Rechercher
Rechercher

Monde - Grèce

Face à un marché du travail sinistré, des ONG offrent un avenir aux migrants

Fondé en 2016, l'ONG Odyssea, nommée d'après l'épopée d'Homère, aide ces exilés à trouver un emploi dans la Grèce d'après la crise, où le chômage est toujours à 13%, 28% pour les moins de 25 ans.

Face à un marché du travail sinistré, des ONG offrent un avenir aux migrants

Des migrants travaillant dans les locaux de l'ONG Odyssea, le 15 novembre 2021. Photo Louisa GOULIAMAKI / AFP

Penché sur un tréteau avec une dizaine d'autres élèves, Fazle Rabbi, un demandeur d'asile bangladais, apprend à fabriquer un câble réseau, espérant ainsi améliorer ses chances de trouver un travail en Grèce.

"Si j'ai des bonnes notes dans cette école, je pense que j'obtiendrai (un emploi) en tant que technicien en informatique", déclare ce jeune de 18 ans, une pince à la main. Fazle Rabbi fait partie des dizaines de personnes vulnérables qui suivent des formations professionnelles dispensées par l'organisation à but non lucratif Odyssea. Dans une salle de classe à l'étage, un autre groupe apprend à utiliser le logiciel d'une machine sculptant le bois. Dans la zone industrielle de Rentis près du Pirée, Odyssea a déjà aidé 2.500 bénéficiaires, et quelque 3.000 autres cherchent à s'y inscrire. Odyssea se concentre sur "les personnes qui estiment ne pas avoir les mêmes chances de s'intégrer dans la société, qui se sentent discriminées", explique Thodoris Kostoulas, ingénieur en mécanique et responsable de programme au sein de l'ONG.

Fondée en 2016 - peu de temps après l'arrivée en Europe de plus d'un million de réfugiés - l'organisation nommée d'après l'épopée d'Homère aide ces exilés à trouver un emploi dans la Grèce d'après la crise, où le chômage est toujours à 13%, 28% pour les moins de 25 ans. Elle aide les migrants qui ne sont pas éligibles aux programmes d'intégration supervisés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Pas du tout facile" 
Yannick Carlos Wafo, un Camerounais de 27 ans, n'a pas obtenu le statut de réfugié et n'a donc pas été admis au programme de soutien de l'OIM, Helios. "L'intégration en Grèce n'est pas du tout facile", explique Wafo, qui a finalement suivi un cours d'électricien à Odyssea et est actuellement employé comme plombier.

Si plus de 6.000 réfugiés en Grèce ont suivi les cours de six mois d'Helios, des dizaines de milliers de demandeurs d'asile n'y ont pas droit. Stella Nanou, porte-parole du Haut-Commissariat pour les Réfugiés en Grèce (HCR), soutient qu'Helios peut "combler des lacunes cruciales" pour les réfugiés. "Cependant, les besoins sont grands et des programmes ou des projets spécifiques d'intégration doivent être complétés par une stratégie nationale globale plus large", dit-elle à l'AFP.

Des restes de canots 
Une initiative similaire à Odyssea est menée par ANKAA, ONG grecque créée en 2017 et enregistrée au Luxembourg. Dans ses locaux du quartier populaire Kypseli, le groupe a aidé jusqu'à présent un millier de migrants, constate la responsable de projet, Dora Bakatselou."Nous sommes une organisation qui répond aux vrais besoins", dit-elle en estimant que "l'Etat grec a du mal à mettre en place des programmes d'intégration".

ANKAA possède également une boutique en ligne vendant des masques contre le coronavirus en coton biologique, des sacs à dos, des pochettes et d'autres articles fabriqués à partir des restes de canots pneumatiques ayant servi aux migrants pour arriver jusqu'à Chios et Lesbos. En plus des formations et de l'aide à la recherche d'emploi, l'ONG propose des cours d'anglais et de grec, et met à disposition une bibliothèque.

A Odyssea, des cours de cuisine en ligne et de barman sont également proposés, tandis que d'autres équipements sur place permettent de se former à l'impression 3D ou à la plomberie. De nombreux candidats cherchent du travail dans les réseaux sociaux, l'informatique et le secteur hôtelier."Plus de 70% de nos bénéficiaires conservent leur emploi", note Jai Mexis, fondateur et PDG d'Odyssea, assis parmi des meubles en bois sculptés. "Et en plus, ils évoluent au sein des entreprises", ajoute-t-il. "Chaque employeur sait qu'il y a certains emplois que les Grecs ne feront pas... Ils doivent donc trouver des alternatives, et nous sommes l'un des meilleurs choix pour eux", renchérit Thodoris Kostoulas.

D'après un sondage réalisé par l'institut Focus Bari et l'ONG HumanRights360, près de 62% des entreprises qui embauchent des migrants disent avoir fait ce choix en raison du manque de main d'œuvre grecque. "Il y a de la place pour l'intégration professionnelle des migrants et des réfugiés sur le marché du travail grec, car ils ne sont pas, en grande partie, en concurrence sur les mêmes emplois que la population grecque", commente Thodoris Bogeas en charge de l'intégration pour HumanRights360.


Penché sur un tréteau avec une dizaine d'autres élèves, Fazle Rabbi, un demandeur d'asile bangladais, apprend à fabriquer un câble réseau, espérant ainsi améliorer ses chances de trouver un travail en Grèce.
"Si j'ai des bonnes notes dans cette école, je pense que j'obtiendrai (un emploi) en tant que technicien en informatique", déclare ce jeune de 18 ans, une pince à la main....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut