Rechercher
Rechercher

Monde - Libertés

Hong Kong va créer de nouvelles infractions à la « sécurité nationale »

Hong Kong va créer une série de nouvelles infractions à la sécurité nationale, a annoncé hier la chef de l’exécutif Carrie Lam à l’occasion de la première session du Conseil législatif réservé aux « patriotes ». La nouvelle législation, qui comprendra une quarantaine d’infractions, viendra compléter la loi draconienne sur la sécurité nationale imposée en juin 2020 par Pékin et qui a permis de museler toute dissidence sur le territoire théoriquement semi-autonome. Ce texte cible la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des puissances étrangères, quatre infractions passibles de la détention à perpétuité. La chef de l’exécutif a indiqué que son gouvernement va adopter une législation conforme à l’article 23 de la « Loi fondamentale », la mini-Constitution du territoire théoriquement semi-autonome, qui prévoit que Hong Kong légifère pour sa propre sécurité nationale. La Chine avait imposé sa loi sur la sécurité nationale en juin 2020 à Hong Kong après des manifestations prodémocratie massives et souvent violentes qui avaient secoué le territoire l’année précédente. Rédigée de façon très floue, elle a rendu illégale presque toute forme de dissidence et a remodelé la ville, autrefois considérée comme un bastion des libertés, à l’image de la Chine autoritaire. La plupart des figures du mouvement prodémocratie sont aujourd’hui en prison, ont abandonné la politique ou ont fui à l’étranger.



Hong Kong va créer une série de nouvelles infractions à la sécurité nationale, a annoncé hier la chef de l’exécutif Carrie Lam à l’occasion de la première session du Conseil législatif réservé aux « patriotes ». La nouvelle législation, qui comprendra une quarantaine d’infractions, viendra compléter la loi draconienne sur la sécurité nationale imposée en juin...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut