Rechercher
Rechercher

Monde - Afghanistan

Les talibans mettent en garde contre un afflux de réfugiés si les sanctions sont maintenues

Le nouveau gouvernement taliban en Afghanistan a averti les émissaires américains et européens que des tentatives de pression, sous la forme de sanctions, pourraient déclencher une vague de réfugiés économiques. Le ministre afghan des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a déclaré aux diplomates occidentaux, lors de leurs rencontres ces derniers jours à Doha, que « l’affaiblissement du gouvernement afghan n’est dans l’intérêt de personne, car cela pourrait affecter directement le monde dans le secteur de la sécurité et entraîner une migration économique pour fuir le pays », selon un communiqué publié tard mardi soir. Les talibans ont renversé le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis en août, après un conflit qui a duré vingt ans, et ont décrété un émirat islamique. Mais des sanctions internationales strictes ont été imposées au pays. Les banques sont à court de liquidités et les fonctionnaires ne sont pas payés. Selon le communiqué, M. Muttaqi a déclaré à la réunion de Doha : « Nous demandons instamment aux pays du monde de mettre fin aux sanctions et de laisser les banques fonctionner normalement, afin que les organisations caritatives et le gouvernement puissent payer les salaires de leur personnel avec leurs propres réserves et l’aide internationale. » Les pays européens, en particulier, craignent qu’en cas d’effondrement de l’économie afghane de nombreux migrants ne partent pour l’Europe, exerçant une pression sur les états voisins comme le Pakistan et l’Iran et finalement sur les frontières de l’Union européenne.


Le nouveau gouvernement taliban en Afghanistan a averti les émissaires américains et européens que des tentatives de pression, sous la forme de sanctions, pourraient déclencher une vague de réfugiés économiques. Le ministre afghan des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a déclaré aux diplomates occidentaux, lors de leurs rencontres ces derniers jours à Doha, que...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut