Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Sanctions US contre un parlementaire et deux hommes d'affaires libanais

Jamil Sayyed, député prosyrien, Jihad el-Arab, promoteur proche de Saad Hariri, et Dany Khoury, entrepreneur proche de Gebran Bassil, sont accusés d'avoir "contribué au délitement de l'Etat".


Le siège du Trésor américain, à Washington, en janvier 2017. Photo d'archives AFP / PAUL J. RICHARDS

Le Trésor américain a imposé jeudi des sanctions contre le député libanais Jamil Sayyed, proche du régime Assad, et les entrepreneurs Jihad el-Arab et Dany Khoury, accusés d'avoir "contribué au délitement de l'Etat". Il s'agit de la première salve de sanctions contre des responsables libanais sous l'administration de Joe Biden. Si des personnalités proches ou alliées au Hezbollah ont toujours été dans la ligne de mire de Washington dans une volonté d'isoler la formation chiite pro-iranienne, les mesures annoncées jeudi ont ciblé pour la première fois un proche de l'ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri, le promoteur Jihad el-Arab.

Accusations de corruption
Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC) du Trésor a indiqué dans un communiqué que les actions de ces trois hommes ont "contribué au délitement de la bonne gouvernance et de l'Etat de droit au Liban". Ils ont "personnellement profité de la corruption généralisée et du népotisme" dans le pays et se sont "enrichis aux dépens du peuple et des institutions de l'Etat". "Les Libanais méritent qu'un terme soit mis à la corruption endémique des hommes d'affaire et des responsables politiques qui ont mené le pays vers une crise sans précédent, a déclaré à ce sujet la directrice de l'OFAC, Andrea Gacki. Il est désormais temps de lancer des réformes économiques et de mettre un terme aux pratiques de corruption qui érodent les fondations du Liban. Le Trésor n'hésitera pas à utiliser les outils à sa disposition pour stopper l'impunité au Liban". L'OFAC précise encore que les actions prises ce jeudi contre MM. Sayyed, Khoury et Arab "visent à demander des comptes à l'élite économique et politique qui ont bénéficié de pratiques d'appels d'offre inadéquates afin de gonfler des contrats.  Les éventuels avoirs aux Etats-Unis des personnes visées par des sanctions de l'OFAC sont gelés et l'accès au système financier américain leur est barré. 

Pourquoi Jihad el-Arab 
Le Trésor souligne que les "connexions politiques" de cet entrepreneur lui ont permis de remporter de nombreux contrats publics "en échange du paiement de commissions à des responsables gouvernementaux". Il cite notamment les contrats relatifs à la rénovation d'un pont de Beyrouth pour lequel "des questions relatives au coût du projet et à sa sécurité ont été rapidement ignorées, très certainement grâce à ses relations avec de puissants politiciens", ainsi que le contrat pour la construction en 2016 de la décharge de Costa Brava, qui n'a pas permis de résoudre à long terme la crise des déchets dans le pays. "Des rapports ont révélé que l'entreprise de Jihad el-Arab ajoutait de l'eau aux conteneurs de déchets afin d'en gonfler le poids, et donc d'augmenter la facture", souligne l'administration US, qui fait encore état d'une médiation entreprise par l'homme d'affaires "entre deux hauts responsables", en 2014, qui a mené à un compromis politique, en amont de l'élection présidentielle de 2016, "en échange d'accords concernant deux contrats gouvernementaux".

Pourquoi Dany Khoury 
L'OFAC soulève que les liens de ce "riche homme d'affaires" avec Gebran Bassil", lui-même sous le coup de sanctions américaines, lui ont permis de remporter de grosses adjudications qui lui ont rapporté des millions de dollars, "sans qu'il ne respecte les conditions" des appels d'offres établis. Le texte cite notamment la question de la gestion de la décharge de Bourj Hammoud (Metn), accusant l'entreprise de M. Khoury d'avoir "rejeté des déchets toxiques dans la Méditerranée, ce qui a pollué des zones de pêche et les plages du Liban sans toutefois résoudre la crise des déchets". 

Réagissant aux sanctions américaines contre M. Khoury, Gebran Bassil a assuré ne pas avoir de lien politique ni d'affaires avec lui. "Je suis habitué à l'injustice (...) mais l'injustice internationale est sans pitié", a-t-il dénoncé dans un tweet. "Dany Khoury n'est pas mon partenaire en politique tout comme je ne suis pas son partenaire en affaires. Je ne l'ai jamais aidé dans son travail tout comme il n'a jamais bénéficié du fait qu'il me connaît depuis l'université", a noté M. Bassil. "Les États oppriment les peuples, mais un jour viendra où la liberté innocentera toute personne opprimée", a-t-il enfin souligné.

Pourquoi Jamil Sayyed
Le Trésor accuse le député Jamil Sayyed d'avoir "contourné des réglementations bancaires locales, avec l'aide d'un haut-responsable gouvernemental" afin de transférer 120 millions de dollars pour des investissements à l'étranger "présumément pour s'enrichir et enrichir ses associés". Il lui est également reproché d'avoir appelé à ce que les forces de sécurité tirent sur des manifestants rassemblés devant son domicile pendant le soulèvement populaire de 2019.
M. Sayyed a annoncé, peu après la publication du communiqué de l'OFAC, qu'il tiendrait une conférence de presse vendredi midi au Parlement concernant ces sanctions.

Lire aussi

Les Etats-Unis et le Qatar sanctionnent ensemble des "financiers" du Hezbollah

"Promouvoir la reddition des comptes"
Dans un tweet, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a estimé que ces sanctions constituaient "une étape importante pour promouvoir la reddition des comptes au Liban". "Les responsables libanais doivent mettre fin à la corruption et prendre des mesures urgentes pour résoudre la crise" que traverse le pays depuis deux ans, a-t-il écrit. 


Commentant ces sanctions, Maha Yehya, directrice du Carnegie Middle East Center, a estimé que "les Américains envoient un message à la totalité de la classe politique, pas seulement à ceux soutenus par l'Iran, et au peuple libanais, pour dire qu'ils ne les abandonnent pas". Dans une réaction à Reuters, elle ajoute que Washington "se fait l'écho des Libanais dans la rue qui scandent que "Tous veut dire tous", en référence à un slogan populaire du soulèvement d'octobre 2019.

Washington impose régulièrement des sanctions à des cadres et membres du Hezbollah,  ainsi qu'à des personnes considérées comme lui apportant un soutien financier et logistique, et à des dirigeants accusés de corruption. C'est dans ce cadre que les anciens ministres Gebran Bassil (chef du Courant patriotique libre, fondé par le chef de l'Etat Michel Aoun) avait été placé sur la liste noire de l'OFAC il y a quasiment tout juste un an, le 6 novembre 2020. M. Bassil était accusé d'actes de corruption dans le secteur de l'énergie, qui ont "aidé et encouragé" les opérations du Hezbollah. Quelques mois plus tôt, les anciens ministres Youssef Fenianos (Marada) et Ali Hassan Khalil (mouvement Amal, du président de la Chambre Nabih Berry), tous deux alliés au Hezbollah, avaient également été mis sous le coup de sanctions pour "corruption" et soutien au parti chiite.



Le Trésor américain a imposé jeudi des sanctions contre le député libanais Jamil Sayyed, proche du régime Assad, et les entrepreneurs Jihad el-Arab et Dany Khoury, accusés d'avoir "contribué au délitement de l'Etat". Il s'agit de la première salve de sanctions contre des responsables libanais sous l'administration de Joe Biden. Si des personnalités proches ou alliées au Hezbollah...

commentaires (17)

Bande de vermines. Puissiez- vous pourrir. En enfer!

Robert Moumdjian

12 h 13, le 29 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Bande de vermines. Puissiez- vous pourrir. En enfer!

    Robert Moumdjian

    12 h 13, le 29 octobre 2021

  • Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers OFAC ? il sert a nous transmettre des infos que nous connaissons depuis belle lurette, c'est ca ? les mecs vises eux s'en tirent ou pas n'est pas important. OFAC ne peut il rien faire pour leur soutirer les $ ainsi gagnes et nous les rendre ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 05, le 29 octobre 2021

  • Bof. Ils vont invoquer la, comment dit-on déjà? Ah oui, suspicion légitime… lol

    Gros Gnon

    07 h 56, le 29 octobre 2021

  • . Allez Gebran Bassil, Jamil Sayyed, Dany Khoury, et les ministres … au gnouf !

    Le Point du Jour.

    23 h 18, le 28 octobre 2021

  • Commentant ces sanctions, Maha Yehya, directrice du Carnegie Middle East Center, a estimé que "les Américains envoient un message à la totalité de la classe politique, pas seulement à ceux soutenus par l'Iran, et au peuple libanais, pour dire qu'ils ne les abandonnent pas". BIG LOL. AL CHOU LES AMÉRICAINS NOUS MONTRENT COMME ÇA QU'ILS NE NOUS ABANDONNENT PAS. ET LE PIRE LES LIBANAIS NAÏFS SONT LÀ POUR EXULTER

    Zorkot Mohamed

    23 h 16, le 28 octobre 2021

  • Gros progrès au Département d'État : Depuis le départ de Trump, les Américains respectent enfin nos équilibres confessionnels!

    M.E

    22 h 54, le 28 octobre 2021

  • Ce qui est drôle, c'est qu'il y en aura qui vont banaliser ces crimes, et ça passe. Sans suites ou poursuites. On aimerait voir ce qui se passe du côté "justice". Sûrement, il en aura beaucoup à découvrir.

    Esber

    22 h 34, le 28 octobre 2021

  • Khay,,, continuez de sanctionner tout en gelant les fonds afin de les restituer aux libanais.

    Wow

    22 h 34, le 28 octobre 2021

  • Bravo!! Il faut diffuser au plus large ! Espérons que ce n’est que le commencement d’une longue série ?

    Danielle Sara

    21 h 46, le 28 octobre 2021

  • Les Amerlos toujours lamentables en politique ; en géostratégie n’en parlons pas . SANCTIONS ! BOF ça ne marche plus .Pour donner un semblant de progrès ils ne doivent pas répéter L’Histoire mais produire quelque chose de neuf .Les - plutôt -Leurs gros bonnets , politique et économiques , causes de nos malheurs , on ne touche pas ?

    aliosha

    21 h 15, le 28 octobre 2021

  • HALLELUJAH !

    Je partage mon avis

    20 h 26, le 28 octobre 2021

  • Attendons nous à une pluie de pleurnicheries et d’accusations de complot américain et d’ingérence comme tous ceux qui le font aujourd’hui avec les saoudiens. Ils veulent être les seuls à pouvoir tout piller, vendre le pays, sinon le massacrer parce qu’il est devenu leur propriété, allez savoir comment et qui leur a donné l’autorisation et le bail. Ces voleurs dénoncés seront là à se confondre en prétextes pour justifier leurs larcins alors qu’ils n’ont pas hésité à se servir dans les caisses pour les assécher les et de s’attaquer ensuite à l’argent des citoyens dont une partie prend encore leur défense. Quant aux américains, on aimerait voir la liste s’allonger pour qu’ils soient plus crédibles car le HB et Berry sont épargnés pour l’instant l’un à cause des pourparlers avec l’Iran et l’autre à cause des délimitations des frontières maritimes, puisqu’il a promis de rester sage si son nom n’est pas mentionné parmi les gros voleurs vendus, fossoyeurs du pays.

    Sissi zayyat

    19 h 46, le 28 octobre 2021

  • Il est bon le Jamil.... Pour un directeur de la sûreté générale au Liban après avoir effectué plus de quatre ans en "tôle" dans un passé récent, réussir à transférer 120 millions de dollars .... ā l'étranger !! De quoi se plaignent donc ses congénères a la sûreté générale, la gamelle semble plutôt bonne et grasse...

    C…

    19 h 16, le 28 octobre 2021

  • Merci aux américains de nous aider à nettoyer les écuries d'Augias qu'est devenu le milieu politique libanais. Mais, quand on voit le pouvoir de nuisance que possède toujours le gendre du président on peut douter de la réelle efficacité de ces mesures.

    Yves Prevost

    19 h 11, le 28 octobre 2021

  • C'est simplement dégoutant... Bien sûr ils vont clâmer au complot et proclamer leur innocence...

    Jean-Paul Khayat

    19 h 06, le 28 octobre 2021

  • AH LES BONNES NOUVELLES. UN PETIT TRIO DE LA MAFIA SANCTIONNÉS, MAIS C'EST UN BON DÉBUT...MERCI MONSIEUR BIDEN. PAR CONTRE, MACRON ET SON MINISTRE LE DRIAN N'ONT PAS ARRÊTÉ PENDANT UNE ANNÉE DE NOUS PROMETTRE QU'ILS VONT SANCTIONNER LA MAFIA DU POUVOIR CHEZ NOUS, PUIS QU'ILS VEULENT ACCROITRE LES SANCTIONS, "COMME S'ILS AVAIENT SANCTIONNER QUI QUE SE SOIT" PUIS ILS POUVAIENT PAS DÉVOILER LES NOMS !. PUIS LE MASQUE EST TOMBÉ. ILS SE SONT MIS D'ACCORD AVEC L'IRAN ET NOUS ONT IMPOSÉ UN GOUVERNEMENT AVEC LES MÊME À 100/100 MAFIEUX. LES RUMEURS DISENT QU'IL Y A EU UN DEEL POUR QUE LA FRANCE RECONSTRUIT LE PORT ET FABRIQUE DES VOITURES EN IRAN. CE SONT LES RUMEURS.....LE GRAND CHARLES DE GAULLE SE RETOURNE DANS SA TOMBE, SÛR, LUI QUI AIMAIT LE LIBAN.

    Gebran Eid

    18 h 44, le 28 octobre 2021

  • Plus besoin d'attendre de voter des lois anti corruption. Tous les 3 ont profité illégalement l'un 200 millions sans accomplir ce qu'il devait faire pour les déchets, le second 140 millions aussi pour la même raison. Mais, le député, en 2021 à transféré 100 millions de dollars à l'étranger, tandis que les déposants n'arrivent pas à retirer 200 dollars ! Bravo Jamil.

    Esber

    18 h 10, le 28 octobre 2021

Retour en haut