Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Après des critiques sur son action, le gouvernement sortant se justifie de nouveau

Au lendemain des critiques adressées mardi par Georges Adwan, président de la commission parlementaire de l’Administration et de la Justice, à l’encontre du gouvernement démissionnaire, jugeant insuffisante son action face à la grave crise qui sévit dans le pays, la présidence du Conseil a affirmé hier que le cabinet de Hassane Diab « a accompli tous ses devoirs avant sa démission » en août 2020, après la double explosion au port de Beyrouth. Le gouvernement de Diab « a poursuivi son travail avec diligence » alors qu’il est chargé depuis onze mois de l’expédition des affaires courantes, précise la présidence du Conseil dans un communiqué.

« Nous tenons à ne pas entrer dans des débats futiles (...) mais cela ne signifie pas que nous pouvons nous taire face aux falsifications et à ceux qui veulent faire porter au cabinet sortant le poids des pratiques politiques, malveillantes, personnelles et miliciennes qui ont causé ou contribué à l’effondrement dont les Libanais paient aujourd’hui le prix » actuel, a répondu la présidence du Conseil. « Ce gouvernement a pleinement rempli ses fonctions avant sa démission », a ajouté l’exécutif, assurant avoir mis sur pied des « plans » de sauvetage économique dont l’application a été « entravée par des comptes et intérêts » politiques, « alors même que les instances financières internationales avaient souligné leur importance et leur objectivité ». « Ce gouvernement a également poursuivi son travail avec diligence lors de la phase d’expédition des affaires courantes qui, logiquement, ne devrait pas durer près de onze mois », ajoute-t-on dans le texte. « Avant et après sa démission, le gouvernement a ramassé les décombres laissées par les politiques financières auxquelles vous avez participé pendant de longues années, a affirmé la présidence du Conseil. Vos tentatives de répudier aujourd’hui ces politiques n’excusent pas votre implication passée. »


Au lendemain des critiques adressées mardi par Georges Adwan, président de la commission parlementaire de l’Administration et de la Justice, à l’encontre du gouvernement démissionnaire, jugeant insuffisante son action face à la grave crise qui sévit dans le pays, la présidence du Conseil a affirmé hier que le cabinet de Hassane Diab « a accompli tous ses devoirs avant sa...

commentaires (5)

S'arroge le droit de prendre certaines décisions comme celle de financer l'achat de pétrole avec l'argent des déposants...

C…

12 h 13, le 24 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • S'arroge le droit de prendre certaines décisions comme celle de financer l'achat de pétrole avec l'argent des déposants...

    C…

    12 h 13, le 24 juin 2021

  • Le gouvernement de Diab « a poursuivi son travail avec diligence ... En fait ce gouvernement s'accommode bien de cette situation, ubuesque, qui en d'autres temps prêterait à sourire, quand par exemple le ministre de la justice s'escrime à prendre certaines décisions ou quand ce gouvernement

    C…

    12 h 12, le 24 juin 2021

  • ceci dit je suis d'accord , mr Diab et son equipe ont fait leur devoir , a n'en pas douter. devoir minimal en accord avec leur incompetence & celle de leurs patrons parrains.

    gaby sioufi

    11 h 47, le 24 juin 2021

  • la suffisance et le sourire toujours goguenard de sieur adwan ne suffiront pas a faire oublier le grave tres grave prejudice que son chef,lui-meme & son groupe ont apporte au Liban depuis Meerab 1. alors de grace on les a assez vus et "entendus" , qu'ils aient eux aussi la décence de se faire oublier.

    gaby sioufi

    11 h 45, le 24 juin 2021

  • "le cabinet de Hassane Diab « a accompli tous ses devoirs avant sa démission »". Bien sûr il vaut mieux entendre cela qu'être sourd ou le lire plutôt qu'être aveugle, mais tout de même...!

    Yves Prevost

    07 h 23, le 24 juin 2021

Retour en haut