Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Éclairage

Pourquoi les pays du Golfe en ont assez du Liban

Alors que la crise diplomatique entre le pays du Cèdre et l’Arabie saoudite et ses voisins s’aggrave, le chef de la diplomatie qatarie est attendu « prochainement » à Beyrouth.

Pourquoi les pays du Golfe en ont assez du Liban

Le chef de la diplomatie saoudienne, Fayçal ben Farhane, le 19 août 2020 à Berlin. John Macdougall/Pool/Reuters

Après avoir multiplié les avertissements et les signes de mécontentement au sujet de la mainmise du Hezbollah sur la scène libanaise, Riyad a marqué un coup double ce week-end en décidant de passer à la vitesse supérieure. En provoquant un séisme diplomatique d’abord, dans le sillage de l’annonce fracassante vendredi soir de la quasi-rupture de ses liens avec Beyrouth et de la suspension de toutes les importations en provenance du Liban et, surtout, en emportant à sa suite Bahreïn, les Émirats arabes unis et, plus surprenant encore, le Koweït, au fil du week-end. Prise en réaction aux propos tenus par le ministre de l’Information Georges Cordahi en août dernier, soit avant sa nomination ministérielle, dans lesquels il critiquait vivement l’intervention de la coalition menée par Riyad au Yémen pour appuyer les forces gouvernementales et prenait parti pour les rebelles houthis, soutenus par l’Iran, cette décision cristallise l’ouverture d’un chapitre inédit dans les relations entre Beyrouth et les pays du Golfe qui devrait s’étaler sur la durée. « L’Arabie saoudite est en train de se désengager du Liban », remarque Émile Hokayem, chercheur à l’Institut international des études stratégiques (IISS) de Londres. « Il ne s’agit pas nécessairement d’un calcul stratégique mais davantage d’une punition infligée à ceux qui l’ont bafouée », observe-t-il.

Cet épisode s’inscrit certes dans la continuité de la détérioration de leurs liens et des tensions qui se sont accrues depuis 2016. Mais jamais une crise diplomatique n’avait atteint cette ampleur – et ce malgré la séquestration du Premier ministre Saad Hariri à Riyad en 2018 – entre le pays du Cèdre et ceux de la péninsule Arabique, et jamais Beyrouth n’avait fait l’objet de mesures de rétorsion aussi incisives mais, surtout, collectives. « Cette fois-ci, les dossiers en jeu touchent à la sécurité nationale des pays du Golfe – à savoir les activités du Hezbollah, qui n’a pas seulement une influence au Liban mais aussi au Yémen où il entraîne les houthis, la découverte de cellules liées au Hezbollah dans le Golfe ou encore le trafic de drogue, qui ne s’arrête pas », explique Bader al-Saif, professeur à l’Université du Koweït et chercheur non résident au centre Carnegie. En avril dernier, la saisie par les autorités saoudiennes de cinq millions de pilules de Captagon dissimulées dans des grenades en provenance de Beyrouth avait notamment mené à la suspension des importations de produits agricoles libanais, envenimant davantage les relations diplomatiques face au manque de réactivité des douanes libanaises. « Il y a une sorte de colère froide et de dépit qui est en train d’atteindre son comble aujourd’hui, ce qui explique qu’il y a une sorte d’unanimité golfique », souligne Joseph Bahout, directeur de l’Institut Issam Farès au sein de l’Université américaine de Beyrouth. Le roi Salmane s’est par ailleurs entretenu avec ses homologues bahreïni et koweïtien pour les remercier de leur solidarité. Conformément à sa politique de la neutralité, Oman ne s’est pas joint à ses voisins et s’est contenté d’appeler les parties à la retenue tandis que le Qatar, qui entretient des rapports cordiaux avec Téhéran, a arrondi les angles en condamnant fermement les propos « irresponsables » de Georges Cordahi sans pour autant rompre les liens diplomatiques avec le Liban.

Vision transactionnelle
Si le royaume saoudien avait déjà perdu patience et pris ses distances avec Beyrouth ces dernières années en raison de l’incapacité et, dans une moindre mesure, du manque de volonté de ses alliés locaux à tenir tête au Hezbollah et à Téhéran, les événements de ce week-end ont donc fini d’enfoncer le clou : le temps où les pays du Golfe étaient prêts à passer l’éponge sur les arrangements « à la libanaise » – qui consistent à manger à tous les râteliers pour que chacun puisse s’arroger une part du gâteau politique et financier – et à activer la planche à billets pour maintenir le pays à flot et dans le giron arabe comme porte d’entrée vers l’Occident est définitivement révolu.

Car l’une des caractéristiques de la situation actuelle se trouve aussi là : le rapport au Liban des dirigeants de la péninsule Arabique, issus de la nouvelle génération, symbolisée par le dauphin saoudien Mohammad ben Salmane et celui d’Abou Dhabi Mohammad ben Zayed, n’est pas celui de leurs aïeux. Transactionnelle et guidée par l’intérêt national, leur approche est purement ancrée dans la realpolitik – loin des relations diplomatiques basées sur les amitiés entretenues entre les dirigeants libanais et les souverains précédents. L’épisode de la démission forcée de Saad Hariri, alors Premier ministre, depuis Riyad en novembre 2018 en est certainement l’exemple le plus frappant.

Conforme au discours tenu depuis ces dernières années, l’attitude du royaume saoudien et des EAU ne prend donc pas de court, ni celle de Bahreïn, souvent considéré comme l’arrière-cour de l’Arabie saoudite et qui en dépend entièrement pour sa sécurité. Le Koweït, dont le nouvel émir Cheikh Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah a accédé au trône en septembre dernier, s’est cependant démarqué de sa politique étrangère traditionnellement mesurée. « L’ancien émir, cheikh Sabah, était ministre des Affaires étrangères entre les années 1960 et 2000 et était complètement impliqué dans la politique régionale et au Liban », rappelle Émile Hokayem. « Le nouveau leadership koweïtien n’a pas la même approche émotionnelle qui existait avant, ni la nostalgie du Liban », relève-t-il.

Médiation qatarie
Car au-delà des enjeux sécuritaires et diplomatiques, l’attitude des voisins de Riyad s’inscrit également dans le cadre plus large des négociations en cours sur le nucléaire iranien et des pourparlers entre le royaume saoudien et Téhéran qui ont repris langue au cours de ces derniers mois, notamment en vue de trouver une issue à la guerre au Yémen. « Ces pays commencent à comprendre que, s’ils veulent préserver leurs cartes dans cette grande négociation au niveau du Golfe, ils doivent probablement durcir le ton vis-à-vis de l’Iran. Cette affaire constitue aussi une opportunité pour le faire depuis le Liban », estime Joseph Bahout.

En rappelant son ambassadeur à Beyrouth, Walid Boukhari, pour « consultations » et en donnant à l’ambassadeur du Liban en Arabie saoudite, Fawzi Kabbara, un délai de 48 heures pour quitter le royaume, s’ajoutant à la suspension des importations de tous les produits libanais et de l’envoi de colis, Riyad reste cependant celui qui a pris les décisions les plus draconiennes. Plus mesurés, Bahreïn, les EAU et le Koweït ont tous rappelé leurs ambassadeurs au Liban et demandé le départ des représentants diplomatiques libanais dans leurs pays. Abou Dhabi a également interdit à ses ressortissants de se rendre au Liban sous couvert de considérations sécuritaires tandis que l’ambassade émiratie à Beyrouth est fermée jusqu’à nouvel ordre, selon des sources diplomatiques interrogées par L’OLJ.

Alors que les contacts s’enchaînent au Liban et à l’étranger à un rythme effréné depuis vendredi pour tenter de trouver une issue à la crise, le Qatar souhaiterait jouer les entremetteurs entre ses voisins et le pays du Cèdre. Selon le bureau de presse du Premier ministre Nagib Mikati, l’émir qatari cheikh Tamim ben Hamad al-Thani s’est entretenu avec le chef du gouvernement libanais en marge de la COP26 à Glasgow, et lui a fait savoir que le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohammad ben Abderrahmane al-Thani, se rendrait « prochainement » dans la capitale libanaise afin « d’étudier des moyens de soutenir le Liban et de poursuivre les discussions sur les dossiers actuellement sur la table, et notamment la résolution de la crise ». « Le Qatar a été galvanisé par le dossier afghan, souligne Bader al-Saif. Ils ont le sentiment qu’ils peuvent renforcer leur soft power à travers la médiation – à l’instar de ce que Doha a déjà fait à Gaza, au Soudan ou encore au Liban en 2008. »


Après avoir multiplié les avertissements et les signes de mécontentement au sujet de la mainmise du Hezbollah sur la scène libanaise, Riyad a marqué un coup double ce week-end en décidant de passer à la vitesse supérieure. En provoquant un séisme diplomatique d’abord, dans le sillage de l’annonce fracassante vendredi soir de la quasi-rupture de ses liens avec Beyrouth et de la...

commentaires (8)

a relever que les dirigeants de la péninsule Arabique, issus de la nouvelle génération sont moins romantiques - pas du tout meme- et que leur real politik n'autorise plus le fait que les libanais se foutent de leurs gueules . surtout lorsqu'en sus des milices libanaises celles-ci les attaquent avec force fusees et drones depuis le territoire des houthis au yemen. BRAVO pour ces jeunes dirigeants, tant pis pour nous. en attendant un éveil qui tarde a se materialiser.

Gaby SIOUFI

11 h 02, le 02 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • a relever que les dirigeants de la péninsule Arabique, issus de la nouvelle génération sont moins romantiques - pas du tout meme- et que leur real politik n'autorise plus le fait que les libanais se foutent de leurs gueules . surtout lorsqu'en sus des milices libanaises celles-ci les attaquent avec force fusees et drones depuis le territoire des houthis au yemen. BRAVO pour ces jeunes dirigeants, tant pis pour nous. en attendant un éveil qui tarde a se materialiser.

    Gaby SIOUFI

    11 h 02, le 02 novembre 2021

  • Quand on nomme des guignols ou des clowns ministres pour plaire à tel ou tel parti politique, il ne faut pas s’étonner que ceux ci commettent de grosses bourdes. Et dire que ce gouvernement a été qualifié de technocrates spécialisés indépendants. C’est à mourir de rire si la situation n’avait pas été aussi dramatique. L’actuel régime fort nous aura vraiment fait voir de toutes les couleurs

    Choqué par Censure OLJ

    10 h 49, le 02 novembre 2021

  • On peut accuser tous les pays d’être à l’origine de nos problèmes et de les attiser mais les premiers fautifs sont les libanais eux-mêmes, ils rampent derrière leur Zaïm, ils se consolent par les miettes et n’ont aucune fibre nationale. Ceci en dehors bien sûr des quelques 10 à 20% qui luttent désespérément mais c’est comme « mettre du beurre en broches », ça ne tient pas

    Karam Georges

    07 h 58, le 02 novembre 2021

  • Prediction: resortissants chiites en Arabie seoudite serons bientot congedies

    Zampano

    03 h 31, le 02 novembre 2021

  • Il faut savoir que les nouvelles générations "arabes" notamment pétrolières, sont d'un niveau culturel, éducationnel et d'un modernisme qui n'a rien à voir avec les générations anciennes de ces pays. Puis la rea-politik a rejoint les rangs de ces pays qui, au delà, du sentimentalisme qui avait prévalu les années 40 à 80 : Ce sont désormais les intérêts qui priment. OR n'oublions pas que le libanais a REJETÉ ce qui lui valait de "plus value" dans la région : LA LANGUE FRANCAISE !!! FAUT IL LE RÉPÉTER ??? A force de singer les pays arabes, à force d'angliser (ca se dit?) le vocabulaire ...Eh bien, le libanais a commencé à ressembler au séoudien, émirati etc.. Ce plus des Fouad Boutros, Ghassan Tuéni et tous les autres politiciens / diplomates? Il a disparu avec des gens comme Bassil, Berri, Aoun, Hezbollah, Hariri et autres personnes soit unilinguistes arabes soit "soit disant" bilingues anglais... Donc à quoi servira le libanais? Puis Dubai est arrivé...Et là, y a Haifa et tous les ports d'israel sans compter la communauté francophone israélienne qui prendra le relais... Le libanais s'est tiré une balle au pied en voulant singer les arabes du gulf et en fermant les Canal 9, C33 , radio liban Fr et en supprimant les équivalences BACC FR avec BACC libanais. Bref.. Voici , entre autres , pourquoi les arabes n'ont plus besoin du Liban. Qu'on se le dise. Merci pour la publication.

    radiosatellite.online

    22 h 41, le 01 novembre 2021

  • Le problème est bien sûr l’Iran … toutes fois les agissements font l’affaire des pro iranien cimentant ainsi sa main mise sur le Liban à travers ses suppôts

    Bery tus

    21 h 22, le 01 novembre 2021

  • LE PROBLEME CE SONT LES MERCENAIRES IRANIENS QUI CONTROLENT TOUTE LA COMMUNAUTE CHIITE DU PAYS ET PROVOQUENT CONTINUELLEMENT DE MILLE MANIERES LES AUTRES COMMUNAUTES DU PAYS POUR LES INTERETS IRANIENS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    20 h 53, le 01 novembre 2021

  • le problème c'est l'iran , tout simplement

    Mouallem Souheil

    20 h 16, le 01 novembre 2021

Retour en haut