Rechercher
Rechercher

Société - Reportage

« J’ai marché sur des hommes en feu pour fuir »

A Tleil, dans le Akkar, les proches des victimes de l’explosion survenue dans la nuit de samedi à dimanche laissent éclater leur colère.

« J’ai marché sur des hommes en feu pour fuir »

Des secouristes de la Croix-Rouge évacuant les victimes de l’explosion d’une citerne d’essence à Tleil, dans le Akkar, dans la nuit de samedi à dimanche. AFP/Croix-Rouge libanaise

« Nous n’allons pas quitter la rue tant que Georges Rachid ne nous sera pas livré ». Devant la maison de l’entrepreneur propriétaire du terrain où se trouvait la citerne d’essence qui a  explosé dans la nuit de samedi à dimanche à Tleil, dans le Akkar, les manifestants affichent leur détermination. Cet homme, dont ils estiment qu'il est la cause du drame qui a coûté la vie à au moins 28 personnes et fait des dizaines de blessés, parmi lesquels leurs proches, doit être jugé d'une manière ou d'une autre.

Devant eux, la villa de l’entrepreneur flambe. Les habitants de la région et certains proches des victimes y ont mis le feu. Et les personnes présentes, dont toutes ou presque ont perdu un proches dans le drame, empêchent la Défense civile d’approcher de la bâtisse de l'homme, dont le fils avait été arrêté un peu plus tôt par l’armée. Le père sera arrêté dans la soirée. Ils veulent de toute évidence la voir totalement consumée, tout comme ont été brûlés les corps de leurs proches.

Les soupçons des habitants du cru à l’encontre de l’homme qu’ils accusent aujourd’hui du drame ne datent pas d’hier. « Vous voyez cette voiture qui brûle là-bas (incendiée par les habitants eux-mêmes) ? Je la voyais passer la frontière (avec la Syrie) tous les jours », assure Moustapha, la trentaine, dont le cousin figure parmi les blessés de l’explosion.

Lire aussi

Aux hôpitaux Geitaoui et al-Salam, une même douleur, une même colère, un même désespoir

Jusque dans l’après-midi, les blessés étaient encore transportés dans des voitures jusqu’aux hôpitaux. Aucune ambulance en vue, dans cette région notoirement négligée par les autorités depuis des décennies. « Nous sommes prêts à ne pas quitter la rue, à rester là jusqu’à ce que cet homme nous soit livré, à nous pas aux autorités, ajoute Moustapha, reflétant toute la colère des manifestants. Nous n’avons plus rien à perdre et sommes prêts à nous défendre », poursuit Moustapha.

Tleil, un village en grande majorité chrétien comptant 3.000 habitants, est situé entre Halba et Kobeyate. Depuis le drame de la nuit de samedi à dimanche, certains redoutent que l’harmonie ne soit brisée entre les habitants de ce village et ses voisins sunnites, d’où proviennent la plupart des victimes, certaines familles ayant perdu deux ou trois membres dans le drame. Les victimes s’étaient ruées vers la citerne pour remplir leurs galons vides, l’essence étant devenue une denrée rare au Liban depuis la crise. A l’évocation d'un éventuel risque de dérapages confessionnels, Moustapha est catégorique : « Ma mère est chrétienne et mon père musulman, martèle-t-il. Ce n’est pas une question de confessionnalisme mais de vol et de corruption. C’est une question politique ! ».

Lire aussi

Quelques heures seulement après le drame du Akkar, la polémique entre le CPL et le Futur relancée de plus belle

Quelques heures avant le drame, l’armée avait perquisitionné la citerne placée dans l’enceinte d’une usine de béton appartenant à Georges Ibrahim Rachid. Selon des sources sur le terrain, Rachid aurait loué l'usine à un homme originaire de Wadi Khaled (une autre localité du Akkar, frontalière de la Syrie), nommé Faraj. Ce dernier serait un contrebandier bien connu des autorités, puisqu’il a été arrêté il y a trois mois au moins avec ses fils. Suite à sa perquisition, l'armée avait saisi une partie de l'essence et laissé une autre partie à la disposition des habitants. Lesquels s'étaient rendus en nombre sur les lieux pour s'approvisionner, avant que la citerne n'explose pour des raisons non-identifiées dimanche. Plusieurs témoins rencontrés sur place à Tleil assurent toutefois à L’Orient-Le Jour qu’un proche du propriétaire des lieux a tiré trois fois sur la citerne, provoquant le drame.

« L’armée avait ouvert une sorte de robinet pour vider le réservoir de son contenu. Nous avons tous couru pour remplir deux bidons chacun, il y avait de l’essence partout et nous étions tous imbibés, voilà pourquoi il y a eu autant de brûlés. J’ai marché sur des hommes en feu pour fuir. J’ai été blessé aux pieds, aux mains et au cou », raconte un jeune de 28 ans. 

24 heures déterminantes
Au lendemain du drame, les rues de Tleil sont vides. Les habitants sont terrés chez eux de peur des répercussions. La tension est palpable et l'armée déployée sur toutes les routes principales de la région. Après avoir incendié la propriété de Georges Ibrahim Rachid, les proches des victimes menacent d’incendier la maison d’Assaad Dergham, un député du Courant patriotique libre dans le village voisin de Haytla, accusé d’avoir couvert le propriétaire du terrain. Le domicile du député est gardé par des militaires.

Lire aussi

Le Conseil de défense charge l'armée et la police de "surveiller" la distribution des carburants

Chez le président du conseil municipal de Tleil, Joseph Mansour, on sert le café aux visiteurs. Quand celui-ci évoque l’explosion, il commence par déplorer que la maison de Georges Ibrahim Rachid ait été incendiée. Puis, il parle de la trentaine de victimes. « Ce qui s’est passé ici aujourd’hui, c’est toute la sécurité du Liban qui en dépend, affirme-t-il à L’Orient-Le Jour. Les prochaines 24 heures seront déterminantes pour le sort du Liban. Soit ça se calme ici, soit les problèmes se propageront partout. »

« Cette affaire sera enterrée comme toutes les autres »
Dans les villages voisins, où l’on compte plusieurs morts et blessés, le temps semble suspendu. Les habitants en deuil restent chez eux. Seuls des véhicules militaires circulent dans les rues. Un grand nombre parmi les blessés sont des soldats, qui s’étaient rendus sur le terrain où se trouvaient les citernes pour s’approvisionner en essence. Au nombre des victimes, on compte également des réfugiés syriens.

Fida, 24 ans, originaire du village de Doussé, a perdu deux de ses frères dans l’explosion. Son mari a été gravement brûlé, il est hospitalisé à l'hôpital Geitaoui de Beyrouth. Face à cette tragédie, elle est en état de choc. « Nous n’avons rien au Akkar. Nous sommes des laissés-pour-compte. Cette affaire sera enterrée comme toutes les autres, mes frères seront morts pour rien », lâche-t-elle. Dans la pièce d’à côté, on entend les gémissements de la mère éplorée des deux jeunes de 16 et 20 ans. Les hommes, eux, sont rassemblés en silence. Dans un autre village, une habitante, Nour, raconte que son beau-frère est lui aussi hospitalisé à l’hôpital Geitaoui, dans la section réservée aux grands brûlés. « Nous n’avons même pas le prix d’une pommade, comment allons-nous nous occuper de lui ? ».

En quittant le Akkar, on peut toujours voir la maison de Georges Ibrahim Rachid se consumer sans aucune intervention de la Défense civile. Une image qui concentre en elle toute la tension et la colère qui, dimanche soir, étaient encore prégnantes.

« Nous n’allons pas quitter la rue tant que Georges Rachid ne nous sera pas livré ». Devant la maison de l’entrepreneur propriétaire du terrain où se trouvait la citerne d’essence qui a  explosé dans la nuit de samedi à dimanche à Tleil, dans le Akkar, les manifestants affichent leur détermination. Cet homme, dont ils estiment qu'il est la cause du drame qui a coûté la vie...
commentaires (5)

Georges Rachid, un grand menteur. Riad Salamé s'étonnait de la disparition des millions de dollars sur les carburants, et la population est privée de tout. Voici un exemple vivant ici et là, on découvre où sont partis les millions. Rechercher les criminels propriétaires des citernes qui vidaient les carburants partout sauf dans les stations essences. On attend beaucoup des services sécuritaires et de la justice. On verra les résultats de cette corruption immense.

Esber

00 h 17, le 17 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Georges Rachid, un grand menteur. Riad Salamé s'étonnait de la disparition des millions de dollars sur les carburants, et la population est privée de tout. Voici un exemple vivant ici et là, on découvre où sont partis les millions. Rechercher les criminels propriétaires des citernes qui vidaient les carburants partout sauf dans les stations essences. On attend beaucoup des services sécuritaires et de la justice. On verra les résultats de cette corruption immense.

    Esber

    00 h 17, le 17 août 2021

  • C’est la logique milicienne qui persiste au Liban, malheureusement! Ce n’est à l’armée de gérer la distribution du carburant. Elle n’est pas compétente pour le faire, les troupes sont sous payées et épuisées… L’armée devrait plutôt s’occuper du contrôle des frontières. Mais le Hezbollah n’est veut pas! Aoun et le cpl portent la responsabilité principale de l’effondrement du pays, en couvrant le Hezbollah. Par corruption, incompétence, racisme? Ou les 3?

    Alexandre Husson

    13 h 54, le 16 août 2021

  • L'ARMEE N'A PAS FAIT SON DEVOIR DE BASE , ELLE EST LE PREMIERE RESPONSABLE DE CE DRAME QUE L'ON L'AIME OU PAS LA VERITE LAISSER UN ROBINET OUVERT ( comme l'indique l'article ) POUR QUE LE PEUPLE SE SERVE EST LA PLUS GRANDE BETISE QU'UNE PERSONNE PEUT FAIRE. LE COMMANDANT EN CHARGE DE CETTE MISSION DEVRAIT ETRE ARRETTE IMMEDIATEMENT ET UNE ENQUETE OUVERTE POUR SAVOIR QUI EST SON RESPONSABLE QUI LUI A DONNE CET ORDRE STUPIDE CELA SUFFIT DE VENERER L'ARMEE SANS VOULOIR VOIR TOUTES LES ERREURS QU'ELLE FAIT, LA PREMIERE EST DE NE PAS ARRETTER NOS DIRIGEANTS ET SAUVER LE PAYS DE LEUR EMPRISE ET DE L'ENFER PROMIT PAR AOUN QUI RETARDE EN PERMANENCE DEPUIS PRESQUE 11 MOIS LA CONSTITUTION D'UN MINISTERE POUR DES RAISONS LIEES A SON BEAU FILS THEREZE DE SURNOM( cad c'est bien Bassil qui gouverne ce pays et pas le vieux de Baabdat)

    LA VERITE

    00 h 24, le 16 août 2021

  • Était-ce judicieux de saisir une partie de l'essence et d'en laisser une autre à la disposition d'une foule agitée? On aurait pu - et dû - superviser la distribution de l'essence réquisitionnée aux citoyens.

    Youssef Najjar

    21 h 43, le 15 août 2021

  • Impeccable, la logistique et l'esprit d'organisation de la grande armée libanaise! Bravo, ça promet. A l'image de ce pays sous-développé... Maintenant, comme ils n'ont rien d'autre a faire, ils vont s’entre-tuer entre communautés pour compléter ce sombre tableau et y mettre une touche finale.

    Mago1

    20 h 52, le 15 août 2021

Retour en haut