Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

L'audit des comptes de la BDL commencera jeudi, annonce un représentant d'Alvarez & Marsal à Aoun

"Une équipe du cabinet est arrivée hier et a lancé les (travaux) préparatifs" en vue d'une relance de l'audit, indique le directeur général du ministère des Finances.

L'audit des comptes de la BDL commencera jeudi, annonce un représentant d'Alvarez & Marsal à Aoun

Le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun (d), s'entretenant avec le directeur général d'Alvarez & Marsal, James Daniell en présence du ministre libanais des Finances, Youssef Khalil, au palais présidentiel de Baabda, le 20 octobre 2021. Photo Twitter @LBpresidency

Le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun s'est entretenu mercredi avec James Daniell, le directeur du cabinet Alvarez & Marsal (A&M), chargé de l'audit juricomptable de la Banque du Liban (BDL), qui lui a affirmé que cette procédure, attendue depuis des mois, commencera demain jeudi, selon des propos rapportés par Baabda. 

"Le président a reçu le directeur d'A&M, qui l'a informé du lancement, demain, de l'audit des comptes de la BDL après la finalisation de tous les arrangements" liés à ce dossier, a annoncé la présidence dans un tweet. Le ministre des Finances, Youssef el-Khalil, assistait également à cette réunion. Au cours de l'entretien, M. Aoun a appelé le cabinet à "travailler le plus rapidement possible vu que le délai qui lui est accordé (pour effectuer l'audit, ndlr) est délicat".

Le communiqué de la présidence ne mentionne pas quelle phase de l’audit commencera demain. En effet, après que le Liban a payé 100.000 dollars début octobre, Alvarez & Marsal devra encore vérifier si les informations fournies par la Banque du Liban sont complètes – une étape qui devrait durer deux semaines. Dans le cas où les données transmises sont suffisantes pour entreprendre l’audit, le cabinet prendra alors la décision de débuter le contrôle ("Commencement decision") et mobilisera ses effectifs durant une période de dix jours pour les préparer à leur mission. Viendra ensuite la phase de mobilisation ("Mobilisation date") durant laquelle le travail de l’audit à proprement parler commencera. Cette dernière phase durera 12 semaines.

Travaux préparatifs
"Une équipe du cabinet est arrivée hier et a lancé les (travaux) préparatifs" en vue d'une relance de l'audit, a indiqué de son côté à l'AFP le directeur général du ministère libanais des Finances, George Maaraoui. 

Lire aussi

Audit de la BDL : la saga d'un dossier mort-né

Le Liban a signé dernièrement un nouveau contrat avec le cabinet Alvarez & Marsal afin d'effectuer l'audit juricomptable de la BDL, et en principe aussi des institutions publiques. Ce contrat est le second après celui conclu le 1er septembre 2020 pour la même mission, et qui avait été résilié par le cabinet le 27 novembre de la même année, après que la Banque centrale a refusé de lui fournir une importante partie des documents demandés pour mener à bien sa mission, en se réfugiant derrière la loi sur le secret bancaire. Celui-ci avait été exceptionnellement levé par la Chambre sur les comptes de la Banque centrale et des administrations publiques, pour une durée d'un an expirant dans le courant de décembre, donc d'ici moins de deux mois.

La réussite de l’audit dans sa globalité revêt une importance capitale pour un pays en crise profonde depuis deux ans, qui n’a toujours pas régularisé sa situation après le défaut partiel sur sa dette annoncé en mars 2020 et dont le bilan net des réserves de sa banque centrale présente un creux de plusieurs dizaines de milliards de dollars, selon ses propres documents comptables. Le chantier est d’autant plus crucial que plusieurs soutiens du Liban, dont la France, soit l’un des principaux contributeurs de l’enveloppe débloquée lors de la CEDRE en avril 2018, et le Fonds monétaire international (FMI), sollicité par le Liban en 2020 pour tenter de décrocher une assistance financière, souhaitent que les comptes de la BDL, unique carte maîtresse des politiques monétaires de ces 30 dernières années, soient contrôlés efficacement par des tiers.

Mardi, le FMI avait officiellement confirmé la reprise des contacts avec le Liban, les discussions actuelles tournant autour de "la mise à jour des chiffres, de l’établissement d’une liste de priorités des réformes à mettre en place, ainsi que d’un plan (de sortie de crise)".



Le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun s'est entretenu mercredi avec James Daniell, le directeur du cabinet Alvarez & Marsal (A&M), chargé de l'audit juricomptable de la Banque du Liban (BDL), qui lui a affirmé que cette procédure, attendue depuis des mois, commencera demain jeudi, selon des propos rapportés par Baabda. "Le président a reçu le directeur d'A&M, qui l'a...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut