moins performant que durant les années passées en raison de la crise. Et même si la neige a créé des panoramas féériques, le froid est arrivé avec son cortège de difficultés pour les foyers qui ne peuvent plus se chauffer correctement.

Cette tempête au Liban est restée cependant moins sévère qu’en Turquie. Abdel Rahman Zawawi, chef du service des prévisions à Météo-

Liban (aéroport), indique que malgré les températures très basses, le pays ne connaîtra pas les mêmes déboires qu’Istanbul par exemple, où l’aéroport a dû fermer durant 24 heures.

Brouillard et chutes de neige dans la Békaa, le 26 janvier 2022. Photo envoyée par notre correspondante Sarah Abdallah

En raison de la neige, des pluies et du brouillard, les routes de montagne étaient difficilement praticables hier. Les autorités ont ainsi mis en garde contre l’emprunt des routes montagneuses, notamment celle de Dahr el-Baïdar, en raison d’un épais brouillard rendant la visibilité proche de zéro. Le verglas s’est formé à partir de 700 mètres d’altitude, avec de la neige dans les régions plus élevées.

À Beyrouth et au Mont-Liban, l’approvisionnement en eau dans plusieurs zones a été interrompu en raison de pénuries d’électricité dans les stations de pompage, a annoncé hier l’Office des eaux dans un communiqué. Mais il n’est pas clair si ces pénuries sont dues aux intempéries, alors que le réseau électrique souffre de carences chroniques et de plus en plus sévères. « L’alimentation en eau reviendra à des niveaux normaux dès que l’approvisionnement en électricité sera amélioré », a déclaré l’Office des eaux. Dans le Sud également, l’Office des eaux de cette région a signalé des coupures hydrauliques en raison d’une panne électrique totale dans ses infrastructures, rapporte notre correspondant dans la région, Mountasser Abdallah.

La tempête a frappé fort à l’extrême nord du pays, au Akkar, où les bulldozers de la région du jurd de Kaytah s’activaient à déneiger les routes des villages, souligne pour sa part notre correspondant Michel Hallak. Toutefois, les axes situés à plus de 1 100 mètres étaient impraticables. Dans le port de Abdé, les pêcheurs ont dû renoncer à sortir en mer.

Dans la Békaa, le lac du Karaoun était recouvert de neige, selon notre correspondante Sarah Abdallah. À Baalbeck-Hermel, les villages étaient coupés les uns des autres en raison des fortes chutes de neige qui ont atteint 60 cm d’épaisseur sur les hauteurs. Dans la Békaa centrale, les écoles ont dû fermer leurs portes.


Des pluies torrentielles, des orages et des vents violents ont marqué la journée d’hier au Liban, avec des vagues de trois mètres en bord de mer. Comme d’habitude, les intempéries ont laissé une série de dégâts au niveau des infrastructures, dont l’entretien est encore moins performant que durant les années passées en raison de la crise. Et même si la neige a créé des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut