Rechercher
Rechercher

Société - Médias

« L’Orient-Le Jour » et « Nidaa el-Watan » démissionnent du conseil de l’ordre de la presse

« Le communiqué de lundi est inacceptable dans un État moderne qui croit en l’autonomie de la justice », affirme Michel Helou.

Le directeur exécutif de L’Orient-Le Jour Michel Helou et le rédacteur en chef de notre confrère arabophone Nidaa el-Watan, Béchara Charbel, ont présenté hier leur démission du conseil de l’ordre de la presse, consécutivement au communiqué dans lequel celui-ci accusait lundi le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’enquête dans l’affaire de la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août 2020, d’être « politisé » et de « suivre un plan préétabli (…) ». Le communiqué a en outre reproché indirectement au magistrat les poursuites qu’il a engagées contre un certain nombre de responsables politiques et de sécurité, estimant qu’« un manquement aux devoirs de la fonction n’est pas un crime parce qu’une négligence n’est pas voulue jusqu’à preuve du contraire ».

La décision de Michel Helou s’explique notamment par le fait que le communiqué a été publié au nom de l’ordre sans consultations préalables avec ses membres et que le contenu est en contradiction avec la politique que suit L’Orient-Le Jour, qui se place en première ligne de l’action menée pour que toute la vérité soit faite sur la gigantesque déflagration qui a pulvérisé plusieurs quartiers de la capitale et endeuillé de nombreuses familles, alors que les responsables mis en cause par le magistrat essaient par tous les moyens de se dérober à la justice. « Le communiqué publié le 2 août par l’ordre de la presse est inacceptable dans un État moderne qui croit en l’autonomie de la justice. Étant donné que l’ordre de la presse n’a pas pour mission de s’immiscer dans une enquête judiciaire en cours et devrait s’opposer à ceux qui se cachent derrière les immunités politiques (pour ne pas comparaître devant le magistrat), je vous prie d’accepter ma démission du conseil de l’ordre et de tenir compte du fait qu’elle entre en vigueur immédiatement », a écrit le directeur exécutif de L’Orient-Le Jour dans sa lettre au conseil de l’ordre.

À son tour, Béchara Charbel a expliqué dans un communiqué avoir voulu « protester contre le communiqué de l’ordre, qui est en contradiction avec ses convictions », d’autant qu’il « n’a pas été consulté au préalable au sujet de sa teneur ».

Dans un communiqué conjoint, le syndicat alternatif de la presse et l’ONG Maharat ont vivement critiqué le fond et la forme du texte publié lundi par l’ordre de la presse, lui reprochant « un manque flagrant de professionnalisme, un contenu trompeur et diffamatoire à l’encontre du juge d’instruction, d’autant qu’il tend à innocenter les responsables poursuivis dans le cadre de cette affaire ». Rappelant que de nombreux médias ont été gravement endommagés lors de l’explosion, le syndicat et Maharat ont demandé aux membres du conseil de l’ordre de prendre position « sans ambiguïté » par rapport au communiqué publié en leur nom.


Le directeur exécutif de L’Orient-Le Jour Michel Helou et le rédacteur en chef de notre confrère arabophone Nidaa el-Watan, Béchara Charbel, ont présenté hier leur démission du conseil de l’ordre de la presse, consécutivement au communiqué dans lequel celui-ci accusait lundi le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’enquête dans l’affaire de la...

commentaires (7)

Toute mon admiration à « L’Orient-Le Jour » et « Nidaa el-Watan » de rester fidèle à leurs principes et de ne faire aucune concession sur les valeurs que devrait défendre une presse libre et indépendante.

Naji KM

08 h 39, le 05 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Toute mon admiration à « L’Orient-Le Jour » et « Nidaa el-Watan » de rester fidèle à leurs principes et de ne faire aucune concession sur les valeurs que devrait défendre une presse libre et indépendante.

    Naji KM

    08 h 39, le 05 août 2021

  • Bravo à L'OLJ et à Nidaa al Watan pour leur courage, leur intégrité et leur patriotisme.

    rayelie

    07 h 58, le 05 août 2021

  • Bravo et merci. Preuve de solidarité avec le peuple qui n'aspire qu'au plus basique de ses droits: voir la vérité éclater au grand jour. Preuve aussi d'une intégrité sans faille. Bravo encore, et....merci! En rêvant que d'autres institutions refusent elles aussi les idées qui sont contre leurs valeurs et leurs principes et démissionnent quand elles voient de telles infamies, au lieu de se rendre coupables de complicité et de jouer le jeu des autres.

    CK

    14 h 02, le 04 août 2021

  • Bravo à l'OLJ et au Nidaa al Watan, pour cette décision courageuse et honorable! Mais qu'en est-il des autres journaux historiquement indépendants,libres et souverains???

    Salim Dahdah

    12 h 49, le 04 août 2021

  • OUF ! hier le 03.08.2021 j’étais le premier et le seul à apporter mon soutien, en appelant aussi tous les libanais de soutenir le Juge Tarek Bitar. La déclaration de Michel Helou et de Béchara Charbel, au nom de l’Orientlejour et de Nidaa el-Watan, bien que tardives nous font chaud au cœur. La bataille de l’instauration d’un Etat commence par la Liberté de la Presse, que ces deux journaux ont réalisé avec Brio ! C’est en 1944, que Hubert beuve-Méry chef de l’hebdomadaireTEMPS présent, quand il est appelé par le général De Gaulle à créer, avec l’aide du gouvernement Français, un quotidien de référence pour remplacer le quotidien le Temps qui, victime de l’ordonnance de 30 septembre 1944 sur les titres ayant paru il avait été interdit de parution. Le Général De Gaulle en vrai démocrate a toujours veillé à garantir la Liberté de la Presse, la liberté d’expression, ainsi que l’indépendance de la justice. Exemple que le pouvoir le parlement et certains médias Libanais refusent d’appliquer au Beau Pays du Cèdre. C’est juste un simple rappel de l’histoire pour mettre les points sur les i.

    Le Point du Jour.

    11 h 30, le 04 août 2021

  • Et les autres autres journaux sont d’accord avec ce qui a été publié? Ce manque de professionnalisme et d’objectivité les placent sur la liste longue des coupables des malheurs de notre pays puisque les vendus ne sont pas uniquement des politiciens mais pullulent dans tous les secteurs névralgiques du pays. HONTE A EUX qui préfèrent se ranger derrière les fossoyeurs au lieu d’être solidaires pour une fois et se ranger derrière la justice et le peuple.

    Sissi zayyat

    10 h 48, le 04 août 2021

  • encore une preuve de l'influence NEFASTE de la crasse politique sur les medias. seules 2 institutions ont reagit avec dignite et professionalisme -il faut le dire -

    Gaby SIOUFI

    09 h 19, le 04 août 2021

Retour en haut