Rechercher
Rechercher

Société - AIB

Hamiyé dément tout incident et dénonce un « règlement de comptes politique »

Hamiyé dément tout incident et dénonce un « règlement de comptes politique »

Un avion atterrissant à l’Aéroport international de Beyrouth. Joseph Eid/Archives AFP

Le ministre des Travaux publics et des Transports Ali Hamiyé a démenti samedi des informations qui faisaient état de tirs qui auraient visé deux avions à l’Aéroport international de Beyrouth (AIB), dénonçant des informations erronées entrant dans le cadre d’une campagne de « règlements de comptes politiques ».

Selon des informations qui ont circulé dans les médias, des coups de feu en l’air auraient été tirés depuis la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, où se trouve l’AIB, et auraient laissé au moins des impacts de balle dans la coque de deux avions, un grec et un qatari. Cet incident a notamment été rapporté par le site d’information Assas, une plateforme média lancée par le député et ex-ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk, dans un article dénonçant une série de problèmes à l’AIB.

Dans un communiqué, le ministre Hamiyé a assuré que sur la base de rapports établis par les autorités concernées à l’AIB et des experts basés aux États-Unis, l’avion de la compagnie grecque n’avait pas été touché par des balles. Dans un communiqué, la compagnie Aegan Airlines a toutefois annoncé qu’elle avait suspendu ses vols vers Beyrouth depuis le 11 janvier après avoir découvert des « dégâts » sur le fuselage d’un de ses appareils qui avait atterri au Liban la veille. Cette suspension sera maintenue jusqu’à ce que soient publiés les résultats d’une enquête sur cet incident, a ajouté la compagnie.

En ce qui concerne l’appareil qatari, l’impact observé sur le fuselage de l’appareil était dû à une « pièce métallique qui s’est coincée dans la structure de l’avion », précise le ministre, affirmant que cela ne constituait en aucun cas un danger et que ce genre d’incident arrive « dans tous les aéroports du monde ». « L’AIB n’est pas le bon endroit pour régler des comptes politiques », a enfin dénoncé M. Hamiyé.


Le ministre des Travaux publics et des Transports Ali Hamiyé a démenti samedi des informations qui faisaient état de tirs qui auraient visé deux avions à l’Aéroport international de Beyrouth (AIB), dénonçant des informations erronées entrant dans le cadre d’une campagne de « règlements de comptes politiques ».Selon des informations qui ont circulé dans les médias, des...

commentaires (1)

Même l’aéroport Rafic Hariri est chez le Hezbollah, waw….

Eleni Caridopoulou

17 h 29, le 17 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Même l’aéroport Rafic Hariri est chez le Hezbollah, waw….

    Eleni Caridopoulou

    17 h 29, le 17 janvier 2022

Retour en haut