Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives

Geagea prêt à revenir à ses anciennes amours

En position de force, le chef des Forces libanaises officialise l’alliance avec le PSP et exprime le souhait d’une coopération avec le Futur, mais sous certaines conditions.

Geagea prêt à revenir à ses anciennes amours

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea à sa résidence de Meerab, le 29 novembre 2021. Reuters/Mohamed Azakir

En rendant publique son alliance avec le Parti socialiste progressiste et en ouvrant la porte à une coopération avec le courant du Futur lors des prochaines législatives, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, annonce d’ores et déjà les choix politiques sur base desquels il mènera campagne et les enjeux d’un scrutin dont les contours restent à ce jour imprécis. Dans l’interview accordée au journal koweïtien al-Jarida et publiée dimanche, M. Geagea a révélé que sa formation conclura des alliances avec des personnalités « indépendantes » ainsi qu’avec le PSP de Walid Joumblatt.

L’annonce publique des futurs partenaires électoraux des FL élucide, en partie du moins, l’énigme entretenue au sujet du positionnement que souhaite prendre la formation chrétienne par rapport aux partis traditionnels. Ayant entretenu, depuis le début de la révolte du 17 octobre 2019, l’ambition de s’afficher au cœur de la contestation, le leader des FL semble revenir peu à peu à une forme de realpolitik lui imposant de s’associer avec des acteurs traditionnels, depuis que l’opposition, entendue dans son sens large, s’est quelque peu essoufflée. D’où ce retour partiel au bercail pour les FL, et l’invitation faite à certaines composantes de l’establishment politique de venir rejoindre l’alliance FL-PSP.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Les mirages de Djeddah

C’est en ce sens qu’il faut comprendre la main tendue, certains diront un appel du pied de M. Geagea, au courant du Futur à l’occasion de cette même interview. Le leader chrétien a en effet invité Saad Hariri à se joindre à son alliance, mais sous certaines conditions. « Pour ce qui est de l’alliance avec le courant du Futur, a-t-il affirmé en réponse à une question à ce sujet, ses contours restent imprécis tant que ce parti n’a pas clarifié la réalité de sa participation aux élections. Toutefois, si (l’ancien Premier ministre et chef du parti Saad) Hariri décide de rentrer au Liban, toute alliance avec lui devrait être précédée d’un dialogue politique très profond, portant sur la définition des axes et des ententes stratégiques », a ajouté M. Geagea.

Le message est on ne peut plus clair : le chef des FL, qui avait déjà fait des clins d’œil en direction du Futur pour une éventuelle alliance, tient à rappeler implicitement ses exigences pour une telle entente et demande à M. Hariri, qui observe un mutisme quasi absolu depuis pratiquement la désignation de Nagib Mikati à la tête du gouvernement, de définir ses choix politiques, principalement à l’égard du Hezbollah.

Entretenir le flou

À l’exception d’une prise de position hostile à l’égard du ministre démissionnaire de l’Information, Georges Cordahi, et du camp politique qui le soutient depuis ses déclarations controversées à l’origine de la crise avec les monarchies du Golfe, M. Hariri s’est gardé de faire des déclarations publiques depuis qu’il s’est retiré de la scène après sa récusation. Un temps de réflexion qu’il s’est accordé afin de reconsidérer la poursuite de sa carrière politique, dit-on dans les coulisses.

Lire aussi

Geagea : Une alliance avec Hariri devrait être précédée d’un dialogue

Selon certains analystes, le leader sunnite ne fait qu’entretenir le suspense, dans l’objectif de semer le doute dans les milieux de ses rivaux. À ce jour, aucune annonce n’a été faite à ce propos, le chef du courant du Futur préférant attendre que soit officialisée la date du scrutin pour se prononcer sur sa participation ou du moins celle de son courant si lui-même devait décider de renoncer à la politique. Sauf que les autres parties politiques s’impatientent et cherchent donc à sonder les intentions de M. Hariri. « Nous ne pouvons plus nous contenter d’une alliance superficielle, parce que la situation au Liban a beaucoup changé », a lancé M. Geagea à l’adresse de M. Hariri. Une manière de dire qu’aucune formation politique ne pourra s’engager dans la bataille électorale avant de clairement définir son camp : pour ou contre les armes du Hezbollah, pour ou contre une perpétuation de l’emprise iranienne sur le pays. Certains experts l’avaient prévu en estimant qu’une majeure partie des alliances seront concoctées autour du slogan de la bataille pour la souveraineté. « Le courant du Futur doit absolument préciser sa vision politique et sa position par rapport au monde arabe qui ne tolère plus d’ingérence dans ses affaires internes », déclare Richard Kouyoumjian, ancien ministre FL, dans une allusion claire à la nécessité pour Saad Hariri de mettre un terme à son modus vivendi avec le Hezbollah.

« Nous sommes forts un peu partout »

Propulsé au rang d’interlocuteur favori de l’Arabie saoudite – l’ambassadeur saoudien a effectué une visite unique à Meerab avant son départ du Liban –, M. Geagea est en position de force, et peut par conséquent dicter ses conditions. Il peut également se targuer d’avoir séduit, outre une large partie du monde arabe, la rue chrétienne mais aussi sunnite, après les incidents meurtriers de Aïn el-Remmaneh, un fief FL, en octobre dernier. Ces incidents ont été vus par beaucoup comme une manifestation du rempart protecteur qu’exercent les Forces libanaises sur les régions chrétiennes.

Les FL ont réussi à supplanter le courant du Futur auprès des pays du Golfe et de l’Arabie saoudite, décrypte un observateur politique. Conscientes qu’une partie de la rue sunnite leur est désormais proche, les FL expliquent que la volonté de s’allier au Futur est motivée par les besoins d’élargir les alliances et de resserrer les rangs. « Nous sommes forts un peu partout. Mais un surplus d’appui ne nous fera pas de mal », appuie M. Kouyoumjian.

Lire aussi

Législatives : à quoi vont ressembler les alliances ?

Si le pragmatisme politique est à l’origine des alliances souhaitées avec les alliés traditionnels, il l’est également dans le cas d’ententes ponctuelles que les FL pourront conclure avec des « indépendants », c’est-à-dire les forces du renouveau. La formation de Samir Geagea garde ainsi, malgré tout, un œil sur les possibilités que peuvent offrir les groupes de la contestation lorsque celles-ci veulent bien s’allier à elles, ce qui n’est pas toujours le cas. « Nous sommes ouverts à tous ceux qui partagent les principes souverainistes que nous défendons. La condition est, de toute évidence, que ces groupes dits de la contestation puissent être représentatifs », souligne l’ancien ministre FL.

Dans la montagne, c’est au nom de la préservation de la réconciliation druzo-chrétienne que les FL justifient leur alliance. Dans le reste des régions mixtes – Beyrouth, Békaa-Ouest et Baabda –, ce sont les calculs électoraux qui priment également, les deux formations ayant chacune besoin l’une de l’autre pour maximiser leurs chances. Le PSP avait, rappelons-le, entamé en secret des pourparlers avec le Courant patriotique libre de Gebran Bassil. C’était avant les incidents de Tayouné et leur impact sur l’humeur chrétienne.


En rendant publique son alliance avec le Parti socialiste progressiste et en ouvrant la porte à une coopération avec le courant du Futur lors des prochaines législatives, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, annonce d’ores et déjà les choix politiques sur base desquels il mènera campagne et les enjeux d’un scrutin dont les contours restent à ce jour imprécis. Dans...

commentaires (20)

(suite) Afin de retarder la guerre, qui aura éventuellement lieu, il faut déjà gagner la majorité parlementaire aux prochaines élections si le Hezbollah ne fait rien pour les annuler. Le parlement, entre les mains de ses opposant, le gouvernement le sera aussi ainsi que le prochain Président. Que cela plaisent ou pas les FL ont été, sont et reste la colonne vertébrale du pays car tous ses combats n'ont été fait que pour sauver les institutions et l’identité du pays. Si les FL cherchaient autre chose, elles auraient éviter les 15 ans de persécutions en collaborant des 1994. Notre peuple est tristement ingrat et surtout oublie la parabole de l'enfant prodigue que sont Hariri et Joumblatt. Il faut s'unir et bâtir un pays d’état de droit. Apres cela nous jugerons et aviserons.

Pierre Hadjigeorgiou

10 h 39, le 09 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • (suite) Afin de retarder la guerre, qui aura éventuellement lieu, il faut déjà gagner la majorité parlementaire aux prochaines élections si le Hezbollah ne fait rien pour les annuler. Le parlement, entre les mains de ses opposant, le gouvernement le sera aussi ainsi que le prochain Président. Que cela plaisent ou pas les FL ont été, sont et reste la colonne vertébrale du pays car tous ses combats n'ont été fait que pour sauver les institutions et l’identité du pays. Si les FL cherchaient autre chose, elles auraient éviter les 15 ans de persécutions en collaborant des 1994. Notre peuple est tristement ingrat et surtout oublie la parabole de l'enfant prodigue que sont Hariri et Joumblatt. Il faut s'unir et bâtir un pays d’état de droit. Apres cela nous jugerons et aviserons.

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 39, le 09 décembre 2021

  • A tout les politicards de pacotille qui prétendent vouloir le bien du pays et commentent en disant tout et n'importe quoi, nous leur disons que la réalité politique du terrain, qu'elle nous plaisent ou pas, est telle que nous nous devons de réagir avec réalisme et intelligence. Une fois de plus, le Liban est confessionnel et rien ne pourra changer cela. Les soit disant laïcs, athées, francs maçons, etc... qui prétendent qu'ils peuvent établir un régime séculaire dans ce pays se fourre le doigt dans l’œil jusqu’à la garde. Tant que le parti Iranien gardera entre ses mains des armes, le pays ne connaîtra pas la paix, stabilité ou prospérité. Avant de chercher a changer le régime, ou le statut du pays il faut encore le sauver pour qu'il existe et pour ce faire le Hezbollah doit remettre ses armes sans conditions aucunes de gré ou de force.

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 38, le 09 décembre 2021

  • Vous n'avez certainement pas entendu les piques du cousin de Saad Hariri à l'adresse de Geagea qui,selon vous, est "en position de force ".

    Hitti arlette

    22 h 23, le 08 décembre 2021

  • Puisque beaucoup de Sunnites et de Druzes et certains Chiites soutiennent le projet FL pourquoi le DR Geagea ne franchit ‘il pas le Rubicon et ne fait il pas de son parti un parti TRANSRELIGIEUX véritablement Libanais qui aura pour but de rendre le prestige de l’état (dans le genre Chéhabiste) il pourrait prendre pour numéro 2 Achraf Rifi et promouvoir des Chiites pro état Libanais. Cela permettra à ce nouveau parti dont les FL est la base constituante de mener la bataille dans toutes les régions avec des candidats issus de toutes les communautés. Une victoire pourra faire de Geagea un véritable président de tous et il pourra laisser la présidence du parti a un non Maronite. C’était le rêve de Bachir..faire un véritable état moderne fort dont les Chrétiens seraient la locomotive mais qui serait ouvert à tous sans les théories foireuses du repli communautaire ou de l’alliance des minorités qui mène à la Dhimmitude.

    Liban Libre

    21 h 10, le 08 décembre 2021

  • Pas de changement et plus de choix donc en mars prochain pour un pays qui agonise et un peuple devenu super pauvre .

    Antoine Sabbagha

    19 h 21, le 08 décembre 2021

  • Nous malheureusement LIBANAIS ,nous avons la mémoire COURTE.Kilone yahné KILONE depuis que le LIBAN existe les mêmes noms nous reviennent. YA HAMÉ HILO HANINA tféeee....

    Derwiche Ghaleb

    18 h 59, le 08 décembre 2021

  • Ils font le jeu du Hezbollah et de l’Iran . Ils parlent , ils parlent pour ne rien dire ??

    Eleni Caridopoulou

    17 h 35, le 08 décembre 2021

  • L’horreur c’est les grand pères à leur fils et petits fils etc , c’est choquant de voir les mêmes noms depuis 50 ans . Le nouveau « sang » il est où ?? La faute au peuple et cela est d’une tristesse absolue surtout que le Liban est vraiment soi disant un pays républicain depuis sa consolidation . Mais c’est faux : c’est tous des “ vendus “ .

    Nadia Korsidou

    17 h 33, le 08 décembre 2021

  • La “folie” chaotique Libanaise qui dure depuis 40 : aucune logique sauf ce qui profite personnellement aux politiques. Pauvre Liban . Mais le peuple est en faute à cause d’un «  cercle vicieux “ dont il n’arrive pas à se débarrasser.

    Nadia Korsidou

    17 h 18, le 08 décembre 2021

  • Seriously ,Joumblatt ?? Celui qui combattait avec le PLO contre les patriotes libanais de Béchir ? Comment lui faire confiance encore ?

    Wow

    12 h 52, le 08 décembre 2021

  • The project of leaders of the traditional Parties is to get re-elected. There is mention of an economic plan, how to improve the lives of people, make living more affordable, develop public transportation, fight and reduce poverty, These people were all along in politics for themselves. They don’t know what it means to be a public servant.

    Mireille Kang

    11 h 07, le 08 décembre 2021

  • CE QUI SE PASSE CHEZ LE PEUPLE QUI PLIE ET SE RESOUT, SE PASSE ICI MEME DANS CE FORUM. NOS LIBRES EXPRESSIONS SONT REVUES ET AJUSTEES DE FACON A SATISFAIRE LA CENSURE POUR ETRE PUBLIEES. NOTRE BUT C,EST LA PUBLICATION. ON NE PEUT PLUS PARLER DE LIBRES EXPRESSIONS MAIS DE CHANGEMENT D,AVIS POUR ETRE PUBLIE. C,EST UNE HONTE. NOUS NOUS COMPORTONS EXACTEMENT COMME LE PEUPLE QUI A PLIE ET SE RESOUT AU LIEU D,ECLAIRER CE PEUPLE EN LUI DISANT LES VERITES TOUTES NUES EN DETAIL COMME JE L,AI FAIT POUR LES BARGES TURQUES ET QUE PERSONNE NE S,EST DONNE LA PEINE D,EN SAVOIR PLUS. IL N,Y A PAS DE LIBRES EXPRESSIONS. IL Y A DES AVIS FACONNES POUR SATISFAIRE L,OLJ ET ETRE PUBLIES. - LA HONTE DANS TOUTE SON OPULENCE. PRIERE DE PUBLIER. VOUS VOYEZ, NOUS DEVONS PRIER POUR ETRE PUBLIE.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    10 h 25, le 08 décembre 2021

  • Tout est question de patriotisme. Des alliances se font et se défont en fonction des intérêts de chacun ou de la peur des armes des vendus. Il serait temps que tous les libanais se rassemblent pour former un axe uni et fort face à cet axe du mal qui œuvre à détruire notre pays en le divisant. Ils ont tous eu la preuve par mille des intentions de l’usurpation de notre pays et ce serait une trahison suprême que de continuer à courber l’échine et à s’agenouiller alors qu’ils ont une carte forte dans les mains pour vaincre ces ennemis de la république en formant un bloc pour qu’enfin la peur change de camps. Les libanais unis, sont le seul rempart à l’anéantissement de leur pays et on se demande comment ils peuvent encore l’ignorer en se divisant offrant ainsi une possibilité à leurs ennemis de s’approprier notre nation. Isoler les vendus est notre seule chance de changer la done, alors trêve de tergiversations, les libanais sont aux starting-blocks pour suivre un mouvement solide et patriote pour manifester leur ras le bol et agir pour sauver leur dignité et leur souveraineté et le pays des mains de ces mafieux qui continuent à penser qu’ils sont invincibles vu les divergences des nouveaux opposants qui chacun adopte un discours dissonant pour le plus grand bonheur de nos ennemis. Il est interdit de décevoir les citoyens en changeant de discours, et apparemment nous sommes sur la bonne voie, alors foncez unissons-nous, nom d’un chien!

    Sissi zayyat

    10 h 08, le 08 décembre 2021

  • Si l’ancienne clique pouvait faire quoi que ce soit de bon pour le Liban ça se saurait. On ne peut pas effacer 73 ans de désastre en parlant du futur. Je ne donnerai ma voix qu’à une candidature visant à décapiter tous ces vieux corrompus, assassins, pillards, qui ont fait du Liban un champ de ruines et se battent comme des chiens errants pour un morceau du cadavre. Je veux un dictateur pour commencer. On parlera de démocratie plus tard.

    El moughtareb

    09 h 39, le 08 décembre 2021

  • VOUS CENSUREZ MEME CA ?

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 38, le 08 décembre 2021

  • JE NE COMMENTE PAS A CAUSE DE LA CENSURE, MA LIBRE EXPRESSION QUI DIT LES VERITES TOUTES NUES ET NOMME LA OU IL LE FAUT. NE ME LE PERMET PAS. OR A L,OLJ ILS SONT PARTIAUX ET MENAGENT CERTAINS LES COUVRANT CONTRE LES CRITIQUES DE LA VERITE. D,OU LA CENSURE.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 22, le 08 décembre 2021

  • Voilà le problème de base chez nous au Liban: leurs amours...à ces "chefs de" ne sont pas vouées à leur patrie...mais uniquement à leurs intérêts personnels ou de "parti" ! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 20, le 08 décembre 2021

  • """toute alliance avec lui devrait être précédée d’un dialogue politique très profond""" POURVU QUE CELA NE SOIT PAS SIMILAIRE A CETTE ALLIANCE NEFASTE AGREEE A MEERAB AVEC M AOUN... DONT CERTAINS DETAILS CROUSTILLANTS LAISSAIENT COMPRENDRE SES INTERETS 1ers : LE PARTAGE DU GATEAU.

    Gaby SIOUFI

    09 h 10, le 08 décembre 2021

  • ET LE PATRIOTE PUR ET DUR ACHRAF RIFI DANS TOUT ÇA ? IL EST MONTÉ SOUTENIR GEAGEA DANS L'HISTOIRE DE TAYOUNÉ. IL FAUT PAS OUBLIÉ QUE JOUMBLATT NOUS A AMENÉ LE HEZBOLLAH EN VOTANT POUR LUI EN SURPRISE À LA DERNIÈRE MINUTE. ET SON PÈRE KAMAL A FAIT LA MÊME CHOSE EN VOTANT EN SURPRISE À LA DERNIÈRE MINUTES POUR NOUS AMENER SLEIMAN PREMIER QUI A SACCAGÉ LE PAYS AVEC LES MARADAS DU TONY PREMIER. NUL

    Gebran Eid

    02 h 19, le 08 décembre 2021

  • les dits révolutionnaires ont fait PCHIIIT. Pas de plan, pas de vision claire, des révolutionnaires pour certains qui dans leurs discours, parlent encore d’ennemi israélien, cause palestinienne ou résistance bidon contre un « ennemi » qui n’en a rien à cirer du liban et ne survolerait jamais le ciel libanais, si on lui fichait la paix. Du coup, les souverainistes vrais restent les mêmes…. L’ex front dit «  front libanais » qui gérait la politique pendant que les FL résistaient aux hordes palestino syriennes de l’époque… Joumblatt changeant de cap au gré des époques ( il avait suivi les syriens durant des décennies et savait que ces derniers étaient derrière l’assassinat de son père ?? C’est ce qu’il a dit… Hariri , mou, n’a pas envie de finir comme son père.. donc il a peur… ca se comprend…Reste les valeurs sûres, fidèles à l’héritage de la résistance libanaise de Bachir. En tout cas… tant qu’il n’existe pas un parti ou une population qui aborde HONNÊTEMENT le mot PAIX? Ce pays restera ancré dans sa me..de et ne pourra jamais rejoindre le 21e siècle comme l’ont fait les Émirats arabes unis. Les années 70 , le liban était un bijou et Dubaï , un désert… aujourd’hui c’est inversé. EUX: Ils parlent « paix et espaces/ satellites »pendant que … le liban parle «  entassement des ordures ménagères et mendicité internationale auprès du FMI »

    radiosatellite.online

    01 h 11, le 08 décembre 2021

Retour en haut