Rechercher
Rechercher

Sport - Football / Tour d’Europe des stades

Clásico en Espagne, festival en Italie

Le Bayern en tête, mais sans « cerveau » ; Manchester United veut rester au contact ; Saint-Étienne prie tous les saints.

Clásico en Espagne, festival en Italie

Le Bayern Munich est privé de son entraîneur Julian Nagelsmann, positif au Covid-19 et contraint de s’isoler. Thilo Schmuelgen/Reuters

Deux duels entre candidats en Italie, le Bayern Munich sans Julian Nagelsmann, Manchester United déjà à la traîne... et surtout le clásico FC Barcelone-Real Madrid en Espagne, le week-end de football s’annonce palpitant à travers l’Europe.

LaLiga

Tous deux vainqueurs en Ligue des champions cette semaine, le Barça et le Real Madrid se retrouvent dimanche après-midi au Camp Nou pour leur première rencontre depuis le départ de Lionel Messi à Paris cet été. Moins attirant qu’il y a quelques années, le match de clubs le plus regardé du monde verra toutefois le candidat au Ballon d’or Karim Benzema affronter les jeunes stars montantes du Barça, Gavi, Sergiño Dest ou Ansu Fati. L’autre affiche de cette 10e journée du championnat d’Espagne opposera la Real Sociedad, leader surprise (20 points), au champion en titre, l’Atlético Madrid, 2e ex aequo (17 points) avec un match en moins, dimanche dans la nuit au stade Metropolitano. Un match forcément spécial pour Antoine Griezmann, qui retrouvera le club basque où il a éclos aux yeux du monde.

Serie A

Naples, leader avec huit victoires en huit matches, en déplacement chez l’AS Roma (4e) en apéritif en fin d’après-midi ; le « derby d’Italie » entre l’Inter Milan (3e) et la Juventus Turin (7e) en début de soirée : la Serie A s’offre un dimanche soir étoilé qui en dira beaucoup sur la solidité de ces quatre candidats au top 4, voire au titre. En gagnant ses huit premiers matches de Serie A comme entraîneur de Naples, Luciano Spalletti a rejoint sur les tablettes son prédécesseur Maurizio Sarri, qui avait fait aussi bien au démarrage de la saison 2017-2018. S’il l’emporte à l’Olimpico, l’ex-entraîneur des Giallorossi se rapprocherait à seulement une victoire du record absolu en Italie– dix succès en début de championnat –, détenu par l’AS Roma (saison 2013-2014 avec Rudi Garcia comme entraîneur). L’AC Milan, 2e à deux points, peut profiter d’un éventuel faux pas napolitain en cas de victoire demain dans la nuit à Bologne. Dimanche soir, le champion en titre, l’Inter Milan, joue gros en accueillant la Juventus Turin, bien décidée à reconquérir son titre abandonné en mai. La belle dynamique des Nerazzurri a été un peu ralentie par leur première défaite en championnat le week-end dernier (chez la Lazio Rome), alors que les Bianconeri sont totalement revenus dans le jeu en alignant quatre victoires de suite en Serie A. En cas de succès à San Siro, la Juventus, qui pourrait retrouver Paulo Dybala, remis d’une blessure à la cuisse, rejoindrait l’Inter au nombre de points.

Premier League

Avec déjà cinq points de retard sur le leader Chelsea et quatre points sur Liverpool, qu’il reçoit dimanche en fin d’après-midi, en clôture de cette 9e journée de Premier League, Manchester United doit impérativement s’imposer s’il ne veut pas se voir déjà distancé dans la course au titre. Le revers à Leicester (4-2), aussi fâcheux sur le plan comptable qu’inquiétant dans le contenu, n’a été que très partiellement effacé par la victoire renversante contre l’Atalanta Bergame (3-2) en Ligue des champions mercredi, et le temps presse pour qu’Ole Gunnar Solskjær trouve la bonne formule. La pression pourrait être d’autant plus forte que Chelsea ouvre la journée demain midi en recevant la lanterne rouge Norwich. Les Blues pourraient donc conforter leur place avant même que leurs rivaux ne mettent le pied sur le gazon, malgré les absences de Romelu Lukaku et de Timo Werner. L’autre affiche de la journée, plutôt inattendue, sera le déplacement samedi soir de Manchester City (3e) sur le terrain du 4e, Brighton, qui le suit à 2 longueurs. La journée de dimanche sera aussi animée par un alléchant derby londonien, en début d’après-midi, entre West Ham (7e, 14 points) et Tottenham (5e, 15 points), deux clubs qui ont l’ambition de jouer les trouble-fête dans la course à la Ligue des champions.

Bundesliga

Le Bayern Munich, redevenu leader du championnat d’Allemagne, joue sa première place demain après-midi contre Hoffenheim. Les Bavarois vont cependant devoir faire sans leur « cerveau », l’entraîneur Julian Nagelsmann, positif au Covid-19 et contraint de s’isoler. En son absence, c’est son assistant Benjamin Glück qui devrait prendre sa place sur le banc pour affronter le 9e du championnat (11 points). Le premier poursuivant du Bayern, le Borussia Dortmund, doit, lui, empocher les trois points avec un déplacement ni trop lointain ni trop difficile demain après-midi à Bielefeld. L’Arminia, relégable, n’a pas encore gagné cette saison. L’occasion pour l’entraîneur du BVB, Marco Rose, de faire tourner son effectif ? Oui... mais attention : le promu est abonné aux matches nuls, cinq en huit rencontres. Gare à la contre-performance ! Autre match indécis, Wolfsburg (6e, 13 points) reçoit Fribourg, surprenant 4e au classement (16 points), dans un duel pour s’installer dans le wagon de tête.

Ligue 1

L’AS Saint-Étienne, toujours incapable de gagner cette saison, ouvre cette nuit la 11e journée du championnat de France par la réception d’Angers, avant une fin de week-end en apothéose avec le classique Olympique de Marseille-Paris Saint-Germain. Avant cette affiche du haut de tableau, la Ligue 1 regardera vers le bas : les Verts, en crise après six défaites en sept matches et seulement quatre points en 10 journées, espèrent décoller enfin de leur dernière place. Mais ils enchaînent les contre-performances, et la venue d’Angers, probant 5e du classement et proche de tenir en échec le Paris SG vendredi dernier malgré la défaite (2-1), a tout pour renforcer la colère des supporteurs sur le niveau de leur équipe. « Ce sont des périodes difficiles pour mes joueurs, le club, les supporteurs. Certains vivent cette situation pour la première fois, il ne faut pas baisser la tête », a constaté dimanche dernier, après la large défaite à Strasbourg (5-1), le manager Claude Puel, à l’avenir plus que jamais fragile face à cette mauvaise série. Après son nul contre Séville en Ligue des champions mercredi (0-0), Lille (11e, 14 points) cherchera de son côté à sortir du ventre mou, avec la réception demain soir de l’autre club sans victoire de Ligue 1, Brest (19e, 5 points). La journée de dimanche s’annonce, elle, étoilée : un choc Nice-Lyon en ouverture dès 13h00 (14h00 au Liban), entre deux équipes à égalité de points (16) malgré un match en moins et un point de pénalité pour les Aiglons ; Monaco-Montpellier à 17h00 (18h00 au Liban) et, enfin, Marseille-Paris à 21h00 (22h00 au Liban). Le choc a de l’allure, entre un Paris SG quasi intouchable cette saison (1er, 27 points) et un OM étincelant offensivement et toujours bien accroché au podium (3e, 17 points). Et Mattéo Guendouzi a lancé les hostilités dès dimanche dernier : « Avec cette ferveur, ici à domicile, je sais qu’on peut faire quelque chose de très bien (...). Je crois en mon équipe et je suis sûr qu’on va prendre les trois points », a lancé l’ambitieux milieu, bravache, au micro de Prime Vidéo.

Source : AFP


Deux duels entre candidats en Italie, le Bayern Munich sans Julian Nagelsmann, Manchester United déjà à la traîne... et surtout le clásico FC Barcelone-Real Madrid en Espagne, le week-end de football s’annonce palpitant à travers l’Europe.LaLigaTous deux vainqueurs en Ligue des champions cette semaine, le Barça et le Real Madrid se retrouvent dimanche après-midi au Camp Nou pour leur...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut