Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Golfe

Des diplomates iraniens s’installent à Djeddah après six ans d’absence

Une mission diplomatique iranienne auprès de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a ouvert ses bureaux à Djeddah, en Arabie saoudite, six ans après la rupture en 2016 des relations entre les deux rivaux régionaux, ont annoncé hier les autorités iraniennes. « La délégation, qui se trouve actuellement à Djeddah, va commencer son travail à l’OCI, ce qui pourrait être un prélude » à la réouverture de leurs ambassades, a indiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, sans préciser la date de l’ouverture des bureaux. Le royaume sunnite d’Arabie saoudite et la République islamique d’Iran, chiite, ont rompu leurs relations en janvier 2016 à la suite de l’exécution par Riyad d’un influent opposant religieux chiite. Mais les deux pays, qui s’accusent mutuellement de déstabiliser le Moyen-Orient, ont cependant exprimé leur volonté de surmonter leurs divergences et ont entrepris des négociations ces derniers mois. Le 23 décembre, des représentants des ministères des Affaires étrangères des deux pays avaient affirmé que trois diplomates iraniens avaient obtenu des visas pour siéger à l’OCI, basée à Djeddah, la grande ville portuaire dans l’ouest de l’Arabie saoudite. Le chef de la diplomatie iranienne avait alors loué les efforts de médiation de son voisin l’Irak pour tenter de contribuer à l’amélioration des liens entre Téhéran et Riyad. Quatre rounds de négociations ont eu lieu à Bagdad entre les deux pays rivaux qui s’opposent sur la plupart des dossiers régionaux, comme le Yémen.


Une mission diplomatique iranienne auprès de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a ouvert ses bureaux à Djeddah, en Arabie saoudite, six ans après la rupture en 2016 des relations entre les deux rivaux régionaux, ont annoncé hier les autorités iraniennes. « La délégation, qui se trouve actuellement à Djeddah, va commencer son travail à l’OCI, ce qui pourrait...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut