Rechercher
Rechercher

Société - Infrastructure

Bybus : quand le transport en commun s’invite dans la ville de Jbeil

Cette initiative privée est unique dans le sens où elle va desservir des villages à partir du chef-lieu du caza.

Bybus : quand le transport en commun s’invite dans la ville de Jbeil

Des bus modernes et bien équipés. Photo DR

Une scène peu conventionnelle se déroule depuis quelques semaines dans la région de Jbeil : une cinquantaine d’arrêts de bus plantés sur les bords de routes là où il n’y en a jamais eu, une station de bus installée au cœur de la ville abritant des véhicules revêtant les mêmes couleurs… Il s’agit du projet pilote de transport public dans le caza de Jbeil, baptisé « Bybus », qui a vu le jour dans une région qui en était longtemps privée. Son inauguration a eu lieu lors d’une cérémonie qui a réuni nombre de figures politiques, d’hommes d’affaires et d’élus locaux, dont le député Ziad Hawat, à la base de l’initiative.

Ce projet modèle est le premier en son genre au Liban, dans le sens qu’il dessert des villages à partir du chef-lieu du caza. Dans sa première phase, huit bus proposeront sept trajets différents dans la région de Jbeil, et un trajet de la ville de Byblos vers la capitale. Les bus, tous à la pointe de la technologie, climatisés, sécurisés par des caméras et connectés au wifi, sont conçus pour offrir aux passagers un confort inédit dans les transports publics libanais traditionnels.

« Il devient de plus en plus nécessaire d’avoir des transports publics convenables au Liban », avait souligné M Hawat, lors de l’inauguration du projet dans le parc public de Jbeil. En effet, l’État a dernièrement levé les subventions sur les carburants sans toutefois présenter de plans alternatifs qui pourraient alléger le nouveau coût exorbitant du transport. Ainsi, dans le cadre de cette initiative, le ticket coûtera maximum 25 000 LL pour le trajet le plus long, c’est-à-dire vers Beyrouth (il ne coûte pas plus de 7 000 LL pour les cinq premiers kilomètres, avec 700 de plus pour chaque kilomètre supplémentaire) : par comparaison, un tel trajet de Jbeil vers la capitale dans l’un des bus existants peut atteindre les 40 000 LL.

« Ce projet répond à un besoin pressant au Liban. Nous avons pris cette initiative parce que l’État n’a pas fait son travail », lâche le directeur exécutif du projet Youssef Koussaifi dans une interview à L’OLJ. « Bybus assure le bien-être de tous les passagers sans exception », affirme le mokhtar de Jbeil, Adib Saliba.

« Nous avons offert gratuitement un espace de 3 500 m2 à ce projet afin qu’il puisse voir le jour, parce que nous croyons qu’il porte en lui beaucoup de bienfaits pour la ville de Jbeil et ses commerces locaux qui bénéficieront du flux des passagers dans la station principale », assure Wissam Zaarour, président de la municipalité de Jbeil.

Une nouveauté pour Maad

Les lignes de bus, qui convergent toutes vers la ville de Jbeil, couvrent le trajet de et vers des villages de la région, dont beaucoup n’ont jamais été desservis auparavant par le transport public. L’un d’eux est la localité de Maad, qui n’avait jamais été desservie auparavant par le transport public.

« Ce projet est une initiative vivement attendue par les habitants de Maad, qui n’ont jamais vu de bus ni de taxis passer par le village. Le village compte pourtant une école et plus de 500 habitants, dont nombre d’étudiants et d’employés qui font un trajet quotidien vers les villes et la capitale », précise Tony Hajj, mokhtar de ce village riche en patrimoine historique. « Cette initiative permet aux gens de résider été comme hiver au village, sans payer de loyer en ville avec le début de l’année scolaire et universitaire, et facilite le déplacement des touristes, désireux de découvrir nos sites historiques et archéologiques », poursuit-il.


Un abribus dans le village de Maad, qui n’avait jamais été desservi par le transport public auparavant. Photo Yara Germany

« Ne politisez pas ce projet »

Le projet modèle est opérationnel depuis le lundi 11 octobre, et les passagers ont bénéficié de plusieurs jours d’essai gratuits. Dans une étape ultérieure, les bus desserviront davantage de villages et couvriront des trajets plus longs. Une application qui permet de suivre les déplacements des différents bus a été lancée sur Android et devrait l’être prochainement sur IOS.

Il reste que la mise en place de ce projet de développement par un homme politique à quelques mois des élections législatives ne pouvait que susciter un questionnement autour d’une possible récupération électorale. « Ne politisez pas ce projet et ne croyez pas qu’il appartienne à un parti précis et à ses partisans. J’espère que son modèle sera appliqué partout au Liban », a pris le soin de préciser M. Hawat lors de son discours inaugural, faisant le lien avec la nécessaire transition vers la décentralisation administrative.

Des propos soutenus par le directeur de l’initiative, le président de la municipalité et les deux mokhtars questionnés à ce sujet par L’OLJ. « Ce projet n’est pas une initiative électorale, puisqu’il existe depuis 2019 et a été retardé à cause de la pandémie du Covid-19 et de la crise dans laquelle est plongé le pays. Les élections n’auront pas lieu avant plusieurs mois. Bybus sera alors devenue une entreprise durable capable de se soutenir elle-même et de couvrir ses propres frais, sans l’aide de quiconque », a affirmé M. Kossaifi.


Une scène peu conventionnelle se déroule depuis quelques semaines dans la région de Jbeil : une cinquantaine d’arrêts de bus plantés sur les bords de routes là où il n’y en a jamais eu, une station de bus installée au cœur de la ville abritant des véhicules revêtant les mêmes couleurs… Il s’agit du projet pilote de transport public dans le caza de Jbeil, baptisé...

commentaires (5)

ENFIN !!! une bonne nouvelle ;;;un sacré OUF de soulagement pour ces villages et leurs habitants, il était "drôlement" temps , mieux vaut tard que jamais.... un tel projet devrait s'étendre partout au Liban, bravo Bybus,à suivre , j'espère d'autres projets de la sorte (il y en a du pain sur la planche), projets sérieux et concrets pour soulager et faciliter la vie quotidienne du peuple libanais, dont certains s'en foutent litterallemen

Lourdelle Bernard

18 h 48, le 27 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • ENFIN !!! une bonne nouvelle ;;;un sacré OUF de soulagement pour ces villages et leurs habitants, il était "drôlement" temps , mieux vaut tard que jamais.... un tel projet devrait s'étendre partout au Liban, bravo Bybus,à suivre , j'espère d'autres projets de la sorte (il y en a du pain sur la planche), projets sérieux et concrets pour soulager et faciliter la vie quotidienne du peuple libanais, dont certains s'en foutent litterallemen

    Lourdelle Bernard

    18 h 48, le 27 octobre 2021

  • 25 000 LL Jbeil-Beyrouth: en voiture c'est, en moyenne, 60 000! Excellente initiative. Espérons que Mr Hawat fera des émules.

    Yves Prevost

    16 h 18, le 27 octobre 2021

  • Interssant. Mais leur site web est tres rudimentaire! Ils ne montrent meme pas de carte pour savoir les villages quils desservent! Il faudra faire mieux que ça.

    Le Liban d'abord

    09 h 39, le 26 octobre 2021

  • Toutes les municipalités ont des initiatives citoyennes hormis celle de Beyrouth qui est cupide et crasseuse, prête à vendre le moindre le moindre brin d'herbe aux promoteurs qui la courtisent, et ne parlons pas de propreté. ...

    Je partage mon avis

    07 h 06, le 26 octobre 2021

  • Bravo et remettez le TRAIN ! il y a un projet franco-libanais établi, EGIS, qui dort depuis 2010 dans les tiroirs poussiéreux du Ministère!!

    Marie Claude

    06 h 55, le 26 octobre 2021

Retour en haut