Rechercher
Rechercher

Économie - Carburant

Plus de 100 millions de litres d’essence doivent être déchargés, affirme Brax

Plus de 100 millions de litres d’essence doivent être déchargés, affirme Brax

La cargaison d’essence déchargée hier devrait être suffisante pour plus de deux semaines, selon Georges Brax. Photo P.H.B.

Le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service au Liban, Georges Brax, a annoncé hier que de nombreuses sociétés importatrices d’essence avaient commencé à distribuer dès hier du carburant sur le marché local, ce qui devrait contribuer à une « amélioration » de la situation dans les prochains jours en termes d’approvisionnement des stations-service.

Dans une déclaration à l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), Georges Brax a indiqué hier que « trois navires chargés de plus de 100 millions de litres d’essence déchargeront leur cargaison avant mercredi (aujourd’hui) ». « Cela devrait assurer un stock suffisant pour plus de deux semaines », a-t-il estimé en exhortant les responsables concernés à annoncer le mécanisme de levée totale des subventions sur les carburants, afin de régler de manière préventive les problèmes qu’une telle démarche pourrait causer.

Lire aussi

La direction du pétrole met en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné

Cette annonce intervient alors que la fin des subventions sur les carburants – en place depuis fin 2019 – est prévue prochainement et que les Libanais continuent d’attendre des heures devant des stations, même fermées, pour tenter d’obtenir quelques litres de carburant.

Distribution du mazout subventionné

Le syndicaliste n’a pas fait d’annonce concernant le mazout, un carburant consommé par les générateurs privés installés pour pallier le déficit de production d’Électricité du Liban et sur lequel les subventions ont en principe été totalement levées. Le ministère de l’Énergie n’a pas indiqué comment cette levée serait répercutée sur les prix en livres et laisse les sociétés importatrices le facturer en dollar. Il reste possible que cela soit fait lors de la prochaine révision tarifaire des prix de l’essence, du mazout et du gaz domestique, que le ministère met généralement à jour en milieu de semaine.

En revanche, la direction du pétrole du ministère de l’Énergie et de l’Eau avait émis lundi une décision mettant en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné par la Banque du Liban. « Le mécanisme en question concerne uniquement le carburant subventionné au taux de 8 000 livres qui est en principe réservé à certains établissements et institutions », a notamment précisé lundi soir à L’Orient-Le Jour Jean Hatem, qui préside le syndicat des distributeurs de bonbonnes de gaz.

La décision de la direction du pétrole a fait savoir que ce mazout sera destiné aux hôpitaux gouvernementaux et privés ; aux usines spécialisées dans la fabrication « de sérum » et d’oxygène ; aux stations d’épuration d’eau et aux puits publics rattachés aux Offices des eaux et aux municipalités ; aux minoteries ; aux boulangeries ; aux stations d’assainissement des eaux usées ; aux stations de pompage qui dépendent du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) ; au secteur des télécoms (Ogero ainsi que les opérateurs mobile Alfa et Touch) ; et enfin au secteur de l’éducation. La direction a également précisé que les distributions seront « périodiques » et organisées en fonction des besoins. Le mazout sera fourni aussi bien par les directions des installations pétrolières de Zahrani (Liban-Sud) et de Tripoli (Liban-Nord), que par les sociétés importatrices de pétrole. Ces dernières devront « se mettre d’accord » avec la direction du pétrole sur les quantités à distribuer et leur destination.

Lire aussi

Les subventions sur le carburant presque levées dans une cacophonie générale

Dans ce contexte, le président du syndicat des hôpitaux privés, Sleiman Haroun, a indiqué hier à la chaîne MTV que ces « sociétés importatrices avaient commencé à livrer du mazout aux hôpitaux privés, selon les prix subventionnés ».

S’agissant de l’essence, les prix en livres sont toujours calculés au taux de 12 000 livres pour un dollar (soit plus de 3 000 livres de moins que le taux en vigueur sur le marché parallèle hier), en attendant la nouvelle tarification. Enfin pour le gaz, « le marché devrait être calme jusqu’à la fin du mois si la contrebande n’aspire pas les stocks actuels », a conclu Jean Hatem.



Le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service au Liban, Georges Brax, a annoncé hier que de nombreuses sociétés importatrices d’essence avaient commencé à distribuer dès hier du carburant sur le marché local, ce qui devrait contribuer à une « amélioration » de la situation dans les prochains jours en termes d’approvisionnement des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut