Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Le Hezbollah a-t-il réussi son coup ?

Le tandem chiite a peut-être gagné des points au niveau de sa rue, mais en a perdu sur le terrain.

Le Hezbollah a-t-il réussi son coup ?

Les partisans du Hezbollah et d’Amal rassemblés hier devant le Palais de justice de Beyrouth. Photo Mohammad Yassine

L’objectif était clair dès le départ : pour le Hezbollah et Amal, il fallait coûte que coûte déboulonner le juge d’instruction près la Cour de justice Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur la double explosion du port le 4 août 2020. Peu importait les moyens mis en œuvre pour y parvenir, seule comptait la suspension de l’enquête, dans le cadre de laquelle sont mis en cause plusieurs responsables chiites proches du parti. Pour ce faire, le tandem chiite a procédé en deux temps : d’abord la voie judiciaire, ensuite la rue.

Pour tenter de contourner le système judiciaire, il a eu recours à toute la palette de procédures destinées à contester la compétence du juge, tout en le décrédibilisant. C’est dans cette perspective qu’il faut inscrire les quatre recours présentés par les quatre ministres mis en cause (Youssef Fenianos, Nouhad Machnouk, Ghazi Zeaïter et Hassan Khalil) en vue du dessaisissement de Tarek Bitar. Mais cela s’est soldé, jusqu’à maintenant, par un échec.

Visiblement déterminées à utiliser toutes leurs cartes pour venir à bout de Tarek Bitar, les deux composantes chiites ont même été jusqu’à essayer de forcer la main du gouvernement Mikati pour prendre une décision en ce sens, mettant la démission de leurs ministres dans la balance cette semaine. Mais là encore, ce fut un échec, les réunions du Conseil des ministres ayant été reportées. Le tandem a donc décidé de sortir l’artillerie lourde : le coup de force dans la rue.

L'édito d'Elie Fayad

Leçons d’un jeudi rouge sang

Officiellement, les deux alliés chiites prétendent avoir appelé à une manifestation pacifique devant le Palais de justice pour réclamer le départ de Tarek Bitar, que Hassan Nasrallah a accusé cette semaine de « politiser l’enquête ». Lequel Tarek Bitar peut reprendre son enquête après la décision de la cour de Cassation, annoncée hier, de rejeter le dernier recours déposé contre lui par les députés et ex-ministres d’Amal, Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter.

L’annonce, qui est intervenue quelques minutes avant le début de la manifestation, sonnait comme le symbole de la défaite de la stratégie du tandem chiite. Mais pas question pour lui d’en rester là pour autant.

Des centaines de militants des deux partis se sont rassemblés hier devant le Palais de justice de Beyrouth à 11 heures. Avec un objectif on ne peut plus limpide : montrer les muscles afin d’intimider le juge, mais aussi faire une démonstration de force dans une zone chrétienne, dans laquelle sont présentes les Forces libanaises (FL). Dans ces circonstances, les affrontements qui ont marqué la journée, faisant au moins six morts et une trentaine de blessés, peuvent laisser penser que le tandem chiite est venu chercher la confrontation avec les FL.

Changement de rhétorique

Quels que soient le ou les premiers fauteurs de troubles qui ont déclenché les affrontements – on évoque pour l’heure une piste menant aux FL–, la rapidité et la violence de la riposte des partisans du tandem chiite mobilisés ont été édifiantes. Sont également significatives les accusations mettant en cause les FL, les deux parties chiites s’étant empressées de leur faire assumer la responsabilité des dérapages. Les menaces proférées il y a deux jours par le ministre proche de Amal, Mohammad Mortada, qui a promis une journée d’enfer en évoquant la mobilisation d’hier, sonnaient déjà comme une mise en garde. Elles constituent en outre un indicateur supplémentaire du degré de mobilisation des partisans du tandem chiite, dont plusieurs étaient cagoulés dès les premières heures de la manifestation. Des hommes qui, rapidement aussi, ont sorti un véritable arsenal. D’où la tentation de dire que le camp chiite s’était au moins préparé en amont à une possible altercation.

Dans quel but ? Peut-être celui de souder la rue chiite autour d’un ennemi commun et de détourner l’attention de l’enquête du port.

Reportage

« Ils sont tous contre les chiites, mais nous sommes les plus forts »

« Le Hezbollah a réussi aujourd’hui à changer la rhétorique : désormais, on ne va plus parler de l’explosion du port, mais du guet-apens imputé aux FL », décrypte pour L’Orient-Le Jour Mohannad Hajj Ali, chercheur et directeur de la communication du Carnegie Middle East Center. Ce sont donc deux enquêtes qui vont désormais s’affronter : celle concernant les explosions du 4 août et celle relative aux incidents violents d’hier, cette dernière devant servir à torpiller la première, explique le chercheur. C’est dans le même sens que se prononce d’ailleurs la journaliste Dima Sadek qui, dans un tweet, évoque le recours « stupide » aux armes par les FL. « Le Hezb et Amal n’avaient pas d’adversaire dans la rue, mais uniquement un juge et des victimes en face d’eux. Ils ont donc provoqué les FL qui sont tombées dans le piège. L’enjeu n’est plus celui de la justice qui doit être rendue, mais un affrontement entre deux milices », écrit-elle.

Le tandem chiite a peut-être marqué des points au niveau de sa rue, mais en a certainement perdu sur le terrain où il a laissé des plumes. Plusieurs victimes semblent appartenir à ses rangs. Quelle que soit la thèse adoptée sur l’identité des francs-tireurs qui auraient mis le feu aux poudres, les scènes de guerre, qui ont réveillé les pires souvenirs de la guerre civile, ont démontré au Hezbollah que le rapport de force milicien est clair pour ce qui est du départage des frontières entre quartiers chiites et chrétiens : le Palais de justice est une ligne rouge à ne pas dépasser. Tel est le message clairement envoyé aux milices chiites, indique ainsi un analyste du 14 Mars qui a requis l’anonymat.

Lire aussi

Le défi de Bitar, à nouveau habilité : mener l’enquête à son terme

Signe que du côté FL, on ne cherche pas à s’en cacher, Samir Geagea a évoqué hier les « armes illégales » qui, selon lui, sont la « principale cause » des incidents d’hier, mais n’a pas démenti les accusations lancées contre sa formation. Ce n’est que plus tard que le bureau de presse des FL a démenti les accusations du tandem chiite se rapportant à une « volonté intentionnelle de tuer ».

L’histoire pourrait toutefois ne pas s’arrêter là. « Je ne peux pas dire s’il s’agit d’une victoire ou d’un échec pour le Hezbollah, mais si l’on ne résout pas la crise judiciaire (dans l’affaire du port NDLR), cela va inévitablement conduire à une grande explosion », estime Kassem Kassir, proche des milieux du Hezbollah. Comprendre : le parti chiite ne compte pas lâcher l’affaire.


L’objectif était clair dès le départ : pour le Hezbollah et Amal, il fallait coûte que coûte déboulonner le juge d’instruction près la Cour de justice Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur la double explosion du port le 4 août 2020. Peu importait les moyens mis en œuvre pour y parvenir, seule comptait la suspension de l’enquête, dans le cadre de laquelle sont mis en cause...

commentaires (19)

Le Hezbollah n'est pas le parti de la résistance nationale, mais celui de la collaboration islamo-iranienne. Son drapeau n'est pas celui du Liban, son hymne n'est celle du Liban, son idéologie n'est pas libanaise. Le Hezbollah est un mouvement terroriste qui terrorise d'abord les Libanaise, y compris de plus en plus de Libannais chiites. Le Hezbollah est prêt à sacrifier le Liban, et même certains chiites, sur ordre de ses maîtres iraniens, par haine d'Israël, comme en 2006, comme très bientôt. Leur dépôt de nitrate a explosé à la tête des beyroutins. Ils trouveront encore des explosifs pour terroriser les Libanais et des armes pour déclencher une guerre civile. Le Hezbollah est l'antidote à l'avenir déjà très hypothéqué du pays.

Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

02 h 59, le 18 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • Le Hezbollah n'est pas le parti de la résistance nationale, mais celui de la collaboration islamo-iranienne. Son drapeau n'est pas celui du Liban, son hymne n'est celle du Liban, son idéologie n'est pas libanaise. Le Hezbollah est un mouvement terroriste qui terrorise d'abord les Libanaise, y compris de plus en plus de Libannais chiites. Le Hezbollah est prêt à sacrifier le Liban, et même certains chiites, sur ordre de ses maîtres iraniens, par haine d'Israël, comme en 2006, comme très bientôt. Leur dépôt de nitrate a explosé à la tête des beyroutins. Ils trouveront encore des explosifs pour terroriser les Libanais et des armes pour déclencher une guerre civile. Le Hezbollah est l'antidote à l'avenir déjà très hypothéqué du pays.

    Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

    02 h 59, le 18 octobre 2021

  • Parmis les nombreuses hypothèses évoquées qui seraient à l’origine de cet incident il manque celle d’une intervention de PNS et de certains agents douteux qui auraient pu être les catalyseurs du drame d’hier. Éliminer l’hypothèses d’une intervention du PNS hier équivaudrait à faire abstraction d’une possible intervention israélienne dans le drame du 4 août.

    Le borgne

    19 h 38, le 15 octobre 2021

  • Le Hezbollah a-t-il réussi son coup ? Non c'est un raté total, sa réaction prouve sa culpabilité.

    camel

    18 h 42, le 15 octobre 2021

  • Ce qui interpelle en vous lisant c’est beaucoup moins le contenu, très léger à mon avis, mais le ton que vous y mettez. Vous semblez détenir la vérité absolue, et cela est lamentable de la part d’un journaliste . Par ailleurs vous êtes tenu à ne relater que des faits réels. Pour avoir suivi la manifestation sur différentes chaînes, je vous peux confirmer qu’il n’y avait pas de cagoules.

    Sayegh Aziza

    14 h 23, le 15 octobre 2021

  • C'est ridicule comment on cherche à blâmer l'Hezbollah pour tout. Les FL ont tiré sur eux!

    Vale Diogo

    13 h 25, le 15 octobre 2021

  • On ne se rend pas à une manifestation pacifique avec des tenues militaires des gilets pare-balles et tout un arsenal de guerre. Ils ont compris à leur dépens que dans ce pays il ne faut pas réveiller le monstre qui dort. Les armes ne sont plus leur exclusivité et la tyrannie a vécu. Point barre. Soit ils acceptent les lois du pays, soit ils vont faire leur guerre sur d’autres territoires qui ont plus Besoin de leur résistance pour défendre les chiites qui sont très bien lotis et considérés par leur compatriotes au Liban mais qui souffrent de mal traitance et d’exécutions tels que les ouïgours en Chine et dans d’autres pays. Fini leur cinéma de résistance aux dépens du peuple libanais qui ne demande qu’à vivre paisiblement dans leur pays anéanti par eux, ceux la memes qui prétendent vouloir le sauver d’un ennemi fantôme qui n’est autre que ces vendus et qui est concrétisé par leurs actes barbares et destructeurs contre leurs compatriotes et leur pays.

    Sissi zayyat

    13 h 24, le 15 octobre 2021

  • Nabih Berry a complètement ridiculisé le chef de l’Etat défenseur du prestige de l’Etat. Le Hezbollah a encore plus ridiculisé Gebran Bassil, le chevalier sans peur et sans reproche défenseur des droits des chrétiens qui était bien caché lui et ses sbires pendant que les quartiers chrétiens étaient attaqués et terrorisés. La fable des armes de la résistance destinés à combattre Israël est tombée. Les armes sont la pour imposer leurs points de vue à tous les libanais et à transformer le Liban en une province de la république islamique d’Iran. ATTENTION, les chrétiens du Liban ne sont pas les coptes d’Egypte ni les chrétiens d’Irak, aucune force aussi puissante soit elle n’a réussi à les battre à ce jour et Hassan Nasrallah et son caniche Nabih Berry se casseront tout leur dentier s’ils pensent un seul instant à faire plier les chrétiens du Liban

    Censuré par l’OLJ

    11 h 16, le 15 octobre 2021

  • de quels francs-tireurs parlez-vous ? il n'y'a que des habitants qui defendaient leurs biens et leurs integrités physiques face a des hordes qui saccageaient, pillaient, insutaient et frappaient tout sur leur passage. C'etait de la legitime defense pure. un terroriste pointait un RPG7 sur un immeuble d'habitation ! un autre tirait a la mitrailleuse ! les deux se sont fait tuer dans en flagrant delit !

    Lebinlon

    10 h 25, le 15 octobre 2021

  • Lorsque le Hezbollah envoie ses voyous tabasser les manifestants au centre ville…. Il les appelle jeunes de dahiye ou jeune citoyens !!!!lorsque les habitants de ain el remmaneh voient parader dans leurs quartiers et ruelles profondes, des éléments armés… loin de la trajectoire dahiyé palais de justice… là… pour lui ce sont les FL !!! En tout cas, les frères ennemis amal Hezbollah ont appris une leçon : Ils ne sont pas seuls dans la rue à imposer leur loi… ils ont voulu la rue parce que les magouilles juridiques n’ont pas abouti pour éjecter le 2e juge d’instruction ? … ils ont trouvé des libanais en face qui vont défendre leur liberté, la justice propre et leur mode de vie. C la leçon à tirer par ce duo de dahiyé Les habitants de BADARO / Ain el REMMANEH auraient ils pu manifester à Dahiyé , armée ou non armés en insultant berri/ nasrallah… d’ailleurs même sans insulte, ils auraient été tabassés et kidnappés

    radiosatellite.online

    09 h 51, le 15 octobre 2021

  • Vous dites: "le parti chiite ne compte pas lâcher l’affaire." Nous lui annonçons une bonne nouvelle, nous non plus ! En agissant de la sorte, le Hezbollah a simplement désigné les FL comme les défenseurs de la justice, donc de l’état, de ses institutions et de sa souveraineté juridique, contrairement a lui qui cherche a cacher a tout prix ses méfaits. Il a renforcé les FL dans la rue Chrétienne mais aussi Sunnite, Druze et même Chiite. Le Hezbollah a peut être placé une nouvelle équation sur la table mais elle est bâti sur des assomptions et non des faits. Bizarrement, toutes les vidéos ne montres que des éléments armés du tandem mais pas un seul des FL. Au vu des tirs nourris entendus, ils devaient être nombreux et il est donc militairement impossible de n'avoir pu en détecter au moins un seul. Jusqu'à présent seul deux suspects ont été capturé et ils se sont avéré être, l'un membre de services de sécurité officielle et un Syrien. Ça ne pèse pas lourd dans l'escarcelle du parti de Dieu. Il perd du terrain et il panique. Plus il panique plus il fait des erreurs. A entendre leurs piétailles la peur a basculée de camps.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 48, le 15 octobre 2021

  • CONFRONTATION PROGRAMEE PAR LE TANDEM CHIITE DONT HN A MENACE LES AUTRES DE GUERRE CIVILE A PLUSIEURS REPRISES. BUT : DESTITUER LE JUGE BITAR ET ENVOYER LES ELECTIONS AUX CALENDES GREQUES TOUT EN ACCUSANT LES AUTRES. DES MANIFESTANTS PACIFIQUES EN CAGOULES ET ARMES DE RPG !

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    09 h 36, le 15 octobre 2021

  • Il faut comprendre les jeune chretiens. Cela fait 15 ans quenles chretiens vivent la tete baissée assujetis au le bullying de Amal et Hezbollah. Combien de temps ça pourrait rester?

    Le Liban d'abord

    09 h 29, le 15 octobre 2021

  • DIMA SADEK & QUICONQUE trouve que les FL&les Kataeb sont tombes dans le piege ont oublie les causes de la guerre de 1975 ou font expres d'omettre en referer: = c'etait d'avoir laisse faire les assassins de yasser arafat qui eut pour resultat que ce dernier & ses allies s'etaient pris pour genkis khan qui aurait conquis le Liban. Ben non, sans appeler a la guerre il FALLAIT IMPERATIVEMENT RAPPELER QUE HEZB & Co NE PEUVENT PAS ESPERER CONQUERIR NOTRE LIBAN COMME CA, FACILEMENT !

    Gaby SIOUFI

    09 h 16, le 15 octobre 2021

  • Pourquoi dans ce papier aussi le communiqué FL n’est pas reproduit in extenso mais simplement paraphrasé? C’est quand même important de savoir ce que le parti de Samir Geagea avait à dire sur ces événements graves. Hé ho les journalistes.

    Marionet

    08 h 49, le 15 octobre 2021

  • "Le Hezb et Amal n’avaient pas d’adversaire dans la rue, mais uniquement un juge et des victimes en face d’eux. Ils ont donc provoqué les FL qui sont tombées dans le piège". Cette analyse est assez pertinente. Nasrallah a délibérément provoqué le clash. Une remarque cependant: la durée du silence de Geagea est surprenante. Pourquoi les FL ont-elles attendu si longtemps pour protester - bien timidement, d'ailleurs - de leur innocence. En général, quand on pré[are un coup de ce genre, un communiqué justificatif et de déni de route responsabilité est déjà prêt la veille.

    Yves Prevost

    08 h 29, le 15 octobre 2021

  • les médias n'ont de cesse de répéter que les accrochages rappelaient les pires scènes de la guerre de 1975. Qui des protagonistes sur le terrain les a vécues ou s'en rappellent ? Tant que la dite guerre n'est pas enseignée dans les écoles, ses conséquences analysée et son origine remise en question, son ombre planera au-dessus de nos têtes et nos enfants et petits-enfants risquent de se taper dessus de nouveau, d'adopter naturellement la même ligne de démarcation. Ce n'est pas un hasard non plus si les armes restent aussi présentes dans la rue libanaise et les foyers.

    Carlos El KHOURY

    07 h 40, le 15 octobre 2021

  • Non le hezbollah n'a pas réussi son coup, Au vu des images, l'on voit bien que ces individus n'étaient pas partis en goguette et de toute évidence les armes avaient remplacés le panier de pique nique. Donc ils auront beau crier a l'injustice ,leur accoutrement et tout cet arsenal militaire en disait long sur leurs intentions . Ces hommes la étaient venus semer la terreur et en dépit des risques de dérapage, évident, il fallait leur montrer qu'en face ils ont trop accepté qu'on les considère comme une carpette servant à s'essuyer les pieds sans jamais les nettoyer et laisser bafouer perpétuellement la loi. La justice n'est pas une abstraction qui peut être différente d'une personne à une autre et ces personnalités politiques devront répondre de leurs fautes.

    C…

    07 h 18, le 15 octobre 2021

  • Allah yerham kil mawta… c’est toujours triste et dérangeant tout ces morts !! Donc si je comprend bien ce ne sont pas les FL qui sont derrière ces tirs mais les jeunes du quartier qui le défendaient lol je m’excuse maintenant que la poussière est tombé on comprend mieux il y a eu des morts et ça c’est aussi une ligne rouge à ne pas franchir !!

    Bery tus

    02 h 11, le 15 octobre 2021

  • "les deux alliés chiites prétendent avoir appelé à une manifestation pacifique devant le Palais de justice" laissez ns rigoler hahaha. une redéfinition du terme pacifique s'impose. Entretemps, une fois de plus, les vies perdues ne comptent pas.. collateral damage... ils s en foutent. Pauvre Liban... En espérant que cela ne fera que renforcer la détermination de la justice à faire éclater la vérité au grand jour.

    Tous Dehors

    01 h 17, le 15 octobre 2021

Retour en haut