Rechercher
Rechercher

Société - Crise au Liban

Des militants entrent de force au siège du ministère des Affaires sociales

Brève rencontre houleuse entre les activistes et le ministre Hector Hajjar.

Des militants entrent de force au siège du ministère des Affaires sociales

Des activistes entrés de force au siège du ministère des Affaires sociales, à Beyrouth, le 26 novembre 2021. Capture d'écran d'une vidéo partagée sur les réseaux sociaux

Une dizaine d'activistes sont entrés de force vendredi matin au siège du ministère des Affaires sociales à Beyrouth, afin de protester contre la détérioration de leurs conditions de vie et de leur pouvoir d'achat et l’inaction des responsables alors que la crise socio-économique et financière qui frappe le pays depuis plus de deux ans continue de s’aggraver. Les militants ont exigé de rencontrer le ministre Hector Hajjar, avec lequel ils ont eu une brève réunion houleuse.

"Cri pacifique"
"Nous visons tous les ministères pour faire entendre notre cri de façon pacifique", a déclaré un militant à la chaîne locale al-Jadeed. Vendredi dernier, ce même groupe était entré de force au siège du ministère de la Santé à Beyrouth afin de protester contre la suppression partielle des subventions sur les médicaments des maladies chroniques, qui a fait exploser leur prix en pharmacie. "Nous entrons chaque semaine dans un ministère pour faire entendre la voix du peuple", a précisé une autre militante.

Lire aussi

Hector Hajjar à L’OLJ : La majorité de nos institutions sociales sont en mode survie

Les protestataires ont exigé de rencontrer le ministre Hector Hajjar qui est arrivé pour s'entretenir avec eux. "Nous demandons au ministère de remplir ses obligations à l'égard des citoyens pauvres et des personnes à besoins spéciaux et de révéler où vont les aides qui sont détournées", a affirmé un militant au ministre.

"Accusations injustes"
M. Hajjar a assuré qu'il faisait de son mieux pour aider les ONG chargées d'aider les personnes à besoins spéciaux. Pris à partie par les militants qui l'interpellaient violemment, le ministre a refusé de poursuivre la réunion et est sorti de la salle alors que les protestataires lui chantaient "frère Jacques, dormez-vous ? ". "Nous travaillons nuit et jour et les accusations (des protestataires) sont injustes", a par la suite expliqué Hector Hajjar aux journalistes, déplorant notamment que les militants aient accroché à l'envers le portrait du président Michel Aoun au ministère. Il a par ailleurs annoncé que l'enregistrement pour la carte d'approvisionnement, conçue par l’État pour venir en aide aux personnes démunies, commencerait au début du mois prochain.

Cette mobilisation est intervenue alors que la livre libanaise a atteint jeudi un plus bas, et s'échangeait toujours vendredi à 25.000 LL contre le dollar sur le marché noir, alors que le taux officiel demeure fixé à 1505,7 LL contre un billet vert.

Miné par les disputes politiques, le gouvernement du Premier ministre Nagib Mikati ne s'est pas réuni depuis le 12 octobre dernier, alors que la crise pluridimensionnelle qui frappe le Liban continue de s'aggraver. Près de 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté, les responsables n'ayant toujours pas mis en place de sérieuses réformes pour freiner l'effondrement dans le pays.


Une dizaine d'activistes sont entrés de force vendredi matin au siège du ministère des Affaires sociales à Beyrouth, afin de protester contre la détérioration de leurs conditions de vie et de leur pouvoir d'achat et l’inaction des responsables alors que la crise socio-économique et financière qui frappe le pays depuis plus de deux ans continue de s’aggraver. Les militants ont exigé...

commentaires (3)

POINT D,ETAT. C,EST L,ANARCHIE !

DENIONS LA CENSURE.GARDONS NOS LIBRES EXPRESSIONS.

14 h 36, le 26 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • POINT D,ETAT. C,EST L,ANARCHIE !

    DENIONS LA CENSURE.GARDONS NOS LIBRES EXPRESSIONS.

    14 h 36, le 26 novembre 2021

  • BRAVOOO ! c’est ce qu’il fallait faire depuis plusieurs décennies. Continuez en envahissant tous les ministères sans exception y compris ceux de l’intérieur, armée, justice en même temps ! N’oubliez pas Baabda Qui est l’origine de tous vos malheurs. Sinon votre action serait inutile, comme pisser dans un verre et jeter le tout sans coup férir. Il faudrait la mobilisation générale de tous les Libanais en temps et en heure. Sinon restez chez vous et laissez-vous dépérir à petit feu sous la houlette du Hezbollah/Aoun/Bassil/Cpl /Amal…et surtout taisez-vous.

    Le Point du Jour.

    13 h 36, le 26 novembre 2021

  • MÊME DANS UN RÊVE, ON PEUT PAS IMAGINER UN PAYS S'EFFONDRER À CETTE VITESSE. LES DIRIGEANTS L'ONT SACCAGÉ, VOLÉ ET L'ÉTOUFFÉ COMPLÈTEMENT. ET ILS SONT LÀ CANDIDATS POUR Y RESTER. MAIS ILS VONT RESTER MÊME SANS FAIRE DES ÉLECTIONS. LA LOIS DU PLUS FORT, UNE PROLONGATION.

    Gebran Eid

    13 h 11, le 26 novembre 2021

Retour en haut