Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Beyrouth au temps de l’Antiquité

Béryte est fondée vers 5000 av. J.-C.

Son nom provient de la langue araméenne. Il est le pluriel de Bir (puits), en référence aux puits de la cité alimentés en eau par des aquifères souterrains. À l’origine, Béryte est une petite ville portuaire moins puissante que les autres cités phéniciennes telles que Tyr, Byblos ou Sidon. Cependant, c’est une ville stratégique car elle se situe entre les deux grands empires des vallées du Nil et de l’Euphrate. Aux alentours du IVe siècle avant J.-C., les marchands de Béryte fréquentent la Grèce. Ainsi, la ville acquiert l’appellation de Bérytos. Elle est détruite entre 143 et 138 avant

J.-C. par le général séleucide Diodote Tryphon. D’après Strabon, la ville est reconstruite selon un plan hellénistique et prend le nom de Laodicée de Phénicie (ou Laodicée de Canaan).

En 64 av. J.-C., la ville est conquise par les Romains de Pompée. Elle est rebaptisée Berytus en référence à l’ancien port phénicien. Une décennie avant la naissance du Christ, l’empereur romain Auguste fonde une colonie qui prend le nom de Colonia Augusta Iulia Felix Berytus. La communauté grandit pour devenir une importante cité avec des bâtiments publics, des temples, des théâtres, des bains, des forums et même un hippodrome. La population de Berytus est mixte avec un mélange hétéroclite de Romains, de Sémites et de Grecs. Plus des deux tiers de la population de la ville sont d’ascendance romaine, ce qui lui confère la réputation d’être la plus romaine des provinces orientales de l’empire romain. D’ailleurs, la langue officielle de la ville est le latin. Durant la période de la Pax Romana, Berytus bénéficie du statut honorifique « ius italicum » avec exemption fiscale. Ce privilège contribue à la prospérité de la ville pendant des siècles.

Berytus est surtout une cité universitaire. L’école de droit de Berytus attire des étudiants provenant des lointaines provinces romaines de Grèce, de Cappadoce, d’Arménie, d’Arabie, de Géorgie et de Syrie. La durée du cursus est de quatre ans. Elle est un passage indispensable pour tous les esprits ambitieux voulant obtenir un poste administratif important dans l’empire romain. Elle jouit d’une telle réputation qu’elle obtient le titre de « privilegium studii » sous l’empereur romain d’Orient Justinien. Selon la tradition en vigueur, les novices étudiants (c’est-à-dire ceux de la première année) sont soumis à des sévices souvent humiliants par leurs camarades des classes supérieures. Ces brimades s’apparentent à un test d’adhésion ou d’intégration à l’élite estudiantine en vigueur. Finalement, l’empereur Justinien décide de mettre un terme à ces rituels agressifs.

En 551 après J.-C., un titanesque séisme, dont l’épicentre se situe entre Berytus et Byblos, s’étend sur toute la côte de la Méditerranée orientale. Le fatal enchaînement des événements défie les plus débridés scénarios catastrophiques. D’abord, le séisme surgit des entrailles de la terre. Ensuite, il se transforme en secousses souterraines émanant des profondeurs de l’océan. La mer déchaînée se retire pour ensuite déferler des vagues puissantes de plusieurs mètres de hauteur. Ce raz-de-marée monstrueux détruit plus d’une centaine de cités méditerranéennes, mais c’est Berytus qui en souffre le plus. Le séisme dévaste en quelques instants la colonie romaine de Berytus. Il provoque l’effondrement systématique des édifices, dont l’aqueduc romain servant à approvisionner la ville en eau ainsi que la célèbre école de droit. Entièrement détruite, Berytus perd son prestige d’antan. Elle ne survit que grâce à son port qui forme un abri naturel contre le vent et la houle.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Béryte est fondée vers 5000 av. J.-C.Son nom provient de la langue araméenne. Il est le pluriel de Bir (puits), en référence aux puits de la cité alimentés en eau par des aquifères souterrains. À l’origine, Béryte est une petite ville portuaire moins puissante que les autres cités phéniciennes telles que Tyr, Byblos ou Sidon. Cependant, c’est une ville stratégique car elle se...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut