Rechercher
Rechercher

Économie - Inflation

Les prix à la consommation en hausse de 101 % à fin juin

Les prix à la consommation en hausse de 101 % à fin juin

Les prix de l’eau, du gaz et des carburants ont augmenté de 102,86 % en glissement annuel à fin juin, un mois marqué par l’aggravation des pénuries en hydrocarbures dans le pays. Photo João Sousa

Alors que la livre libanaise a entamé la semaine dernière une nouvelle phase de décrochage, l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS), a atteint 414,97 points en juin, soit +9,71 % en glissement mensuel et +100,64 % en glissement annuel, un niveau inférieur à celui enregistré le mois précédent (+119,83 %), en marge de la crise économique et financière que traverse le Liban depuis près de deux ans. La base (100) considérée est celle de décembre 2013.

Dans le détail, les prix des restaurants et des hôtels ont décroché la première place en rythme annuel à fin juin, avec une hausse de 236,98 %, suivis par ceux de l’alimentation et des boissons non alcoolisées, qui ont connu en juin une augmentation de 221,8 % à ce même rythme. Tous deux ont respectivement augmenté de 11,19 % et de 15,81 % en rythme mensuel. En troisième place, les prix de l’ameublement et ceux du transport sont presque ex-æquo, avec respectivement une hausse de 196 % et de 195,44 % par rapport à juin 2020, et de 14,02 % et 17,13 % par rapport à mai dernier, un mois notamment marqué par le début de pénuries en électricité et en carburant dans le pays qui se sont poursuivies en s’aggravant en juin.

Ces derniers résultats s’accompagnent ainsi d’une augmentation des prix de l’eau, du gaz et des carburants évaluée à 102,86 % en glissement annuel et à 19,76 % en rythme mensuel, soit la première place de cette seconde catégorie. De même, les prix des boissons alcoolisées et du tabac ont, eux, accusé une hausse de 180,22 % et de 9,89 % sur ces mêmes périodes. L’ACS note également une augmentation en glissement annuel à fin juin de 172,08 % pour les coûts liés à l’habillement, de 21,45 % pour les soins de santé, de 10,54 % pour ceux du secteur éducatif et de 108,63 % pour les services culturels et de loisirs.

Enfin, les prix en rythme mensuel ont augmenté dans tous les mohafazats du pays, à commencer par le Liban-Sud (+12,23 %), suivi par son pendant au Nord (10,96 %), de la région de Nabatiyé (+9,66 %), de celle de la Békaa (+9,62 %), du Mont-Liban (+9,43 %) et de la capitale (+7,03 %). Une inflation en nette hausse dans toutes les régions du pays par rapport au mois précédent, alors que la livre s’est mise à flirter avec les 17 000 livres pour un dollar sur le marché parallèle fin juin, contre 1 507,5 livres le dollar en parité officielle. Une dépréciation de la monnaie nationale en un mois de plus de 4 000 livres par rapport à fin mai et qui a dévissé à 24 000 livres la semaine dernière à la suite de la récusation du Premier ministre désigné, Saad Hariri. Oscillant depuis ce week-end autour des 22 000 livres, ce taux a provoqué une escalade des prix à la consommation en juillet, que l’ACS mesurera en principe le mois prochain.


Alors que la livre libanaise a entamé la semaine dernière une nouvelle phase de décrochage, l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS), a atteint 414,97 points en juin, soit +9,71 % en glissement mensuel et +100,64 % en glissement annuel, un niveau inférieur à celui enregistré le mois précédent...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut