Rechercher
Rechercher

Sport - Football / Qualifications zone Europe

L’Allemagne parmi les favoris de la Coupe du monde de foot ?

La Mannschaft est la première sélection qualifiée pour le Qatar.

L’Allemagne parmi les favoris de la Coupe du monde de foot ?

En s’imposant en Macédoine du Nord (4-0 ; photo), et profitant de la défaite de l’Arménie (1-0) face à la Roumanie au même moment, l’Allemagne est devenue le premier pays qualifié pour le Mondial 2022 de football au Qatar. Nikolay Doychinov/AFP

L’Allemagne a validé lundi dans la nuit son ticket pour le Mondial 2022 de football au Qatar en s’imposant en Macédoine du Nord (4-0), tandis que les Pays-Bas s’en sont rapprochés en écrasant Gibraltar (6-0), en matches de qualification de la zone Europe. C’est sous le déluge que l’Allemagne est devenue la première qualifiée pour le Qatar, profitant de la défaite de l’Arménie (1-0) face à la Roumanie au même moment. Les Pays-Bas, eux, sont toujours 1ers de leur groupe (19 pts), avec deux points d’avance sur la Norvège, victorieuse du Monténégro à domicile (1-0). Derrière, la Turquie s’est imposée au bout du suspense grâce à un but du « roi » Burak Yilmaz et reste au contact du duo de tête (15 pts). La Croatie, elle, a été tenue en échec par la Slovaquie (2-2). Mauvaise opération pour les finalistes du Mondial 2018, qui sont désormais 2es de leur groupe derrière la Russie, victorieuse en Slovénie (2-1). La Belgique, qui pouvait se qualifier sans jouer en profitant d’une défaite du pays de Galles, devra patienter, car les Gallois se sont imposés (1-0) en Estonie.

Première qualifiée, donc, sur le terrain pour le Mondial 2022, l’Allemagne pourra-t-elle disputer le titre au Qatar ? Après trois années noires, les quadruples champions du monde se reprennent à croire en leur étoile, mais le nouveau sélectionneur Hansi Flick a mis en garde : « Le chemin sera long. » La Mannschaft a pour elle son mental. Relancés par Flick, les joueurs s’appuient sur le passé glorieux de leur sélection, constante au plus haut niveau depuis presque 70 ans. Mais le groupe actuel doit se forger une confiance, perdue depuis le désastre du Mondial 2018 (élimination au 1er tour). En validant son ticket, l’Allemagne s’est qualifiée pour sa 18e Coupe du monde consécutive. Depuis 1954, la RFA, puis l’Allemagne réunifiée, a terminé 12 fois dans le dernier carré, disputé huit finales et gagné quatre titres. Aucune équipe au monde, pas même le Brésil quintuple champion du monde, ne peut afficher une telle régularité. Manuel Neuer, le capitaine, répète qu’une équipe allemande va « toujours » dans un tournoi pour le gagner. « Nous voulons revenir au sommet, dit le champion du monde 2014, et nous devons nous préparer pour jouer le titre. Être champions du monde est un objectif réaliste. »

« L’effet » Flick

Cinq matches, cinq victoires, 18 buts marqués, un seul encaissé. Contre des adversaires certes modestes, Hansi Flick n’a pas raté ses débuts. Il a surtout insufflé un nouvel état d’esprit, et réchauffé l’ambiance en lançant plusieurs joueurs de moins de 20 ans. Lui-même estime que la mayonnaise a bien pris : « L’équipe a progressé. On a vu avec quelle mentalité elle entre maintenant sur le terrain, se réjouit-il, nous avons peu de temps pour nous entraîner et nous roder, le mental est d’autant plus important. » « Je crois que Hansi a réussi à tout mettre en place comme il y a deux ans au Bayern Munich », a commenté Lothar Matthäus, recordman des sélections (150 capes) et consultant vedette de la télévision allemande. « Tout s’harmonise bien et la qualité est là », a-t-il ajouté.

Mais l’Allemagne revient de loin. Au Mondial 2018, Joachim Löw – le sélectionneur de l’époque – avait misé sur une ossature de champions du monde 2014. Le résultat est connu : élimination historique en phase de groupes, scellée par une défaite (2-0) contre la Corée du Sud. Ensuite, ce fut la Ligue des nations 2018 ratée, avec une dernière place de groupe derrière la France et les Pays-Bas. Puis une série de résultats médiocres, voire humiliants, comme le 6-0 en Espagne (Ligue des nations) en novembre 2020, et la défaite contre la Macédoine du Nord en mars dernier (2-1). Les débuts de Flick ont fait oublier tout cela. « Qui l’aurait cru il y a six mois ? » s’extasiait hier le quotidien FAZ de Francfort, poursuivant : « Les dernières années de plomb, sous le sélectionneur Joachim Löw, ont fait place à une légèreté nouvelle. »

Sur les chances de son équipe au Mondial, Flick se veut lucide : « Si l’on s’en tient à la qualité de nos joueurs, on peut dire simplement qu’ils ont les qualités pour tenir tête à l’Italie, à l’Espagne, à la France ou à la Belgique, dit-il. Il y a des domaines où nous devons progresser. Nous avons encore un long chemin pour revenir au plus haut niveau mondial, mais ce que je sais, c’est qu’avec cette mentalité, on peut faire des choses. » Les chantiers ? Faire émerger un vrai buteur en un an sera difficile, même si Flick a réussi cet automne à rendre la confiance à Timo Werner (5 buts en 5 matches), malgré ses difficultés à Chelsea. Et la défense ne donne pas toutes les garanties, notamment dans les couloirs, où aucun des latéraux testés jusqu’ici ne s’est véritablement imposé.

Source : AFP


L’Allemagne a validé lundi dans la nuit son ticket pour le Mondial 2022 de football au Qatar en s’imposant en Macédoine du Nord (4-0), tandis que les Pays-Bas s’en sont rapprochés en écrasant Gibraltar (6-0), en matches de qualification de la zone Europe. C’est sous le déluge que l’Allemagne est devenue la première qualifiée pour le Qatar, profitant de la défaite de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut