Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Entre Amal et le Hezb, une « terreur muette » ou une manœuvre médiatique ?

Depuis dimanche, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux montrant ce qui semble être un déploiement militaire massif à Nabatiyé attribué au mouvement Amal. Les vidéos prises de nuit se veulent impressionnantes et le texte qui les accompagne précise qu’il s’agit de manœuvres militaires effectuées par le mouvement sous le nom de « terreur muette », en commémoration de l’assassinat de l’ancien responsable d’Amal Daoud Daoud dans la région de Tyr.

Figure populaire d’Amal dans la région de Tyr, Daoud Daoud avait été tué le 24 septembre 1988 avec deux de ses compagnons, Mahmoud Fakih et Hassan Sbayti, ce qui avait été interprété comme un coup dur porté au mouvement et à son chef Nabih Berry. Le triple assassinat avait été attribué aux Israéliens, mais certaines analyses de l’époque avaient noté que cet événement est intervenu après ce qu’on avait appelé « la guerre des frères » entre Amal et le Hezbollah entre 1985 et 1987.

Ressortir aujourd’hui tous ces développements vieux de plus de 33 ans n’est certainement pas anodin. Immédiatement, les commentaires se sont multipliés sur les réseaux sociaux, ainsi que les analyses dans les médias, pour interpréter la portée de ces manœuvres et identifier les parties auxquelles elles s’adressent.

Pour certains, il s’agissait essentiellement d’une volonté de la part du mouvement Amal de se repositionner comme un élément déterminant de la résistance contre Israël après avoir laissé dans ce domaine la place libre au Hezbollah pendant des années. Cette volonté du mouvement chiite de Nabih Berry de se présenter de nouveau comme un acteur déterminant de l’action militaire contre les Israéliens serait due à plusieurs facteurs à la fois internes et externes. Sur le plan interne, il s’agirait de revenir à la période d’avant 2000 (la libération du Sud) et surtout de remettre en avant la cause qui est censée rassembler les partisans d’Amal et du Hezbollah, au moment où les frictions se multiplient entre eux sur le terrain et exigent régulièrement des réunions de coordination entre les deux directions dans les régions. Sur le plan externe, face aux points marqués par le Hezbollah, avec la relance des relations officielles entre les autorités syrienne et libanaise et avec l’arrivée au Liban du mazout et de l’essence iraniens, Amal souhaiterait montrer que ce mouvement fait partie intégrante de l’axe dit de la résistance, au même titre que le Hezbollah.

Lire aussi

Après la formation du gouvernement, un Hezbollah renforcé ?

Face à cette analyse, il y en a une autre selon laquelle le message véhiculé par les vidéos du déploiement militaire d’Amal à Nabatiyé serait essentiellement adressé au Hezbollah. Il s’agirait en quelque sorte d’un avertissement envoyé par Amal à ce parti, qui aurait, selon cette analyse, tendance à vouloir prendre toute la place au sein de la rue chiite. Toujours selon cette interprétation, après les affrontements et les frictions entre les combattants d’Amal et ceux du Hezbollah entre 1985 et 1987, des médiations ont été effectuées sous le parrainage de l’Iran et de la Syrie pour établir une entente entre les deux formations. Depuis cette entente, le Hezbollah se concentrerait sur les opérations de résistance contre Israël alors que le mouvement Amal, plus impliqué dans la vie interne libanaise, aurait la responsabilité de la représentation politique de la communauté chiite. Cette équation aurait bien fonctionné jusqu’en 1992, lorsque le Hezbollah a décidé de participer aux élections législatives. Après des pourparlers intensifs entre les deux formations, celles-ci ont décidé de mener les élections en rangs unis, mais en ayant chacune un bloc parlementaire indépendant de l’autre. En 2005, après l’assassinat de (l’ancien Premier ministre) Rafic Hariri, le Hezbollah a décidé de participer aux gouvernements successifs : là aussi, une entente a été conclue entre les deux formations pour que les ministres chiites soient solidaires dans les questions cruciales. Cette entente a été appliquée jusqu’à l’arrivée de Michel Aoun à la présidence de la République en octobre 2016. À partir de ce moment, les divergences n’ont cessé d’apparaître entre Amal et le Hezbollah, pour atteindre, toujours selon cette analyse, des niveaux élevés, notamment ces derniers temps, à cause de la lutte sourde qui se déroule entre le chef de l’État et le président de la Chambre sur de nombreux dossiers, chacun d’eux sollicitant une intervention du Hezbollah en sa faveur. Ainsi, selon cette analyse, les vidéos des prétendues manœuvres d’Amal seraient donc un message ferme de la part de ce mouvement à l’égard du Hezbollah.

Lire aussi

« Le diesel introduit en contrebande en Syrie nous sera restitué en tant que fuel iranien »

Toutefois, selon les sources proches d’Amal, toutes ces allégations ne seraient qu’une nouvelle tentative de semer la zizanie entre les deux frères chiites. Selon ces mêmes sources, samedi soir, il n’y avait aucun déploiement militaire, mais un défilé des scouts d’al-Rissala (Amal) et de la Défense civile appartenant à ce mouvement, qui se déroule chaque année à cette même date. D’ailleurs, les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux ne montrent rien de plus : aucune arme n’y est visible, mais uniquement un cortège de voitures de la Défense civile avec des portraits collés sur les vitres. Les sources précitées sont catégoriques dans leur affirmation que ces images ont été amplifiées, alors qu’il s’agit d’une simple commémoration, toujours dans le même but : susciter la discorde entre les frères et au sein de la communauté chiite. Pour les sources proches d’Amal, entre ce mouvement et le Hezbollah, l’entente reste solide et les divergences politiques sont normales à partir du moment où chacun d’eux a ses priorités. Mais elles ne se transformeront en aucun cas en affrontements, car cela est une ligne rouge posée par les deux directions. Selon Amal, « les manœuvres de la terreur muette » seraient donc un scénario fictif qui s’inscrirait dans le cadre de la guerre médiatique pour monter les chiites les uns contre les autres. Quant au Hezbollah, il refuse même d’évoquer cette question tant, selon ses sources, elle lui paraît futile.



Depuis dimanche, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux montrant ce qui semble être un déploiement militaire massif à Nabatiyé attribué au mouvement Amal. Les vidéos prises de nuit se veulent impressionnantes et le texte qui les accompagne précise qu’il s’agit de manœuvres militaires effectuées par le mouvement sous le nom de « terreur muette », en commémoration...

commentaires (6)

Puree! Ainsi, ces deux milicies de voyous ne se rencontrent que au sujet de la lutte contre Israel. Mais ces gens ne realisent-t'ils pas que entretemps le Liban est entrain de disparaitre? Bientot ils vont s'entretuer comme ils l'ont fait dans les annees 80. Huile et eau ne se melangent pas.

IMB a SPO

15 h 02, le 17 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Puree! Ainsi, ces deux milicies de voyous ne se rencontrent que au sujet de la lutte contre Israel. Mais ces gens ne realisent-t'ils pas que entretemps le Liban est entrain de disparaitre? Bientot ils vont s'entretuer comme ils l'ont fait dans les annees 80. Huile et eau ne se melangent pas.

    IMB a SPO

    15 h 02, le 17 septembre 2021

  • La chamaille entre zombie et dracula... Bof, c'est bon pour les salles de cinéma à 2 piastres

    Wlek Sanferlou

    13 h 53, le 16 septembre 2021

  • Le niveau d’intérêt dans ce pays est tellement bas qu’aucun commentaire n’est nécessaire

    Karam Georges

    13 h 32, le 16 septembre 2021

  • LA CLOWNERIE LEUR SIED ET LEUR PAIE CAR TOUS LES AUTRES SONT DES INCOMPETENTS ET SE LAISSENT BERNER PAR CES DEUX, LES DEUX BELIERS PAR INTERETS LES AUTRES PAR CONNERIE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    12 h 40, le 16 septembre 2021

  • Le grand frère jaune va bientôt absorber le petit frère vert. C'est une question de jours si nous sommes optimistes, années si nous sommes pessimistes. J'espère vraiment que ces "frères" vont pouvoir convaincre tous les Libanais que leurs régions sont les mieux gérées du pays, que leurs représentants sont les plus honnêtes et les plus utiles au pays et que leur politique d'ouverture est le meilleur reflet de ce Liban message. Ah quand la misère ne se limite plus à la ceinture...

    Georges Olivier

    09 h 47, le 16 septembre 2021

  • Faudrait dire qu'il s'agit de deux milices,et cesser de décrypter ces voyous comme des mouvements de liberation!

    Nassar Jamal

    07 h 28, le 16 septembre 2021

Retour en haut