Rechercher
Rechercher

Société - Portrait

Aref Yassine, un « battant » que certains jugent trop « communiste »

Partisans et détracteurs du nouveau président du conseil de l’ordre des ingénieurs saluent son sens du travail sérieux et soutenu.


Aref Yassine, un « battant » que certains jugent trop « communiste »

Aref Yassine (quatrième à partir de la gauche), à l’issue de sa victoire, dimanche dernier. Photo Hussam Shbaro

Il a remporté une victoire inédite au sein de l’ordre des ingénieurs, obtenant près de 70 % des voix des électeurs. Aref Yassine, candidat de L’Ordre se révolte (al-Naqaba Tantafed), une coalition de formations et partis de l’opposition antisystème, est depuis dimanche le nouveau président du conseil de l’ordre des ingénieurs. Ses partisans, essentiellement le mouvement de contestation du 17 octobre ainsi que des partis comme les Kataëb et des formations de gauche, s’en félicitent, le décrivant comme un travailleur qui combat la corruption au sein de l’ordre depuis de nombreuses années.

Mais ses détracteurs, parmi lesquels des opposants qui n’étaient pas parvenus à une entente préalable avec L’Ordre se révolte, le critiquent pour son ancienne appartenance au Parti communiste libanais (PCL). Certains d’entre eux estiment qu’on ne peut se départir aisément d’une mentalité de communiste même lorsqu’on n’est plus affilié au parti.Divina Abou Jaoudé, élue membre du conseil de l’ordre sur la même liste que Aref Yassine, évoque son caractère de « battant » et de « lutteur ». « Il a toujours pris à cœur les affaires de l’ordre, essayant de faire parvenir sa voix depuis l’assemblée des délégués où il siégeait », relève-t-elle, indiquant que « ce n’était pourtant pas chose aisée ». Elle fait référence au fait que l’assemblée n’avait jamais comporté plus de 15 indépendants sur environ 500 délégués qui la composent. Désormais, depuis la première étape du scrutin (27 juin), 220 candidats de L’Ordre se révolte font partie de l’assemblée.

« Il connaît dans le détail tous les problèmes de l’ordre », indique dans le même sillage Nahida Khalil, architecte, qui avait collaboré avec M. Yassine dans le cadre de la campagne électorale Naqabati menée notamment par Beyrouth Madinati, et qui avait favorisé l’accès de l’indépendant Jad Tabet à la tête de l’ordre en 2017. « Il n’a de cesse de combattre la corruption », ajoute par ailleurs Mme Khalil.

Aref Yassine, né en 1963, et originaire de Houla (Liban-Sud), a été membre des commissions de travail qui ont notamment élaboré la loi sur l’organisation professionnelle (1997) et qui se penchent sur les opportunités de travail des ingénieurs. Il est secrétaire général de la section des ingénieurs civils depuis 2019. Même ses concurrents, dont Bassem Oueini, candidat malheureux du courant du Futur, et Moustapha Fawaz (mouvement Amal), qui s’était retiré avant le scrutin de dimanche, saluent sa « maîtrise des questions liées à l’ordre ». Tous deux veulent oublier leurs différends avec M. Yassine, accentués durant la période préélectorale. « Je le respecte, d’autant qu’il représente désormais mon ordre », s’exclame M. Oueini. « Il est un bon élément », ajoute M. Fawaz, le qualifiant de « sérieux et énergique, doté d’un esprit participatif ». « Mais plutôt que de le juger, nous jugerons ses performances », se ravise-t-il. Divina Abou Jaoudé note que ce n’est pas la première fois que Aref Yassine brigue un poste au sein du conseil. « Il est déterminé et a le sens de la confrontation », révèle-t-elle, estimant d’ailleurs que « ces traits de caractère ne sont pas étrangers à l’adoption de sa candidature par la coalition ». Nahida Khalil ajoute pour sa part qu’« il coordonne avec toutes les parties de l’opposition », rappelant qu’il a fait rayer (en 2014) la mention de sa confession (chiite) sur sa carte d’identité.

Idéologie

Un ingénieur faisant partie d’al-Mouhandess awalan (L’ingénieur d’abord), un collectif de l’opposition non allié à al-Naqaba tantafed, semble pourtant inquiet, en dépit du fait que sa formation s’était retirée de la course la veille du scrutin et avait appelé à soutenir la liste de L’Ordre se révolte. « Même s’il a quitté le PCL (en 1998), Aref Yassine est vraisemblablement imprégné de son idéologie », déplore cet opposant sous couvert d’anonymat, craignant notamment pour « la manière de gérer les fonds de l’ordre ». Un autre ingénieur critique outre la présence du PCL au sein de L’ordre se révolte, celle de nombreux partis de gauche (notamment Citoyens et citoyennes de l’ancien ministre Charbel Nahas). « Le nouveau président a vaincu non parce qu’il est fort mais parce que la plupart des partis dont il est le candidat partagent sa manière de penser et mûrissent un projet communiste pour le Liban », estime-t-il, malgré la présence au sein de L'ordre se révolte de formations très éloignées du communisme, comme les Kataëb, le Bloc national et d’autres.

« Je crains qu’à moyen ou long terme le pays ne devienne rouge », s’alarme son confrère cité plus haut. Et d'insister : « L'ordre se révolte inclut des communistes qui surfent sur la thaoura. »


Il a remporté une victoire inédite au sein de l’ordre des ingénieurs, obtenant près de 70 % des voix des électeurs. Aref Yassine, candidat de L’Ordre se révolte (al-Naqaba Tantafed), une coalition de formations et partis de l’opposition antisystème, est depuis dimanche le nouveau président du conseil de l’ordre des ingénieurs. Ses partisans, essentiellement le mouvement de...

commentaires (5)

Reallyyy! C'est le reproche qu'on lui fait d'être communiste! On aurait bien sûr préfèré, par exemple, vendu à des pays autres, voleurs qui a mit main basse sur largent des libanais, oh! peut être assassin de politiciens et journalistes, ou agent de pays voisins ou encore tranfiquant de drogue, wil habél aal joraar...prenez le communiste mes amis, s'il l'est, au moins il aurait des principes...

Wlek Sanferlou

20 h 47, le 20 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Reallyyy! C'est le reproche qu'on lui fait d'être communiste! On aurait bien sûr préfèré, par exemple, vendu à des pays autres, voleurs qui a mit main basse sur largent des libanais, oh! peut être assassin de politiciens et journalistes, ou agent de pays voisins ou encore tranfiquant de drogue, wil habél aal joraar...prenez le communiste mes amis, s'il l'est, au moins il aurait des principes...

    Wlek Sanferlou

    20 h 47, le 20 juillet 2021

  • Vous préférez le communisme ou le Hezbollah ? Moi le communisme mais il n’y a plus de communisme à part la Corée du Nord et les pays limitrophes

    Eleni Caridopoulou

    16 h 03, le 20 juillet 2021

  • Je préfères sa mentalité a celle d'un Hezbollahi. Une idéologie humaine peut se combattre par une autre en face. Le communisme est mort en raison du mauvais usage que l'homme en a fait. Ce "mismanagement" a conduit a l'effondrement du concept communiste qui, en tant que tel, n'est pas mauvais. Celle d'un fanatique bête et stupide qui ajoute a son idéologie de la spiritualité a deux sous et prétend défendre Dieu, comme si ce dernier avait besoin d'un imbécile pour le faire, est dangereux car il tuera sans réfléchir, même des innocents s'il le faut, pour arriver a ses fins, le paradis, alors qu'en fait c'est droit en enfer qu'il se retrouvera. Quelle déception!

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 37, le 20 juillet 2021

  • la mentalite d'un communiste ? c'est de cela qu'on le critique ? et la mentalite du suivisme des crapules politiques c'est quoi alors ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 38, le 20 juillet 2021

  • Le communisme va contre nature humaine et tue l innovation et la libre entreprise. Il fait du peuple des paresseux et des assistés. L'europe de l'est s'en est debarassé il y a 30 ans mais est encore en chemin pour rejoindre l'ouest. Il faut absolument empecher ce fléau du 20eme siecle de nous atteindre, on a deja trop de problemesl

    Le Liban d'abord

    08 h 09, le 20 juillet 2021

Retour en haut