Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Raï accuse la classe politique de "voler" l'argent des déposants pour "financer ses campagnes électorales"

"Nous n'allons pas au Vatican en portant seulement les doléances des chrétiens, mais bien celles de tous les Libanais", affirme le patriarche maronite en amont de la rencontre du 1er juillet au Saint-Siège.

Raï accuse la classe politique de

Le patriarche maronite, Béchara Raï, le 27 juin 2021. Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a accusé dimanche la classe politique libanaise de "voler" l'argent des déposants, en puisant dans les réserves obligatoires de la Banque du Liban (BDL), pour "financer ses campagnes électorales", tout en étant incapable de former un gouvernement qui se fait attendre depuis plus de dix mois dans un Liban en grave crise.

Alors que l'effondrement du pays se poursuit, le patriarche a dénoncé une nouvelle fois, lors de son homélie, un "clan politique qui isole délibérément le Liban de ses amis, appauvrit son peuple, sape son régime, dénature son pacte national, falsifie son identité et ôte la dignité des Libanais".

"Criminel"

"Ce même clan politique vole aujourd'hui l'argent des déposants en puisant dans les réserves obligatoires de la Banque du Liban, comme s'il voulait financer ses campagnes électorales avec l'argent des déposants", a souligné Mgr Raï, alors que l'année prochaine, le pays doit organiser une présidentielle, des législatives, et des municipales.

Ces dernières semaines, l'essence et le mazout deviennent des produits rares au Liban. La BDL n'octroyant plus les crédits nécessaires aux importateurs pour couvrir leurs achats au taux officiel de 1.507,5 face à un taux sur le marché parallèle autour de 17.000 livres pour un dollar, les dirigeants ont accepté de subventionner les importations au taux de 3.900 livres pour un dollar pour une durée de trois mois. La BDL devra donc puiser les fonds nécessaires dans les réserves obligatoires des banques auprès d'elle. Or ces réserves sont constituées des dépôts des Libanais.

Lire aussi

Raï appelle les Libanais à un « éveil national » avant les élections de 2022

"C'est un crime qualifié. Tout décret ou loi approuvant ce retrait des réserves devrait faire l'objet d'un recours devant la justice compétente", a estimé Mgr Raï. "Il est étrange que ce clan politique qui s'autorise à prendre l'argent du peuple s'interdit de former un gouvernement pour ce même peuple. Tout est-il devenu possible, si ce n'est la formation d'un gouvernement ?", s'est interrogé le chef de l'église maronite.

"Ces mesures alternatives sont le résultat de l'absence de formation d'un gouvernement de salut, capable d'entreprendre les réformes nécessaires pour obtenir l'aide de la communauté internationale. Formez un gouvernement et laissez l'argent du peuple !" a-t-il lancé à l'adresse des responsables. Le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, englués dans des rivalités politiques et personnelles depuis des mois, ne sont pas parvenus à former un cabinet pour réformer le pays. La communauté internationale s'impatiente et les puissances européennes envisagent désormais d'imposer des sanctions aux dirigeants libanais.

"Rôle chrétien au Liban"

Revenant sur la journée de réflexion et de prière le 1er juillet à laquelle le pape François a convoqué toutes les communautés et Églises chrétiennes catholique, orthodoxe et protestante du Liban, Béchara Raï a estimé que "cette journée sera une étape importante pour aider le Liban à rester la patrie du partenariat islamo-chrétien, pays de la démocratie, de progrès et de civilisation". 

"Les événements et les faits ont prouvé que l'affaiblissement du rôle chrétien au Liban conduit toujours à l'affaiblissement de l'unité du Liban, de son système démocratique et de son mode de vie civilisé, à l'ébranlement de la parité islamo-chrétienne, à l'anxiété des chrétiens dans le monde arabe et à la perturbation des relations arabes et internationales du Liban", a estimé Mgr Raï. 

Lire aussi

Retrouver le chemin de la paix interne et de la reconstruction, thème de la journée du 1er juillet au Vatican

"Si cette rencontre est limitée aux chefs spirituels chrétiens, cela n'exclut personne, mais est conforme aux préoccupations des chrétiens sur le sort du Liban. Les chrétiens n'ont jamais choisi un projet pour eux-mêmes, mais pour le bien du Liban et de tous les Libanais", a assuré le prélat. "Nous n'allons pas au Vatican en portant seulement les doléances des chrétiens, mais bien celles de tous les Libanais. Nous portons la cause du Liban, une cause de liberté, de dialogue et de coexistence islamo-chrétienne", a-t-il affirmé.

"Nous allons assurer au pape la volonté des Libanais de vivre ensemble malgré toutes les déceptions, les guerres dues aux multiples loyautés et à leurs propres erreurs et l'odieuse ingérence politique dans leurs affaires", a-t-il encore dit. Mgr Raï a plaidé pour une application stricte de la Constitution et des résolutions internationales et réitéré son appel à la tenue d'une conférence internationale consacrée au Liban. Un appel vivement critiqué par le Hezbollah, dont les relations avec le patriarche Raï sont tendues. 

"Une miche de pain, un peu d'essence"

Le métropolite de Beyrouth, Mgr Elias Audi, a regretté de son côté qu'en dépit de tous les malheurs auxquels est confronté le pays, les responsables n'aient pas mis un terme à leur "approche destructrice" et n'aient "rien fait pour empêcher l'effondrement".

"Dans notre pays, les gens meurent à la recherche d'une miche de pain ou d'un peu d'essence", a-t-il déploré. "La conscience des fonctionnaires n'a pas bougé, ils ont maintenu leur approche politique destructrice en émettant des déclarations et des contre-déclarations, ne recherchant que des intérêts personnels étroits. Combien de jeunes devraient encore immigrer ? Combien d'enfants auront encore faim ? Combien de patients souffriront sans médicaments ?", a-t-il demandé.

"Nous sommes dans un pays dépourvu des droits humains les plus basiques. Nous vivons un vide politique, un déclin économique et une décadence morale dans lesquels l'homme, en tant que commerçant, importateur ou monopoliste, exploite son prochain", a lancé Mgr Audi. "D'autres pays ont surpassé l'épreuve difficile que nous traversons, mais la différence est que leurs responsables ont agi pour trouver des solutions. Quant à nous, toutes les initiatives ont été abandonnées, et toutes les médiations internes et externes ont été perturbées, comme si les solutions étaient interdites et le sauvetage rejeté", a déploré le métropolite. Il a également appelé à la formation d'un gouvernement "qui puisse prendre la situation en main".

"Chaos complet"

Le mufti jaafarite, le cheikh Ahmad Kabalan, a pour sa part prévenu que le Liban "fait face à une catastrophe majeure. Le compte à rebours du grand effondrement est très probablement lancé. Le pays se dirige certainement vers un chaos complet". Selon le dignitaire chiite proche du Hezbollah, "le début du sauvetage commence par un gouvernement d'urgence loin des calculs confessionnels infernaux". "La solution doit commencer aujourd'hui avant demain", a-t-il insisté. "La situation est entre vos mains, sinon préparez-vous à une grande explosion", a-t-il dit à l'adresse des responsables politiques,  plaidant pour un gouvernement sans "bombes confessionnelles".


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a accusé dimanche la classe politique libanaise de "voler" l'argent des déposants, en puisant dans les réserves obligatoires de la Banque du Liban (BDL), pour "financer ses campagnes électorales", tout en étant incapable de former un gouvernement qui se fait attendre depuis plus de dix mois dans un Liban en grave crise.Alors que l'effondrement du...

commentaires (9)

Le Sheikh Kabalan a prevenu que le Liban fait face a une catastrophe majeure... hahahahahaha.. .Il ne se doute certainement pas pourquoi..! Rien a voir avec le Hezb bien entendu..!

LeRougeEtLeNoir

18 h 13, le 28 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Le Sheikh Kabalan a prevenu que le Liban fait face a une catastrophe majeure... hahahahahaha.. .Il ne se doute certainement pas pourquoi..! Rien a voir avec le Hezb bien entendu..!

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 13, le 28 juin 2021

  • Monseigneur,, Vatican +Biden= Neutralisation du Liban afin qu’on puisse vivre librement dans notre pays levantin loin de l’obscurantisme des mollahs tordus et des traîtres qui gravitent autour,,, Ne soyez plus tiède et suivez l’exemple de St Paul,,,

    Wow

    17 h 53, le 27 juin 2021

  • Assez be bla bla! Agissez concrètement ou pour l’amour du ciel, arrêtez vos discours populistes

    Liberté de Penser

    16 h 53, le 27 juin 2021

  • Merci monseigneur vous avez tout dit, sauf que tout le le sait le problème n’est pas seulement économique ..

    Bery tus

    16 h 46, le 27 juin 2021

  • En 2017, les corrompus députés ont voté la loi des salaires comme préambule aux législatives. En 2021, les caisses de l'Etat étant vides, ils se dirigent vers ce qui reste de l'argent des déposants en collaboration avec Salamé, en prévision des prochaines élections . Mais, ça ne marchera pas.

    Esber

    16 h 35, le 27 juin 2021

  • De grâce, Monseigneur Raï, cessez de clamer et d'accuser...en paroles tous les dimanches la classe politique ! Vous le faites depuis le début des problèmes et cela ne sert strictement à rien ! Cette classe est tellement enfoncée depuis des décennies dans le système de corruption actuel...qu'elle est incapable de changer...même pour le salut du Liban !!! Agissez énérgiquement...enfin...!!!...même le 1er juillet au Vatican ! - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 14, le 27 juin 2021

  • Un voyage au vatican d ou ils reviendront bredouilles….

    Robert Moumdjian

    15 h 19, le 27 juin 2021

  • Juste pour le premier commentaire Le pape François a deux cartes en main L excommunication et radio Vatican qui peut diffuser des messages adressés aux dirigeants. Il ne faut pas tomber dans l erreur Commise par le pape Pie XII Fadi LABAKI

    fadi labaki

    15 h 12, le 27 juin 2021

  • Une demande unanime des libanais patriotiques cependant à sa sainteté d’excommunier ce président et son faux rejeton. Nous ne leur seront jamais autant grés de nous avoir débarrassé de ces usurpateurs qui se sont auto proclamés représentants des chrétiens du Liban. Comme cela ils savent à l’avance quelle religion adopter et seront bien accueillis chez eux en Iran.

    Sissi zayyat

    14 h 34, le 27 juin 2021

Retour en haut