Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19 au Liban

Des chiffres toujours inquiétants avec près de 1.600 contaminations en 24h

"Les chiffres cette semaine sont pires que la précédente. De plus en plus de patients sont admis dans les hôpitaux, une tendance qui se poursuivra", prévient Firas Abiad.

Des chiffres toujours inquiétants avec près de 1.600 contaminations en 24h

Des patients dans une chambre de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le 23 juillet 2021. Photo AFP

La pandémie poursuivait sa rapide propagation au Liban, 1.593 nouveaux cas et six décès ayant été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan publié samedi soir par le ministère de la Santé. Parmi ces nouveaux cas, 45 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 570.098 le nombre de contaminations cumulées depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.938 décès et 538.828 rémissions. Le taux de positivité au virus par rapport au nombre de tests effectués, toujours en hausse, est passé à 6,9%.

Le ministère de la Santé a également précisé dans son rapport que 26,4% des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 21,1% les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les vaccins Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm.

Il a fallu moins d’un mois pour que le Liban, en pleine crise socio-économique, passe de la phase 1 de l’épidémie, dans le cadre de laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire. La propagation rapide du contagieux variant Delta a poussé les autorités et les professionnels de santé à durcir les mesures prises pour contenir la pandémie, en exigeant notamment un pass sanitaire dans les endroits publics. La vaccination obligatoire a également été recommandée pour tous les fonctionnaires et toutes les personnes travaillant dans les hôpitaux, cliniques, dispensaires, orphelinats, centres de soins de santé, maisons de retraite, centres prenant en charge les personnes à besoins spécifiques, institutions pédagogiques, universités, banques, centres commerciaux et commerces de produits alimentaires. De plus, toutes les entreprises commerciales doivent prendre les mesures nécessaires pour travailler dans un environnement exempt du coronavirus. Pour ce faire, les clients âgés de plus de 16 ans sont tenus de présenter un pass de vaccination ou un test IgG prouvant leur contamination au coronavirus au cours des trois derniers mois. Ces documents doivent être munis d’un code QR. Si le client ne possède pas l'un des ces deux documents, il devra effectuer un test antigénique rapide à l’entrée de l’établissement aux frais de celui-ci. Par ailleurs, le port du masque est obligatoire dans tous les endroits publics. Toutefois, en l'absence de contrôles stricts, ces mesures ne semblent pas respectées.

Firas Abiad inquiet

Ces mesures, notamment le pass sanitaire, ne sont pas vraiment appliquées sur le terrain, ce qui fait craindre la poursuite de la propagation du coronavirus dans le pays. "Les chiffres cette semaine sont pires que la précédente. De plus en plus de patients sont admis dans les hôpitaux, une tendance qui se poursuivra", a prévenu le Dr Firas Abiad, directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth. "Les hôpitaux et le personnel épuisé peuvent à peine récupérer, alors que de nouveaux défis surgissent tous les jours. Malgré tout, nous continuons. Restez courageux", a-t-il plaidé dans un tweet.


La pandémie poursuivait sa rapide propagation au Liban, 1.593 nouveaux cas et six décès ayant été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan publié samedi soir par le ministère de la Santé. Parmi ces nouveaux cas, 45 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 570.098 le nombre de contaminations cumulées...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut