Rechercher
Rechercher

Politique - Explosions au port de Beyrouth

Berry convoque le Parlement jeudi pour examiner une éventuelle mise en accusation de trois députés

Les familles des victimes appellent à participer à une mobilisation devant le palais de l'Unesco.

Berry convoque le Parlement jeudi pour examiner une éventuelle mise en accusation de trois députés

Le président du Parlement libanais Nabih Berry. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le président du Parlement, Nabih Berry, a convoqué mardi la Chambre à une session jeudi au palais de l'Unesco pour examiner une éventuelle mise en accusation, devant une commission parlementaire, de trois députés qui font l'objet de poursuites engagées par le juge Tarek Bitar, en chargé de l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020.

Selon un bref communiqué de l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), le Parlement doit examiner cette éventuelle mise en accusation, "en vertu de l'article 22 annexé à l'article 20 de la loi 13/90 (Procédures pour les procès devant la Haute cour en vertu de l'article 80 de la Constitution).

Lire aussi

Les familles des victimes réclament justice

Selon l'article 22 en question, "le Parlement convoque une séance spéciale qui se tient dix jours après que la ou les personnes qui doivent faire l'objet de poursuites aient obtenu une copie de l'acte d'accusation. Après avoir entendu les plaidoyers de l'accusation et de la défense, le Parlement décide à la majorité absolue de ses membres de transférer immédiatement devant une commission parlementaire spéciale, nommée "commission d'enquête", la demande d'accusation, avant de voter ou de rejeter cette demande".

"Le Parlement devrait débuter sa séance en se prononçant sur la demande de levée d'immunités formulée par le juge Bitar", a estimé le député Alain Aoun, membre du Courant patriotique libre, dans des propos accordés à L'Orient-Le Jour. 

Dans un communiqué rapporté par l'Ani, les familles des victimes ont appelé à "participer à une mobilisation devant le palais de l'Unesco, au moment de la tenue de la séance parlementaire". Les familles ont qualifié la demande de M. Berry de "demande de la honte" affirmant qu'il s'agit d'une "tentative de camoufler la vérité". 

Le juge d'instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar avait en effet demandé début juillet la levée de l’immunité de quatre anciens ministres, dont trois actuels députés Nohad Machnouk, Ghazi Zeaïter et Ali Hassan Khalil, ainsi que de responsables sécuritaires en vue de les inculper pour "éventuelle intention d'homicide, négligence et manquements" à leurs responsabilités. Tentant de court-circuiter cette procédure, plusieurs députés, dont des parlementaires relevant des groupes de M. Berry et du leader du Courant du Futur Saad Hariri, ont signé une pétition pour que les responsables en question soient poursuivis devant la Haute Cour chargée de juger les ministres et le président de la République. Plusieurs experts et observateurs doutent de l'impartialité d'une telle procédure. Cette décision a provoqué un tollé dans l'opinion publique et une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux contre les députés signataires, sous les hashtag #députés_du_nitrate et #députés_de_la_honte. Les noms et photos de ces parlementaires ont été largement diffusés après que la pétition ait été rendue publique, accompagnés d'une représentation de la déflagration, ce qui a poussé certains d'entre eux à retirer leur signature de la pétition.

Lire aussi

Un air de déjà-vu : Nasrallah ouvre le feu sur Tarek Bitar

La déflagration du 4 août 2020 s'était produite à la suite d'un incendie dans le hangar n°12 du port de Beyrouth, où étaient stockées depuis des années 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, sans mesures de sécurité. Plus d'un an après le drame qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés, la population libanaise, qui s'est massivement rassemblée devant le port mercredi dernier, dénonce la lenteur des investigations. Le président du Parlement avait déjà déclaré qu'il était prêt à lever l'immunité des députés aux fins de l'enquête, sans dire quand, où et comment. Quant à l'ex-Premier ministre et député Saad Hariri, il avait plaidé pour la suspension de certains articles de la Constitution, afin de lever toutes les immunités, tout en se prononçant contre le transfert du dossier devant la Cour de justice. un tribunal d'exception chargé de statuer sur les crimes portant atteinte à la sécurité nationale.


Le président du Parlement, Nabih Berry, a convoqué mardi la Chambre à une session jeudi au palais de l'Unesco pour examiner une éventuelle mise en accusation, devant une commission parlementaire, de trois députés qui font l'objet de poursuites engagées par le juge Tarek Bitar, en chargé de l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020.Selon un bref communiqué...

commentaires (10)

Les personnes mises en cause à ce jour sont soupçonnées d’avoir pris connaissance de l’entreposage de la substance explosive sans rien faire, en particulier Mr. Le Président qui, étant le père de la nation et surtout le protecteur des chrétiens Maronites, aurait dû non seulement donner des ordres à son assistant pour s’occuper de l’affaire comme il l’a fait, mais aussi poursuivre assidûment son progrès et enfin s’assurer que tout a été fait selon les règles.

Georges Bitar

22 h 08, le 10 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Les personnes mises en cause à ce jour sont soupçonnées d’avoir pris connaissance de l’entreposage de la substance explosive sans rien faire, en particulier Mr. Le Président qui, étant le père de la nation et surtout le protecteur des chrétiens Maronites, aurait dû non seulement donner des ordres à son assistant pour s’occuper de l’affaire comme il l’a fait, mais aussi poursuivre assidûment son progrès et enfin s’assurer que tout a été fait selon les règles.

    Georges Bitar

    22 h 08, le 10 août 2021

  • Ils excellent dans l’art de perdre du temps et de l’argent pour détourner les problèmes à leur avantage tous ces mafieux et pour ne pas perdre ouvertement la face. Depuis quand un groupe de parlementaire en l’occurrence mouillé jusqu’au cou dans toutes les magouilles avec son président peuvent décider si la justice doit être entendue, respectée et exécutée? Berry se place en juge et parti et anticipe le sabotage pour préparer le terrain car sait que son tour ne va pas tarder à arriver. Comme ça il s’appuiera sur les lois qu’il a déjà fait votées et le tour est joué. Ne réclament ils pas tous une justice, un respect de la constitution et plus si affinité sauf quand il s’agit de leurs travers et de  leurs crimes, là ils s’accordent et adoptent le même diapason pour crier à la politisation, alors qu’il s’agit de personnalité politique alors comment en être autrement, et tout renier et travestir les lois pour les détourner comme tout ce qu’ils touchent à leur avantage en jouant aux vierges effarouchées. Quel bande d’abrutis

    Sissi zayyat

    20 h 50, le 10 août 2021

  • Une bande de vauriens et de crapules

    DRAGHI Umberto

    20 h 29, le 10 août 2021

  • Ils ont peche par action et par omission. Pourquoi s acharne t on uniquement sur Les seconds? En d autres termes a qui est le nitrate?

    Citoyen lambda

    20 h 12, le 10 août 2021

  • On connait d'expérience les "commissions parlementaires" et leur efficacité légendaire...on s'imagine donc aisément ce qui résultera d'une commission parlementaire "spéciale" ! Tonton Berry a trouvé la combine parfaite pour noyer cette affaire, BAVO !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 10, le 10 août 2021

  • Allez directement pour un vote sur la levée de l'immunité parlementaire. Sinon, toute commission serait pour diluer la vérité, et contrarier la justice. C'est ce qui ressort de chez vous Monsieur Berri ? Vous n'êtes pas mieux que les autres.

    Esber

    13 h 39, le 10 août 2021

  • Ma réaction est PFFFFF !

    Le Point du Jour.

    13 h 37, le 10 août 2021

  • POURTANT JR REPOSE MA QUESTION AU JUGE BITAR : JUGE, QUI EST LE PROPRIETRAIRE ET L,UTILISATEUR DU NITRATE DONT LES NOMS FIGURENT SUR LE MANIFESTE OU LE DOCUMENT PORTUAIRE DU STOCKAGE DU NITRATE DANS LE HANGAR ET LES DOCUMENTS DOUANIERS DES RETRAITS PERIODIQUES DE CETTE MATIERE PAR L,UTILISATEUR ? SI VOUS NE POUVEZ REPONDRE JE SUGGERE QUE VOUS DEMISSIONNEZ APRES AVOIR DEMANDE L,INTERVENTION DE LA JUSTICE INTERNATIONALE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 32, le 10 août 2021

  • La Haute Cour de Justice ? Qui n'a pas siégé depuis des siècles ? N'importe quoi ...

    Remy Martin

    12 h 53, le 10 août 2021

  • Ils vont former une commission spéciale qui va se réunir au bout de multiples palabres et ainsi enterrer la question. Économisez donc l’essence de vos multiples convois et distribuez la à ceux qui en besoin, c’est à dire les quelques chanceux qui ont encore un travail dans ce pays du huitième monde

    Liberté de penser et d’écrire

    12 h 39, le 10 août 2021

Retour en haut